MENU ZINFOS
Faits-divers

L'incendiaire de St-André placé en hôpital psychiatrique


Le 25 mai dernier, un quinquagénaire mettait le feu à son domicile dans lequel se trouvaient son fils et son épouse. Jugé ce mercredi après plusieurs expertises psychiatriques pour avoir mis sa famille en danger, le mis en cause encourait 10 ans de prison. Il a été jugé irresponsable.

Par Régis Labrousse - Isabelle Serre - Publié le Mercredi 7 Juillet 2021 à 21:02

L'incendiaire de St-André placé en hôpital psychiatrique
Le mardi 25 mai, vers 13 heures, un quinquagénaire pris d'une soudaine folie meurtrière mettait volontairement le feu à son domicile. Dans cette maison du quartier de Cambuston se trouvaient les membres de sa famille. Un projet de séparation à l'initiative de son épouse serait à l'origine de cet acte fou qui n'avait heureusement blessé personne.

Interpellé puis jugé dans le cadre de la procédure accélérée, le mis en cause s'était montré perturbé et paranoïaque. Son avocat, Me Rémi Boniface avait évoqué "un phénomène de décompensation" et en accord avec les juges du tribunal correctionnel, l'audience avait été renvoyée en attendant la réalisation d'une expertise psychiatrique approfondie.

Vendredi 25 juin dernier, Jean-Thierry G. se trouvait à nouveau face à ses juges, plus détendu, contrairement à son épouse et son fils adolescent, plutôt crispés lors de ses déclarations. Le prévenu avait assuré "qu'il allait vraiment très bien. J'ai pris conscience, indiquait le père de famille. Je veux retrouver une vie normale".
 
Mais le tribunal avait émis des doutes partagés par toutes les parties et estimé qu'il fallait demander à l'expert de se prononcer sur un éventuel internement de l'intéressé pour des soins psychiatriques et une surveillance de tous les instants.

"Le tribunal a besoin d'interroger encore l'expert psychiatre pour qu'il dise s'il faut vous mettre chez les fous", avait expliqué Me Rémi Boniface, secondé par Me Judicaël Mardaye à leur client.

Le Saint-Andréen était retourné contre son gré attendre l'avis professionnel à la maison d'arrêt de Domenjod.

Ce mercredi soir, Jean-Thierry est revenu une troisième fois à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Denis. Il y a contesté une addiction au jeu qui lui aurait fait perdre son emploi, contrairement à ce que son épouse aurait déclaré. Il n'offre cependant pas une autre version des faits qui se sont produits ce soir-là : il s'est bien baladé dans les pièces de la maison avec des allumettes et un jerrican d'essence.

L'homme explique avoir ressenti une souffrance physique et psychologique importantes car sa femme ne rentrait plus à la maison.

Jugé irresponsable

La procureure de la République a déploré : "C’est un dossier qui fait froid dans le dos ! Mettre le feu ça peut entraîner la mort ! Il y avait son fils et sa femme dans la maison. Il est toujours dans le même état d’esprit. Il y a deux expertises psychiatriques qui sont contradictoires mais depuis la première audience, monsieur reste cohérent mais avec un discours inquiétant. Ce que je vois aujourd’hui, c’est qu’il ne veut que justifier son acte. Son seul problème c’est le divorce. J’aurais tendance à suivre l’expertise qui conduit à le soigner plus que l’emprisonner. Il convient de mettre en place des mesures de sûreté : interdiction de contact et de se rendre au domicile pour 5 ans. Je demande une hospitalisation complète à la sortie de ce tribunal."

La défense, représentée par Me Alex Vardin, ajoute : "C’est une sorte de suicide familial mais il ne voulait nullement faire de mal à sa femme et son fils. Ce n’est absolument pas prémédité, c’est parti sur un coup de tête. Il avait besoin d’aide, il est en décompensation psychiatrique. Comme le souligne l’expert psychiatre, il était en état d’abolition du discernement. Vous être en présence de quelqu’un qui a besoin de soins."

Le tribunal déclare l'abolition du discernement de Jean-Thierry qui est placé en hôpital psychiatrique sous contrainte. Il lui est interdit d'entrer en contact avec les victimes, ou de se rendre au domicile de sa femme pendant 5 ans.




1.Posté par BinBin le 08/07/2021 03:29

Il n'y a plus de COVID à la RUN?
ET LES SOIGNANTES..TOUJOURS PAS VACCINÉES..?

2.Posté par LA MÉMOIRE le 08/07/2021 04:46

Il a la bonne mémoire ce monsieur en disant a des détails prêt son intention. Donc il est pas fous et doit assumer son geste

3.Posté par Môvélang le 08/07/2021 07:36

S'il se tient à carreaux, dans 2 ou 3 mois le toubibs vont le déclarer guéris, et il sera prêt à recommencer.

4.Posté par Vidgrenier le 08/07/2021 10:00

Qu'en pense sa compagne totalement blanchie bien sûr. Jai une pensée pour les enfants, le plus important.

5.Posté par PSYCHOLOGUE le 08/07/2021 19:50

Mais dans tous sa qui va payer son crime ? Plus de maison, plus de meubles, mais avec quelle voiture peut il bloquer le chemin alors que sa famille disait qu'il n'y avait plus de voiture... bizarre tout sa, il faut bien que quelqu'un rembourse ses actes criminels et aussi qu'il a voulu tuer son propre fils

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes