Politique

La Possession : Les impôts n'augmenteront pas en 2018

Vendredi 23 Février 2018 - 12:06

Hier soir se tenait un conseil municipal en mairie de La Possession, à l'ordre du jour : le rapport d'orientations budgétaires de la ville.


Les rangs du public se sont lentement vidés hier soir, au long des trois heures de présentation du rapport d'orientations budgétaires de la municipalité. L'équipe municipale a égrené le chapelet des projets en cours. Un inventaire trop long et fastidieux au goût de l'opposition : celle-ci n'a pas manqué de brocarder l'exercice, qui a mené le Conseil municipal au-delà de 21 heures. Imperturbables, les élus, premier adjoint en tête, ont défendu mordicus leur politique et leur action, ponctuant leur démonstration d'un leitmotiv : "l'humain".

L'absence remarquée de Vanessa Miranville, en métropole pour une remise de prix depuis samedi, a vivement fait réagir Philippe Robert, qui voyait là "une preuve que La Possession n'est qu'un tremplin pour l'ambition de Mme Miranville". Le premier adjoint, qui avait reçu procuration de la maire, lui a vertement répondu qu'il attendait un rapport de son activité au conseil départemental où Philippe Robert représente La Possession : "J'aimerais que vous apportiez votre lumière sur la vacuité de vos activités au conseil départemental. Qu'avez-vous fait pour La Possession?", tacle-t-il.

Le conseil municipal avait commencé en fanfare, Erick Fontaine ayant impérieusement réclamé une minute de silence, que Gilles Hubert avait visiblement prévue. Puis vint la présentation du vote d'une subvention de 91 850€ à l'OGEC St Charles pour l'installation d'une école privée catholique à la rentrée 2018. Le rapporteur Didier Fontaine est sorti à grand fracas de la salle, reprochant à Philippe Robert des "propos diffamatoires", celui-ci l'accusant à mots couverts de conflit d'intérêt.

D'écoles, il fut souvent question durant ce conseil municipal : l'opposition reproche à la mairie d'avoir détruit deux écoles en quatre ans, alors que Vanessa Miranville faisait le constat en son début de mandat qu'il faudrait en construire deux par an. De plus, l'installation d'une école privée catholique n'est pas du goût de l'opposition de gauche, qui y voit une politique favorisant la population aisée. Interpellé à ce sujet par Philippe Robert, Gilles Hubert lui a rétorqué "les écoles, il faut les construire, mais il faut aussi y aller." 

On retiendra de ces orientations budgétaires qu'en 2018, la commune obtiendra une dotation globale de fonctionnement équivalente à celle de l'an dernier, et que la ville n'augmentera pas les impôts en 2018, grâce à l'augmentation de l'année dernière.
Bérénice Alaterre
Lu 1625 fois



1.Posté par dos d'ane le 23/02/2018 12:29

l'école privée pourra touzour servir pou 2 l'adzoint qué té arrive à peine à lire zot parti dans lo ROB

2.Posté par Ma sonnerie le 23/02/2018 13:06 (depuis mobile)

Pauvres citoyens..une majorité nulle..une opposition nulle..et une incompetence crasse des deux côtés..

3.Posté par Milles Sabords le 23/02/2018 13:48 (depuis mobile)

Toué la point la honte captain haddock ? Déjà toué la koule la commune en tant ke ministre des finances.

4.Posté par Sprint le 23/02/2018 14:11

Gilou i croit Vanessa sa laisse a li la place en 2020 ahahah Ti fanm là i pik toute domoun pou lo pouvoir

5.Posté par doudou le 23/02/2018 14:14

zimpo i augmente pas pou certin . mai pou in pé i augmente la base et au linal zot zimpo va augmenté . sa cè lastuce comptable pou lo calcul zimpo!!!!!!!!!!!!!!!!

6.Posté par rené le 23/02/2018 14:32

malheureusement le robert fidéle a lui mème . revanchard et vindicatif . heureusement que dans cette opposition s trois élus sort du lot . BORDIER ; RICA ;ET FONTAINE .

7.Posté par Beurk le 23/02/2018 14:52

Pensez-vous que l’humour méprisant et du niveau du caniveau soit digne d’une premier adjoint ? J’ai honte pour tout ces prétentieux qui pensent savoir à la place des autres ce qui est bon pour eux! J’ai honte pour l’image minable qu’ils ont donné de ma commune en quelques années ! J’ai hâte que les nouvelles élections arrivent pour pouvoir dégager ces illuminés et restaurer enfin notre ville.

8.Posté par Jean-Francois le 23/02/2018 16:01

C'est une commune bien gérée, rien à redire. Je tremble à l'idée de voir revenir, phi phi, jean Hugues et autres cloportes, le plus drôle serait de voir débarquer un jour la girouette Morel, ah!ah!

9.Posté par Nuls le 23/02/2018 18:34

Ils sont tous, mais tous, à mettre dans le même sac : aucune once d'humanité, encore moins ceux qui sont en place. Seul le pouvoir compte. Pauvres citoyens même !!!!!! Il faut du neuf pour cette ville. Monsieur Fontaine ne sera pas au niveau, arrêtez de voter pour des ploucs. Tou lé pa bon dan le moun i di dan lartik. t lé pa parceque un moune i vien voir a ou out case qu'il fo tombe dans le pano. réflechi bien zot vot pour prochain cou

10.Posté par Pierre Balcon le 24/02/2018 12:02

Erreur !!!!

Pourquoi les journalistes s'obstinent ils à relayer " brut de décoffrage" les infos des services de com des mairies .

Ils devraient faire oeuvre de pédagogie citoyenne.

Nos impôts locaux sont le résultat de 2 facteurs :

-1- les bases constituées de la valeur locative des biens et revalorisées chaque année

2018 sera justement la première année d’application du nouveau mécanisme de détermination automatique du coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives. Fixé jusqu’en 2017 par le législateur par un amendement en loi de finances ou loi de finances rectificative, la revalorisation des valeurs locatives sera dorénavant calculée à partir du coefficient suivant (article 1518 bis CGI) :

Coefficient = 1 + [(IPC de novembre N-1 – IPC de novembre N-2) / IPC de novembre N-2 ]

Avec IPC = Indice des Prix à la Consommation harmonisé

Soit pour 2018 : 1 + (101,47 – 100,36) / 100,36 = 1,011, soit un coefficient d’actualisation estimé à 1,1%


-2- les taux de prélèvement fixés par les conseils municipaux

En l'espèce ce sont seullement les taux qui ont été maintenus
Mais les bases elles augmenteront donc de 1,1%
Moralité les impôts augmenteront mécaniquement de 1,1%

Soit dit en passant , dans le même temps , les retraites auront été gelées pendant 4 ans .
En octobre elles n'auront été revalorisées que de 0,8%
Et puis il y a eu la CSG augmentée en net de 1,9%

Cherchez l'entourloupe macronienne.

Pour sortir de cet imbroglio je propose que les impôts locaux soient désormais revalorisés comme les retraites .
Chiche !!!

11.Posté par Alors ça ! le 25/02/2018 14:08 (depuis mobile)

On sait tous que jusqu’en 2020 dans toutes les villes les impôts « ne vont pas augmenter ». On sait tous que vous êtes tous en campagne. Et pierre balcon, parle français svp

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >