Courrier des lecteurs

L'écologie selon le Conseil régional

Mardi 9 Octobre 2018 - 11:53

Depuis des années, le Conseil Régional vante le chantier « écologique » de la Nouvelle Route du Littoral et va jusqu’à s’attribuer le mérite des mesures compensatoires qui lui sont pourtant imposées par la législation, suite notamment aux arrêtés préfectoraux de décembre 2013. Ces derniers permettent en effet de déroger aux interdictions de « destruction, altération ou dégradation de sites de reproduction » d’une vingtaine d’espèces protégées de mammifères marins et de tortues. 

En clair, les travaux de bétonnage en mer provoquent d’importantes destructions environnementales et la Région est obligée de « compenser » par un certain nombre de mesures censées rééquilibrer les dommages commis.

Hélas, comme la presse nous l’apprend ces jours-ci, même ces compensations ne sont pas effectuées. Concernant la formation corallienne de La Petite Chaloupe, on apprend que le Conseil Régional ne tient pas ses engagements et reporte à la fin du chantier les mesures évoquées en prétextant du risque requin pour les plongeurs. Il est regrettable qu’encore une fois, la Préfecture n’oblige pas la Région à respecter ses obligations alors que ce qui est en jeu, comme le reconnaissent les services de l’État, c’est « le maintien de la biodiversité et le développement de la ressource halieutique » 
 
Jean-Pierre Marchau, Secrétaire Régional Europe Écologie Les Verts Réunion
Lu 391 fois



1.Posté par .eh ben!! le 09/10/2018 12:44

depuis quand le préfet est a la ramasse du president de region..??

2.Posté par Bruno Bourgeon le 09/10/2018 14:16

Eh oui, Jean-Pierre, comment faire confiance aux politiques? De plus, les mesures compensatoires n'auraient rien compensé du tout. Dès lors que le pli était pris, à savoir la construction de cette route, et n'en déplaise à tous les Vincent Defaud de la Terre, l'écologie, la préservation de la biodiversité, on le savait, seraient bafouées.
L'Homme, ce saccageur, ne mérite rien de moins que de disparaître de la surface de cette planète, qui en a vu d'autres.

3.Posté par " VIEUX CREOLE " le 09/10/2018 14:26

Suite a un billet de GILETTE AHO SUR ZINFOS DE mARS DERNIER JE CROIS ( Endéambulateur sur la N.R.L j'adresse la question suivante aux Responsables du Conseil Régional et aussi à la Maire de la Possession : 'AVEZ -VOUS ADMIRÉ , MESSIEURS -DAMES, LE MERVEILLEUX SPECTACLE DONT PROFITERONT LES HABITANTS DE LA GRANDE CHALOUPE LORSQU' ILS DESCENDRONT D E L' ANCIENNE GARE VERS LA MER, ??? ON LES A OUBLIÉS ,CEUX-Là : des sacrifiés au nom du"" modernisme" , du "progrès" et de la vitesse !!!
J'ai fait un tour récemment , dans ce petit coin qu avait du charme et que j'avais visité à plusieurs reprises par le passé ! Le paysage qui s' offrira désormais à CES HABITANTS pour le restant de LEUR VIE sera cette longue muraille de béton qui s'appelle " la N.R.L". qui leur cachera à jamais la vue de l'Océan devant eux et les extraordinaires et spectaculaires couchers de soleil avant la tombée d e la nuit !!!

4.Posté par A vieux créole le 09/10/2018 15:02 (depuis mobile)

Didix le pharaon de la Région qui mène une politique bling bling : ils s'en fout de ce petit peuple. Déjà au Tampon il snobait les pauvres comme un certain Macron.

5.Posté par A mon avis le 09/10/2018 16:46

@ 2 Bruno Bourgeon :
"L'Homme, ce saccageur, ne mérite rien de moins que de disparaître de la surface de cette planète, qui en a vu d'autres."

Sa disparition est en bonne voie !
L'humanité a conscience de ce risque, mais refuse l'évidence, le phénomène dépassant largement la conceptualisation individuelle du risque encouru. Et chacun se dit inconsciemment (ou non) "après moi le déluge !".

https://twitter.com/afpfr/status/1049282260707540992/photo/1

Changer les habitudes individuelles ou collectives n'est pas une mince affaire.Et chacun (individu ou état) n'est pas prêt à modifier ses comportements, d'autant que trop d'intérêts, souvent contradictoires, empêchent des actions efficaces.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?