Société

La Fac, actrice du développement durable...

L'université de la Réunion serait-elle devenue un moteur du développement durable dans le département ? Impliquée dans ce domaine depuis le début des années 90, la fac ne manque plus une occasion de le démontrer à travers ses recherches et sa politiques patrimoniale.

Lundi 2 Février 2009 - 07:15

La Fac, actrice du développement durable...
Jeudi dernier, le dernier bâtiment en date de l'université de la Réunion sortait de terre avec une identité inhabituelle : le premier bâtiment universitaire pérenne à énergie positive des DOM. François Garde, professeur de l'IUT et acteur du projet n'avait pas manqué de le souligner : "Nous avons là un bel outil de travail, à la fois fonctionnel et respectueux de l'environnement..."

Pourtant, l'université n'en est pas à ses balbutiements en ce qui concerne le développement durable. Ses recherches, sa politique patrimoniale ou son offre dans le domaine de la formation en témoignent.

Dans la thématique patrimoniale, plusieurs projets et actions ont déjà été menés. Ces derniers se sont traduits par :

- Une réduction de 10% de la facture électrique, soit 55.000 euros d'économie, découlant d'une gestion plus intelligente de l'appel de la puissance du campus par EDF et RSW.
- Des établissements neufs construits selon les règles HQE (Haute qualité environnementale).
- Un projet visant à faire de l'IUT un site pilote en développement durable et en énergie nouvelle et renouvelable (rafraîchissement solaire, photovoltaïque, éoliennes, salles bioclimatiques, ventilation traversante, utilisation à bon escient de la lumière naturelle).
- La construction du second établissement français à énergie positive consommant trois fois moins d'énergie qu'un bâtiment classique.
- Des projets tels que la réalisation du premier campus "0 émission de carbone" au Tampon et l'installation de cellules photovoltaïques sur l'intégralité des toitures de l'université de la Réunion...

Si l'on se penche sur les laboratoires de l'université, ces derniers ne sont pas laissés pour compte. Nombre d'entre eux ont une thématique de recherche proche du développement durable et/ou de l'énergie renouvelable.
Le laboratoire de Physique du Bâtiment et des systèmes avec François Garde et ses doctorants est un très bon exemple puisque ce dernier a accompagné la mise en oeuvre du nouveau bâtiment de l'IUT. On recense aussi Géosciences Réunion ou le Laboratoire d'électronique énergétique et des procédés. Ces derniers ont une renommée nationale et internationale qui n'est plus à faire. Ils sont même en relation avec les travaux de l'Agence internationale de l'energie... Une démarche qui s'inscrit directement à travers le prisme de Gerri 2030.

Les objectifs de Gerri ayant pour but de faire de l'île un espace unique sur le développement durable et dans la maîtrise de la production de l'énergie, la Fac a du proposer une gamme de diplômes en accord avec ses motivations :

- Licence professionnelle Maîtrise de l'Energie et Energies renouvelables.
- Licence Sciences de la Construction, Urbanisme et environnement.
- Un DUT de génie civil.
- Un master "Conversion des Energies".
- Un master Espace construction et réseaux (option génie civil, génie urbain ou "Architecture et construction durable en milieu tropical".

L'université de la Réunion et le développement durable ont donc de beaux jours devant eux... Avec le projet Gerri 2030/Ile verte, les projets et les avancées sont de plus en plus visibles. Bâtiments, panneaux photovoltaïques, éoliennes, récupération d'eau de pluie : le chemin à parcourir est encore long mais certains, comme l'université, ont déjà pris de l'avance...
Ludovic Robert
Lu 1495 fois




1.Posté par Cambronne le 02/02/2009 12:05

Ou histoire d'en rire l'art de faire et de défaire du comment gaspiller l'argent public sans ménagement ...

Sur des projets bidons pour entretenir quelques individus sortant de la cuisine de Jupiter , nous offrant une architecture insipide ne rentrant nullement dans l'environnement, et ne respectant nullement le développement durable comme eux l'affirment sans vergogne, ces mystificateurs favorisant souvent leur amis architectes sur les concours pour que nous retrouvons à chaque fois la même clique d''arsouilles besogneux se disant maître de l'art...
Hors constat l'art chez ces gens là ce résume à sortir des trucs , que l'on ose appeler bâtiment ou établissements neufs construits selon les règles HQE (Haute qualité environnementale). foutaise ...
Faudrait arrêter de prendre les chalands pour des gogos ignorants ...
Si le gouvernement dépensait pas autant sur des bâtiments suffit de prendre les absurdités en architecture réalisées pour exemple du Centre de Formation aux Métiers de l’Automobile et du Transport (CFAT) à Saint-Pierre, genre immondice bétonneux, qui ne ressemble à rien, si ce n'est que des caprices d'architectes , hors course , dire que des élus sont complices du choix , vous constaterez qu'il y avait lieu de faire des Bâtiments hauteurs des plafonds dépassant l'entendement même si il y a une formation sur les poids lourds avoir une hauteur de presque 20m l'on pourrait construire la prochaine fusée Arianne ...
Encore un cahier des charges mal rédigés, certains diront pour sauver la face qu'il a mal été interprété ...

2.Posté par logique le 02/02/2009 21:00

En gros, d'après Cambronne, il faut tout faire comme avant?
Mais de quel avant parle-t-on?
Des cases créoles entourées de végétation et bien ventilées ou des bunkers en béton étouffants et sur-climatisés des années 60 à 2000?

Que les architectes puissent être plus inventifs avec les nouvelles connaissances acquises en matière de construction durable que de balancer des brise soleil en façade, des sur-toits et des auvents en métal tel que sorti des calculs, je veux bien l'accepter.

Cependant, quand j'entend que tout les acteurs du métier sont soit corrompus, soit incompétents soit les deux à la fois, je me dis: qui est le sauveur préconisé?

Crache le morceau: Qui est le sauveur selon Saint Cambronne, celui qui balayera toute cette clique ignoble pour remettre de l'ordre dans tout ça?

Au moins après, tout sera plus clair...

3.Posté par Cambronne le 03/02/2009 13:59

Crache le morceau: Qui est le sauveur selon Saint Cambronne, celui qui balayera toute cette clique ignoble pour remettre de l'ordre dans tout ça?


Oh mon pauvre Logique vous savez il y a tellement à dire que l'on ne sait par ou commencer , entre la tête et le queue on ne sait plus si la queue est la tête?

Bref quand je constate l'état des lieux d'une livraison récente édifice comme la piscine du Chaudron avec 6 mois de retard du chantier D'un coup d'oeil, c'est dingue les nombreuses malfaçons que j'ai constaté des joints mal fait , des carreaux anti dérapant même pas posé sous les départs faisant que les nageurs en dos glissent et perdent de la puissance, j'en passe les douches parlons en une fois sur deux elles fonctionnent quand au sanitaire cela frise le ridicule sur l'entretient , bref dans 10ans la mairie de Saint Denis pourra encore dépenser 5 millions euros

J'ai d'autres exemples dans le genre le plus comique c'est que l'on retrouve toujours les mêmes programmistes bureaux études et cabinets d'architectes le cercle des amis de toujours sur ces opérations que l'on ose nous dire développement durable laissez moi rire ...

Maintenant pour votre gouverne les cases créoles d'autant que vous critiquez ont souvent pour certaines vécues plus d'un siècle je n'en dirais pas autant de ces bunkers avec un mauvais béton et surtout une mauvaise conception architecturale importé souvent pastiche singé d'un pseudo new art contemporain l'on découvre les plagiat par manque imagination une architecture qui privilégie le pastiche plutôt que l'historicité de la Réunion,

4.Posté par Logique le 03/02/2009 16:49

Je ne critiquai pas les cases créoles d'antan, bien au contraire: elles étaient parfaitement conçues par rapport au climat tropical et le top du design actuel ne fait finalement que s'en inspirer, même si c'est au prix de forts complexes calculsl:

- Protéger les façades du rayonnement direct: La petite cour ombragée est plus efficace et esthétique que les brise soleil
- Ventiler efficacement: les ouvertures en partie haute des murs, juste sous le toit, permettaient d'évacuer la chaleur sans subir directement le courant d'air dans la pièce
- etc.

Son seul "défaut" était d'être difficilement extensible sur 5 étages et moins "moderne" à l'époque que les cubes de béton.

Tentons donc d'en garder tous les avantages au meilleur rapport qualité/prix et avec la meilleure esthétique possible, y compris sur des ouvrages plus verticaux.

Nous ne vivons pas un monde parfait mais s'il y a une seule certitude, c'est qu'il ne faut plus faire comme aujourd'hui ou comme hier, et le futur ressemblera probablement plus à avant-hier sur bien des points:
- Ne plus se déplacer inutilement car cela coûte cher (et cela pollue)
- Ne plus construire de fours qu'il devient indispensable de climatiser pour les mêmes raisons
- etc.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie