MENU ZINFOS
L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] Ça sent le roussi pour les paillotes


Par - Publié le Mercredi 6 Juin 2018 à 10:24 | Lu 3249 fois



Les nuages s’accumulent au dessus des toits des paillottes de l’Hermitage et on ne peut pas dire que la météo risque de s’améliorer.
 
Alors que certains restaurants sont installés les pieds dans l’eau depuis 30 ou 40 ans, le vent a commencé à tourner avec le combat, d’abord un peu solitaire d’un médecin, Karl Bellon, qui entendait faire cesser des nuisances à proximité de sa villa. Après avoir tenté en vain des démarches à l’amiable avec quelques autres riverains auprès des restaurateurs, puis auprès des pouvoirs publics et de la gendarmerie, il a fini par se persuader que la meilleure façon d’atteindre son objectif était d’obtenir la fermeture des établissements concernés.
 
En tant qu’ancien élu de la ville de Saint-Paul, du temps d’Alain Bénard, il était particulièrement au fait de la législation et savait pertinemment que les paillottes étaient totalement hors la loi.
 
D’où son idée de monter un collectif. L’idée était bonne, surtout en ces temps où la défense de l’environnement est affichée comme une priorité officielle et à la mode, de la part de l’Etat mais aussi des collectivités.
 
Au début, force est de reconnaître que les services de l’Etat et la mairie de Saint-Paul l’ont regardé avec un certain amusement, et ont continué à protéger, comme par le passé, les restaurateurs. Pour quelles raisons ? Bien malin qui pourrait y répondre de façon certaine. Certains n’hésitent pas à évoquer des enveloppes, d’autres des repas gratuits… On ne connaitra sans doute jamais la vérité mais une chose est certaine : les paillottes ont bénéficié sans discontinuer de la protection des services de l’Etat et de la mairie de Saint-Paul alors que leur situation illégale sautait aux yeux.
 
Le tournant s’est produit avec l’affaire dire de l’homme à la masse. Lors d’une manifestation au mois d’avril dernier, Karl Bellon s’est fait déborder par quelques membres de groupes identitaires, voire indépendantistes, qui s’étaient joints à la manifestation et un homme, une sorte de colosse débonnaire, s’est emparé d’une masse et a commencé à détruire la clôture d’un restaurant. Le préfet ne pouvait plus rester inactif. Il a bien compris que, s’il n’agissait pas, les choses risquaient de dégénérer.
 
Le 2 mai, il envoyait un courrier aux propriétaires des paillottes leur enjoignant de quitter les lieux avant la fin du mois de juin, et surtout de tout remettre en état.
 
Dans le même temps, il mettait la pression sur les restaurateurs, au travers de descentes des services vétérinaires, qui ont d’ailleurs permis de découvrir de la nourriture avariée au Coco Beach et ce week-end encore au restaurant « Lé Pié dans l’O ».
 
Et s’il restait encore un peu d’espoir aux restaurateurs, il est définitivement parti avec la prise de position hier de Sébastien Lecornu, le secrétaire d’Etat en charge de la transition écologique et solidaire, qui a déclaré qu’il « y avait urgence à respecter le droit. Les occupations du domaine public maritime doivent cesser dans des délais assez courts ».
 
Il n’empêche que je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour l’un des restaurateurs concernés qui a investi 850.000€ il y a 18 mois dans l’achat d’une de ces paillottes. Il était bien sûr au courant de la précarité des AOT mais avait été rassuré par une responsable de l’urbanisme de la mairie de Saint-Paul qui lui avait assuré, oralement bien sûr, qu’il n’y avait aucun risque et qu’il pouvait investir sans crainte…


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par jean claude le 06/06/2018 10:37

Oui ca sent le roussi et on ne va pas les plaindres.

Par contre espérons que rien ne va pousser par enchantement sur le littoral comme un bel hotel , un beau restaurant ect ect qui priverait l 'acces a la plage et a ses plaisirs.

j'ai vecu sur la cote d Azur ou toutes les plages sont payantes et si mes souvenirs sont bons une famille avec deux enfants c etait 35 francs.

2.Posté par alcide le 06/06/2018 10:41

Ne jamais se fier à la parole d'un élu...C'est une règle de base à la RUN, que l'on peut généraliser même à la parole d'un simple citoyen...En tout cas mauvais pour le business, cet état d'esprit...

3.Posté par JORI le 06/06/2018 10:56

"qu’il pouvait investir sans crainte…", et bien, il n'a qu'à se retourner contre cette responsable de l'urbanisme qui l'avez rassuré.
Ce qui étonne quand même c'est que ce restaurateur connaissait aussi la précarité des AOT. Quelque part, il a joué, gros, voire très gros, et a perdu. Le premier round, en attendant peut être un second round contre cette responsable de l'urbanisme. Même si ce sera parole contre parole. Mais tout doit être clairement notifié dans l'acte notarié. Si acte notarié il y a eu!!. De nos jours, il ne faut plus s'étonner de rein!!.

4.Posté par La fable du heron au long bec le 06/06/2018 11:16

Les paillottes ont refusé les propositions d'huguette Bello, comme ils ont refusé les tentative de reglement amiable de Mr Belon.

et maintenant ils n'auront rien du tout. hé hé hé bon meme pou zot

5.Posté par touriste régulier le 06/06/2018 11:31

Je ne comprends pas qu'un médecin déontologiquement formé pour faire le bien autour de lui puisse avoir fait autant de mal juste pour des intérêts personnels. Je doute que la centaine ou (plus) d'employés et leurs familles ; donc peut-être plus de deux ou trois cents personnes , l'emportent avec eux au paradis ou dans leurs prières.
Allez La Réunion continuez à vous tirer des balles dans les pieds!!!! Au fait il faudra refaire toutes vos publicités sur le tourisme et retirer toutes les photos des restaurants et des plages "envahies" par des transats et parasols. Oui je sais, vous n'en avez rien à faire des touristes.

6.Posté par laulo le 06/06/2018 11:31

Ben oui, mais s'il n'avait pas investi ces 850K€ le coco beach aurait fermé vu qu'il semblait être en cessation de paiement, puis redressement judiciaire(de mémoire). Je trouve tout de meme bizarres toutes ces pertes comptables , mais sans les détails des comptes on ne comprendra jamais :)

7.Posté par Jp POPAUL54 le 06/06/2018 11:43

Êtes vous sûr Mr Dupuy, comme vous l'avancez, que c'est notre préfet qui a fait renforcer les contrôles sanitaires ?
Ces contrôles sont, bien que programmés, opérés de façon erratique; et ce pour le plus grand bien des
consommateurs.

8.Posté par écolo le 06/06/2018 12:08 (depuis mobile)

J''espère que Mr le secrétaire d''État aura la même position face au projet de la montagne d''or en Guyane...qui prévoit que ça va coûter à l''état français et rapporter aux investisseurs privés! Sans compter les dégâts écologiques à très long terme!!!

9.Posté par loulou le 06/06/2018 12:28

TOURISTE régulier ce sont eux qui ont fait n'importe quoi pour se mettre en danger déjà la construction des paillotes lors de la forte houle j'ai bien vue des bouts de fer des vices des roches de rivière faisant le rôle de fondation il fallait réfléchir avant de faire n'importe quoi des touristes mais avec de belles choses et le respect du littoral , au nom du fric doit t'on être le pilleur de la nature et laisser des miettes à la nouvelle génération, je suis désolé ils ce sont bien engraissés sur le dos de la nature, c'est facile de dire que c'est karl bellon le responsable bien sûr il ne portera jamais la médiocrité des autres sur le dos et nous serons toujours avec lui

10.Posté par CICERON le 06/06/2018 12:56

Vous oubliez un élément important : M. BELLON a saisi le JUSTICE laquelle lui a donné raison et a considéré que la situation était illégale pour ces restaurateurs.
L'homme a la masse est intervenu car il estimait que ce jugement n'était pas respecté.
Le tournant de cette affaire est la décision de justice qui a été rendue.

11.Posté par JORI le 06/06/2018 13:23 (depuis mobile)

5. Touriste régulier. Parce selon vous la loi serait adaptable en fonction des métiers exercés et sa non application ne pourrait être dénoncée que par qui selon vous ??.

12.Posté par Chronique d'une mort annoncée le 06/06/2018 16:20

bravo ! on ferme les restaurants, la mer est interdite, le lagon sous pression ne tiendra pas longtemps ...
Il ne reste que les grands chantiers et le RSA pour porter l'économie de La Réunion. Quand le premier s'arrêtera et que le second diminuera, l'île mourra.
Vraiment, bravo !!

13.Posté par Zenesrebel le 06/06/2018 16:55 (depuis mobile)

Nou lé pa plis, nou lé pa mwin, respekt anou! Fini pou zot bann zakaparèr! Tro lontan zot la profyte du systèm pou byin renpli zot posh! Fou déor!

14.Posté par loulou le 06/06/2018 17:49

chronique d'une connerie annoncée il y a d'autres restaurants et des tables d'hôtes si je suis votre logique pour que la réunion ne sombre pas il faudrait garder les paillotes vive le beau et le bon

15.Posté par Sophie le 06/06/2018 18:02

Zensesrebel oussa lé out couraze....vot réunion independanze

16.Posté par Paillotte la coulante le 06/06/2018 18:39 (depuis mobile)

Et en.plus avec ces paillottes c la gastro assurée

17.Posté par Zenesrebel le 06/06/2018 19:26 (depuis mobile)

@ Sophie: mersi po lo konsey, ma sèy fé konm oula di. Mon tour po done aou in konsey: vo mié ékri oute komentèr an "français".

18.Posté par Dakota le 06/06/2018 20:31

Vous bavassez tous dans le vide
LA LOI RIEN QUE LA LOI EST PASSÉE
La discussion est close

19.Posté par une réunionnaise 97410 le 06/06/2018 22:35

comment on peut vendre près d'un millions d'euros, quelque chose qui est illégal, construite illégalement, incompréhension totale concernant l'affaire des paillotes.C'est comme si quelqu'un qui loue un appartement dans les HLM,sur notre ile, et un beau jour,il se lève, il regarde son appartement et il le vend alors qu'il est en location.Pour moi, c'est pareil.la meme logique.çà ne se fait pas.
Il faut avoir "le bras long" pour avoir cette logique et cet état d'esprit, peut etre ils ont le droit de faire ce qu'il veut avec la plage, c'est à eux, je prend par çi, tu prends par là, on s'arrange en "entre soi", on se croit plus puissant que l'Etat, que notre République Française qui a fait la loi du littoral.Moi, c'est cette attitude qui me fait grincer des dents, la logique qu'ils ont de croire qu'ils sont puissants et en ce sens, ils font ce qu'ils veulent avec la plage, quand on dit stop, on agrandit sa paillotte, non, çà ne se fait pas.Vous pensez à toutes ces personnes qui travaillent dans ces ministères et qui veillent au grain, à ce qu'on n'agit pas comme le cas des paillotes sur notre ile.Un peu de respect pour eux.

20.Posté par Bla-bla-bla le 07/06/2018 05:33

Le montant de la transaction donne une idée de ce que rapportent ces établissements. Ce sera difficile de trouver quelqu’un pour avoir pitié de celui qui peut investir autant, sans état d’âme, en sachant que c’est un placement très aléatoire. Par contre bravo au petit malin qui a empoché le jackpot en vendant du vent.

21.Posté par laulo le 07/06/2018 08:16 (depuis mobile)

@18 vous avez vu ne serait ce qu'un début de remise en l état du site? Pour prouver leur volonté de se conformer ils pourraient au moins présenter les entreprises qui s occuperont des remises en l etat

22.Posté par laulo le 07/06/2018 08:20 (depuis mobile)

@18 ah oui ... La dernière fois qu'ils ont communique (courageusement par l intermédiaire de leurs avocat) c était pour dire que promis ils ne répareraient pas les parties déjà abîmées par la houle conformément à arrêté municipal. Ils avaient menti.

23.Posté par bouboul974 le 07/06/2018 09:36

Si cela se passer auprès de chez Mr DUPUIS vous auriez fait comment ???????

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes