Education

La FCPE appelle à un "vrai débat" sur le calendrier climatique

Lundi 27 Janvier 2014 - 17:30

Daniel Amouny, président départemental de la FCPE (au centre)
Daniel Amouny, président départemental de la FCPE (au centre)
La Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) appelle à "un vrai débat" sur le calendrier climatique.

"Nous appelons à une véritable concertation sur le calendrier climatique. Depuis des années, on parle de la chaleur, du calendrier climatique mais on n'a jamais mis tous les acteurs autour de la table", explique le président départemental de l'association de parents d'élèves, Daniel Amouny.

Un souhait de concertation qui intervient en pleine manifestations lycéennes et collégiennes, qui demandent l'application du calendrier climatique et des moyens pour mettre en place de la climatisation ou des ventilateurs dans les salles de cours. "Leur manifestation montre qu'il y a un vrai problème dans les conditions de travail des élèves. Bien-sûr, on souhaiterait que nos enfants soient en classe. La place des élèves est dans les salles de cours", poursuit Daniel Amouny.

"Avoir un véritable débat sur le calendrier pédagogique (la FCPE préfère ce terme, ndlr) est nécessaire pour mettre nos élèves dans de meilleures conditions", ajoute-t-il.

Pour la FCPE et son président départemental, "il faut arrêter de se calquer sur le calendrier métropolitain. A une époque, la rentrée s'effectuait fin février voire début mars. Mais il y avait une compensation, à travers la mise en place de colonies de vacances, de centres aérés. Les enfants faisaient de nombreuses activités et restaient en éveil", rappelle-t-il.

L'année scolaire de février à décembre ?

L'association de parents d'élèves propose de modifier le calendrier en commençant l'année scolaire en février-mars et de la terminer en décembre. "C'est notre proposition. Mais on veut on vrai débat sur ce sujet pour qu'on puisse trancher par le biais d'une loi. Car aujourd'hui, il y a une quasi-unanimité contre le calendrier actuel", insiste Daniel Amouny.

Durant les prochaines semaines, la FCPE compte ainsi interpeller les hommes et femmes politiques, et particulièrement les parlementaires, mais aussi le rectorat, l'université et la société civile, pour engager la concertation qu'elle appelle de ses vœux.

Un débat qui ne doit pas virer sur le post-bac, selon Daniel Amouny. "Nous notre problème, c'est l'école de la maternelle jusqu'au bac".

La FCPE a également annoncé qu'elle évaluerait tous les candidats aux élections municipales sur les questions de l'éducation en leur posant une série de questions. Les différents candidats seront notamment attendus sur la brûlante question du calendrier scolaire.
Lu 1138 fois



1.Posté par noe le 27/01/2014 17:38

Ce calendrier est très bon !
Il alterne bien petites vacances et jours d'école ...
Le Recteur a pensé aux examens que doivent passer nos enfants ...
Notre académie est loin dans les classements , presque à la queue des académies ! Il veut inverser la donne !

2.Posté par Laurent le 27/01/2014 18:23

De la maternelle au bac... Laissez moi rire. De nos jours le bac n à plus aucune valeur et faire croire que le calendrier climatique de févr. à novembre va résoudre les problèmes est une escroquerie. Faire perdre aux réunionnais de 6 mois à un an de leur scolarité va encore augmenter le syndrome de la goyave de France. Nous le pas plus, nous le pas moins. Laisse à nous rentre en février comme avant, tous en permettant au créole qui le souhaite de continuer ses études en métropole s'il le souhaite, dans des grandes écoles sans dilapider le précieux temps qu il a.

Le recteur doit accepter de faire confiance aux enseignants plutot que de décider, seul en misouk dans son bureau climatisé. Les enseignants aussi souffrent de la chaleur et râlent dans les écoles, mais ne peuvent que subir.

3.Posté par Jean-Marc le 27/01/2014 18:40

Le calendrier actuel est plutôt satisfaisant si on reste le regard porté vers l'alternance activités scolaires et vacances. Je crois que le problème se situe au niveau de la fin et début année civile. C'est effectivement la période où nous évacuons l'eau de notre corps en un rien de temps. Sur un plan santé rien de bien grave si l'on veille également à bien s'hydrater. Là où le problème est bien réel c'est lorsque dans espace de superficie insatisfaisante et doté de plafonds bas, où cohabitent 'une trentaine d'élèves et leur professeur vous êtes ici au cœur du four !!!
Ah oui comment on faisait nous avant...mais avant, ce n'est pas aujourd'hui ! Nous nous sommes habitués à un certain confort, il n'est plus rare de voir dans nos maisons mêmes modestes l'installation d'une climatisation.
Alors oui il faut y avoir un confort pour apprendre ! il s'agit de mobiliser l'attention de l'élève, de capter le plus possible son intérêt. La chaleur est un parasite à la situation d'apprentissage. Notre école du 21 ème siècle, mérite que l'on octroi de gros moyens pour améliorer grandement les conditions de l'apprendre. C'est quand même honteux de constater qu'il faut attendre des gosses descendre dans la rue pour manifester et demander quelque chose dont tous en sont conscients depuis très longtemps.
Pour le calendrier, la préoccupation de ramener le plus possible ce dernier au fonctionnement métropolitain, semble dans le fait quelque chose d'intéressant. Nos enfants qui poursuivent leurs études n'auront pas discontinuité dans leur parcours.
Ceci dit, nous devons aussi prendre en compte le contexte local. Il est celui de la Réunion et comme nulle part ailleurs. Donc il me semble impertinent que l'on s'y détourne. Ce contexte nous dit qu'il fait très chaud entre décembre et mars notamment pourquoi pas réduire le nombre d'heures de cours et installer des horaires d'ouverture pendant cette période sur la matinée uniquement. Les heures ainsi récupérées pourraient être éclatées sur les autres périodes de vacances des saisons froides (en diminuant leurs durées). Il existe une période également en lycée notamment, une période en amont du bac, où l'assouplissement des horaires pour tous ceux qui ne sont pas inscrits au sésame, est bien réel. Il y a des périodes, et par accumulation des réponses dans l'organisation en gérant différemment les déchets du fonctionnement à l'approche des examens notamment. Ce sont des périodes récupérables pour des cours. Un peu de recyclage du temps perdu, pour donner une bouffée d'air frais à nos bambinos.

4.Posté par MARC CALICHIAMA le 27/01/2014 19:16

ON NE POURRA JAMAIS "INVERSER LA DONNE" EN FAISANT TRAVAILLER NOS ENFANTS OU PETITS-ENFANTS PENDANT PRESQUE DEUX MOIS DE TRÈS FORTES CHALEURS CANICULAIRES (LITTORAL CÔTIER ET VILLES ET VILLAGES SITUES A MOINS DE 1.OOO MÈTRES D'ALTITUDE ( où se trouve la trés grosse majorité des établissements scolaires) !!! ON A ROGNE AU FIL DES ANNÉES ,SUR LES MOIS D'AOUT-JUILLET POUR ALLONGER LA PÉRIODE DE TRAVAIL SCOLAIRE EN JANVIER -FEVRiER : C' EST UNE ABERRATION !!! DES PROGRÈS SENSIBLES SERONT CONSTATES QUAND LES EFFECTIFS DES CLASSES SERONT ALLÉGÉS ET QU'ON AIDERA MIEUX LES " ÉLÈVES EN DIFFICULTÉS " ET CELA DéS LES ClASSES PRIMAIRES-ELEMENTAIRES !!!

5.Posté par titane974 le 27/01/2014 19:17 (depuis mobile)

Depuis 2002 on parle de calendrier climatique, j''étais lycéen. Maintenant je travail, passons. C les profs et les recteurs qui ne veulent pas touché à ce calendrier, ils doivent partir en vacances juillet août. Avant les vacances c''était jusqu''à mars

6.Posté par PECPEC le 27/01/2014 20:42

Le calendrier de l'année scolaire, mars, décembre n'est pas une mauvaise idée. Bien sur les étudiants perdrons 6 mois....C'est quoi 6 mois dans une vie de travail, quand on sait qu'un bon nombre des élève redoublent à un moment ou un autre. Commencer sa vie active à 23 ans ou 13 ans et demi, quel malheur !

7.Posté par PECPEC le 27/01/2014 20:43

Au fait ça marche comment en Nouvelle Calédonie, et Tahiti ?

8.Posté par MARC CALICHIAMA le 27/01/2014 21:52

Je voudrais répondre à Jean-Marc ( post 3 ) . C' est vrai que les classes ne pourraient pas être, toutes ,être climatisées en une ou deux années : dans le contexte économique actuel ,il faut être réaliste d'une part , mais aussi parce que des sommes énormes ont été consacrées à "d'autres priorités" ( les priorités des politiques ne correspondent pas toujours à celles des citoyens ) et même jugées , parfois , comme "dépenses inconsidérées" ...Votre proposition de placer les horaires des classes sur la matinée en période chaude et de faire une récupération ( heures des disciplines non assurées sans doute ) sur des périodes où la température est plus propice à l’étude est à étudier je crois ...." Nos enfants qui poursuivent leurs études en métropole n'auront pas de discontinuité dans leurs étude" ,dites -vous par ailleurs . Il ne faut pas oublier que La Réunion est maintenant ,une Académie de plein exercice , qu'elle a son Université et que de nombreux bacheliers peuvent continuer des études supérieures dans l'île . Pour ceux qui doivent , obligatoirement , aller en Métropole (les admis dans les "Grandes Écoles" ,par exemple ou d'autres cas ...) des solutions peuvent être trouvées à mon avis .

9.Posté par jemma le 27/01/2014 21:57

Quelle réelle influence ont ces fédés de parents d'élèves et les syndicats d'enseignants ? Durant ces dernières années, l'administration a toujours décidé ce qu 'elle voulait , rognant par ci, étendant par là les vacances scolaires et tout cela après de pseudos consultations ? La Réunion, terre française,certes, mais dans une zone climatique tropicale, à seulement 2 saisons, peut-elle fonctionner comme n'importe quel autre département de l'hexagone sans conséquences ?

10.Posté par ndldlp le 27/01/2014 23:11

2.
n'importe quoi.
quand on regarde le taux d'échec à la première année, il n'y a vraiment pas de quoi s'alarmer que de donner 6 mois pour mieux se préparer.

le jour où les réunionnais arriveront à penser par eux même ... plutôt que de se réfugier derrière le "modèle" départementaliste qui nous vaut d'être une des régions les plus à la ramasse de l'échelon national...

11.Posté par Jean-Marc le 27/01/2014 23:46

Pour répondre à Marc Calichiama, je vous rejoins pleinement sur le propos.
D'autres raisons doivent alors motiver l'immobilisme sur le sujet.
Il y a, vous en conviendrez un vrai problème, qui mérite l'attention notamment de nos politiques.
La définition des priorités notamment autour de l'éducation, à visée concrète, concernant par exemple des réponses pour améliorer les conditions climatiques à l'intérieur des classes ne me semblent pas si insurmontables que cela et encore moins utopistes.
Il y a eu de gros efforts en terme de rénovation d'établissement particulièrement au niveau des écoles. depuis que l'on évoque la norme RTAA DOM. Beaucoup de classes primaires rénovées ont retrouvé cet air naturel traversant.
La facture serait énorme nous dit-on, mais l'économie locale, a besoin aussi de chantier pour l'emploi, et voilà un beau projet qui mériterait l'attention de tous.
Dans l'immédiat, je suis persuadé que les hommes et les femmes qui sont aux commandes des établissements peuvent à leur niveau redoubler d'efforts pour aider à encore mieux améliorer les conditions des apprentissages au quotidien.
Je me mets par ailleurs, à la place d'un enseignant lors de ses situations pédagogiques, et, je vis sa difficulté d'enseigner en cette période chaude. (surtout dans les établissements d'un autre temps, abimés, pas nécessairement rénovés.
Moi même, je ne m'y résoudrai pas.
Se concentrer à un travail intellectuel lorsqu'il fait chaud, relève d'un entraînement de forcené. Mais alors comment s'y prendrait un pédagogue pour calmer l'effet de chaleur des élèves en classe ? Peut-on utiliser la situation comme un vrai exercice de la pédagogie ? Comment faire pour aider à ne plus y penser et à se concentrer uniquement sur l'objet de son étude ?

12.Posté par JANUS le 28/01/2014 09:04

A Post 10

"... il n'y a vraiment pas de quoi s'alarmer que de donner 6 mois pour mieux se préparer ...".

Visiblement il y a un joyeux mélange lorsque nous parlons de calendrier climatique ...
Tout le monde s'accorde pour dire qu'il faut être en vacances en janvier et en février ...

Pour certains, il s'agit de revenir à l'ancien système avec un début d'années scolaire en août et de grandes vacances en plein milieu d'année scolaire ...

Pour d'autres, il s'agit de commencer l'année scolaire en mars ... et les élèves qui voudront faire des études auront six mois de plus pour préparer leur rentrée universitaire ...
Excellente idée me direz-vous ... Sauf qu'il n'y a aucune infrastructure, ni enseignants pour permettre cette préparation et cet accompagnement de ces élèves ...

Post 10, dites-moi dans quels lieux nos enfants passeront ces six mois ?
Dites-moi quels enseignants accompagneront nos enfants ?

Quand à vous, Monsieur Daniel Amouny, qui nous dites : "Nous notre problème, c'est l'école de la maternelle jusqu'au bac", je ne suis pas sûr que nous vivions sur la même planète ....
Notre île a besoin de diplômés ... Notre développement économique, la réussite de notre jeunesse passe en priorité par des études ... A moins que vous ne vouliez maintenir nos jeunes dans l'ignorance et la dépendance permanente à tout ce qui vient de l'extérieur ...

Quand vous dites ce genre de conneries, précisez que vous parlez en votre nom propre et pas du tout au nom des parents ... Je ne me reconnais nullement dans ce genre de propos ...

La réussite de nos enfants, de tous nos enfants, passe bien sûr par une bonne scolarité de la maternelle au Bac, mais cela ne doit jamais être l'objectif ultime ...
Nous devons tout faire, tout le temps, pour que les réunionnais accèdent à l'enseignement supérieur ...
Cela s'appelle la Formation tout au long de la vie (FTLV) ...
En tant que parent, si vous n'avez pas assimilé tout cela, vos enfants auront des problèmes dans leur futur ...
eo

13.Posté par Goyavlet le 28/01/2014 13:25

Dans ces syndicats, FCPE, APEP etc, il n'y a quasiment que des profs.

Virons tous ces fonctionnaires surpayés et sans jour de carence (rappel : 3 dans le privé) des syndicats de parents d'élèves et on aura un vrai débat.

On ne peut pas défendre l'intérêt de ses enfants en défendant son propre intérêt.

14.Posté par Jean-Marc le 28/01/2014 17:53

c'est sur qu'avec une telle représentation les dés sont jetés. Je pense qu'il faudrait effectivement revoir la représentativité des parents au sein de ces instances en proratisant selon l'appartenance des parents (enseignants et non enseignants). Chaque établissement a la possibilité d'identifier le pourcentage de parents dans ces deux catégories, de manière à établir son nombre de membres par catégorie au sein des structures associatives représentatives sinon de prendre le pourcentage départemental pour une application locale.
Il est clair que l'équité entre parents serait garantie enfin je crois !
Sur un plan démocratique je ne suis pas sûr que les choses pourraient ainsi se faire !
Autre idée, missionner des enquêteurs professionnels pour travailler sur cette question avec la mise en œuvre d'une approche scientifique objectivant le résultat et garantissant une réelle représentativité de la population.
En amont, il s'agit également de donner les informations à l'ensemble des parents, les avantages et inconvénients d'un dispositif s'appuyant sur des conditions climatiques. En effet certains parents ne maitrisent pas suffisamment les tenants et aboutissants alors que leur demande de se positionner sur le sujet.
Il y a une mission d'éducation populaire, à prévoir pour rétablir cette situation.
C'est dommage que les moyens d'approche du public existent partout, et que bien souvent, le système en place se contente de recueillir de l'information superficielle, qui sert au final à justifier, des changements fondamentaux, le cas du calendrier scolaire !
Ce travail bien évidemment doit être mené par des personnes externes aux établissements. Il doit favoriser une approche de l'académie, des enseignants, des associations représentatives des parents d'élèves et des familles dont des enfants sont scolarisés. L'ensemble de ces éléments recueillis serait à mon sens plus en rapport avec les réalités présentes à l'Ile de la Réunion.
Les rapports alors formalisés seront sans doute plus pertinents, car in extremis, leurs restitutions se feront d'abord au niveaux des enquêtés, et finalement présentés au plan médiatique, après avoir fait l'objet de proposition retenue sur le plan de l'académie.
Certainement j'ouvre une porte déjà ouverte. Mais l'organisation de l'enquête actuellement est-elle réalisée dans les règles de l'art ?
Pourquoi tant de divergences dans le rendu actuel ?
A-t-on pris en compte la réalité réunionnaise et des sondés lorsque nous avons formulé nos propositions ?
Permettez moi de m'en douter !
Je demande à vérifier la méthodologie.
Mais tout ceci, n'est qu'une observation personnelle !

15.Posté par Un peu de bon sens ! le 28/01/2014 18:49

D'abord le CDPE FCPE 974 n'a aucune légitimité auprès des parents ! c'est une fourberie ! ensuite, ne serait ils pas plus intelligent de proposer un calendrier scolaire de février à décembre (avec des examens en décembre) et 5 semaines de vacances en juillet août (ce qui correspond aux congés payés des parents ! sic ) et cela de manière NATIONALE ! on râle ici parce qu'il fait chaut en janvier, mais avez-vous penser aux petits métropolitains qui enfilent bonnet, veste bottes et j'en passe pour aller à l'école (certes il y a le chauffage) mais faut quand même sortir de chez soi par grand froid ! alors que si on adopterait ce type de calendrier, ce serait l'idéal ! enfin, je dis sa , mais , ce sont les intérêts économiques qui prévaux évidemment ! mais chut....

16.Posté par MG le 28/01/2014 20:29

Des FAITS:
1. Nous sommes dans l'hémisphère sud!
2. En ce moment, il fait souvent plus de 30°C dans les salles et bien pire sur les plateaux sportifs
3. 6 mois dans une vie de travail où on doit cumuler 43 annuités, c'est RIDICULE!

La poursuite des études en Métropole ne concerne qu'une MINORITE des bacheliers et ils pourraient mettre à profit ce temps pour: se remettre à niveau, mieux préparer leur départ, prendre un petit boulot pour faire des économies, voyager (pour les plus aisés), faire du bénévolat dans des associations caritatives, ........ PROFITER DE LA VIE!!!!!!!!!!!!!!!

17.Posté par polo974 le 04/02/2014 08:52

16.Posté par MG le 28/01/2014 20:29 | Alerter
"""
Des FAITS:
1. Nous sommes dans l'hémisphère sud!
2. En ce moment, il fait souvent plus de 30°C dans les salles et bien pire sur les plateaux sportifs
"""

D'autres faits:
1. Ici, la température monte rarement au-dessus de 35°C
2. En métropole, il n'est pas rare d'avoir des journées (des semaines) nettement au-dessus, et cela, juste au moment des exams, donc la balle au centre et buvez de l'eau en quantité suffisante.

Si on inverse le calendrier ça va chouiner parce qu'il fait trop chaud et qu'il risque d'y avoir des alertes cycloniques au moment des exams...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >