MENU ZINFOS
Océan Indien

La "Boîte de pandore" de l'UNICEF sur l'impact de la crise malgache


L'UNICEF (Fonds des nations unies pour les enfants) a publié un rapport explosif sur les conséquences de la crise politique sur les enfants malgaches. Les résultats sont alarmants et renforcent un peu plus le désarroi dans lequel vivaient déjà les enfants avant la grave crise qui a commencé à secouer la Grande-Île depuis le début de l'année.

Par Ludovic Robert - Publié le Mercredi 24 Juin 2009 à 07:45

La "Boîte de pandore" de l'UNICEF sur l'impact de la crise malgache
"Je rêve de ce que j'ai vu à la télé toutes les nuits. Je vois le sang et les pleurs. J'entends les cris et je vois la mort venir". Ces mots sont ceux d'un enfant qui témoigne de la souffrance psychologique et morale dont il est la victime depuis les premiers jours de la crise à Madagascar.

L'UNICEF a, en effet, publié hier les résultats de son rapport sur les impacts de la crise politique sur les enfants; impacts qui se traduisent régulièrement par des traumatismes psychologiques. A partir de poèmes, de dessins et de discussions collectives et individuelles, 12.800 malgaches âgés de 6 à 18 ans et originaires d'Antananarivo ont expliqué leur ressenti quant au contexte actuel du pays. Un ressenti résumé dans le rapport de l'UNICEF : la "Boîte de pandore".

La "Boîte de pandore" de l'UNICEF sur l'impact de la crise malgache
Des enfants manipulés par des adultes...

Comme l'indique Lova Rabary-Rakotondravony de l'Express de Madagascar, ces milliers d'enfants ont été témoins, victimes et/ou acteurs des violences à l'image de ce témoignage poignant d'une enfant : "Je me sens très malheureuse car papa n'a plus de travail. (...). Je me sens fâchée, (car) les polémiques politiques prennent place dans les établissements scolaires; (...). Les malgaches deviennent violents et la fraternité est détruite..."

Au delà des traumatismes résultant des actes de violences vus à la télé ou en direct, c'est le développement psychologique des enfants qui soulève le plus d'inquiétudes à l'UNICEF. Le représentant résident de cette organisation internationale, Bruno Maes, indique que les "expériences négatives de la crise exposent les jeunes à des risques à long terme et conduisent à l’appréhension permanente de devenir agressifs". Par ailleurs, "ceux qui ont participé aux pillages des magasins sont considérés comme des héros dans les cours des écoles, tandis que ceux qui n’ont rien eu sont perçus comme des incapables. (...). Le pire, c’est que ces actes, ainsi que les violences, ont été encouragés par des adultes, comme les parents, les enseignants et les leaders communautaires" indique un travailleur social.

Les 12.800 jeunes questionnés ont aussi déclaré qu'ils avaient participé à des émeutes, jets de pierres et autres pillages, après avoir été manipulés par des leaders communautaires avec de l'argent (5.000 à 15.000 ariary).

Cela fait plus de quatre mois que la crise sévit à Madagascar. Les enfants sont souvent en première ligne de ces événements qu'ils vivent quotidiennement de l'intérieur ; un quotidien que tous semblent ignorer alors que le contexte socio-économique ne cesse de se dégrader...




1.Posté par darkalliance le 24/06/2009 08:13

A qui la faute ? : que l'UNICEF aille demander des comptes l'ex-dictateur des Hauts Plateaux, il se trouve en Afs ... un petit tour du côté de La HAYE lui ferait grand bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes