Social

[LIVE] Des milliers de Mahorais dans la rue contre l'insécurité

Mardi 13 Mars 2018 - 12:24

Annick Girardin a entamé son deuxième jour de visite à Mayotte. Une journée marquée par un défilé géant dans les rues du chef-lieu, Mamoudzou. Des milliers de Mahorais ont marché pour crier haut et fort ce qu'ils ne cessent de rappeler depuis trois semaines, à savoir leur ras-le-bol de vivre dans un climat d'insécurité permanent.

Le défilé est parti de la barge pour passer place mariage, devant la préfecture, et descendre devant la mairie. C'est devant l'hôtel de ville que le député Mansour Kamardine s'est exprimé avant le leader de l'intersyndicale pour réclamer des mesures "contre l'insécurité et la violence". "Il n'y a pas de liberté s'il n'y a pas la base qui est la sécurité", a-t-il plaidé, devant une foule de manifestants.

Le discours s'est ensuite poursuivi en shimaoré. Le député LR de la 2e circonscription a ainsi expliqué que des professeurs se sont fait agresser ou encore que tous les élus, "même ceux qui ne peuvent être présents aujourd'hui, les députés et les 17 maires de Mayotte",  sont avec le peuple pour régler le problème. La foule s'est alors mise à huer, visiblement le manque d'activisme des élus. Du coup, le député a surenchéri en disant qu'il fallait fermer le bureau des étrangers et que ceux qui n'ont pas de papiers doivent se faire expulser et que les autres resteront et devront s'intégrer.

Par ailleurs, une partie du cortège s’est engouffré dans le Conseil départemental où une réunion préparatoire à une réunion de crise cet après-midi s’y tenait en présence des élus du Conseil départemental (14H heure locale - 15 heure Réunion). 

Annick Girardin doit rencontrer dans la journée le collectif de citoyens à l'origine de la grève générale.

La tension est donc loin de retomber malgré la liste de mesures annoncée hier par la ministre des Outre-mer. Voici plus bas le communiqué conjoint du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer qui dévoile les mesures pour Mayotte :
 
I - Renforcer la lutte contre l’insécurité au quotidien, dans la durée :
- Maintien sur le territoire, jusqu’à la fin de l’année scolaire, de 60 gendarmes supplémentaires (par le maintien de l’escadron de gendarmes mobiles arrivé en renfort début mars)
-  Pérennisation du demi-escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort de la gendarmerie départementale depuis 2016
- Création d’une brigade de gendarmerie nationale à Koungou
- Augmentation de 50% des effectifs de la réserve territoriale de la Gendarmerie (actuellement 60 réservistes)
- Accélération de l’arrivée de nouveaux renforts : 10 policiers supplémentaires arrivent en mars 2018 et 16 gendarmes d’ici au 1er août 2018. Ces effectifs permettront notamment d’armer la nouvelle brigade de prévention de la délinquance juvénile de la gendarmerie

- Augmentation des crédits du Fonds interministériel de prévention de la délinquance à 330.000 €, notamment pour faciliter le développement de la vidéo-protection et un partenariat dans le cadre de la zone de sécurité prioritaire en cours de création
- Déploiement de la police du quotidien à Mayotte, avec l’arrivée de 20 gendarmes supplémentaires (affectés pour les 2/3 dès 2019, soit une affectation plus rapide que le rythme national) et l’arrivée de 10 policiers supplémentaires.
 
Depuis la signature du plan de sécurité pour Mayotte en 2016, l’augmentation des effectifs de sécurité a été réelle et significative :
> Gendarmerie départementale : +124 gendarmes depuis 2016 (+ 104 au 1.08.2018)
> Police nationale : + 81 policiers depuis 2016 (+71 au 1.08.2018)

II – Renforcer la lutte contre l’immigration clandestine et ses conséquences

- Création ce mois-ci d’un Etat-major opérationnel de lutte contre l’immigration clandestine, à terre et en mer, sous la direction d’un sous-préfet - chef d’Etat-major
- Envoi immédiat par la Marine Nationale d’un navire patrouilleur militaire pour renforcer les capacités de surveillance en haute mer jusqu’à l’arrivée des nouveaux intercepteurs (été 2018)
- Engagement et garantie d'une capacité d’intervention H24 en mer par ces moyens renforcés et grâce à une nouvelle organisation du dispositif de lutte contre l’immigration clandestine







Camille Sabadel sur place
Lu 1793 fois



1.Posté par Ti kreol le 13/03/2018 14:47

Guyane environ 260 000 habitants= 1 Millard de plus.
Mayotte environ 250 000 habitants = 330 000 euro de plus.
La Réunion environ 850 000 habitants= 0 euro de plus.

2.Posté par noe le 13/03/2018 14:51

Et on oublie l'insécurité à la Réunion ?
On se fait tuer sur nos routes par les voyous du volant , on se fait voler ses biens chez soi , on se fait arnaquer pour les impôts , on se fait tromper par nos élus !!!!!
A quand une bonne manifestation à la Réunion comme jadis lors des augmentations du gaz ?
Mayotte nous donne des exemples !

3.Posté par Samwinsa le 13/03/2018 15:34 (depuis mobile)

Noe, ou lé pa ché ou. I sufi mi li out komantèrs su gendarmes originaires po savoir kou lé pa ché ou terlà. Rode pa po tazé.

4.Posté par Ti baptiste le 13/03/2018 16:17

Qui est responsable de cette insécurité sinon des mahorais eux mêmes??? Alors qui doit régler le problème???

5.Posté par Carlo le Calamar le 13/03/2018 16:38

Il faut laisser Noé B. s'exprimer même si ses commentaires sont envoyé un peu en l'air des fois.

6.Posté par Sophie le 13/03/2018 17:08

Peut être l'heure de l'envol de l'indépendance pour les DOM...

7.Posté par Kanal bisik le 13/03/2018 17:15 (depuis mobile)

Ils sont en insécurités chez eux ? Moi aussi ,certains ont dus quittés anjouan et venir directement ici ?

8.Posté par Manuréva le 13/03/2018 17:19

On se fait tuer sur nos routes par les voyous du volant , on se fait voler ses biens chez soi , on se fait arnaquer pour les impôts , on se fait tromper par nos élus !!!!!

C'est la réunion. Tout est mis en coupe réglée : l'ordre des notaires, des avocats, jusqu'à l'Aurar ?
Ne dites pas à votre banque votre projet : vous risquez que votre pret soit refusé et , plus tard, attribué à un cop(k) ain. Ainsi va la vie à la réunion, tout le monde ne demande qu'à se sucrer sur le dos des cons de M.....

9.Posté par Dumazile le 13/03/2018 17:43 (depuis mobile)

Post 8 : Manureva :
" lvoyous du volant, arnaquer pour les impôts , tromper par nos élus ! "
Imagine ton mari conduit, il travaille aux impôts et il est élu ? T''auras vraiment pas de chance.

10.Posté par Hugo le 13/03/2018 19:16 (depuis mobile)

Aimez la ou quittez la....c est exactement ce qu ils veulent...que tous les blancs partent .... Faut la soigner l'insécurité....

11.Posté par le 24mars le 13/03/2018 19:48

il y auras une manitestation le 24 mars devant la préfecture je de mande aux autorités de surveiller s'il y aurais pas de débordements .b[

12.Posté par Simandèf le 13/03/2018 20:12

Dieu pour tous et chacun pour soi semble être la devise de Mayotte puisque chacun défend ses intérêts alors pourquoi pas chacun chez soi et les moutons seront bien gardés. On voit le coup venir cette histoire va contaminer la Réunion les mahorais d'ici on déjà pris position et des rassemblements sont prévus. Le vivre ensemble à la réunionnaise risque d'être bousculé.

13.Posté par Yas le 13/03/2018 20:31

A Hugo.
Arrêtez d’écrire n’importe quoi. Nous voulons que les sans papiers partent. Qu’ils soient blancs ou noirs. Il est certain qu’un blanc venu d’un pays non européen doit partir à la fin de son visas. Pas de clandestins à Mayotte.

14.Posté par Clande le 13/03/2018 20:59

Les Blancs quittez cette ile il n'y a rien à y faire
Allez au mieux sur la Réunion c'est pas mieux mais vous êtes un peu plus en sécurité
Et au mieux rentrez en métropole,, ces iles deviennent invivables et sans sécurité
Que la France leur rende leur indépendance qu'ils se demmerdent au bout du monde
qui finalement se trouvent en Afrique à plus de 10.000 kms de la Métropole.

15.Posté par klod le 13/03/2018 21:55

je ne comprends certains commentateurs réunionnais, pov974 ( dont JE suis!!!!!) / zot y pleure su les mahorais à la RUn ..........................???????????

tir malol , o twa , foutor ! Mayotte est framçaise selon la loi framçaise ! à partir de cela ; libre circulation entre Mayotte, l'hexagone et la Réunion ...............

fallait pleurer en 1974 , quand la Framce a refusé le Droit international sous Giscard .......... la run pleure toujours en retard !


aujourd'hui , c'est un département framçais qui devraient avoir les memes droits et devoirs qu'ailleurs !

perso , Je pense que la Framce aurait du respecter le droit international en 1974////////////////// et ce , malgré les circomvolutions de l'histoire coloniale framçaise qui ont fait que Mayotte aitt plus d'attache que l'ensemble des Comores avec la France , c'est sur! Mais la sphère culturelle mayotte /comore est pourtant la meme !!!!!!!!!!!! ha , l'histoire coloniale framçaise .................................

assumons maintenant ! fallait pleurer en 1974 ! Mayotte : département français , Réunion : département français .................. vive l'Océan Indien français ................. ASSUMONS !

trop tard pour refaire l'histoire .

Mme Bareight n' a pas tord ; construisons une maternité à Anjouan à défault de renier l'histoire coloniale framçaise , NAN , kriké , kraké !

"Le vivre ensemble à la réunionnaise risque d'être bousculé" ? ha bon ? ce "vivre ensemble" est donc figé ? restrictif comme vision de l'histoire, NAN , comme d'hab ? assumons Mayotte framçaise , fallait "pleurer" avant , HIN !

16.Posté par Armande le 14/03/2018 07:00

RAF de Mayotte

17.Posté par jpleterrien le 14/03/2018 09:38

Une idée ! En 2009, c'était bien le couple infernal Sarko- Fillon qui sévissait, non ?
Alors, on les renvoie à Mayotte régler le problème qu'ils ont créé.....

18.Posté par fernand le 14/03/2018 09:48

Les problèmes de fond à Mayotte sont la délinquance, l'immigration clandestine, l'insécurité, la mauvaise (et absence) d'éducation des mineurs livrés à eux-mêmes et des taux de natalité records. La délinquance a augmenté en flèche ces dernières années avec son lot quotidien de cambriolages, de vols à l'arrachée et de violences. La violence est très souvent présente dans les établissements scolaires et aux abords et cette violence scolaire est devenue difficilement gérable (comme dans certains quartiers de métropole). Les rixes entre jeunes de villages rivaux sont fréquentes et s’accompagnent de coups de marteau ou de machette. La France n’a qu’à supprimer aussi le droit du sol pour dissuader les mères de famille comoriennes qui abandonnent leurs enfants à Mayotte dans l’espoir qu’ils auront la carte d’identité française à leur majorité étant donné qu’ils sont nés à Mayotte. En attendant, comment font ils pour survivre ? Ils agressent, volent, cambriolent. Par ailleurs, Les allocations familiales devraient être inversement proportionnelles au nombre de naissance par femme. . Par exemple: 1 enfant 300 €/mois pour 2 enfants 200 €/mois, 3 enfants 100 €/mois et enfin 4 enfants plus d'allocs.

19.Posté par polo le 14/03/2018 10:18

@simandef,pourquoi voulez vous que les mahorais manifestent ici et pour quelle raison?

20.Posté par Choupette le 14/03/2018 14:09

17.Posté par jpleterrien

Oui, et la justice immanente leur a réglé leur sort : le diablotin à talonnettes n'a pas été réélu et l'autre a subi l'opprobre pour avoir piqué dans la caisse.

Un jour, le diablotin à talonnettes se retrouvera en prison pour avoir voulu mélangé l'huile et l'eau ... . Actuellement, il essaie par tous les moyens de se faire remarquer avec sa famille recomposée mais ça ne marche pas.

21.Posté par Curieux ! le 15/03/2018 09:49

@15.Posté par klod

Oté Klod, et si Jah voulait bien se réveiller... l'ordre quoi !

22.Posté par Amiral la Po le 16/03/2018 13:41

Aimez la ou quittez la....
cela me rappelle la phrase d'un grand homme blanc qui s'est fait traiter de raciste;facho etc etc....
et là sé in black mahorais qui ecrit ça!!!!
Aucunes réactions de certains gôôôôchiasses!!!!
L anti racisme à sens unique.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter