Courrier des lecteurs

LBSJS 138 : "Le Groupe Bilderberg et la Trilatérale"

Jeudi 15 Février 2018 - 17:41

Diaporama et débat à Saint Denis à "L’Arbradélis" Lundi 19 Février 2018 de 18h00 à 20h30


LBSJS 138 : "Le Groupe Bilderberg et la Trilatérale"
 Le groupe Bilderberg est un rassemblement annuel et informel d'environ 130 membres, essentiellement américains et européens, dont la plupart sont des personnalités de la diplomatie, des affaires, de la politique et des médias. Ce forum annuel a été inauguré en mai 1954 à Oosterbeek aux Pays-Bas, lors d'une réunion à l'hôtel Bilderberg (d'où son nom) et possède des bureaux à Leyde.
 
La Commission trilatérale (parfois abrégée en  Trilatérale) est une organisation privée créée en 1973 à l'initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du Council on Foreign Relations, parmi lesquels David Rockefeller, Henry Kissinger et  Zbigniew Brzezinski. Regroupant 300 à 400 personnalités parmi les plus remarquées et influentes de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l'Asie du Pacifique (États dont la plupart sont également membres de l'OCDE), son but est de promouvoir et construire une coopération politique et économique entre ces trois zones clés du monde, pôles de la Triade. Il s'agit d'un groupe partisan de la doctrine mondialiste, auquel certains attribuent l'orchestration de la mondialisation économique.
 
La non-médiatisation des conférences de Bilderberg, qui se tiennent au mois de mai ou juin de chaque année, a entraîné des spéculations sur une éventuelle discipline médiatique de silence qui violerait le principe d'existence du journalisme. Parmi les reproches, on notera la crainte de voir une structure collégiale abritant un petit nombre de personnes prendre, sans contrôle démocratique, des décisions importantes en économie ou en politique. Des sources journalistiques belges évoquent la possibilité que les membres de la conférence s'engageraient à user de leur influence pour faire appliquer ce qui a été convenu au cours de la conférence. Voyons ce soir ce qu’il en est réellement.                            
 
La suite sur : http://aid97400.lautre.net/spip.php?article1587
Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
Lu 647 fois



1.Posté par SPARTACUS974 le 16/02/2018 06:32

Dans le monde des bisounours,Bilderberg et la trilatérale appartiennent aux délires des dangereux complotistes car tout le monde le sait,tous ces dirigeants ne sont que d'aimables philantropes qui ne pensent qu' à sauver la veuve et l'orphelin.Bildergerg a adoubé Macron car ses dirigeants avaient la conviction que lui seul pouvait sauver notre beau pays des misérables mécréants.

2.Posté par Zarin le 16/02/2018 09:43

Nous devenons des marionnettes...

Personnages mécanisés, les marionnettes symbolisent, aussi, une forme de manipulation.

Ne sommes-nous pas tous des marionnettes ? Manipulés par les médias, par la société de consommation, conditionnés pour acheter, nous devenons, souvent, des pantins dans une société de masse.

http://rosemar.over-blog.com/2015/12/nous-devenons-des-marionnettes.html

3.Posté par Réunionnaise le 18/02/2018 11:07 (depuis mobile)

Peu de commentaires. C'est la totale anesthésie. Dormez, tout va bien.

4.Posté par maikouai le 03/03/2018 22:04

En ne considérant que le monde occidental, serait-il encore possible d’y rencontrer encore un grand dirigeant politique, non « adoubé » par cette « Trilatérale »? Tenter d’y répondre, c'est commencer à s’apercevoir pourquoi cette "concurrence déloyale" a été ainsi imposée au nom d’un libre-échange faussé et, acceptée sans réel esprit critique. Le pseudo bien être, retiré de la situation, sans compter ce chômage de masse, devrait être de courte durée. En effet, à ce jeu de "yoyo économique international d’emprisonnement ", (profitant exclusivement à la même minorité apatride, véritables patrons du monde et, voulu par nos dirigeants), qui passe entre autre par ce grave dépouillement du savoir-faire national, la résultante à terme de ce processus sans un sursaut contraire, ne peut qu’être catastrophique pour le peuple…
Comme bien d’autres sans réel pouvoir à l’époque, Philippe Seguin aussi, n’avaient probablement pas tords de tirer la sonnette d’alarme sur l’excessif envisagé ?!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Octobre 2018 - 11:55 La Saline, la fin d'une époque

Vendredi 12 Octobre 2018 - 16:30 La dystopie libérale