Société

La Possession : "Elles se racontent en couleurs", des femmes à la reconquête d'elles-mêmes

Mardi 5 Septembre 2017 - 16:35

Le CCAS de la Possession organisait une rencontre avec les participantes d'une action intitulée "Elles se racontent en couleurs", un projet artistique d'insertion des femmes en précarité.


Prisca, devant son autoportrait
Prisca, devant son autoportrait
C'est l'artiste réunionnaise Claire Dardel qui a initié ce projet, consistant en l'élaboration d'autoportraits de femmes en difficulté sociale, souvent des mères élevant seules leurs enfants, issues de quartiers défavorisés de la Possession. Commencé il y a deux ans, il a déjà été mené dans trois quartiers de la ville, et un nouveau groupe de femmes y participera fin octobre prochain. L'artiste travaille avec des groupes d'environ dix femmes, durant dix séances de trois heures.

Tout d'abord, afin de leur donner confiance et de leur permettre de s'approprier pinceaux et peinture, Claire Dardel a fait dessiner aux participantes leurs silhouettes sur de grands panneaux de bois, à l'aide d'un rétroprojecteur. Silhouettes que les femmes ont ensuite peintes des couleurs de leurs choix, selon la facette de leur personnalité qu'elles voulaient bien partager. Puis, de l'autre côté des panneaux, les femmes se sont essayées, joliment, à l'art de l'autoportrait, chacune à sa manière, et sur un fond choisi par elles, reflétant leurs rêves et leurs aspirations.

Josian Hoareau, directeur du CCAS, est fier de ce projet, qui, dit-il, est celui d'une valorisation de la femme. Durant la journée mondiale des droits des femmes, le 8 mars, une exposition de photos des participantes s'est tenue, qui a encore participé de leur mise en lumière. "Le regard que ces femmes portent sur elles-mêmes est bien souvent négatif, et, avec ce projet, elles présentent d'emblée leur potentiel. Elles ont d'ailleurs montré leur travail à leurs familles, ce qui leur a permis de reprendre leur place dans la cellule familiale." Le CCAS a adopté le projet culturel de Claire Dardel pour en faire un projet d'insertion sociale, en ciblant les femmes en difficulté et les mettant en relation avec différents acteurs, le pôle insertion de la ville, notamment, mais aussi des animateurs sportifs. "Elles ont changé de posture", ajoute Josian Hoareau.

Priscillia, mère célibataire de deux enfants, est plus que satisfaite de cette expérience, qui lui a permis de combattre une nature plutôt timide, et de créer des liens forts avec les participantes. Sur son tableau, elle s'est représentée assise dans la nature. "La nature me libère l'esprit", sourit-elle.

Prisca, se dit très émue devant les oeuvres de ses compagnes. "C'est la plus belle expérience de ma vie. Si je devais le refaire, je n'hésiterais pas une seconde", souffle-t-elle, les yeux brillants. La jeune femme de 34 ans, mère séparée de deux enfants âgés de 11 et 9 ans, pose devant son autoportrait, encore incrédule quant à l'impact de la peinture sur sa vie. "J'étais timide et réservée, mais depuis, je vais plus facilement vers les autres. J'avais, depuis gamine, le rêve de chanter. J'ai osé demander à un groupe s'il voulait de moi, et me voici chanteuse. Je vais donner ma première représentation dans un mois. Après la séparation, j'étais dans ma bulle, je suis une femme libérée, maintenant."

"Elles se racontent en couleurs" participe au prix d'innovation de l'UNCCAS (union des centres communaux d'action sociale), qui sera remis à Reims le 17 septembre prochain.

L'artiste Claire Dardel
L'artiste Claire Dardel

Bérénice Alaterre
Lu 1859 fois



1.Posté par La honte le 05/09/2017 22:40 (depuis mobile)

Avec notre argent???

2.Posté par naty97430 le 06/09/2017 08:18

super, belles initiatives, c'est important de trouver sa place dans la société et l'art est une manière de s'exprimer qui peut contribuer à se reconstruire à s'épanouir...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter