L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] Emmanuel Macron : Les mots sont forts, dommage que les actes ne suivent pas

Jeudi 27 Septembre 2018 - 10:00



Emmanuel Macron, en difficulté sur le plan intérieur, a essayé de se refaire une virginité sur la scène internationale en prononçant un discours qui fera date, mardi, à la tribune de l’ONU, dans lequel il s’est attaché à prendre systématiquement le contrepied de Donald Trump. 

Un peu comme s’il voulait prendre les habits du général de Gaulle, sur la tombe duquel il compte aller se recueillir le 4 octobre prochain, pour apparaitre comme le leader de tous ceux qui sont opposés au président américain. Et Dieu seul sait s’il sont nombreux en ce moment !

Ce discours était un peu à l’image de celui prononcé par Dominique de Villepin, le 14 février 2003, quand, dans un style flamboyant, le ministre des Affaires étrangères français avait exprimé la réticence de la France à une intervention militaire en Irak, encore et toujours des Etats-Unis, soi-disant pour y détruire des armes de destruction massive.

Mardi, Emmanuel Macron s’est attaché à dire exactement le contraire de ce qu’avait déclaré, quelques minutes plus tôt, le président américain. 

Dans son discours, le président français a prôné le "dialogue et le multilatéralisme" sur l'Iran notamment, à l'inverse de "l'unilatéralisme, [qui] nous conduit directement au repli et aux conflits, à la confrontation généralisée de tous contre tous au détriment de chacun, même de celui à terme qui se croit le plus fort". Sans le citer, c’est très clairement Donald Trump qui était visé.

Un peu plus tôt en effet, le président américain, à la même tribune de l'ONU, avait en effet lancé un appel à la communauté internationale dans le but d’isoler le régime iranien", dénonçant la "dictature corrompue" au pouvoir selon lui à Téhéran. 

Là encore, Emmanuel Macron s'y est opposé, en prenant l'exemple du pétrole. "Il serait bon pour le prix du pétrole que l'Iran puisse le vendre ! C'est bon pour la paix et c'est bon pour le cours mondial du prix du pétrole", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse juste après son discours.

"Certains ont choisi la loi du plus fort. Mais elle ne protège aucun peuple. Nous choisissons une autre voie : le multilatéralisme", a résumé Emmanuel Macron, qui a exhorté l'ONU à ne pas devenir "le symbole d’une impuissance". 

Une nouvelle fois, le chef de l'Etat s'est opposé à la politique américaine en dénonçant l'action de Donald Trump au Proche-Orient : "Qu’est-ce qui permettra de régler le conflit entre Israël et Palestine? Pas des actions unilatérales. Il n’y a pas d’alternative crédible à la solution de deux Etats vivant côte à côte en paix et en sécurité". 

Mais le passage qui restera sans doute dans l’histoire sera certainement celui où Emmanuel Macron a appelé les autres pays à ne plus signer « d’accords commerciaux avec les puissances » qui ne respecteraient pas l’accord de Paris sur le climat. "Nous avons préservé l’accord de Paris parce que nous avons su rester unis", a-t-il expliqué. "N’acceptons pas toutes ces formes d’unilatéralisme [...] Le siècle qui s'ouvre nous regarde et nos enfants nous attendent. Réglons les crises, oeuvrons ensemble".

Les mots sont forts, les mots sont beaux. Mais Emmanuel Macron serait beaucoup plus crédible s’il mettait ses paroles en concordance avec ses actes. Alors que la France s’était engagée à diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, ces dernières ont en fait progressé de 3,6% en 2016…
Pierrot Dupuy
Lu 995 fois



1.Posté par GIRONDIN le 27/09/2018 10:58

...... Ce discours était un peu à l’image de celui prononcé par Dominique de Villepin, le 14 février 2003....

Comment peut-on comparer manu au flamboyant M de Villepin ?
Faut oser !

....... Réglons les crises, oeuvrons ensemble...
Et L'aquarius ? Sauvetage au bon vouloir et sur la base du volontariat ?

Prenez votre carte en marche une bonne fois pour toutes !

2.Posté par Bientôt le 27/09/2018 11:42 (depuis mobile)

Même à l extérieur, les pays étrangers se rendront qu'il y a un fossé entre les belles paroles écrites par sa com et ses actes. Les Français se sont rendus compte.

Macron c'est creux.

Président des hyper riches.

3.Posté par D accord avec Girondin le 27/09/2018 11:44 (depuis mobile)

Il n'y a pq de comparaison avec de Villepin qui lui avait un statut.

Macron ? Il est arrivé par hasard au pouvoir.

4.Posté par Leonardevincui le 27/09/2018 12:24 (depuis mobile)

Déclaration aussi petite que ses sarcasmes.Je donne pas d''argent à mon peuple pour le plaisir d''avoir un bon sondage.Tous les ex-president ont fini par sortir ce genre de connerie quand ils sont en difficultés.Exp/j''ai pas été élu pour être aimé

5.Posté par ABERRANT le 27/09/2018 13:06

pour une fois je suis d' accord avec vous MR DUPUIS

6.Posté par LORHEIN le 27/09/2018 13:16

Bon, hé bien achetons notre pétrole aux iraniens, aux mépris des règles internationales. CHICHE!

7.Posté par Marc le 27/09/2018 16:59

6. Il n'y a aucune règle internationale interdisant d'acheter du pétrole aux iraniens. Les sanctions ont été levées dans le cadre d'une résolution de l'ONU prise en 2015.

8.Posté par une réunionnaise 97410 le 27/09/2018 20:34

Ah, il n'y a pas que les mots qui sont forts chez lui, il y a tout.Clicanoo a mis une photo de lui," à new york 26 septembre 2018".dans un article "il va en martinique...".Je suis tombée des nues, j'ai cru voir une autre personne, la coiffure, la pose, les vetements, les « gros yeux »," big eyes la chanson", tout y est.il est coiffé pareil, je me suis dit ce n'est pas possible, les rides sur le front, tout.Il est fort Macron, faire croire à une pauvre femme, que c'est « c'est moi » qu'elle voit.Meme les sourcils,l'expression, c'est pareil.Un homme qui arrive à faire çà, il est vraiment fort.

9.Posté par Madigator le 27/09/2018 20:37 (depuis mobile)

Je le déteste comme ses complice, vivement les prochaines présidentielle

10.Posté par margouillat974 le 27/09/2018 21:30

@ L'Europe ne peut acheter du pétrole avec son euro qui n' a pas cours dans les échanges internationaux de pétrole. : l' U.E. pourra peut-être échanger sa technologie, son industrie et son savoir faire en échange de pétrole iranien, si notre ami américain ne décide tout simplement pas de bombarder la Syrie et l' Iran entretemps.
@7: Vos infos datent un peu !!
Le retrait des U.S.A. du programme nucléaire iranien, sa relégation dans le camps du " Mal " pour son aide apportée en Syrie, la connivence et la soumission de l' U.E., de l' O.N.U, le besoin de pétrole bon marché des U.S.A. pour courir après " la croissance " impliquent l'interdiction par l' O.M.C d'échanger des dollars contre du pétrole
Si les banques utilisent cette monnaie d'échange, contre les " préconisations" de l' O.M.C., alors elles s'exposent à payer de lourdes amendes aux banques émettrices de cette monnaie.

Bienvenue dans l' U.E . L' Allemagne continue de s'approvisionner en gaz et en pétrole chez Poutine et nous les revend au prix fort!!!

11.Posté par Youssef. Boutrefas le 28/09/2018 03:00

Bon macron ne désirait pas ressembler a degaul mais se place dans la revolution populaire française contre l'hégémonie du capital que la vie les communiqte étaient contre l'hégémonie du religieux qui qervait de couverture au capital . l'ONU est dans esprit biblique le plus fort est roi donc il ne reconnaît aucune autorité. Trump est dans cette logoque. Mahmoud abbas ne comprend pas encore pourquoi les usa ni israel n'ont jamais respecté les accords ni l'ONU n'a jamais pu les appliquer. L'usage du conseil de sécurité n'est In corps de gendarmerie qui appliqué la verdicte du juge mais une force au service du capital. Trump veut le pétrole moins chère mais il ne veut pas baisser le prix de ces produit pire il t'offre les dollars papier et t'ordonne d'aller chercher le produit entre chez lui et rien ne sort. La France en siégeant au conseil de sécurité n'est qu'une milice comme elle avait eu sa milice les soumiers marocains.
L'histoire des biblien est constant et vous voyez comment traitebt leur juge en publique.
C'est le sénateur qui auditionné le juge et non inverse
Le sénateur qui est le domestique du capital est pour protégé par l'immunité
Tout ce qui se passe n'est que confrontation entre ceux qui ont bu d'une source biblique frelatée.
Trump a hérité une puissance qu'il n'a pas construite. Il trouve une puissance construite par k'les génération passée. C'est la même chose pour le pharaon d'Égypte qui utilisait la force économique et militaire pour impoqzr sa vision dans' le coran ''je ne fais vous voir que ce que je vois'' Moïse l'avait brisé et avait brisé Karon le juif riche qui ne voulait aucune autorité judiciaire et n'accepte qu'aucun juif ne depose une plainte contre lui.
Ce qui s'est passé il y'a 300 ans se repasse aujourd'hui.

On laisse ce dicton pour ceux qui ont bu une bible frelatée
face au riche et au puissant il n'ya que le bâtons de Moïse qui viendra a bout
Dieu est un roi et un roi ne tolère aucun autre. C'est une nations qui se transforme en règle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 09:25 Qu’est venue faire Muriel Pénicaud à la Réunion ?