MENU ZINFOS
Zot Zinfos

L'opposition à St-Leu remet les pendules à l'heure


Par - Publié le Mercredi 4 Mars 2009 à 15:55 | Lu 1276 fois

L'opposition municipale de Saint-Leu a tenu ce matin une conférence de presse au cours de laquelle elle a fait le tour des dossiers communaux.

1)    La situation financière de la Commune
Nous souhaitons tout d’abord dénoncer la campagne de propagande organisée par le Maire au travers de la récente distribution d’un tract municipal dans lequel il a dressé les 11 mois de  gestion de la nouvelle équipe municipale.
Le procédé est cavalier et se situe manifestement encore une fois sur un terrain plus électoral que de gestion municipale. Comment peut-on utiliser les deniers publics pour dénigrer la gestion de la précédente équipe, faire supporter par le budget communal une dépense qui est de nature électorale et polémique?
Au-delà du contenu c’est une fois de plus la méthode que nous entendons dénoncer. On est loin de l’audit annoncé dès avril 2008 et de la succession de chiffres erronés avancés par le Maire à propos de l’héritage que je lui aurais légué en mars 2008.
En plaçant volontairement  le débat sur le terrain polémique, le Maire cherche à me faire porter une partie de ses  prochains arbitrages budgétaires. Je ne cautionnerai pas cette attitude, cette méthode.
Je voudrais à ce stade revenir sur les 12 derniers mois de la gestion municipale pour rétablir la vérité et vous faire part de ma position.
Saint-Leu comme toutes les communes de la Réunion doit faire face à une situation budgétaire tendue. Nos champs d’intervention  s’élargissent alors que les moyens financiers stagnent. C’est une conséquence de la décentralisation, du nécessaire rattrapage au niveau des infrastructures et  des choix politiques de chaque équipe élue.
Il n’en demeure pas moins que le solde du compte administratif du budget principal de  l’exercice 2007, approuvé  par des élus de l’actuelle majorité municipale lors du conseil municipal du 27 juin 2008  a présenté un excédent global  positif de 1 815 000 euros, dont 1 634 837 euros pour la section de fonctionnement. Et que le Maire, malgré les chiffres fantaisistes qu’il a annoncés concernant un éventuel déficit, s’est empressé d’affecter le résultat positif de la section de fonctionnement dès le vote du budget primitif de 2008 (séance du 15 avril 2008).
Autre élément sur la réalité de la situation financière extrait du rapport sur les orientations budgétaires pour 2009, le niveau d’endettement de la commune reste stable sur les 3 dernières années avec une moyenne de 8,50 % soit un  niveau modéré, que nous envieraient beaucoup de communes.
Dernier élément sur les finances communales  qui atteste d’une situation financière moins inquiétante que celle mise en avant par le Maire, celui-ci a décidé de reconduire  en 2008 le taux des impositions locales voté en 2007, de baisser le prix des repas des cantines et d’inscrire au budget 2008 au chapitre 12 représentant les charges du personnel une somme de 22 200 000 euros (contre 21 150 000 euros en 2007, soit + 5%°).
Ainsi, on voit bien que d’un côté, le Maire tente désespérément de justifier ses déclarations inexactes en tronquant volontairement la présentation des comptes de la Commune ; de l’autre, il n’en tire aucune conclusion puisqu’il n’a pas pris les mesures visant à réduire le train de vie de la Commune.
Dans ce contexte comment expliquer la position du Maire, qui n’a eu de cesse depuis 1 an de dresser un état catastrophique des finances de la ville ? Il s’agit en fait d’une politique de communication et d’une tentative de faire porter certaines décisions jugées difficiles par la précédente équipe.
Ainsi par presse interposée, le Maire a annoncé qu’il n’excluait pas d’augmenter les impôts locaux. La manœuvre est grossière, son objectif est évident. Il justifierait cette fiscalité accrue par les difficultés budgétaires. Nous ne cautionnerons pas cette augmentation de la pression fiscale au moment où les familles sont frappées de plein fouet par la crise et que la solidarité communale doit se manifester encore plus.
Nous prônons une pause fiscale et un soutien communal aux familles notamment celles qui sont en grande difficulté. Cela doit se traduire par une action forte et par un soutien au pouvoir d’achat. Un premier pas a été engagé en matière de restauration scolaire ; d’autres mesures peuvent être   prises comme la baisse des tarifs de transports en concertation avec le TCO pour ne citer que cet exemple.

2)    Les orientations budgétaires
Le deuxième dossier que nous voulons évoquer a un lien direct avec le précédent puisqu’il s’agit des orientations budgétaires pour 2009.
Nous aurions préféré que cet exercice soit l’occasion d’un vrai débat entre la majorité et l’opposition sur les grandes orientations pour les années à venir mais tel n’est pas l’objectif du Maire. Ces orientations budgétaires sont surtout et uniquement présentées pour satisfaire à une exigence de la loi.
En effet, quelles sont les grandes orientations en matière d’aménagement du territoire ou dans le domaine culturel et sportif ? Comment s’articuleront durant les prochaines années la politique communale et les interventions du TCO ?
Sur le volet intercommunal, aucun état des dossiers en cours, même sommaire, n’est communiqué aux élus. C’est occulter voire ignorer la dimension intercommunale qui pourtant est une des données majeures.

Où en est-on du grand festival culturel appelé à remplacer le SAKIFO, annoncé pour octobre 2008, repoussé pour 2009 et absent du débat sur les orientations budgétaires ?
S’agissant des actions envisagées, le document énumère une liste de projets qui ont démarré ou seront engagés en 2009. Nous prenons acte de ces orientations en notant que certaines propositions  correspondent à celles que nous avions proposées dans notre programme.
Je citerai l’extension de la zone d’activité de la Pointe des Châteaux, les programmes de RHI de Bois de Nèfles, les Attes, de Bois Blanc, du Plate,  la réalisation de chantiers d’insertion ou la création d’instances participatives dont un conseil municipal de jeunes.
Nous relevons aussi plusieurs paradoxes et contradictions dans ces orientations budgétaires.
Les comités de quartier ont-ils été créés? Dans quelles conditions ont-ils été mis en place ? Quelles sont leurs règles de fonctionnement? Ce sont des questions essentielles dans la mesure où les élus n’ont aucune information sur ces structures,  sur leur composition et leurs missions… D’autant plus qu’il est maintenant  prévu de les doter d’une enveloppe budgétaire.
Comment doter de tels comités de moyens budgétaires sans que des informations supplémentaires soient fournies au conseil municipal. La loi de 2002 a certes prévu l’existence de conseils de quartiers mais son organisation et fonctionnement doivent s’inscrire dans un cadre réglementaire.
De même la volonté de soutenir la vie associative aurait trouvé un écho plus favorable si le Maire n’avait pas diminué les moyens financiers alloués aux associations. A moins que le soutien et l’accompagnement  à la gestion associative qu’il envisage de développer ne constituent qu’un moyen de contrôler et d’orienter la vie associative.
Il est annoncé également le lancement des études d’une bibliothèque pour la Chaloupe alors que ces études ont déjà été engagées.

3)    Le personnel communal
Autre dossier sur lequel nous souhaitons nous exprimer c’est celui de la gestion du personnel communal.

L’année 2008 a été une année difficile, noire pour les agents communaux malgré l’engagement pris par le Maire pendant sa campagne de respecter les employés communaux.

Déplacements abusifs de personnel, non renouvellement de contrats d’agents ayant accompli plusieurs années de service et atteinte à la carrière des stagiaires dont la durée de stage a été  prolongée sans motif réel et sérieux, reprise partielle des employés de l’association Nou Lé Gadyanm, ce sont quelques unes des mesures dont a été victime le personnel communal.
On ose espérer que ces mesures n’entrent pas dans le plan de restructuration pour le personnel qui est indiqué dans les orientations budgétaires.
Le personnel communal doit travailler dans un climat de sérénité et de confiance. La loi prévoit des garanties. Nous serons attentifs à  son application.

Pour conclure, nous souhaitons également que le rôle des élus de l’opposition soit respecté et que le débat démocratique se déroule dans une ambiance plus sereine à l’avenir. Le prochain conseil, celui de demain sera l’occasion de vérifier si cette position est partagée par le  Maire.
Car force est de constater que durant l’année écoulée, certaines réunions se sont tenues dans un contexte de tension qui ne garantit nullement les droits de l’opposition et sa liberté d’expression. Or, il est du devoir du Maire en sa qualité de  premier magistrat, comme il se plaît à le souligner, d’assurer la police de l’assemblée.

Enfin, en guise de bilan après une année de mandat, bilan sur lequel nous reviendrons ultérieurement, nous déplorons que le Maire a délibérément choisi  de « casser » la dynamique  culturelle, économique et sociale de Saint-Leu et qu’il  s’est contenté durant ces derniers mois d’effets d’annonce sans suite et de projets improvisés dans l’urgence, qui ne répondent pas forcément aux préoccupations des Saint-Leusiens.



Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par pire qu'avant le 20/03/2009 09:04

cet pire qu'avant magouille , adjoint qui pleure pas asser payé i veut plus,tous payé pour rien faire,les habitants vont trinquer

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes