Economie

L'économie réunionnaise décroche après quatre années d'embellie

Jeudi 6 Juin 2019 - 17:04

© Pierre Marchal / Anakaopress
© Pierre Marchal / Anakaopress
2018 a été une année particulièrement éprouvante pour l'économie réunionnaise… Après quatre années de croissance autour de 3%, la progression du produit intérieur brut en 2018 à La Réunion a chuté aux alentours de 1,7%. Cette baisse est notamment due à la baisse des contrats aidés et aux blocages routiers de fin d'année liés au mouvement des gilets jaunes, indique l'Insee dans son bilan économique 2018 présenté ce jeudi.

La croissance décroche

L'activité ralentit fortement en 2018 à La Réunion: la progression du PIB en volume est de + 1,7 % après quatre années de croissance autour des 3 %. Le repli du marché du travail conjugué à une reprise de l’inflation limitent l’augmentation du pouvoir d’achat des Réunionnais. La consommation des ménages progresse ainsi faiblement (+ 1,1 %). Dans le même temps, la consommation des administrations et l’investissement ralentissent également. Seules les dépenses des touristes tirent leur épingle du jeu.

L'inflation rogne le pouvoir d'achat des Réunionnais

En 2018, le revenu disponible brut des ménages s’accroît de 2,6 % en valeur sous l’effet d’une hausse conjuguée des salaires et des prestations sociales. L’inflation ayant accéléré cette année (+ 1,8 % après 0,4 % en 2017), cette augmentation se traduit par un faible gain de pouvoir d’achat : + 0,7 %, soit + 0,1 % seulement par habitant. Le montant des salaires versés continue de progresser (+ 2,2 %), malgré les difficultés rencontrées sur le marché du travail : diminution de l’emploi et augmentation du chômage. Les prestations sociales poursuivent leur augmentation (+ 5,1 %), en lien avec une situation économique moins favorable qu’en 2017.

1,8% d'inflation à La Réunion en 2018

À La Réunion, les prix à la consommation des biens et services augmentent en moyenne de 1,8 % en 2018, soit l’inflation la plus élevée depuis 2012. Cette hausse des prix résulte de la conjugaison de la poursuite de l’augmentation des prix des produits pétroliers, de la forte augmentation des prix des produits frais consécutive aux intempéries de début d’année et du relèvement des tarifs du tabac et des services. À l’inverse, les tarifs des transports aériens, les prix dans l’habillement et les chaussures et ceux des produits de santé sont en recul. En France, hors Mayotte, l’inflation est identique à celle de La Réunion : + 1,8 %.

Hors énergie, les importations réunionnaises reculent

En 2018, La Réunion a importé 5,1 milliards d’euros de biens et en a exporté 324 millions. Les importations progressent de 0,6 % en valeur du fait de la hausse des prix de l’énergie. Hors énergie, les importations reculent néanmoins de 1,6 %.

En parallèle, les exportations baissent fortement (- 11,2 %), en raison du fléchissement des ventes de sucre et de poissons. Si la métropole reste le principal fournisseur et client de La Réunion, l’Asie et l’Union européenne sont des partenaires privilégiés.

Première baisse de l'emploi salarié depuis 2012

En 2018, l’emploi salarié diminue à La Réunion pour la première fois depuis 2012 (- 1,3 % soit - 3 400 emplois). Malgré une remontée en fin d’année, la baisse des contrats aidés initiée mi-2016 pénalise l’emploi public (- 4,1 %), ainsi que l’emploi dans les associations (- 8,4 % pour les autres services marchands). Composés à 80 % d’emplois publics, les services non-marchands se contractent (- 3,1 %). La plupart des secteurs d’activité marchands ont connu une fin d’année 2018 difficile, liée aux blocages routiers des Gilets jaunes et à un ralentissement de la construction de logements. L’intérim a été particulièrement pénalisé. Toutefois, l’emploi salarié reste dynamique sur l’année dans l’hébergement et restauration (+ 2,7 %), les services aux entreprises (+ 2,5 %), l’industrie (+ 2,4 %) et le commerce et réparation (+ 2,0 %).

Le chômage et son halo augmentent en 2018

En 2018, à La Réunion, le taux de chômage s’établit à 24 %, soit une hausse de 2 points depuis 2016. Le « halo » autour du chômage continue lui aussi sa progression. Au total, à La Réunion, 149000 personnes, dont 83000 chômeurs au sens du Bureau International du Travail, sont sans emploi et souhaitent travailler. La situation de l’emploi se dégrade. Le taux d’emploi baisse ainsi de 2 points entre 2016 et 2018: l’emploi salarié recule, en lien principalement avec la baisse du nombre de contrats aidés. Conséquence de la hausse du halo autour du chômage, la population active réunionnaise continue à diminuer pour la troisième année d’affilée.

La création d'entreprises reste dynamique en 2018

En 2018, 6600 entreprises ont été créées à La Réunion, soit 5 % de plus qu’en 2017. Cette hausse est portée par les immatriculations de micro-entrepreneurs (+ 36 %) et les entreprises individuelles classiques (+ 11 %). En revanche, les créations de sociétés baissent (- 18 %). Les créations d’entreprises sont dynamiques dans tous les secteurs d’activité, notamment dans le secteur des services aux particuliers (+ 9 %).

2018, une année très difficile pour l'agriculture réunionnaise

Les revenus nets des entreprises agricoles chutent de 9,5 % en 2018 et la production agricole baisse de 4,6 % en valeur. Trois événements cycloniques ont affecté l’île en 2018, ce qui a fortement nuit aux productions végétales. En particulier, la campagne sucrière a été catastrophique (- 24 % pour la production). Les récoltes de letchi et mangue ont en revanche été plus favorables qu’en 2017 (+ 12,4 %). La production animale s’accroît quant à elle (+ 0,8 %), malgré des dynamiques différentes selon les espèces : en baisse pour les bovins et porcins, mais en hausse de 8,8 % pour la production de volaille.

Le nombre de permis de construire se replie

En 2018, la construction neuve marque une pause à La Réunion, après deux années consécutives de hausse : les autorisations de construire chutent de 5 %. Les démarrages de chantier augmentent de 2,4 % par rapport à l’année précédente, mais le niveau de construction atteint reste toutefois bas au regard de la moyenne des dix dernières années, avec 6700 logements commencés. Dans le parc locatif social neuf, malgré un niveau de financement en forte progression, les mises en chantier reculent. De même, les démarrages de réhabilitations de logements sociaux diminuent fortement en 2018. En inadéquation avec la hausse du financement en 2017 et 2018, cette baisse est liée au décalage des travaux.

Une fréquentation qui pâtit du mouvement social de fin d'année

Avec 1 196 100 nuitées en 2018, la fréquentation des hôtels réunionnais recule de 1 % par rapport à 2017. Les mouvements sociaux de fin d’année, les intempéries de début d’année et la fermeture d’établissements ont eu un impact négatif sur la fréquentation hôtelière. Celle-ci progresse néanmoins pour les hôtels de l’Ouest.

Le trafic aérien progresse toujours, mais ralentit en fin d'année

En 2018, le trafic aérien continue de progresser (+ 7,5 %), mais subit un ralentissement en fin d’année en raison des mouvements sociaux. Les liaisons avec la métropole s’accroissent nettement, tandis que le nombre de passagers empruntant les lignes internationales recule. Le transport maritime de marchandises diminue après quatre années de hausse. Quant aux immatriculations de voitures particulières neuves, elles continuent d’augmenter mais à un rythme ralenti.

L'activité bancaire reste dynamique

En 2018, l’activité bancaire reste soutenue. Toujours accommodantes, les conditions financières favorisent le financement de l’économie. La croissance des encours de crédits est dynamique, à la fois pour les ménages et les entreprises.

Toutefois, ils augmentent moins rapidement qu’en 2017. La collecte d’épargne reste également bien orientée. La rentabilité du secteur bancaire demeure contrainte par l’effet des taux d’intérêt bas et d’une concurrence forte.
 
NP
Lu 2414 fois



1.Posté par Pierre Balcon le 06/06/2019 19:08

Dommage que ce document n'ait pas été publié avant les européennes.
On aurait pu ainsi se rendre mieux compte du désastre de la politique de Macron et des européistes .

Enfin comme dirait KLOD " je dis ça je dis rien" .

En fait les élections européennes n'ont pas eu lieu .
Il y a eu juste une petite guéguerre entre LR et LREM .
C'est en tout cas ainsi que les médias voient la chose.
Ils pensent et disent que Macron est le grand vainqueur du scrutin .
Vous pensez : 10% des voix à la Réunion et 21% au niveau national si on retranche les votes étrangers (1). Soit moins de 10 % des inscrits . Belle performance pour un parti dit présidentiel.
De Gaulle après la crise de 1968 et sa fameuse sortie sur la chienlit s'en sortait avec plus de 60 % des voix
Mme Girardin est toujours là comme si rien ne s'était passé et on va passer à une autre élection avec les mêmes magouilles.

(1) rappelons qu'aux européennes les ressortissants des autres états membres peuvent voter en France . Ils sont près de 400 000 sur ces listes électorales " complémentaires" . Généralement ils ne votent pas pour les partis qui sont plutôt hostiles à l'Europe.

2.Posté par jacques le 06/06/2019 20:27

A force de prendre les entreprises pour des vaches à lait, il est un peu normal que les vaches soient un peu démotivées...
Avantage de l'entreprise : on la délocalise.
Le salarié, le système peut continuer à le traire...

3.Posté par Zan Douille le 06/06/2019 20:42 (depuis mobile)

Merci les gilets jaunes, vous avez fait du bon travail en plombant l'économie de la Réunion.. Continuez ainsi et bientôt, il n'y aura plus d'emplois que des Gilets jaunes...

4.Posté par Martine et les alloques le 06/06/2019 21:27 (depuis mobile)

Solutions :

- fusion du RSA et de la CAF
- diminution du SMIC
- arrivée massive de migrants

pété de rire


5.Posté par Maskagaz le 06/06/2019 23:05

Post 3: Les gilets jaunes se moquent bien de plomber l'économie, puisqu'ils ne revendiquent pas pour avoir du travail, mais pour avoir des subventions sans travailler. Nuance...

6.Posté par Soyons precis le 07/06/2019 06:46 (depuis mobile)

Il faut parler de la masse des salaires qui agmente..et non des salaires qui augmentent..

7.Posté par Mika le 07/06/2019 14:19 (depuis mobile)

L inflation n a jamais tué personne
Elle est nécessaire c est l Europe qui bloque l emission de monnaie pour éponger notre dette qui de fait est totalement fictive
Il suffit d un peu d d'inflation pour annuler cette dette et remettre les comptes à 0

8.Posté par IKKI le 08/06/2019 08:13 (depuis mobile)

Parce que l'économie à la Réunion a déjà décollé ? Ah bon ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie