L'Edito de Pierrot

[L'édito de Pierrot Dupuy] Après "le lait Debré", bientôt "le lait Macron" ?

Vendredi 16 Mars 2018 - 09:33



Le gouvernement a reçu hier les conclusions de plusieurs groupes de travail qui se sont penchés depuis plusieurs semaines sur la lutte contre la pauvreté.

L'une des propositions les plus marquantes est la distribution gratuite de petits déjeuners pour les écoliers des zones d'éducation prioritaire (Rep et Rep+), là où les classes de CP et CE1 sont déjà dédoublées.

Apparemment, le gouvernement s’apprêterait à appliquer cette mesure dès la prochaine rentrée. Ce petit-déjeuner serait constitué d’un fruit, d’un verre de lait et d’une tartine.

Certains de ces élèves arrivent en effet le ventre vide et ne mangent rien jusqu'au repas du midi. Une étude du CREDOC de 2015 montrait que cela concernait en moyenne 3,4 enfants par classe au primaire et jusqu'à 5,2 dans les Rep+.

Olivier Veran, le député La République en Marche à l’origine de cette proposition, assure que cette mesure ne nécessite pas une loi pour être mise en pratique. Il suffit, selon lui, de débloquer un fonds de 10 millions d'euros, soit entre 2.000 et 5.000 euros par école.
Cette somme serait adressée directement à l'école qui se chargerait de l'organisation du petit déjeuner. Il serait pris pour commencer la journée de classe car il ne faut pas négliger la valeur pédagogique du moment. Certains enseignants qui mettent déjà en place des choses similaires en profitent pour prendre le temps de discuter avec les enfants, de faire de l'éducation à la santé ou à la nutrition", ajoute Olivier Veran.

On ne peut qu’approuver cette mesure. Qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler aux plus anciens d’entre nous le fameux « lait Debré », fait à partir de lait en poudre, que l’on distribuait tous les matins, dans les années 60, aux enfants des écoles de la Réunion.
 
Mais la question qu’on peut se poser, c’est : Est-ce que Emmanuel Macron va s’arrêter en si bon chemin ? Tant qu’à faire à imiter Debré, ne risque-t-il pas d’aller au bout du système en réinstaurant par exemple la cantine gratuite dans les écoles, financée par un prélèvement sur les allocations familiales ? Vous vous souvenez, il s’agissait alors du FASO, le Fonds d’Action Sociale Obligatoire.
 
Ce fameux FASO avait été au cœur de la bataille farouche menée dans les années 80 d’un côté par les départementalistes derrière Michel Debré et Jean-Paul Virapoullé au nom de la parité sociale, et de l’autre par Paul Vergès qui en réclamait la disparition au nom de l’égalité sociale.
 
Vous connaissez la fin de l’histoire : l’égalité sociale l’a emporté. Le FASO a été dissous et les femmes réunionnaises ont enfin touché les mêmes allocations familiales qu’en métropole.
 
Ce serait un sacré retournement de l’histoire si, au nom de la lutte contre la pauvreté, on réinstituait un système de financement des petits déjeuners et des cantines gratuites, au travers d’un prélèvement sur les allocations familiales.
 
On n’en est pas là, mais on ne peut malgré tout s’empêcher d’y penser !
Pierrot Dupuy
Lu 1037 fois



1.Posté par PATRICK CEVENNES le 16/03/2018 11:44

fukcd473
Les questions sont de savoir comment était perçu à l'époque le FASO par les familles et à l'époque le FASO était-il efficace.
Aujourd'hui, le système responsabilise les familles. Ce sont elles qui vont régler la cantine. On sait aussi que des familles ne règlent pas la cantine.
Brut de coffrage, et ne connaissant absolument pas le système dans les années 60, je ne suis pas contre la réinstauration du FASO. Pour éviter les impayés.

2.Posté par noe le 16/03/2018 13:00

Le lait Debré souvent insoluble me donnait tout le temps mal au ventre ! ce lait en grumeaux nous était donné vers les 16h juste avant la sortie !
Le jus Macron ,,, on verra bien !

3.Posté par MICHOU le 16/03/2018 13:44

Pourquoi serait ce choquant que l'argent des allocs aillent en priorité aux besoins des enfants?

4.Posté par Yableso le 16/03/2018 15:07 (depuis mobile)

Le problème est global: la France veut responsabiliser les familles en leur donnant la gestion des allocations pour mieux éduquer les enfants ! Le résultat ont levoit est catastrophique ! Alors oui il faut réformer et pas que pour le petit déjeuner !

5.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 16/03/2018 15:11

*Pour "Lutter contre la pauvreté" - à La Réunion, dans les années soixante -

*On avait même ouvert à Saint-André, un Centre nutritionnel,

*Accueillant les bébés dénutris...

*Les PMI de l'île distribuaient alors aux famille du lait en poudre, à reconstituer;

*Ce lait dégoûtait tellement les gens qu'ils le donnaient à ... leur cochon.

*Dans les années 80, ont été lancés, ici, les "Services d'information pour la santé",

*Avec opération-petit-déjeuner dans les écoles; ça n'a pas duré...

*Et voilà qu'un député LRM a une idée "innovante" pour "Lutter contre la pauvreté",

*Le "p'tit déj" à l'école ! (pour les pauvres de la République - ya des sous pour !)

*Et le président Macron, est prêt à servir à ces "ventres vides" cette humiliante "charité"... Pouah !

6.Posté par Brocoli le 16/03/2018 15:49

la preuve que tout va de mal en pis ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >