MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

La Grèce, et après?


Par Bruno Bourgeon, président d'AID - Publié le Lundi 6 Juillet 2015 à 12:47 | Lu 649 fois

Sur le plan politique, Alexis Tsipras est un fin manœuvrier. Il a roulé ses alter ego et la Commission européenne, tous ultra-libéraux, tous pour une politique d’austérité, dans la farine d’un pain Pita. Il ne pouvait pas perdre le référendum. C’est pour cela que le gouvernement grec n’a pas voulu influencer le peuple grec qui votait. En effet, il a clairement annoncé que ce vote n’était pas un vote oui ou non à l’Europe, oui ou non pour rester dans la zone euro, pour ou contre Syriza. Il a rajouté que quel que soit le résultat, il continuerait de gouverner le pays, et suivrait la volonté de son peuple. Ainsi :

- En cas de OUI, donc pour une politique d’austérité, il l’appliquerait (bien que secrètement opposé à cette solution) ;

- En cas de NON, il engagerait la négociation sur de nouvelles bases, fort de la puissance de tout un peuple derrière lui.

On comprend mieux les réactions pleines d’arrogance et de morgue du ministre de l’économie et du vice-chancelier allemands, les maladresses de Harlem Désir, de Michel Sapin, et le mépris de Christine Lagarde. Oui mais voilà : cette fois, les peuples (au moins le peuple grec) s’invite à la table des négociateurs, et ce n’est plus la même chose. On va désormais se rendre compte si l’Europe est réellement démocratique.

Sur le plan économique, d’abord négocier quoi ? La dette ? La restructuration du système économique grec ? Examinons les :

- La dette : elle ne repose pas sur le portefeuille des Européens, puisque elle est garantie par le Fonds Européen de Solidarité Financière (FESF) ; la Grèce peut (et doit) poursuivre ses emprunts pour rembourser sa dette ; le salariat public représente en 2011 en Grèce 42% du PIB, contre 45% en Allemagne, et 52% en France, ainsi les Grecs ne se goinfrent pas sur le dos des Européens ; les Grecs n’ont pas profité des 207 milliards d’euros reçus de 2010 à 2013, car 77% de cette somme a servi à recapitaliser les banques privées grecques ou à créditer les créanciers (banques européennes et américaines) ; l’échec de l’austérité, qui devait servir à rembourser cette dette, est criant, et il y a des alternatives ; l’austérité ne marche pas, le PIB de la Grèce a chuté de 25.8% depuis 2007 ; l’austérité aboutit à une perte de la qualité de la Santé en Grèce ; à cause de cela, devant le désastre auquel la politique de Papandréou et consorts a mené, les Grecs n’ont pas abdiqué. Ils ont voté NON.

- La restructuration économique : voici ce que propose Alexis Tsipras, et cela nécessite des investissements auxquels la BCE (et le reste de la Troïka : FMI, Commission Européenne) devront bien consentir :

o Une renégociation des contrats de prêts et de la dette.

o Un plan de reconstruction immédiate : mesures pour les plus pauvres (électricité et soins médicaux gratuits, tickets-repas…), le rétablissement du salaire minimum de 751 euros, la réinstauration des conventions collectives

o La reconstruction de l’État : lutte contre l’évasion et la fraude fiscales, contre la corruption, réembauche des fonctionnaires licenciés.

o Un plan de reconstruction : arrêt des privatisations, industrialisation et transformation de l’économie sur des critères sociaux et écologiques.

Mais la Grèce n’est pas libérée de l’austérité pour autant. Les nouvelles mesures devront être financées sans accroître le déficit. Les privatisations seront maintenues. La Grèce s’engage à payer l’intégralité de la dette, et à ne pas revenir en arrière sur les privatisations. La hausse du salaire minimum et la restauration des négociations salariales sont repoussées. De nouvelles épreuves de force sont à prévoir dans les mois qui viennent.

Bruno Bourgeon, président d’AID
http://aid97400.re




1.Posté par chikun le 07/07/2015 06:32

« réembauche des fonctionnaires licenciés. »

En Grèce, le poids du secteur public dans l'économie est écrasant. Il y a environ un million de fonctionnaires pour 4.000.000 de personnes actives.
La Grèce a quatre fois plus d'enseignants que la Finlande, le pays le mieux situé dans le dernier rapport PISA. Ils sont les mieux payés au monde. Les experts mandatés par l'Union Européenne pour étudier les causes qui ont conduit la Grèce à la situation économique actuelle rapportent les faits suivants:
La Grèce a falsifié ses comptes pour entrer dans l'euro, puis a déformé la réalité, jusqu'à ce que celle-ci explose
Il y a eu des départs massifs en retraite à 50 ans.
Il y avait jusqu’à 50 chauffeurs par voiture officielle, en moyenne
Il y avait 45 jardiniers pour une petite pelouse avec 4 buissons à l'hôpital Evangelismos.
La Grèce a la plus forte population fictive au monde, de personnes déclarant un âge de 110ans Les décès ne sont souvent pas enregistrés et les pensions continuent à être perçues.
L'Union Européenne a détecté qu'il y a des familles qui perçoivent 4 à 5 pensions, qui ne leur sont pas destinées.

Et vous voulez nous faire pleurer sur le sort du "peuple Grec" ?
Un peu de sérieux SVP. !

PS : Je suis sidéré par la capacité des verts à se fourvoyer totalement et à marcher à l’aveuglette vers les pires abîmes. Ils sont très forts pour soutenir le climat de bêtise généralisée qui règne en socialie.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes