L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] Emmanuel Macron sur BFMTV: Un débat qui restera dans les annales

Mardi 17 Avril 2018 - 11:03



Le débat de dimanche soir entre Emmanuel Macron d’un côté, et Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plénel de l’autre, restera à n’en pas douter dans l’histoire des interviews présidentielles.
 
Au même titre par exemple que celle de François Mitterrand en 1986 où on avait vu un Yves Mourousi oser s’asseoir sur le bureau pour questionner le président de la République.
 
Comme l’a dit un expert en communication, il y aura un avant et un après.
 
Je ne vous parlerai pas du fond. J’imagine que vous avez largement eu l’occasion de lire des résumés de ce qui a été dit dans vos journaux préférés. Je m’en tiendrai donc à la forme.
 
Dimanche soir, on a vu les deux journalistes arriver sans cravates, le comble de l’expression révolutionnaire apparemment pour eux. De même, ils se sont évertués à appeler Emmanuel Macron par son nom et son prénom, et non pas par M. le Président de la République comme il est de coutume. Si ça a pu leur donner l’impression d’être originaux, tant mieux pour eux. Moi, j’y ai plutôt vu un manque d’éducation. A chacun sa vision…
 
Cette émission restera également dans les annales du fait du ton utilisé par les deux journalistes pour poser leurs questions. On avait l’impression d’avoir affaire à deux militants politiques, et non pas à deux journalistes, qui étaient venus là, non pas pour poser des questions, mais pour s’écouter parler et se mettre en valeur.
 
La critique vaut surtout pour Edwy Plénel, qu’Emmanuel Macron a remis plusieurs fois à sa place en lui demandant d’arrêter de faire des « amalgames » ou de raconter des « bêtises ». Au point que le patron de Médiapart a fini par lui lâcher à un moment donné : « Vous n’êtes pas ici le professeur et je ne suis pas votre élève ». Malheureusement pour lui, c’est exactement l’impression que cela donnait. Et le mauvais élève, à plusieurs reprises, s’est fait taper sur les doigts. Ce qui était le plus étrange pour moi, c’est qu’après s’être fait ainsi recadrer à plusieurs reprises, avec des faits et des chiffres précis, on aurait pu s’attendre à voir Edwy Plénel rebondir, essayer de se défendre. Il n’en a rien été. Comme un élève pris en faute, il rentrait la tête dans les épaules et laissait Jean-Jacques Bourdin passer à la question suivante.
 
Jean-Jacques Bourdin de son côté, a fait du… Jean-Jacques Bourdin. Défenseur de la veuve et de l’orphelin, accessoirement du retraité, il a posé comme à son habitude des questions ampoulées, tout en s’écoutant parler. Avec cependant une certaine impertinence, il faut bien le reconnaître, ce qui a permis de remonter sensiblement le niveau du débat.
 
Il n’en reste pas moins que j’avoue avoir été un peu déçu de m’être couché à 2h du matin pour un débat qui m’a laissé un sentiment de mal-à-l’aise.
 
C’est peut-être Christian Estrosi, le maire de Nice, qui a le mieux résumé ce combat de coqs : « En cherchant à abaisser la fonction présidentielle, les journalistes abaissent en réalité la fonction de journaliste »…
Pierrot Dupuy
Lu 1587 fois



1.Posté par Fredo974 le 17/04/2018 12:10

Un faute d'orthographe : un n de trop à Annales !

2.Posté par L'Ardéchoise le 17/04/2018 12:47

Pierrot, cent pour cent d'accord avec cette excellente analyse !
Mon ressenti a été exactement le même.
Sauf que peut-être je n'ai pas trouvé que JJ. Bourdin donne l'impression de remonter le débat, tant il a fait du Bourdin à outrance...
De plus, c'était agaçant de les voir sans cesse interrompre le Président dans ses réponses.
De ce pugilat, les deux journalistes n'en sont pas sortis grandis.
Et E. Macron, qu'on l'aime ou non, qu'on l'ai plébiscité ou non, s'est plutôt pas mal défendu.

1 - Avez-vous lu en diagonale et non mot à mot ce "papier" journalistique de qualité, où il est question de la forme et non du fond (de culotte) ?

3.Posté par viande roger le 17/04/2018 12:54

de + en + d'éditos, dont la préparation, et donc la qualité de réflexion baisse chaque jour.
on est encore largement au dessus de jerome talpin, ou des autres gratte papier, mais ça baisse inexorablement.

: (

4.Posté par Maskagaz le 17/04/2018 13:06

Post 1: votre inexpérience anale risque de rentrer dans les annales...

5.Posté par Cimendef le 17/04/2018 13:08 (depuis mobile)

Moi en vous lisant Monsieur Dupuy j''ai toujours le sentiment d''avoir à faire à un politicien plutôt qu''à un journaliste, un militant de Didier pour être plus précis. Alors ne faites pas la leçon à plenel et à bourdin

6.Posté par @ 1 fredo le 17/04/2018 13:12 (depuis mobile)

MORT DE RIRE !!!
Faut arrêter de regarder les films " X ", ça rend sourd ainsi que c..n... 😁
Dans ce cas précis, "annales" s''écrit bien avec DEUX "N".

7.Posté par Samwinsa le 17/04/2018 13:20 (depuis mobile)

Lé vré ke ou, M. Dupuy, ou lé pa du tou dan le journalisme doneur de lesons bann boug politik.
Et ou lé pa non plu partizan.... surtou pa de Grobert.
A méditer....

8.Posté par Jean Rigole le 17/04/2018 13:34

"Un débat qui restera dans les annales"

De toute façon, avec Macron, on le sent bien et ça fait mal !

9.Posté par Annie Bal le 17/04/2018 13:43

Je ne consacre pas de temps à écouter ça car je sais que quels que soient les interviewers, brosses à reluire tout comme les opposants apparents …
- Macron ne va en rien dévier de sa feuille de route qui est celle que lui ont dicté les eurocrates de Bruxelles et l’oligarchie mondialiste,
- donc hors de question pour lui d’entendre et d’admettre des arguments opposés il a réponse à tout et c’est toujours dans le même sens,
- et si des interviewers se comportent en opposants apparents tel Plénel, finalement ils n’aboutissent à rien de concret et lui servent la soupe tous comme les béni oui oui.

Et ce sont les sempiternelles réponses de Macron qui font que le fond ne diffère en rien des autres interviews même si la forme, différente, a été soigneusement étudiée pour donner l'illusion du contraire.

Pour moi c’est bel et bien cousu de fil blanc, formaté pour les bobos et c’est une fois de plus une communication piège à c …

10.Posté par GIRONDIN le 17/04/2018 13:49

C'est lui qui a dévalorisé la fonction, il s'est planté dans son opération de com, un os, lui aime coze tout seul comme votre copain didiX.
Heureusement il y a des professionnels de la profession, il n'y a pas que des Yolande, dupuy !


En cravate:
"le casse toi povre con''
' j'aime ma penelope,' ''
"Vous n'allez pas me faire peur avec votre t-shirt : la meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler".

' '' il y a dans cet abattoir une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées' ''
'' «Nous avions reçu les preuves de l'emploi d'armes chimiques puis nous avons reçu des éléments montrant que l'utilisation du chlore pouvait être attribuée au régime syrien, a précisé le président de la République. Nous avons la pleine légitimité internationale. Nous avons œuvré pour que les résolutions de la communauté internationale ne restent plus lettres mortes.»

Effectivement + de classe pas de doute !



Merci à FESTVAL FM pour ce FESTVAL de l'humour

11.Posté par noe le 17/04/2018 15:00

Notre Président , M. Macron a une intelligence hors normes ! Il a du répondant à toutes les questions ... C'est grâce à l'Ecole !

12.Posté par OMO le 17/04/2018 15:43

i j' ai regardé avant de le lever le camp fatigué par les numéros des deux journalistes .
Tout à fait d' accord avec M. Dupuy et M. Estrosi qu'il cite.
j' aime assez M. Bourdin mais le " bourdin" ( style ) était ici dépassé .
Quant à M. Plénel , être obligé d' aller chercher une parade chez F Mitterrand, quand on connait la haine qu' il lui portait, je me suis dit qu'il devait être vraiment mal .
Aussi les recadrages de ce curieux personnage qui a baptisé " investigation" ses pratiques curieuses et qui n' a jamais pardonné à l' État français d'avoir viré de Martinique , son Vice- recteur de père, m' a bien fait plaisir .
On peut penser ce qu' on veut du Président de la République mais il les a complètement dominés .
Maintenant sur le fond que nous a-t-il appris? Qu il allait poursuivre sans trembler son projet .
A vrai dire pourquoi le changerait- il puisqu'il n' a pas d' opposition?
Restent les Français et jusqu' où accepteront-ils , avec des mercis , des sourires , une intelligence et une culture incontestables, de supporter que les fruits de la richesse n' aillent qu' à une infime minorité?
Autre chose
je me demande d' où vient, et que signifie, cette "vigilance" orthographique de certains lecteurs, ici ?

13.Posté par citoyen Z le 17/04/2018 17:46 (depuis mobile)

Effectivement Macron n''est pas président de la république Française. Il prend ses décisions avec les anglais et les américains. Il entraîne la France en guerre sans concerter le parlement. C''est un irresponsable. Asselineau réclame sa destitution.

14.Posté par Fredo974 le 17/04/2018 17:52

POST 6

C'était juste un gag !

15.Posté par klod le 17/04/2018 19:05

certes , certes .............. mais plus intéressant que l'interview "dans l'école" ............ où on s'endormissait à force d'attitude trop angélique ou convenu !


si, si , Choupette le verbe "s'endormir " se conjugue au conditionnel sub présent ainsi, ça existe le sub présent , j'ai vérifié sur wicked pédia !!!!!!!! ..................... voir Larousse ou Robert ou Bescherelle au pire . je laisse Choupinette vérifier ( je peux me tromper !!!) , on ne sait jamais , me trompais je ou m'exaspérais je ?

16.Posté par les communistes le 17/04/2018 19:48

bravo dupuys

17.Posté par Choupette le 17/04/2018 22:38

15.Posté par klod

Ouais, c'est pour cela que tu mélanges tout.

Tiens, je te mets le tableau de conjugaison ici : https://www.conjugaisonfrancaise.com/s-endormir.html

Je suis sûre que si on te secouait la tête, il en tomberait plein de points de suspension ... .

18.Posté par MT CRISTO le 18/04/2018 10:07

Dans l'Histoire il restera ce qu'il est : un insignifiant !

19.Posté par Simandèf le 18/04/2018 11:01

On retiendras surtout que les dettes (de l'Etat) se sont les banques qui en profitent avec des taux élevés c'est normal que le gouvernement continuera de presser son peuple.

20.Posté par A m"diter le 18/04/2018 13:46

M. Dupuis à force d'être éloigné du vrai journalisme d'investigation et de vous habituer aux médiacrates à la soldes des puissants vous ne savez plus faire la différence! C'est grave pour un journaliste d'écrire cela car c'est plutôt orienté comme propos plutôt que d'argumenter et informer. Plennel a posé des questions qui sont celles que se pose une majorité d'entre nous ne vous en déplaise! Qu'au manque d'éducation dès le départ par sa forme, sa posture et son mépris des autres Macron a donné l'exemple. Par ailleurs, je tiens à souligner que ce N'ETAIT PAS UN DEBAT mais une INTERVIEW donc il n'y a pas de mauvaises questions il y a que de mauvaises réponses!!!
A poste 9: La France a guillotiné un roi Macron n'est pas roi, tout comme on a viré Sarko, Hollande,...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >