MENU ZINFOS
L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] Loulou, ce n’est pas bien de réécrire l’Histoire


Par - Publié le Lundi 7 Mai 2018 à 09:00 | Lu 2834 fois



 En métropole, certaines associations se font un devoir d’aller fouiller dans le passé de toutes les personnalités historiques pour aller vérifier s’ils n’avaient pas, de leur temps, c’est à dire il y a plusieurs siècles, collaboré de près ou de loin avec l’esclavage. Dans le but de débaptiser les rues qui portent leurs noms.
 
Et voilà qu’à la Réunion, c’est Joseph Sinimalé, au nom d’un « Parcours culturel sur le vivre ensemble et le métissage », qui décide de débaptiser entre autres la grotte des Premiers Français en grotte du Peuplement, le square Leconte de Lisle en place des Humanistes et le square du 18 juin 1940 en jardin de la Liberté.
 
Un projet de mise en valeur du patrimoine de Saint-Paul s'inscrivant apparemment dans le cadre de la commémoration du 170ème anniversaire de l'Abolition de l'esclavage et du 355ème anniversaire du début du peuplement de l'île.
 
Le but étant de mettre en exergue l’histoire du peuplement de l’ile au travers des migrations chinoises et indiennes, du maloya, des exilés de Fort Dauphin, et même des enfants de la Creuse. Bizarrement, à aucun moment l’arrivée des Français n’est mise en valeur.
 
On comprend un peu mieux déjà quand on apprend que c’est Yoland Velleyen, le premier adjoint qui, tout seul dans son coin en a décidé ainsi. Tout seul ou presque. S’il n’a certes pas pris conseil auprès d’historiens, ce qui lui aurait évité quelques contre-vérités historiques, il a avoué en conseil municipal jeudi soir avoir consulté des associations culturelles… connues pour leurs idées identitaires, voire indépendantistes !
 
Des contre-vérités historiques ? Par exemple, la grotte des Premiers français, transformée en grotte du Peuplement, n’a jamais servi de refuge, ou alors pendant quelques jours seulement, aux premiers Français débarqués à la Réunion. Je me souviens avoir arpenté les berges de l’étang de Saint-Paul dans les années 80 avec le célèbre Bibique, et nous avions découvert quelques alignements de pierres cimentées au dessus d’une petite grotte que le chercheur de trésors avait aussitôt assuré être les vestiges des maisons bâties par les premiers Français débarqués dans l’ile. Tout correspondait selon lui aux descriptions de l’époque.
 
Concernant Leconte de Lisle, il est quand même scandaleux qu’on le fasse ainsi disparaitre de la mémoire collective, l’année même du bicentenaire de sa naissance !
 
Loulou, c’est le petit nom gâté de Joseph Sinimalé, Loulou, il est encore temps d’arrêter toutes ces bêtises. De grâce, il n’y a nulle honte à reconnaitre ses erreurs. Ce qu’une délibération de conseil municipal a fait, une autre délibération peut le défaire. Il est encore temps de faire marche arrière et de trouver d’autres endroits si tu souhaites créer ton « parcours culturel sur le vivre ensemble et le métissage ».
 
Sinon, tu risques de laisser une trace indélébile dans l’histoire de Saint-Paul comme étant le maire qui a cherché à réécrire l’Histoire avec un grand H. Et accessoirement de donner des arguments à tes opposants dans la campagne électorale qui arrive à grands pas…


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Marcelle nabo le 07/05/2018 07:26

Et oui indélébile débile... Le peuple réunionnais oublie ses racines mais bon le soleil et la chaleur vire pas mal de neurones, c'est un fait.

2.Posté par ZembroKaf le 07/05/2018 09:48

Y a pas un du coté de la pyramide inversée qui a rebaptisé "la fet' kaf", "fête de la liberté" "20 décemb"...en "liberté métissé"...???

3.Posté par les journalistes le 07/05/2018 09:56

Cette semaine il a été question de la mémoire d’un grand homme , Paul verges, bâtisseur d’histoire et de mémoire. Pourquoi quand il s’agit d’idée , de personne nous sommes alors enclin a revivre des moments appartenant a l’histoire de la Reunion ,mais pas quand il s’agit de monument historique. Une chape de plomb s’instaure alors entre les administrés et le pouvoir en place . Pourquoi faisons nous si peu de cas de nos origines ? Pourtant des livres existent sur Saint Paul berceau du peuplement.Il paraît que les douze mutins se sont réfugiés a quartier français et non a la grotte des premier français . Sainte Suzanne est l'un des plus ancien lieux de vie de La Réunion. C'est là précisément que vécurent pendant trois ans les douze mutins de Fort Dauphin.

Pourquoi ce mutisme de la population, des politiques concernant des objets , des maisons ? Par exemple les calbanons ou vivaient les esclaves au Grand Hazier a sainte Suzanne sont toujours abandonnés. Les maisons de grands maitres se trouvent doublement anoblis par l histoire , par la DAC OI.Jamais les lieux inconnus mais pourtant chargés encore plus de sens. Concernant la bâtisse de saint Paul enchâssée entre la zone défrichée cette semaine par la mairie et l’hôpital psychiatrique , elle semble être en danger. À l'emplacement du parc actuel a été redécouvert un cimetière d'esclaves contenant environ 50 000 âmes , qui a servi jusqu'en 1848. C’est un site sensible , comment expliquer que personne ne soit au courant que le capitalisme va bâtir au même endroit des zones de logements ? La réhabilitation de la longère est prévue mais en quoi ? Quel est le devenir de cette bâtisse ? Est elle protéger comme monument historique ? Ces terrains étaient donc privés, comme la majeure partie des meilleures parcelles de l’ile. « Ces fouilles avaient en effet été prescrites par le préfet en raison du caractère sensible du site, quitte à ralentir la date de réalisation. » Olivier Saunier ,ancien élu à l’aménagement.

Je cite Arundhati Roy : « La domination du capitalisme fut telle qu’elle cessa d’être perçue comme une idéologie.Elle est devenue le modèle par défaut, le comportement naturel.Elle est infiltrée dans la normalité, a colonisé l’ordinaire, au point que la contester est apparu comme aussi absurde ou ésotérique qu’une remise en cause de la réalité elle mème » On ne peut plus dans ce pays depuis la départementalisation demander des comptes. Au nom du progrès on détruit tout. Je me souvient de l’émoi ressenti devant de vaste champ de friche, revivant une histoire la sous la terre , a mes pieds , piétinant le sable.En allant sur un site peut être que nos ancêtres nous interpelle, comme dans un film d’horreur l’air de dire : « sauvez nous, sauvez nous » Des réunionnais ont vécus ici .A l’époque sur ces terres en friche il n’y avait pas encore le projet du futur pole sanitaire ouest. Que de bonheur, de revivre des pans entiers d’histoire loin des dogmes , des idées des docteur en histoire. La se situe la réalité , la vrai, tangible, loin de la politique. Nous ne pouvons plus rien faire le maire a tranché. L’opération immobilière compte plus que les atouts historique d’une ile. Comment peut on construire des logements , sociaux ou pas, au pied d’une falaise, entre la mer, le cimetière marin ? En fait, une carte du littoral Saint-Paulois de 1806 établie par le cartographe Le Chandelier mentionne bien un cimetière et non pas une grotte des premiers Français .
Pour Bernard Mareck, le cas est simple : « Le cimetière vieux de 85 ans, près de l’église, est transféré en face de la grande caverne, en bord de mer , sur le terrain des pas géométriques au sud de la ville . C'est le cimetière de la caverne ou cimetière marin. D'ailleurs un site d'enterrement avait déjà existé par le passé, peut être au mème endroit. » En 1729 il y a l épidémie de la variole. 340 morts enterrés aux sables, sur le bord de mer. Le plan de Chandelier de 1806 est limpide : on voit bien une voie au niveau du cimetière actuel mais la voie semble couper en deux , deux terrains ressemblant a deux cimetières. « à l'emplacement P de la petite caverne au pied de l'actuel cap de la Marianne , caverne servant de cimetière pour les noirs ».

« Un signalement de site funéraire au mème endroit avait également été établi quelques années auparavant par l’explorateur naturaliste Bory de Saint Vincent. Après une visite de Saint Paul en 1801 à l'invitation de monsieur de Lescouble, durant laquelle il longe tout le pied de la falaise de l’hôpital a la pointe de Bourgogne (cap de la Marianne), Bory écrit dans son livre Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique : « La caverne la plus éloignée du quartier est le lieu de sépultures des Malbares. De modestes bouquets plantés sur de petits tas de sables indiquaient le nombre de corps qu'on y avait déposés. Cette grotte funéraire avait quelque chose d’imposant et qui provoquait un respect religieux ; il y régnait un jour mélancolique, dont l'idée et la présence de la mort augmentaient la tristesse. » pour la grande caverne dite aujourd’hui grotte des premiers français,Bory indique qu'elle est aménagée en parc à bœufs. »

Que ce se passe t'il pour les suites d'années qui passent ? On fait appel la encore a Bernard Mareck « A l'extrémité sud de la ville des mesures doivent être prises pour résoudre l'engorgement du cimetière marin qui n'a pourtant qu'une cinquantaine d'années d'existence. Réuni en séance ordinaire en 1835 le conseil municipal de Jean Alexandre Saléles étend l'espace du cimetière vers le sud, jusqu’à la ravine ,et a faire au mur d'enceinte les réparations nécessaires.

Selon Pierre Nora, « un lieu de mémoire dans tous les sens du mot va de l'objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l'objet le plus abstrait et intellectuellement construit. » Il peut donc s'agir d'un monument, d'un personnage important, d'un musée, des archives, tout autant que d'un symbole, d'une devise, d'un événement ou d'une institution.« Un objet », « devient lieu de mémoire quand il échappe à l'oubli, par exemple avec l'apposition de plaques commémoratives, et quand une collectivité le réinvestit de son affect et de ses émotions. Dans ce cas le maire de la commune donne la priorité a la perte de mémoire. Les édiles ne sont pas formés pour comprendre les attraits et l’importance de l’histoire.

Je cite Jean Claude COMORASSAMY. « Il est d’abord ce lieu, cet espace ou encore cet ouvrage défensif, symbole du passé. "L’hôpital colonial", ancien bâtiment de la psychiatrie de St-Paul, d’une richesse intarissable de l’histoire, voilà peut être un lieu symbolique de l’Île, qui peut nourrir l’ensemble des réunionnais à cette réflexion : Faut-il construire un château à 78 millions d’euros (vide d’histoire) en Maison de civilisations, alors qu’on a déjà un bâtiment chargé d’histoire, autant dans ces murs que dans ces lieux, et qui peut représenter à lui seul l’unité de la Réunion ? »

Saint Paul ne fut pas toujours l'antre idéal, le lieu de villégiature. En 1689 Guillaume La Houssaye nous parle d'évaporation des eaux, de dépôt d'alluvions et de lieu insalubre que fuit la population. Saint-Paul ne changera guère pendant toute la première partie du 19 ème siècle. La ville se dépeupla à la fin de 19 ème siècle pour plusieurs raisons : les crises de la canne qui atteignirent toute l'île, la création du port de la Pointe des Galets, mais surtout à cause de l'introduction du paludisme, par un convoi d'immigrants venus de Calcutta ; la ville n'était pas assez ventilée et l'étang de Saint-Paul entretenait les moustiques porteurs de germes.

Nous n’avons pas parler de géographie , sœur de l’histoire, les deux marchent main dans la main. C’est une zone humide , normalement dans un monde sain , elle aurait du au moins être protégée. On a affaire la au dernier instant de l’ancien Saint Paul, avec ses songes, ses filets d’eau.A la Réunion existe trois étangs : l’étang du gol, de Bois Rouge et de Saint Paul. Ces baies isolés de la terre survivent par un mince filet de galet, de sable. J’ignore si a l’endroit la mer se trouvait mais il me semble logique que tout Saint Paul soit bâtis que sur du sable, la mer recouvrant le tout. Ce processus d’apport de sédiment avec l’arrivée de l’homme recouvre ses étangs. En plus avec l’érosion des terres déboisées. l’étang salé lui a disparu. De mémoire d’ancien la zone est inondée complètement. Est elle en réserve naturelle sensible ? Dans le passé l’homme chassa les flamands, échassiers. Et si les fouilles de décembre étaient un moyen de retrouver dans le sable des os de dodo ?

Dans le livre « sous le signe de la tortue » nous vivons les instants de Payen au pied de la grotte : « bâtie à la chute d’une belle fontaine (existant encore mais moindre) qui tombe en nappe d’eau du milieu d’un grand rocher, des plantages de tabac à qui ils savaient donner toutes les façons ; de racines et d’herbes potagères dont ils avaient porté des graines ; et ils nourrissaient dans un enclos quantité de cochons et de cabris.Le cochons y vivaient de tortues de terre qui y rampaient par milliers, et les tortues de mer se promenaient tous les soirs sur la cote.

Si on veut comprendre le sens de l'histoire il faut savoir que l'histoire est celle des vainqueurs, des tombes en dur de la famille Desbassins. Le cimetière des esclaves devait être en bois , d’où sa disparition.Peut être coexistât deux cimetières, un pour les riches, un pour les pauvres ? Peut t’on imaginer raser les caveaux un jour et monter a la place des immeubles ? Pourquoi le faire pour celui disparut (ou ignoré) des esclaves n’ayant jamais eu droit a la parole ? Pareil pour la fameuse grotte , on pense que la grotte véritable aurait disparu après la chute d'un pan de falaise , peut être a l'emplacement des travaux, personne ne le saura jamais.Concernant les ruines de ce secteur, ce sont les vestiges du mur d'enceinte de l'ancien asile d'aliénés. En 1788 on décide d'ouvrir un nouveau cimetière. Doit t’on le donner aux blancs ? Aux noirs ? La réponse du conseil supérieur : « cette distinction nous paraît tout a fait révoltante, comme si nous n'étions pas tous égaux par notre origine et que la poussière de l'homme noir ne fut pas la même. C'est vouloir étendre les prérogatives de l'orgueil au-delà même du tombeau »

Que compte faire l’État, du plus vieil hôpital de la Réunion? En 1801 Bory de Saint Vincent en parle. Il daterait de la compagnie des indes. « la circulaire du 10 mars 1897, qui stipula que les "petites" colonies ne pourraient avoir qu’un seul hôpital colonial. Ce fut naturellement celui de St-Denis qui fut conservé et l’établissement de St-Paul ne fut que "l’asile des aliénés" car, comme les départements métropolitains, la colonie de la Réunion, s’était dotée d’un asile psychiatrique »(Jean Claude COMORASSAMY. ) Pourtant ,une journée dédiée au patrimoine historique de la Saline se tient ce samedi 18 novembre . Preuve est donc que l'on est capable de faire bouger les choses, efficacement si possible.

Pierre Hibon fut celui qui construisit la nouvelle église de pierre nous dit Boucher. Bory des l’origine parle de caverne servant de sépultures. Au départ le terrain Aubry est un verger.Lors de l’agrandissement du cimetière marin la famille aubry ne voudra pas entendre parler de ce cimetière sur ces terres, on sera obligé de réquisitionner les terres en villes d’une pauvre malheureuse ne pouvant se déplacer pour se plaindre de la confiscation . C’est ainsi que nous avons le cimetière actuel .

Méditant sur Saint Paul , le meilleur apôtre de la nature est il me semble Leconte de Lisle . Je ne puis m’empêcher de livrer une ode a la beauté de cette partie de l’île , la ou tout commença, et tout se termina un beau matin de l'année 2016 sous les coups de butoir de l'homme et de ses complexes immobiliers :

Rien n’est beau comme le lever du jour du haut des mornes du Bernica. (…)Mais, hélas ! les créoles prennent volontiers pour devise le nil admirari d’Horace. Que leur font les magnificences de la nature ? que leur importe l’éclat de leurs nuits sans pareilles ? Ces choses ne trouvent guère de débouché sur les places commerciales de l’Europe ; un rayon de soleil ne pèse pas une balle de sucre, et les quatre murs d’un entrepôt réjouissent autrement leurs regards que les plus larges horizons. Pauvre nature ! admirable de force et de puissance, qu’importe à tes aveugles enfants ta merveilleuse beauté ? On ne la débite ni en détail ni en gros : tu ne sers à rien. Va ! alimente de rêves creux le cerveau débile des rimeurs et des artistes ; le créole est un homme grave avant l’âge, qui ne se laisse aller qu’aux profits nets et clairs, au chiffre irréfutable, aux sons harmonieux du métal monnayé. Après cela, tout est vain – amour, amitié, désir de l’inconnu, intelligence et savoir ; tout cela ne vaut pas un grain de café -. Et ceci est encore vrai, ô lecteur, très vrai, et très déplorable !

Ainsi, Leconte de Lisle stigmatise t-il l’indifférence à la beauté, . Les positions critiques de Leconte de Lisle sur la société coloniale et l’esclavagisme apparaissent aussi dans ses commentaires, Cette société est présentée comme pervertie par la recherche du profit. L’histoire ne s’efface pas elle se réinvente. Les hommes ne changent pas, leur idée change juste de nom.

Carpaye Bertrand

4.Posté par Créole La Reunion le 07/05/2018 10:22 (depuis mobile)

Il est malheureux de voir que les les Réunionnais ont oublié pour répondre au politiquement correct qu’ils ont été aussi blancs,exclavagistes, qu’ils venaient aussi de France de Navarre et d’Europe. Cependant, on oublie une chose, devinez laquelle ??

5.Posté par Nono le 07/05/2018 10:53

Renommer la grotte des Premiers français en grotte du Peuplement, pourquoi pas, l'équipage qui a débarqué dans la baie de Saint Paul était également constitué de malgaches selon les historiens. Rien de choquant la dedans. Par contre, débaptiser le square de l’abolitionniste Leconte de Lisle ou celui du 18 Juin 1940 pour des notions bien vagues d'"humanistes" et de "liberté", on se demande ce qui gène, si ce n'est les références à la France.

Bref, se draper du culturel est un grand classique chez les identitaires, cela permet de donner un semblant de légitimité et de grandeur d'esprit à des idées nauséabondes. On ne va pas non plus féliciter les politiciens qui les caressent dans le sens du poil quand les élections approchent, surtout que, pour mémoire, cela avait coûté cher à Huguette Bello.

Tiens, toujours au sujet des identitaires, vous avez vu pour les paillotes? La préfecture, donc l'état Français, va reprendre la main sur toutes les AOT du DPM, exit les élus locaux et les petits arrangements. En même temps, des identitaires qui exigeaient l’application de la loi Française, c'était quand même assez cocasse !

6.Posté par Paillotes le 07/05/2018 11:22 (depuis mobile)

Qu'' Il s''occupe lui et les élues d''enlever les paillottes.

7.Posté par y. féry le 07/05/2018 11:29

Mais qu'ils sont cons!

8.Posté par Marie le 07/05/2018 12:19

on a que cela à faire sur cette ile à refaire l'histoire après çà créole lé en l'air....on est mal barré avec ces comiques !

9.Posté par Daisy d'Herrata le 07/05/2018 11:33

Ce n’est pas une trace indélébile qu’il va laisser, mais la trace d’un débile. Profond. Merci M.Dupuy. Je ne suis pas toujours d’accord avec vous, mais il était très important de dénoncer ces manipulations inacceptables.

10.Posté par ras le bol des connards le 07/05/2018 13:49

Sinimalé +Velleyen le duo d'enfer vous êtes tombés dans la plus bête des conneries à la limite du racisme anti-tout (même de votre Histoire)
Avez vous donc la honte du passé de votre ti péï. Vous avez le sang contaminé par les discours xénophobes des indépendantistes et vous voulez laisser votre empreinte à tout prix. Quelle honte jusqu'à effacer la trace de votre plus éminent poète parce qu'il était Français. Loulou mettez en place votre projet et je vous assure que vous allez vous retrouver au pilori de la population Réunionnaise. Sautez plutôt dans la mer pour aller dire aux requins qu'il faut qu'ils changent de nom : leur dire repeuplement de la mer.
Oté la couillonisse lé com zerbage boeuf. Y pous partout

11.Posté par fundisantim le 07/05/2018 15:52

Les "identitaires" commencent a saouler grave. Doit on encore donner une quelquonque tribune a ses frustres du miroir qui pensent que leur rancoeur peut servir de lien social?

12.Posté par klod le 07/05/2018 17:21

que dit Dupuy ??????????


l'occupation définitive a été faite par PAYEN et des malgaches ........... après nos 12 braves mutins "de souche" .................. donc juste dénomination de "grotte du peuplement" !

juste lecture de l'histoire !!!!!! : la vérité historique , que la vérité historique sans arrière pensée , c'est ce que demandent les citoyens lucides !

la mi dit bravo "loulou" !

13.Posté par klod le 07/05/2018 17:42

article de Brigitte CROISIER , 2014 :

"Car, si les mots ont un sens, l’expression « premiers Français » désigne les individus à l’origine d’un processus historique d’occupation d’un territoire déterminé. Il faudrait remonter au paléolithique, à une lointaine période où le Piton des Neiges n’avait peut-être pas encore pointé le bout de son nez, pour trouver des traces d’une présence humaine dans ce qui sera la France. Puis, se sont succédé de manière ininterrompue des peuples venus du Sud, de l’Est et du Nord, sur un territoire aux frontières constamment mouvantes.

Aussi, parler de « premiers Français » à Saint-Paul de La Réunion, relève d’une vision passablement désorientée de l’espace-temps et d’une lecture faussée de l’histoire-géographie. Les premiers habitants ayant été débarqués dans l’île au XVIIe siècle, ils peuvent difficilement se proclamer les « premiers Français ».

En fait, on est face à une réécriture de l’Histoire pour des motifs politiciens. Certes, la, ou plutôt les prises de possession de l’île ont été faites au nom de la France et Etienne de Flacourt avait inscrit sur une carte de Bourbon « Saint-Paul habitation des Français », mais les premiers habitants, volontaires ou forcés, ne venaient pas tous de France. Ils étaient peut-être même minoritaires au début.

Distorsion

Ainsi, après avoir été nommée la « caverne des Portugais », ou « caverne des douze exilés », ou encore simplement « La Caverne », elle a été baptisée « Grotte des premiers Français » sous la pression du député Michel Debré qui voyait rouge à l’évocation du mot Réunionnais. Cette appellation relève d’une stratégie de pouvoir.

Il semble plus conforme au bon sens de parler de « grotte des premiers Réunionnais », les habitants de La Réunion étant bien des Réunionnaises et des Réunionnais, non ? Le plus amusant, car il vaut peut-être mieux en rire qu’en pleurer, est que cette grotte n’a sans doute pas été habitée, si l’on en croit Alexis Miranville qui a étudié l’histoire de Saint-Paul. On a donc vraiment affaire à une double distorsion de l’Histoire."


Dupuy ::::::::::: qui sont les "révisionnistes" ............................... ???????????????????

si on ne parle pas de l'arrivée des 12 "de souche" qui sont ensuite reparties , les 1ers habitants définitifs sont français ET malgaches ................. c'est ça l'histoire de ce cailloux , NON ?

sans donner dans "l'anti debréisme primaire" , chaque historien sait que c'est sous debré que le nom "1er français" a été donné pour les raisons que CHACUN sait !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


oté , assez infantiliser les réunionnais , comme avec l'amendement vira ...................... les memes depuis 70 ans , ENcore !


Personne ne sait où ont "atterri" les 12 1ers mutins ............... par contre on sait que les habitants définitifs ( PAYEN , son pote et les malgaches")ont débarqué à l'actuel St Paul ............ dont acte ............. "grotte du peuplement et c'est bien , c'est respectueux de l'Histoire !

autre source :


Le premier peuplement volontaire en 1663

Les 12 premiers volontaires à avoir habité l’île sont arrivés dans l’île entre le 10 et le 14 novembre 1663 à bord du Saint Charles, venu de hollande et étant passé par Nantes et Fort-Dauphin, à Madagascar. A la tête de cette première expédition privée se trouvait Louis Payen et un autre colon à l’identité discutée, accompagnés par dix Malgaches (sept hommes et trois jeunes filles). Le groupe s’installe à St-Paul et contrairement aux mutins exilés qui avaient passé un séjour temporaire sur l’île (entre 1646 et 1649 puis entre 1654 et 1658), il arrive avec les moyens de s’installer durablement. Mais si l’équipement avait été convenablement pensé (les deux Français étant par ailleurs les seuls à disposer d’armes à feu), on ne peut pas en dire autant de la composition du groupe. Les neuf hommes vont rapidement se disputer, très certainement d’ailleurs au sujet des femmes – ou plutôt de jeunes filles de 14, 10 et 8 ans…

Le début de la colonisation en 1665

Les sources ne sont pas toujours complètes sur le nom du groupe de colons arrivés avec Etienne Regnault, mais les archives ont gardé la trace de Pierre Collin, Hervé Dennemont, Jacques Fontaine, René Hoarau, Gilles Launay et François Vallée. Arrivés également entre 1665 et 1667 : Antoinette Arnaud (ou Renaud), Marie Baudry, Jean Bellon, Anne Billard, Michel Esparon, Pierre Hibon, Jena Mirebaud, Claude Mollet, Pierre Pau, Léonarde Pillé, Anne Randranar, François Ricquebourg, Antoine Royer, Athanase Touchard
"..................

allez "making history , there is no mystery" ( LKJ)


sauf à prouver que les 12 mutins aient débarqué à st paul , l'occupation définitive a été faite en 1663 , effectivement à St Paul .................. avec des malgaches et cette grotte commémore l'occupation définitive !

merci SINI de rétablir la vérité historique, c'est important pour nos "ancêtres" et "nos descendants" .

14.Posté par deyres le 07/05/2018 17:47

la commune n'appartient pas au maire et à ses adjoints. De quel droit les élus se permettent ils de changer les noms des rues, des monuments sans l'avis des administrés ? Encore de la mégalomanie de bas étage !

15.Posté par klod le 07/05/2018 18:44

d'ailleurs , il faut plutôt se demander que veut on commémorer en cette endroit pour essayer d'etre lucide et ne pas avoir de "parti pris" :

- si c'est la 1ère prise de possession sur le "St Alexis" , oui cela se serait passer en "baie de st paul"

- si c'est les 12 mutins , on en sait rien de leur lieu de vie : ste Suzanne , st Paul ?????????????????? jusqu'à preuve "historique" du contraire ( carnets de bord, témoignages ?????????)

- si c'est Couillard , oui , en baie de St Paul mais déjà avec des esclaves malgaches

- si c'est l'occupation définitive en 1663 , oui mais avec des esclaves malgaches .

bref , en sachant , que "dans l'esprit" cet endroit commémore les 1ers habitants définitifs , c'est donc un nom plus réaliste que le nom "1er français ".

malgré les "commentaires des memes depuis 70 ans" .il ne s'agit pas là de "recherche identitaire avec des arrières pensées" mais de coller à la vérité historique !

A ce que je sache , on n'a jamais voulu commémorer la 1ère prise de possession en ce lieu mais les 1ers habitants définitifs , donc le mot " du peuplement" semble plus juste!!!!!!

16.Posté par GIRONDIN le 07/05/2018 20:16

...... Des contre-vérités historiques....

dupuy qui parle de contre vérité !!!!!!!!
L'expertise es appréciable

Hihihihahi HAHAHA



Merci FESTIVAL FM pour ce FESTVAL d'humour !

17.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 07/05/2018 21:39

*Avec une telle détestation de la France,

*Pourquoi le "peuple réunionnais"

*N'a jamais revendiqué son indépendance ?

*Certains l'ont fait - avec bonheur, comme Maurice...

18.Posté par alcide le 08/05/2018 04:11

Sinimalé...ou la grotte du dernier malbare...

19.Posté par LAURENT le 08/05/2018 08:53

bravo velleyen c'est vraiment scandaleux de votre part si cela est avéré. on s'en souviendra m le Maire lorsque l'heure de voter sera là. débaptiser est un acte qui doit être démocratique et non une action de quelques associations identitaires. la réunion n'est pas à quelques uns et nous combattrons pour cela

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes