MENU ZINFOS
Social

L'intersyndicale du BTP se mobilise contre le gel annoncé des salaires


Par Ludovic Grondin - Publié le Mercredi 19 Mars 2014 à 13:25 | Lu 897 fois

Le gel est d'autant plus inadmissible qu'un chantier gigantesque s'ouvre signalent-ils devant le premier acropode de la NRL
Le gel est d'autant plus inadmissible qu'un chantier gigantesque s'ouvre signalent-ils devant le premier acropode de la NRL
Alors qu'un gel des salaires se profile cette année dans le BTP, les syndicats de salariés commencent à répandre la nouvelle aux 14.000 ouvriers de la branche pour qu'ils restent attentifs à l'évolution des négociations.

A la suite d'une première séance de NAO (négociation annuelle obligatoire) qui s'est tenue jeudi 13 mars dernier à la Direction du Travail (DIECCTE), la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) et la FRBTP (la Fédération Réunionnaise du BTP) ont proposé un gel des salaires pour l'année 2014.

De mémoire de syndicaliste du BTP, jamais une telle proposition n'a été mise sur la table de la part du patronat. "Méprisant, irrespectueux", la première levée de boucliers ne s'est pas faite attendre. Symboliquement, c'est sur le site de la pose du premier acropode de la Nouvelle route du Littoral (NRL) que s'est tenue ce mercredi un rassemblement en guise de sonnette d'alarme. Dans la mêlée, des syndicats unis : la CGTR, la CFDT, FO, la CFTC.

"L'inflation ne se négocie pas"

Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR BTP, ressasse les méthodes du patronat qui consistent à ignorer royalement l'indice de l'inflation pour entamer la négociation à partir de zéro. "L'inflation ne se négocie pas", rappelle-t-il. A minima donc, les ouvriers attendent une augmentation de leur fiche de paie à hauteur de 0,8%. "Les chiffres sont déjà connus depuis janvier, ils peuvent déjà être intégrés dans l'augmentation", signale le syndicaliste. A titre de comparaison, en 2013, la branche avait bénéficié d'une augmentation de l'ordre de 1,6%.

L'intersyndicale sort d'ailleurs marquée par le retard de la prise d'effet de cette augmentation des salaires sur l'année écoulée. "La moitié des salariés du BTP n'ont eu l'augmentation de 2013 qu'en septembre alors que la signature de l'accord avait eu lieu en mai", se souvient-il.

"Ils font du cinéma"

Face au souhait du patronat, l'intersyndicale met sur la table la panoplie des avantages fiscaux dont a bénéficié le patronat pour traverser la crise sans réelle contrepartie sur la sauvegarde des emplois. Les plans Novelli I et II, les loi Duflot ou Girardin sont cités à titre d'exemple. "10.000 de nos camarades pointent au chômage depuis 2009", explique Daniel Balmann, secrétaire général de la CFDT. Dans le même registre d'un patronat qui jongle avec les aides, l'intersyndicale met en lumière le nombre d'entreprises volontairement sabordées pour renaître sous un autre nom. "Des entreprises sont à peine liquidées qu'ils en ouvrent une autre le lendemain sous le nom d'un proche ou d'un ami", déplore-t-il. Le gel réclamé par la CAPEB et la FRBTP ne colle pas à la stricte réalité selon l'intersyndicale, "ils font du cinéma".

Une autre séquence des NAO de la branche du BTP est prévue ce vendredi, toujours à la DIECCTE.





1.Posté par leverage le 20/03/2014 07:19

comme beaucoup de salariés de TPE/PME, mon salaire a baissé au 1er janvier 2014. Pas de compensation par rapport à 2013, encore moins d'augmentation vu la difficulté que rencontre l'entreprise.
La grève n'arrangera pas la situation.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes