Social

[LIVE] Grève au CHU: L'intersyndicale reçue par l'ARS, le mouvement se poursuit

Mardi 28 Février 2017 - 10:44

17H30 : La direction du CHU fait savoir que, suite au mouvement de grève de ce mardi, le dernier point de 15h faisait état d'un : 
Taux de mobilisation des Personnels Médicaux : 55%
Taux de mobilisation de Personnels Non Médicaux : 30%

13h45: La délégation de l'intersyndicale reçue par le directeur général de l'ARS OI, François Maury, est ressortie sans trop de garanties mais avec la promesse qu'il allait interpeller la ministre de la Santé, Marisol Touraine. "Il devrait voir avec le ministère concernant les accompagnements financiers et calculer le surcoût que nous avons a La Réunion, explique Leonel Camatchy, président de la section CFTC, mais nous n'avons aucune garantie pour le moment, notamment concernant les postes. Nous attendons la réponse de la ministre. Pour le moment la grève se poursuit".

10h: "Aujourd'hui c'est la santé des Réunionnais qui est mise en danger !". Tel est le cri d'alerte lancé au micro ce mardi par David Belda, secrétaire général FO, alors que le personnel du CHU de la Réunion est en grève illimitée depuis ce matin, à l'initiative de l'intersyndicale CFDT-CFTC-FO-UNSA-Sud.

Les deux sites (Saint-Pierre et Saint-Denis) sont concernés par ce mouvement qui dénonce notamment la suppression de postes. Le fait que d'autres îles aient bénéficié d'aides de l'Etat conséquentes, contrairement à la Réunion, est également décrié.  

Dans le chef-lieu, ils sont environ 300 à être rassemblés ce matin pour faire entendre leur mécontentement. Depuis 10 heures, les interventions se succèdent. Syndicalistes, mais aussi médecin et élus. La députée Huguette Bello est présente, pour apporter son soutien (voir vidéo ci-dessous), tout comme Catherine Gaud (conseillère régionale) et Serge Camatchy (vice-président de la Région), eux-même issus du milieu médical. Le député Philippe Naillet s'est lui aussi exprimé. 

"On est contre la suppression de 250 postes et la fermeture de 125 de lits. Avec cette mesure, on ne peut pas soigner correctement les malades", déplore Leonel Camatchy, président de la section CFTC.

"On ne peut pas supprimer 250 postes [alors que] c'est flagrant qu'il manque de l'effectif. D'abord, essayons de construire cet effectif suffisant, nécessaire, pour avoir une bonne continuité et une bonne qualité de soins".  

L'ARS étant juste dans le viseur, la démission de son directeur général, François Maury, est demandée. Les grévistes ont entrepris une opération escargot, en direction des locaux de l'ARS à Sainte-Clotilde.

Toutefois, malgré le mouvement de grève, la continuité du service public est assurée. L'effectif est similaire à celui déployé en week-end. Quelques perturbations se font malgré tout ressentir, notamment dans le service maternité, où les patientes n'ont pas eu de petit déjeuner. Les urgences fonctionnent normalement, seuls les rendez-vous non-urgents prennent du retard.
 






[LIVE] Grève au CHU: L'intersyndicale reçue par l'ARS, le mouvement se poursuit

[LIVE] Grève au CHU: L'intersyndicale reçue par l'ARS, le mouvement se poursuit
Soe Hitchon sur place
Lu 3840 fois



1.Posté par lio le 28/02/2017 11:01 (depuis mobile)

Arretez de parler aux nom des Reunionnais ! Parmis les 250 postes supprimers il n''y aura pas d''aide soignants , sage femmes , infirmiers etc... on veut juste les 250 qui sont entrés par piston au CHU sans passer par des concours . Dehors !

2.Posté par SITARANE le 28/02/2017 11:34

CE N'EST PAS LA SANTÉ QUI EST EN DANGER MAIS LEUR EMPLOI !!!!!!! ILS N'ONT QU'A ALLER DANS LE PRIVÉ.................

3.Posté par snak le 28/02/2017 12:46

par expérience le corps administratifs y gratte la fesse et y encaisse (majoration vie chère y coute cher!! si ou embete a li y pren 6 mois arrêt de travail !!)

4.Posté par cmoin le 28/02/2017 17:07

800emplois non médical créés entre 2010 et 2015,faut faire un régime en effet!

5.Posté par Kat 974 le 28/02/2017 17:29 (depuis mobile)

Je pense que votre experience n est pas aller tres loin... le corps administratifs du CHU fourni un enorme travaille!!et puis peu importe administratifs ou pas!!tout le monde a besoin de travailler 250 postes supprimer ces 250 familles sans emploi!!!

6.Posté par Vous chantiez ? Et bien, dansez maintenant ! le 28/02/2017 19:47

Il y a une justice dans ce monde !

Cette caste a vécu aux crochets du monde économique pendant des décennies. Mais elle ne s'est pas contentée de lui sucer le sang, elle lui a bouffé la moelle. Aujourd'hui, la bête est morte, le financement avec.

Je me souviens lorsque j'ai eu un conflit avec un salarié. Il est allé voir un médecin, spécialiste du certificat médical, afin de l'aider à pourrir la boite. Faux certificats médicaux, faux arrêts de travail, faux accidents de travail.

Il est malin, le monde médical. Il coupe la main qui le nourrit ! La main qui le finance. Aujourd'hui, nous arrivons à la fin d'un processus et au début d'un autre : la privatisation à outrance de la médecine. Fillon est prêt à donner le monopole aux assureurs. Le patient va souffrir, le monde médical avec.

250 licenciements ?
Ce n'est qu'un début.

Mon épouse a le statut de salariée au sein de mon entreprise. Chaque année, je paie la médecine du travail pour une convocation tous les deux ou trois ans. Arnaque totale.
Dialogue type avec le médecin qui ne sait pas qu'elle est la femme du boss :
- vous êtes sûre que vous n'êtes pas stressée ?
- non, ça va très bien.
- n'ayez pas peur. Dîtes le nous. Nous avons les moyens d'emmerder votre boss.
- non, ça va.
- n'hésitez pas à nous contacter quand vous voulez

J'avais un salarié pompier volontaire. Chaque mois de juillet, il avait un stage. Il allait voir un médecin spécialiste des arrêts bidon et se faisait prescrire un accident de travail. Motif idéal : mal de dos suite à un faux mouvement. 15 jours à 3 semaines d'arrêts, aux frais de l'entreprise.

250 licenciements ?
Mette encore, la pas assez !

Vous êtes en plus assez crétins pour confier votre défense à ces syndicats pourris qui vous ont emmené dans cette situations. Vous êtes encore plus cons que je ne le pensais.

P.S pensez à nous, chefs d'entreprises, la prochaine fois que vous remplirez vos faux arrêts maladies à l'aide de vos stylos plein de m...

7.Posté par Vous chantiez ? Et bien, dansez maintenant ! le 28/02/2017 19:48

Il y a une justice dans ce monde !

Cette caste a vécu aux crochets du monde économique pendant des décennies. Mais elle ne s'est pas contentée de lui sucer le sang, elle lui a bouffé la moelle. Aujourd'hui, la bête est morte, le financement avec.

Je me souviens lorsque j'ai eu un conflit avec un salarié. Il est allé voir un médecin, spécialiste du certificat médical, afin de l'aider à pourrir la boite. Faux certificats médicaux, faux arrêts de travail, faux accidents de travail.

8.Posté par PATRICK CEVENNES le 28/02/2017 22:00

fukcd473
Ôtez-moi d'un doute. Le patron qui est aux commandes du CHU n'est-ce pas celui-la même qui a obtenu son poste au prétexte fumeux de "ses compétences régionales".
C'est bien le Crefom avec une palanquée d'endogènes abrutis finis qui sont aller pleurer en haut lieu pour que lui revienne ce poste.
N'est-ce pas Paris, haut lieu, qui a ordonné le licenciement ?
On dirait bien un juste retour de bâton !

9.Posté par klod le 28/02/2017 22:37

post 6 et 7 ou les frustrés de la vie comme elle va ................... ou fé pitié , nous compassionnons ! "mon épouse" , mon dié , ....................

bon le lambrequin na toujours raison ......... nan ?




10.Posté par klod le 28/02/2017 22:43

post 6 et 7 , d'un probleme personnelle on en fait :" ces salauds" ................ un exemple de l'horreur de la "démocratie directe" ..............
probleme personnelle réelle , mais à ne pas "généraliser" ..complexe ?

11.Posté par Kreol974 le 01/03/2017 07:01

A toutes ces personnes qui tirent sur les grévistes contre la mort du CHU , car c'est bien de ça qu'on parle... je ne vous souhaite pas vous, ni à votre famille d'être malade dans un futur proche, et j'espère qu'a ce moment là , vous aurez une très bonne mutuelle quand vous irez vous faire soigner dans le privé... Je ne vous souhaite d'avoir un accident , et que ce soit juste un ambulancier privé qui vienne vous chercher , à la place d'un médecin et infirmier du SMUR ....Je ne vous souhaite pas d'être sans emploi , et de ne pas accès à des soins .... mais je vous souhaite de prendre un peu de recul , de lire sur le fond d'où vient ce passif financier , quels sont les biens pensants et costars cravates qui ont créet cette situation, de comparer la situation financière du CHU à plusieurs CHU de métropole... alors peut-être comprendrer vous le vrai problème et ne ferez pas comme tous ces ignorants qui commentent sans savoir....

12.Posté par L'Union Régionale Est de la CGTR le 01/03/2017 18:26

CHU EN GRÈVE : ASSEZ D’ÉCONOMIES SUR LE DOS DU PERSONNEL ET DES MALADES !

Suite à un audit commandé par l’IGAS faisant ressortir que le CHU avait cumulé un déficit de 26 millions d’euros en 2016, la direction de celui-ci a préconisé un plan d’économies pour le résorber en quelques années.
Ce plan consiste à réduire les effectifs du CHU et le nombre de lits mis à disposition des malades. 250 suppressions de postes de travail ainsi que la fermeture de 115 lits sont ainsi programmés.
Cette annonce a provoqué la colère du personnel de l’hôpital et des ses organisations syndicales. En effet cette décision va à l’encontre de l’accord qui avait été signé en 2012 entre la direction du CHU et des organisations syndicales des salariés garantissant la pérennité du financement du CHU.
Elle est aussi particulièrement choquante parce que les effectifs ne permettent pas de faire face à l’afflux des malades. Ces dernières années, leur nombre a augmenté de plus de 10 %. La Réunion est en effet particulièrement touchée par de nombreuses maladies telles que le diabète (un Réunionnais sur dix), les affections cardio-vasculaires, l’obésité et les maladies chroniques.
L’IGAS et la direction du CHU dans leur obsession comptable font donc fi du personnel du CHU exerçant dans des conditions de plus en plus difficiles. Certains salariés étant proches du burn-out. Ils font aussi fi du sort des malades qui doivent attendre parfois une journée entière comme aux urgences avant de pouvoir être pris en charge et soignés.
Dans un pareil contexte, leurs économies sont criminelles et le personnel a eu totalement raison de décider de répondre par la grève pour imposer une autre solution. Et cette solution, c’est que l’État mette suffisamment d’argent à la disposition de l’établissement de soins. En effet, l’État ne contribue qu’à hauteur de 8 % dans le budget de fonctionnement du CHU qui de ce fait doit quasiment totalement s’auto financer alors que l’État lui impose une baisse de ses tarifs et la prise en charge de patients venant de Mayotte, sans compter celle abusive de la formation médicale.
Voilà pourquoi le personnel du CHU, à l’appel de son intersyndicale, a décidé de se mettre en grève à partir de ce mardi, rejoint, et c’est un signe qui ne trompe pas sur la profondeur du mécontentement, par le corps des médecins.
L’Union Régionale Est est entièrement solidaire du combat mené par le personnel du CHU. La direction du CHU et le gouvernement doivent mettre à sa disposition les moyens financiers pour fonctionner correctement. Non aux suppressions de postes, oui aux embauches !

13.Posté par IDE EN GReve le 02/03/2017 09:30

Les grévistes filtraient l'accès au CHU, leur lieux de travail, où ils pouvaient distribuer et informer à l'entrée chaque personne sur la grève = embouteillage.
Vous voulez qu'ils la fassent comment la grève, en faisant un sitting dans les chambres des patients???

J'ai lu CHU=MAFIA, non non les 46 millions ils ont pas atterrit dans la poche des employés du CHU, il y a un dysfonctionnement évident, mais bon 46 millions pour le CHU ( la santé, vous savez le lieux où vous allez quand vous êtes malade, cancers, diabète, hypertension, accouchement..., le lieux de vies et de morts quotidiens) vous choque mais 1 milliard et des brouettes (1 000 millions hein) pour une route vous trouvez ça normal et logique (ben oui là ça touche l'économie locale, le développement... le porte feuille donc).

250 postes supprimés (départ à la retraites non remplacés ça reste un poste en moins dans une équipe, le travail que fait 8 infirmiers n'est pas le même que celui d'une équipe de 7!) et les lits supprimés c'est:
Vous trouvez que vous attendez longtemps aux urgences avant d'être pris en charge, et bien avec juste un médecin en moins, c'est moins de patients vu dans l'heure (ben oui si un médecin voit par exemple 5 patients en 1 heure, sur 12 heures de vacation c'est 60 patients en moins qui seront vus).
Si ensuite il y a une infirmière en moins, et bien les prescriptions prendront plus de temps a être réalisés (donc vous resterez encore plus longtemps dans le service des urgences, effets boules de neige..), vous avez mal? il faut le temps que l'infirmière prépare les médicaments des 20 autres patients qui ont tous leur maux ( si elle met juste 2 minutes à préparer 1 médicament, cela fera toujours 40 minutes plus tard pour le votre...) bien entendu ça c'est seulement si le médecin vous a déjà ausculté et fait une ordonnance pour la douleur sinon il va falloir attendre que celui ci puisse vous le prescrire, on revient au temps d'attente là...
Une aide-soignante en moins? facile vous trouvez horrible que personne ne vienne accompagner votre mamie au toilette et qu'elle doive porter une "couche" et que celle-ci est pleine depuis une heure? ah et aussi qu'elle n'a pu avoir son petit déjeuner QUE à 10h30? Ben oui mais vous savez une aide-soignante qui doit se charger de 15 toilettes, c'est à dire laver 15 patients et accessoirement changer les draps, rhabiller les patients, emmener ceux qui le veulent aux toilettes, attendre qu'ils finissent leurs commissions pour parfois les essuyer, les rhabiller et puis préparer et distribuer le petit-déjeuner et tous cela avant 12h, oui à midi il y a aussi le repas a distribuer normalement, tout cela toute seule en 6h de temps? Non sérieusement ne vous étonnez pas que les petits déjeuner soient retarder, que les draps ne soient pas changer tous les jours, que les patients restent dans leurs pipis 30minutes, 1 heure... Un être humain n'a pour le moment que deux bras et deux jambes.

Ensuite si dans les services on supprime des lits, par exemple en chirurgie orthopédique (pour les fractures, chutes et autres accidents fréquents de ce type), en gériatrie ( service dédié dans la prise en charge des personnes âgées qui sont plus fragiles), en réanimation ( là où vous allez quand votre vie est en danger, où la mort rode autour de vous), si il y a moins de lits dans ses services, si lorsque vous vous présentez à l'hôpital mais qu'il n'y a plus de place pour vous accueillir parce que les lits de ces services seront tous occupés, où allez vous être hospitalisés???
Vous allez attendre dans les couloirs des urgences, attendre qu'une place se libère pour vous faire opérer, si la réanimation est pleine??? On vous mettra où??
Je vous le dis? Les médecins vous se battre pour essayer de vous "caser" quelque part, un autre hôpital? (les réanimations sont à saint pierre et à saint denis ) mais là il faudrait d'abord que vous soyez transportable et que vous pouvez tenir le temps de faire la route bien sûr...
On va quémander auprès des praticiens hospitaliers pour trouvez comment vous sauvez la vie, parfois on y arrive à temps parfois on appel cela décès par retard de prise en charge.

Brefs la liste de ces dangers n'est pas exhaustive, alors s'il vous plaît arrêtez de dire que l'on se plaint pour rien, que vulgairement on vous vous chiez avec cette grève, quand vous serez sur un lit d'hôpital on en reparlera!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter