Océan Indien

L'épouse de Marc Ravalo­manana refoulée de Madagascar

Dimanche 29 Juillet 2012 - 08:39

Image : http://www.lexpressmada.com/
Image : http://www.lexpressmada.com/
La troisième aura presque été la bonne. Après deux tentatives infructueuses de retour à Madagascar, en janvier en solitaire et en février avec son époux, Lalao Ravalomanana, épouse de l’ancien président de la République Marc Ravalo­manana, a foulé pendant quelques heures le territoire malgache à l’aéroport international d’Ivato, hier en début d’après-midi. L’ancienne première dame de l’État, accompagnée de sa belle-fille de nationalité bulgare, ont cependant été refoulées par des éléments des forces de l’ordre et embarquées sur un vol d’Air Madagascar à destination de Guangzhou/Bangkok, escortées par deux agents.

C’est dans le salon VIP de l’aéroport où elle était confinée que Lalao Ravalo­manana a lâché ses premiers mots en malgache aux membres de la mouvance Ravalo­manana au complet, sans Mamy Rakoto­arivelo, chef de la délégation éponyme actuellement en France. « Je suis contente d’être de retour. Je suis revenue en tant que citoyenne malgache, comme tout le monde. Je suis ici pour voir mon fils et passer des vacances », a-t-elle déclaré, visiblement très émue de son arrivée mais munie cependant d’un billet aller-retour. À ce moment, personne dans le camp Ravalomanana ne s’est douté de la tournure qu’allaient prendre le cours des événements.

Priés de sortir du salon en sous-douane, les mem­bres de la mouvance Ravalo­manana ont assisté de loin à la scène. Lalao et Guergena Ravalomanana ont d’abord été isolées dans la salle VIP, entourées par plusieurs éléments de la Direction de la sécurité du territoire, en uniforme et en tenue civile. Tojo, le fils Ravalomanana, et son épouse n’ont pu que regarder la scène à travers la vitre de la salle.

À 17 heures, la surprise puis la colère ont envahi l’aéroport. Elles ont été entrainées de force par les agents des forces de l’ordre hors de l’aéroport, côté piste, principalement Guergena Ravalomanana. Nul ne savait où elles ont été conduites jusqu’à ce que la nouvelle ne tombe. Les deux personnalités ont été embarquées de force sur un avion d’Air Mada­gascar à destination de l’Asie et dont le retour est prévu mardi. Le vol a pour cela affiché un retard notable par rapport au tableau d’affichage.

Source : lexpressmada.com
.
Lu 1711 fois



1.Posté par onyx le 29/07/2012 11:59

Tant qu'on considérera ce pays comme une démocratie, on n'avancera pas. Il est comme une certaine boisson : il en a la couleur, le goût, mais n'en est pas !

Quand les autorités internationales se décideront à une position plus ferme ? Une solution serait l'interdiction pure et simple AUX DEUX PROTAGONISTES, de se présenter à quelque élection que ce soit, déjà pour sortir de ce jeu d'intimidation croisé. Bref, on remet les compteurs à zéro et on accompagne un processus démocratique sous condition.

2.Posté par Franck éric le 29/07/2012 15:23

On voudrait bousiller le processus de réconciliation, on ne s'y prendrait pas autrement. Heureusement que le ridicule ne tue pas! L'expression "république bananière" prend tout son sens ici.

3.Posté par Gajik le 29/07/2012 18:37

Cette femme est le bras droit de Marc Ravalomanana et elle est compromise bien entendu jusqu'au cou dans toutes les magouilles de son époux, elle est bien grasse et vit dans un luxe scandaleux, dans des hôtels 5 étoiles.
Si on veut la justice intégrale à Madagascar, il faut elle aussi la mettre en prison, le mettre au régime et la juger pour recel et détournement de biens publics et quantité d'autres qualifications des délits de cette famille, de ce CLAN.

Il est important de la refouler car elle participe à toutes les activités mafieuses de son mari, car l'emprisonnement serait encore la source d'attentats de la part de ses souteneurs patentés.

Elle aurait dû demander l'aval des autorités au lieu de forcer son arrivée en catimini, alors que toutes les huiles mafieuses du Clan (de Botozaza aux ministres de la mouvance) qui, elles étaient averties de cette arrivée) étaient à Ivato au garde à vous.

Elle a forcé volontairement l'entrée dans le but de récupérer ensuite les réactions à son refoulement. Ravalo a fait exactement la même chose récemment dans son arrivée non négociée. C'est un acte de sabotage de la paix sociale à Madagascar. Il s'agit d'une énième provocation de Ravalomanana et la Transition ne s'y est pas trompée.

Si on l'emprisonne pour complicité et enrichissement personnel et abus de biens sociaux, entre autres crimes imputables à cette famille mafieuse, ce qui ne serait que justice minimale (en Chine on fusille pour ces délits), sa Cour va commencer une guerre civile et Madagascar n'a pas besoin de çà. On ne verra plus la délinquante on nous saoulera avec "l'ex première dame", encore une fois la victime innocente.

Je constate une fois de plus que les frasques du Clan Ravalomana passionnent davantage les réunionnais et Zinfos que les affaires vraiment importantes qui se passent à Madagascar, par exemple, la CENIT, les mouvements de grève dirigés par le Clan Ravalo and Co, les armes qui circulent partout, les questions qu'on se pose sur qui fomente tous ces crimes, qui tire les ficelles des grèves jusqu'auboutistes et abusives, qui fait libérer des détenus en "corvée" et qui ne rentrent plus en prison, etc etc ... les vraies questions.

Eugène Rajaofera, de Midi Madagsikara qui appartient au Clan Ravalomanana, a ouvertement menti, une fois de plus, en disant qu'elle venait pour voir sa mère gravement malade, alors,que pas une seule fois dans ses déclarations la Ravalo n'a parlé de cette question. Au contraire, elle a déclaré qu'elle venait apporter le bonheur aux Malgaches et qu'elle ne faisait que passer ! ridicule et pathétique !

L'alter égo de Mme Ben Ali ou de Mme Moubarak devrait d'abord se taire et se faire toute petite et rendre tout ce qu'elle a volé au Peuple Malgache.


On commence à Madagascar à comprendre les liens de corruption qui existent entre Zuma et Ravalomanana, après Armando Guebuza et Chissano les PDG et dealers qui dirigent le Mozambique, vue l'attitude partisane de la SADC. J'espère que lorsque les élections auront enfin eu lieu, le nouveau gouvernement n'oubliera pas cette attitude scandaleusement partisane de la SADC et de l'Europe, sans parler des Etats Unis, et quittera définitivement cette organisation de délinquants qu'est la SADC.

4.Posté par Inoui le 29/07/2012 20:54

Une citoyenne Malgache ne peut pas rentrer dans son pays natal! Etrange! La justice est présente si on lui reproche des faits dans une démocratie. Ce n'est pas à Bangkok que l'on aura des explications.

5.Posté par mora mora le 30/07/2012 08:14

Transition, transition, elle à bon dos la transition... en tout cas elle s'éternise ! ^^

(et pendant ce temps bien sur les villas se construisent à Maurice... j'aurai du faire dj moi ^^)

6.Posté par Gajik le 30/07/2012 21:14

Les adorateurs de Dada ont-ils oublié que leurs amis du GTT, de la bande métropolitaine des Collectifs Andriantavy et autres, en 2009 ont craché et envoyé de la farine sur l'épouse de Andry Rajoelina à Paris avec des insultes.

Personne de cette mouvance mafieuse n'a trouvé à redire.

Désormais, Ravalomanana tente d'actionner de façon pathétique la fibre sensible sur la victimisation de sa propre femme. Il ment comme toujours, car il a été dit par les larbins que la mère Lalao n'avait même pas de carte bleue, la pauvre, alors qu'elle avait une carte American Express bien entendu et qu'arrivée à Bangkok elle a aussitôt repris un vol vers l'Afrique du Sud.

Il faut comprendre que le but premier de tout çà pour les mafieux de la dite "Communauté Internationale" est de disqualifier à la fois Ravalo et Rajoelina pour placer leur pion, style Ranjeva ou autres qui serviront leurs intérêts et remettront Madagascar sous tutelle du FMI ou de la Banque Mondiale et se serviront gratis des minerais et terres malgaches.

Tout çà c'est un coup monté avec naïveté par la SADC, concocté dans les officines glauques de puissantes compagnies politico financières pour s'approprier les richesses de cette île, comme au temps béni de Ravalomanana, leur homme de paille.


7.Posté par Alest le 03/08/2012 18:13

@ Gajik,
Bonjour les comparaisons HATives, et comparez ce qui est comparable ! Vous insultez votre propre intelligence !

Pauvre Mialy Rajoelina en effet ! Se ramasser de la farine et des crachats à Roissy ! En effet, elle en a reçu de plusieurs GTT, et devant ses enfants en plus ! Mais ces individus imbéciles n'étaient que des individus !
Lalao Ravalomanana a été molestée par des représentants des forces de l'ordre et sur ordre, ce qui est plus grave encore, en dépit du plus élémentaire respect des Droits de l'Homme.

Enfin dire que Lalao Ravalomanana est le "bras droit" de Marc Ravalomanana.
Vous croyez ça !!
Ridicule !
C'est un peu, comme si vous disiez, par parallélisme de forme, que Mialy Rajoelina est le bras droit de Andry Rajoelina !
Mort de rire !
Heureusement que vous êtes là pour faire rire. Avec quelques amis, on ne peut s'empêcher de vous lire de temps en temps, rien que pour voir se rendre compte ce qu'un "intello" pro TGV peut écrire.

Continuez à écrire pour qu'on puisse rigoler !

8.Posté par Gajik le 03/08/2012 20:37

Il y a des imbéciles heureux qui s'amusent avec peu. Bienheureux les simples d'esprit car ils verront
Dieu ! Le GTT rit jaune devant le renvoi de leur idole, de leur martyre gavée de milliards et invente même des molestations imaginaires pour rajouter au ridicule.

Effectivement cette pauvre Lalao sans carte bleue et dans la misère noire, stressée d'être obligée de retourner dans son hotel 5 étoiles pour milliardaires à Sandton, on la plaint vraiment. Le GTT et le Collectif local des larbins à dada devraient organiser une collecte de charité ou une quête au Temple pour aider cette pauvre refoulée, non ?

Si Lalao n'est pas complice des forfaits de son mari, elle est quoi alors ? Mme Moubarak ou Mme Ben Ali étaient sans doute aussi de saintes femmes, justes bonnes à cuisiner, à enfanter ou à diriger le personnel de service ? Elles ne font pas chauffer la carte American Express de tout ce que leurs maris ont pu voler et détourner ? Pour moi "bras droit" voulait dire bien entendu compagne qui tient le bras de son dictateur de mari et pas forcément femme d'affaires. Toute la famille de Ravalomanana qui profite de l'argent volé aux Malgaches est complice, point.

Arrêtez votre cinéma inique, vous ne riez pas du tout, car vous avez perdu le pouvoir absolu et ne le reprendrez jamais. Le vent a soufflé sur ce pays et malgré le soutien de Zuma, Clinton et des mafieux du Mozambique, votre Dada disparaîtra dans les latrines de l'Histoire comme tous les dictateurs. Ne prenez pas vos frères et soeurs malgaches pour plus naïfs et illettrés qu'ils ne sont.

9.Posté par Alest le 04/08/2012 18:19

@Gajik
Toutes les femmes de dirigeants, dictateurs ou pas ne sont pas forcement les "bras droits" de leurs maris ! Yvonne Vendroux ne l'était pas, ni Anne-Aymone Sauvage de Brantes, ni Barbara Halina Jaruzelska, et María del Carmen Polo Martínez-Valdés non plus... (2 des 4 étaient épouses de dictateur, pas les 4)
Donc, si votre raisonnement tient, Mialy aussi serait -forcément et automatiquement- la complice et le bras droit de TGV, (donc il serait "normal" qu'elle subisse la vindicte, justifiée ou non, de certains adversaires imbéciles de son mari ??). Et pourquoi pas ses enfants, tant que vous y êtes, qui profitent sans le vouloir de la position de leurs parents (les enfants qui sont -bien sûr - scolarisés dans des écoles étrangères).
Mort de rire !

En plus, vous êtes de ces réacs qui démarrent au quart de tour à imaginer que tous ceux qui vous reprennent sont pro-Dada. Quelle mentalité ! Naïf vous même, primaire en plus.
Vous vous croyez intelligent ?
Continuez à écrire vous inepties, nous on s'amusera à les lire... D'ailleurs c'est utile, ça nous permet de comprendre le fonctionnement intellectuel des zélateurs de l'hybride lapin/écrevisse et de Jeannot (tient, le lapin lui aussi).

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues