Education

La Possession: La mairie a-t-elle mobilisé des contre-manifestants ?

Mercredi 24 Avril 2013 - 16:57

La manifestation de l'intersyndicale de l'Education n'a pas pu avoir lieu aujourd'hui comme ses membres le souhaitaient. Des contre-manifestants les attendaient pour y opposer leur attente dans l'obtention des contrats d'avenir promis par la mairie dans le cadre de l'application de la semaine scolaire de quatre jours et demi.


La Possession: La mairie a-t-elle mobilisé des contre-manifestants ?
La manifestation de l'intersyndicale de l'Education a tourné court cet après-midi devant l'Hôtel de ville de la Possession. Prévue depuis la semaine dernière où une première manifestation n'avait pas fait évoluer la position de la mairie, l'intersyndicale souhaitait se faire entendre cette fois en marge du conseil municipal.

Peine perdue. Une cinquantaine de contre-manifestants : jeunes, parents, enfants, membres d'associations, sont venus répondre au déploiement des syndicalistes.

"Les nervis du maire", comme les désigneront certains syndicalistes, n'ont eu de cesse de réclamer des contrats d'avenir dès la rentrée 2013. Dans cette optique, les syndicalistes de l'Education, qui souhaitent reporter l'application de la réforme à 2014, sont vus comme des ennemis de l'emploi.

"Les jeunes ont besoin de contrats", répètent en choeur les contre-manifestants, galvanisés par la promesse d'une enveloppe mobilisable par la commune de 70 contrats d'avenir dès la rentrée d'août.

"Quand il faut critiquer la Possession vous êtes là", crie un opposant aux syndicalistes. "Nous, nous sommes là tout le temps. En tant qu'association (son représentant refusera la médiatisation de son association), on se mobilise pour faire le tremplin entre les jeunes et la mairie, on travaille sur les CV", témoigne cet associatif qui assure être venu de son plein gré.

"Ca devient trop politique"

Le doute parcourt les rangs des syndicalistes. Première remarque : "les contre-manifestants présents ne sont pas ceux qui postulent pour les contrats d'avenir". Deuxième lecture : "Nous (les syndicalistes, ndlr), on s'est mobilisés sur les rythmes scolaires. Libre au maire de débloquer des contrats quand il le veut", ajoute un syndicaliste qui ne comprend pas cette contre-manifestation. "Notre préoccupation à nous est centrée autour de l'enfant", ajoute Kattel, membre de Force ouvrière. "Ce qu'on comprend cet après-midi, c'est que le maire a organisé cette contre-manifestation", dit-elle, épaulée par un "voisin" de la CFTC. "Nous avons été reçus de façon démocratique ce matin par le maire de Petite-Ile, ici on a affaire à du chantage", avise Laurent Turpin, secrétaire général 1er degré à la CFTC.

Une proche du maire, qui ne cache d'ailleurs pas son appartenance, y voit quant à elle la montée en puissance de contradicteurs essentiellement politiques. "Ca devient trop politique", regrette-t-elle. Les deux camps continuaient de camper devant les grilles de la mairie alors que le conseil municipal déroulait son ordre du jour.
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1716 fois



1.Posté par HYPER PAYET le 24/04/2013 18:09

Du chantage ? Cela n'étonne plus personne. En tout cas la tactique du maire ne rend pas honneur à nos élus, une fois de plus, malheureusement.

2.Posté par isa974 le 24/04/2013 18:18

Un seul mot PITOYABLE mais qui ressemble tellement à la méthode ROBERT!!!!!

3.Posté par JH Savigny le 24/04/2013 19:19

Mon propos ici est de dire que nous avons considéré que la réforme Peillon - adoptée le 19 mars - conjuguée à l'opportunité de recruter des jeunes en emploi-avenir (La Réunion compte 40 000 jeunes au chômage, 2 d'entre eux ont été condamnés à de la prison ferme à St-Louis à la suite de dérapages au cours d'une manifestation) nous fournit une occasion d'améliorer substanciellement notre pause méridienne si souvent décriée par les conseils d'écoles (CE). Nous avons la ferme intention d'utiliser les 45' des temps d'activités périscolaires (TAP) pour amener les enfants dans de meilleures dispositions d'esprit et physique aux enseignements de l'après midi. Le choix de la pause méridiennne est donc délibéré. Leurs contenus seront définis "sous tutelle" de l'EN. La territorialisation est donc écartée. Et, la question du rythme scolaire est traitée même si pour 2013 nous avons concédé aux enseignants le mercredi matin pour les 22, 23 et 24ème heures d'enseignement. Parents et enseignants doivent comprendre que cette réforme dépasse la cadre de la communauté scolaire. C'est une question de société. Le quotidien du 20 avril 2012 (un an déjà) titrait à sa une : "Chômage des jeunes : avenir bouché !". On ne peut donc pas passer par pertes et profits la niche d'emplois qui s'offrent aux jeunes. Et ne jamais s'opposer aux niches fiscales. Un républicain est précisément quelqu'un qui sait dépasser son seul intérêt pour épouser celui de la société. Au demeurant, quoiqu'il nous en coûte, nous l'avons été.

4.Posté par La fouine le 24/04/2013 19:29

Savigny est devenu le porte serviette de Peillon
Piètre decadence

5.Posté par les bonnes vielles méthodes ^^ le 24/04/2013 20:29

Euuu juste mdr

6.Posté par pitié le 24/04/2013 20:36

pour rien au monde j'aimerais voir mes enfants etre garder paR ce genre de personnes, agressif, qui s'exprime mal ,sans once d'intelligence! bref je dis tout haut ce que pense tout le monde tout bas. Sachez que le representant de ce collectif, employé par la mairie au centre socio-culturel, n'est qu'un pantin de roland robert qui le manipule grace a des contrats précaires.Quelqu'un aurait des infos du conseil municipal en lui meme?

7.Posté par LA TETE le 24/04/2013 20:55

VOUS AVEZ VU LA TETE DES EMPLOIS DAVENIR. SI A PEINE ILS SAVENT ECRIRE ET LIRE.

ROLAND ROBERT DOIT ARRETER SA MASCARADE

8.Posté par Vous avez dit République? démocratie ? le 24/04/2013 21:00 (depuis mobile)

On ne parle que de ces "grandes gueules" comme ils se sont surnomés. Ceux qui ont accepté de parler sans haine et sur un niveau de décibel acceptable ont pu dire comment ils avaient été "convoqués" par la mairie tout comme les employés déjà en poste!

9.Posté par Vive Roro vive Dodo vive Phiphi vive WC vive Zanhug le 24/04/2013 21:37

Vive Zanhug futur maire de la possession avek Phiphi kom promié adzoint.

10.Posté par dionysien le 24/04/2013 23:15

Post 7 :ce n'est pas bien de parler ainsi de ces personnes ( "vous avez vu la tête des emplois ..." ) ,car malheureusement soit lis agissent par reconnaissance ou obligation vis- à- vis du maire en place .Ce dernier n'agit pas dans cette situation en démocrate , il joue avec le feu , car des dérapages auraient pu se produire , je félicite la bonne posture des manifestants .A une certaine époque au Tampon , ce genre de comportement avait provoqué le tabassage de femme devant la mairie .
Certains maires considèrent la mairie et le personnel comme leurs biens propres !

11.Posté par Marianne le 25/04/2013 06:29

Et ce sont ces jeunes manifestants qui vont être recruter bientot en contrat avenir pour s'occuper de nos enfants dans le cadre du périscolaire avec le projet éducatif territorial et sans formation!

12.Posté par JP le 25/04/2013 12:41

Le chant du cygne pour Robert, ses nervis et ses méthodes d'un autre temps.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter