MENU ZINFOS
L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] L'indépendance de Mayotte une immense connerie


Par - Publié le Jeudi 29 Mars 2018 à 09:42 | Lu 2699 fois



Je voudrais ce matin vous parler ce matin de l’éventuelle indépendance de Mayotte.
 
J’entends souvent à la radio ou bien je lis dans les commentaires sur les réseaux sociaux qu’il n’y a pas de solutions à la crise mahoraise et que, dans ces conditions, la seule issue consisterait à octroyer son indépendance à Mayotte. Et à lui permettre de réintégrer l’archipel des Comores dont elle faisait à l’origine partie.
 
J’ai moi même pensé ça à un moment. Mais permettez-moi de vous dire, et je vous demande par avance de m’excuser pour ma vulgarité, il s’agit d’une immense connerie.
 
En disant ça, je ne fais pas référence au droit international, ni à une quelconque résolution de l’ONU.
 
Je dis simplement que ce serait une catastrophe pour la France, et en premier lieu pour la Réunion.
 
Pourquoi ? Tout simplement parce que la décision de Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République, d’organiser un référendum en vue de faire de Mayotte un territoire français, a du même coup fait de tous les Mahorais des Français.
 
A ce titre, les 256.000 Mahorais officiellement recensés sont donc libres d’aller et venir librement sur le territoire national, en métropole comme à la Réunion. Et étant donné que la décision de les rendre indépendants ne pourrait pas être rétroactive, ceux qui sont Français le resteront, quoi qu’il arrive. Et leurs enfants, nés de parents français, seront Français eux aussi.
 
Imaginons, même si ce scénario n’a que peu de chances d’arriver à court terme, imaginons que Mayotte devienne indépendante. Que pensez-vous qui va se passer ?
 
Devant la perspective de voir leur ile revenir à l’âge de pierre, la quasi-totalité des Mahorais s’empresserait de quitter leur ile, munis de leurs passeports français. Et devinez où ils iraient ? Une partie en métropole certes, mais la plupart à la Réunion, où le climat est le plus proche de celui de leur ile natale et où ils ont déjà de la famille et des proches.
 
Sans compter qu’à ces 256.000 Mahorais, il faudrait rajouter un bon nombre de clandestins comoriens car vous ne pouvez ignorer que les faux papiers sont un sport national à Mayotte, facilités par un état-civil défaillant et par un grand nombre d’homonymies.
 
Alors ? Au vu de tous ces éléments, vous êtes toujours favorables à l’indépendance de Mayotte ?


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Patrick.a le 29/03/2018 10:57

Pardonnez moi également pour cette expression mais ce que vous racontez n'est que pure mensonge.
En cas d'indépendance les mahorais pourraient tout a fait perdre leurs nationalités française.

Est ce que les algériens ont gardés leur nationalité française après leur indépendance? NON

Demain les kanak vont voter pour leur indépendance et ils perdront de fait leur nationalité française pour la plupart.

Une loi peut tout à fait être rétroactive. Donc ce que vous dites est totalement faux.

2.Posté par JD974 le 29/03/2018 11:30

Vous nous rappelez que vous en étiez partisan. "J’ai moi même pensé ça à un moment. Mais permettez-moi de vous dire, et je vous demande par avance de m’excuser pour ma vulgarité, il s’agit d’une immense connerie."

Pourriez-vous, si ce n'est pas vous en demander trop, nous remettre en mémoire les arguments de votre premier choix ? Merci d'avance.

3.Posté par Dignité le 29/03/2018 13:01

La liberté pour les mahorais de s'installer à la Réunion en cas d'indépendance de Mayotte n'est pas inéluctable.

Au delà de la réalité juridique, il y a la réalité géographique. Notre île, vu ses dimensions, n'est pas en mesure d'accueillir des milliers de personnes d'un coup.

Dès lors que les autorités locales auront la possibilité de légiférer pour tenir compte des réalités et des contraintes locales, des mesures pourront être prises pour limiter l'arrivée sur notre sol des mahorais et comoriens fuyant leur île.

Un référendum local pourra même y être organisé pour demander l'avis des réunionnais sur l'accueil des mahorais désireux de s'installer ici.

Imaginer que 250 000 mahorais décident de s'installer ici, . C'est matériellement impossible et les réunionnais formeront un barrage. C'est certain.

Pierrot DUPUY analyse les choses dans l'absolu et simple ignorer le principe de réalité.

4.Posté par Gvar le 29/03/2018 13:05

la décision de les rendre indépendants ne pourrait pas être rétroactive


Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer cela ? Sur quel texte vous basez-vous ?
En gardant Mayotte : la France a bafoué le Droit International. Ce que l'on sait moins c'est que la France a également bafoué le Droit Français.
La République ne peut s’augmenter de portions de territoire par le vote unilatéral d’une entité extra-nationale ou territoriale. Il faut, selon l’article 3 de la Constitution, l’assentiment du peuple français dans son entièreté.
Le peuple français n'a jamais été consulté. les actes juridiques des référendums de 1976 et celui de mars 2009 relatif à la départementalisation sont des actes juridiquement inconstitutionnels et par conséquent nuls de plein droit.

Expliquez-moi donc en quoi revenir sur un acte illégal... serait illégal ?!? La Départementalisation étant juridiquement nulle, l'annuler est donc possible.
La vraie question c'est : quel gouvernement oserait venir se casser les dents à vouloir rendre Mayotte aux Comoriens...
Il n'y a que 3 solutions ici :
_ Rendre Mayotte aux Comoriens
_ Faire de Mayotte un département digne de ce nom
_ Ne rien faire et refiler la patate chaude au prochain Président

_ Rendre Mayotte aux Comoriens ?
=> Il ne faut pas s'imaginer que les Mahorais accepteraient sagement ce sort sans rien faire ni rien dire...

_ Faire de Mayotte un département digne de ce nom ?
=> Il faudrait que la France fasse de Mayotte une priorité en terme d'hommes mais surtout de moyens financiers. L'investissement est colossal et on sait tous que ce n'est pas demain la veille que Mayotte deviendra une priorité Nationale...

_ Ne rien faire et refiler la patate chaude au prochain Président
=> C'est probablement ce vers quoi on se dirige. Ils prendront quelques mesurettes ici et là pour "calmer les esprits", quelques millions par ci par là et le temps qui passe fera le reste jusqu'au prochain Président de la République.

5.Posté par Zambrevatte le 29/03/2018 13:10

pffff ! quoiqu'il arrive on aura une grosse vague migratoire; soit en provenance des comores soit en provenance de mayotte ou peut-être même des 2 en même temps.

6.Posté par BERKEL le 29/03/2018 13:15

C'est vous qui dites des conneries, alors cela voudrait dire qu'il faudrait encore
entretenir une Ile qui nous posera de toute manière que des problèmes, ce qui n'empêche pas
les Mahorais de quitter leur ile massivement pour venir grossir le banc des chômeurs déjà existants
à la Réunion et surtout ne solutionnera pas la venue clandestine des Comoriens sur Mayotte que l'on
est incapable d'enrayer d'autant qu'il est convenu par les autorités Comorienne de rejeter systématiquement
tous les clandestins venant à être reconduits au pays.
C'est sans fin il faut que Mayotte ait son indépendance et même si elle ne réintègre pas les Comores
c'est son problème elle n'a qu'à se placer sous la protection de la Russie ou de la Chine pourquoi pas
mais là ça ne sera pas la même chanson.
Vouloir garder Mayotte Française est suicidaire , il faut faire faire un référendum aux Français et vous
verrez bien les résultats le peuple à le droit d'avoir un regard sur les décisions qui seront prises.

7.Posté par JORI le 29/03/2018 13:31 (depuis mobile)

À lire cet article, on en déduit qu'il ne faut rien faire!!. Petite question: comment la France a t elle fait avec ses anciennes colonies devenues indépendantes et bientôt peut-être la nouvelle calédonie??.

8.Posté par Marc le 29/03/2018 13:32

1. C'est plutôt faux. En matière d'indépendance, il y a une règle simple: si vous avez la nationalité du pays "colonisateur", vous la conservez si vous le souhaitez. Dans certaines colonies, fut un temps, les choses ont pu être un peu différentes car il coexistait différentes formes d'appartenance à la France, et je pense notamment au statut civil local algérien, qui faisait de la majorité des Algériens des sujets français mais pas des nationaux français. Mais vous n'avez rien d'équivalent aujourd'hui à Mayotte. Donc les Mahorais qui le souhaiteraient pourraient simplement demander à devenir français et ils le resteraient.

Par ailleurs, même en supposant qu'on s'asseye sur le droit constitutionnel, civil et international et sur des décennies de pratiques, il reste un problème. La France, en raison du droit européen, ne peut pas créer d'apatride. Donc si le nouvel Etat crée un code civil qui maintienne volontairement une partie de ses habitants à l'écart de sa nationalité (par exemple, mettons, en disant que pour obtenir la nationalité mahoraise au moment de l'indépendance, il faut faire une déclaration que beaucoup ne feraient pas), nous serions contraints de laisser aux mahorais qui n'auraient pas obtenu la nouvelle nationalité mahoraise leur nationalité française.

9.Posté par Fg le 29/03/2018 14:16 (depuis mobile)

Avec l indépendance, le taux du chômage se réduira en France. Un moyen de réduire le déficit national, et d eviter de jeter
L''argent inutilement comme fait actuellement à la réunion dans l assistanat du chômeur aux travailleurs sur cet ile.

10.Posté par spartacus974 le 29/03/2018 14:27

Les Mahorais ,bien conscients de la générosité de l’État Providence ,n'ont jamais réclamé leur indépendance,de peur de sombrer dans la misère comme leurs cousins comoriens.L'indépendance et la réintégration au sein des Comores sont 2 choses bien différentes.Notre bon Pierrot est encore,une fois de plus,aux fraises sur un sujet qui le dépasse comme souvent.Ce type d’article vise probablement à accroitre le rejet de la communauté mahoraise à la Réunion.C'est idiot mais le Mahorais est citoyen français et peut donc circuler librement sur le territoire français....Pour notre Pierrot,c'est effrayant .....Dans son esprit étriqué,il faudrait probablement créer une nationalité française de seconde classe pour les Mahorais avec interdiction de venir à la Réunion et de rejoindre la métropole.

11.Posté par Paul Hoarau le 29/03/2018 14:46

À 10 H 57 expliquez-moi comment vous faites pour destituer de la nationalité française, ceux qui viendront s'installaient sur un autre territoire de la république ? Pour mémoire les Algériens qui on fuit, vers la France ont tous gardé la NF !

12.Posté par Orange is bad le 29/03/2018 14:48 (depuis mobile)

Au lieu de proposer l indépendance de Mayotte , demandons plutôt qu’elle île des Comores veut devenir française

13.Posté par Dazibao le 29/03/2018 15:05

La seule solution d'apaisement est que les clandestins retournent chez eux. Mais ne rêvons pas vu que la France est incapable de régler les problèmes d'insécurité dans tous les coins de ses territoires.

Mayotte fait 376 km². Si la 5ème ou 6ème puissance du monde n'arrive pas à assurer la sécurité de cette petite île, il s'en déduit que la France est au même rang que les Comores.

14.Posté par un blanc le 29/03/2018 16:07

1.Posté par Patrick.a le 29/03/2018 10:57

Bien sûr qu'ils ont gardé la nationalité. Les pieds noirs ça ne vous dit rien?

Il y a 2 règles dans l'attribution de la nationalité :

1 : On ne peut pas être apatride.
2 : On ne peut pas obliger quelqu'un à prendre une autre nationalité que celle que l'on possède déjà.

15.Posté par kersauson de (p.) le 29/03/2018 16:20

pour une fois
je suis entierement d accord avec dupuy

et il faut regler le pb des eternels clandestins ( mais ca va couter cher)
et n oublions les ENORMES reserves de gaz et petrole sous nos petites iles ! au moins 10 ans de la consommation francaise n en deplaise a hulot (celui qui roule en range rover )

16.Posté par kersauson de (p.) le 29/03/2018 16:21

post 1
NUL ne peut perdre sa nationalité acquise de cette facon
cf les pieds noirs et les harkis
et cx qui voudraient devenir comoriens , kils aillent labas

17.Posté par spartacus974 le 29/03/2018 16:33

post Jori:L'énorme différence est que pour Mayotte,il n'y a jamais eu de revendication pour l'indépendance.Les Mahorais ont voté pour rester français et n'ont pas souhaité autre chose.
Mayotte paie le prix d'une politique délirante des autorités depuis des lustres.Les clandestins sont devenus les bouc émissaires d'un naufrage complet de la société mahoraise qui ne trouve le plus souvent son salut que dans l'exil.La délinquance n'est pas l'exclusivité des clandestins et marque une jeunesse sans repère et surtout sans espoir.Mais,l'intervention du super préfet va venir tout résoudre d'un coup de baguette magique ....alors que Mayotte s'enfonce depuis des décennies dans une situation explosive sur le volet social.

18.Posté par JD974 le 29/03/2018 17:25

On attend encore que DUPUY nous dise pourquoi il a changé d'avis.

Vous nous rappelez que vous en étiez partisan (de l'indépendance). "J’ai moi même pensé ça à un moment. Mais permettez-moi de vous dire, et je vous demande par avance de m’excuser pour ma vulgarité, il s’agit d’une immense connerie."

Pourriez-vous, si ce n'est pas vous en demander trop, nous remettre en mémoire les arguments de votre premier choix ? Merci d'avance.

19.Posté par Patrick.a le 29/03/2018 17:47

"Selon le Code civil, un individu peut se voir retirer sa nationalité si:
Il a commis un crime ou un délit "qui portent atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation".
Il a commis un acte terroriste.
Il s'est livré "au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France".
Il n'a pas respecté certaines obligations du service national."

"La demande de perte de la nationalité

La personne exerce ainsi un droit. Elle formule une demande ne souhaitant plus être Française. Il en va ainsi pour :
la répudiation de la nationalité française d’origine (articles 18-1 et 19-4 du code civil) ;
la répudiation de la nationalité française acquise au bénéfice de l’effet collectif (article 22-3 du code civil) ;
la répudiation de la nationalité française suite au mariage avec un étranger (article 23-5 du code civil) ;
la déclaration de perte de la nationalité française par acquisition volontaire d’une nationalité étrangère (article 23 du code civil)."

"La perte ou la déchéance peuvent également être prononcées d’office par le gouvernement.
Elle prend effet à la date du décret qui la prononce et n’a pas d’effet sur les enfants mineurs qui restent Français. "

Quelques exemples juridique qui permettent sans la moindre difficulté la perdre la nationalité française.
De plus je rajouterais aux amateurs du droit français et européen que mayotte a juridiquement été acquise illégalement en ne respectant pas le droit international et le droit onusien par la France. La France qui se sert de son droit de veto régulièrement à l'ONU pour éviter toutes sanctions internationales en ce qui concerne Mayotte.

C'est faux de dire que l'on ne peut pas perdre sa nationalité française, en matière de droit il y a toujours un principe et de nombreuses exceptions. D'ailleurs au passage concernant la rétroactivité des lois qui en principe est impossible c'est la même. Le conseil constitutionnel n'a jamais reconnu le principe de sécurité juridique comme un principe constitutionnel. Certaines lois sont rétroactives rarement certes mais cela existe.

20.Posté par Patrick.a le 29/03/2018 17:51

ps: je rajouterais a ceux qui me site les pieds noirs et les harkis qu'ils ont la mémoire sélective.
Ils ont certes gardé leur nationalité française mais furent traité comme de la merde par la France durant de nombreuses décennies.
Ce n'est d'ailleurs que très récemment que la France a fait preuve d'un mea culpa vis à vis des Harkis.

21.Posté par Les Kikous du droit Vs Pierrot le 29/03/2018 17:56

L'indépendance d'un département français c'est constitutionnellement impossible, contrairement à celle d'un territoire français comme la Nouvelle-Calédonie qui est sous contrôle de la France, comme l'Algérie autrefois mais de manière plus renforcée. La preuve son statut juridique est régie par un accord bilatéral entre Nouméa et Paris. Mayotte n'a aucune ressource de double nationalité, la Nouvelle-Calédonie si. Les Algériens n'avaient pas le droit de vote pour leur les députés lorsqu'ils étaient dans une circonscription de métropole, les mahorais si.
Si Mayotte sort avec une (énorme) révision de la Constitution, il n'y aura que des français ou comoriens là-bas pour demander la nationalité du nouvel État. Jamais on ne pourra renier un français parce que son territoire d'origine devient étranger, c'est dans l'article 1 de la Constitution !

22.Posté par Choupette le 29/03/2018 18:13

2.Posté par JD974

Il dit qu'il y a pensé. S'il l'avait écrit, il aurait mis le lien pour nous/vous rafraîchir la mémoire, il me semble.

23.Posté par Marc le 29/03/2018 18:14

4. Le droit international n'est pas d'application directe en France (sauf le droit européen) et n'a pas de valeur supérieure au droit constitutionnel (même le droit européen). C'est ce qu'on appelle la hiérarchie des normes. Or Mayotte est française dans la Constitution.

Ce n'est absolument pas ce que dit l'article 3 de la Constitution. En revanche, ce que dit l'article 53 de la Constitution c'est que "nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n'est valable sans le consentement des populations intéressées". Or, au sens du Constituant, les "populations intéressées", ce sont celles vivant sur le territoire cédé, échangé ou adjoint. Donc les Mahorais, en l'espèce, et eux seuls. Nous n'avons pas conquis de territoire depuis 1958 mais c'est en revanche comme cela que nous avons procédé pour toutes les cessions de territoires depuis 1958.

Par ailleurs, vous vous méprenez sur la capacité d'annuler des actes pris en violation de la Constitution. S'agissant d'une loi ou d'un traité, une fois entrés dans notre ordre juridique, ils ne peuvent plus être annulés même si la procédure d'adoption était irrégulière. En revanche, des dispositions ponctuelles pourraient être contestées par question prioritaire de constitutionnalité si et seulement si elles contreviennent à des droits fondamentaux, ce qui n'est pas le cas ici au sens du droit.

6. Idem, la Constitution prévoit que pour donner son indépendance à Mayotte ou la céder aux Comores, il faut que les Mahorais l'acceptent.

7. Pour ses anciennes colonies, la France a organisé des référendums locaux d'autodétermination (il ne vous aura pas échappé qu'il y en aura un en Nouvelle-Calédonie en fin d'année). Par ailleurs, sur les questions de nationalité, la France a laissé la nationalité française à ceux qui le voulaient, parfois avec plus ou moins d'honnêteté dans la méthode. Par exemple, à Pondichéry, elle n'a laissé que quelques semaines aux habitants pour choisir de garder la nationalité française et a tout fait pour ne pas leur dire qu'ils avaient le choix.

9. A vrai dire, Mayotte ne coûte franchement pas très cher à la France. Beaucoup des prestations sociales et droits n'y ont pas été étendus et la structure même de l'économie aboutit à ce que beaucoup de gens n'aient pas acquis de droits à des aides et prestations. L'Etat y débourse 4974 par habitant et par an. La moyenne des Outre-Mer (TOM compris, alors que l'Etat y débourse très peu vu qu'il y est compétent sur très peu de sujets) est à environ 6280 euros par an et par habitant.

12. Mohéli et Anjouan l'avaient demandé en 1997. On va dire pudiquement que ça ne s'est pas très bien passé.

24.Posté par Marc le 29/03/2018 18:26

19. Oui, il est possible de perdre sa nationalité. Dans le cadre d'une procédure pénale ou si elle le demande, et uniquement pour les binationaux. Elle ne peut en revanche être retirée à quelqu'un dans le contexte d'une indépendance. Le code civil prévoit précisément, d'ailleurs, la façon dont ça se déroule dans les cas d'indépendances et même la possibilité pour la personne ayant perdu la nationalité française en raison d'une indépendance de demander à la récupérer dans certains cas.

Quant à la sécurité juridique, le Conseil ne l'a effectivement jamais reconnue explicitement. En revanche, il a dans sa jurisprudence dégagé le principe que les lois ne peuvent être rétroactives que si elles sont justifiées par un motif d'intérêt général suffisant. Il est permis d'avoir plus qu'un doute sur l'intérêt général suffisant de retirer leur nationalité à des citoyens français qui n'ont commis aucun crime contre la nation. Par ailleurs, le droit européen a, lui, un principe de sécurité juridique et un principe de confiance légitime aussi bien au niveau communautaire que de la convention européenne des droits de l'Homme.

25.Posté par GODEFROI1099 le 29/03/2018 18:48 (depuis mobile)

Débat sans intérêt. L''indépendance d''une population ne peute résulter que d''une manifestation de volonté de ladite population, dixit Annick GIRARDIN. Ça m''étonnerai que les mahorais veulent leurs indépendance.

26.Posté par GIRAR le 29/03/2018 20:21

GIRARDIN a dit que les mahorais est français a part entière,commence par créer un rectorat,une université comme en guyanne,2 millirards d'euros comme en guyanne,un grand hopital ,des médiathèques , arrangés les routes ,des complexes sportifs ,des logements ,des lycées comme dans les autres dom et beaucoup chose et j'en oubli, et la mayotte seras un département a part entière.

27.Posté par Simandèf le 29/03/2018 22:09

Le mieux à faire c'est de rendre Mayotte aux Comores et il faut bien comprendre qu'il n'y aucun réunionnais qui serait près a accepter le scénario que Monsieur Pierrot Dupuy met en avant c'est à dire accueillir plus de 250000 personnes.

La France ne se risquera jamais à mettre en péril la paix social dans ses 4 vieilles colonies (...) qui font d'elle la deuxième puissance maritime mondiale.

Donc pas de panique les réunionnais peuvent continuer à refuser toutes spécificités aux noms de l'assimilation et quémander quelques euros pour leur survie.

28.Posté par G. Péto le 29/03/2018 22:51

Allez Pierrot chante ! Et tous en choeur !!
"Je retourne ma veste, je retourne ma veste, toujours du bon côté " (Bis) ;)

29.Posté par Paul Hoarau le 29/03/2018 23:26

J'aime la facilité qu'ont les gens de dire ce qui est de bon pour les autres ! Il est facile de demander l'indépendance pour les Mahorais, ils se sont battus pour rester Français, s'ils avaient le désir de ne plus être, ils ne viendraient sûrement pas prendre l'avis des commentateurs de z"info !

30.Posté par Marc le 30/03/2018 01:40

25. Ce n'est pas vraiment un argument. Les ministres racontent souvent des conneries, ça fait partie de leur fiche de poste. En l'espèce c'est vrai mais l'argument d'autorité marche mieux quand on cite une personne qui fait vraiment autorité.

31.Posté par Philip le 30/03/2018 06:18

Post 14 à "un Blanc",

Vous dites une bêtise en faisant le parallèle avec les pieds noirs et l'Algérie. Les algériens dans leur grande majorité n'avaient pas lors de l'indépendance la nationalité française contrairement aux pieds noirs, français pour la plupart par filiation. Le contexte de Mayotte est totalement différent et le comparer à l'Algérie est grotesque.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes