Océan Indien

L'avion de Marc Ravalomanana dérouté vers le Mozambique

Samedi 21 Janvier 2012 - 16:30

L'avion de Marc Ravalomanana dérouté vers le Mozambique
L'ex-président malgache Marc Ravalomanana a quitté Johannesburg, ce samedi, pour Madagascar où il devait rentrer après près de trois ans d'exil.

Mais son avion n'a pas été autorisé à atterrir et a été dérouté vers le Mozambique. L'avin devrait faire le plein avant de regagner Johannesburg.

Le général Richard Ravalomanana (un homonyme), responsable de la sécurité pour la province d'Antananarivo, avait prévenu que Marc Ravalomanana serait arrêté dès son arrivée à l'aéroport d'Antanarivo.

"Je rentre à la maison pour faire la paix, pas la guerre", avait rétorqué Marc Ravalomanana.

.
Lu 2946 fois



1.Posté par Jonas le 21/01/2012 14:58

Son avion est retourné a fait demi tour, il n'est pas venu à Mada ! INformation à corriger ;-)

2.Posté par Fauxx le 21/01/2012 15:15

Faux !!
Notams ( interdictions d’atterrir ) de dernière minute pour tous les aéroports de Mada !!! Demi-tour vers le Mozambique car plus assez de kérosène.......... !!!

3.Posté par tortue wa pa son queue le 21/01/2012 15:25

Pieerot arrête de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, rien que pour dire que tu es le dernier !!!
Pour ton infos et ceux de tes journalistes, l'ex président malgache Mr Ravalomanana n'a même pas foulé le sol malgache puisque selon les dires du 1er ministre actuel la sécurité n'était pas au top dans le pays pour l'atterrissage de l'avion. Ce dernier a donc rebroussé chemin au dessus du canal du mozambique pour repartir en ADS. Alors arrête un peu ta précipitation inutile, i vo mieux être dernier mais transmettre des informations juste STP.
Fais comme out camarade, mets toi en lien avec des journalistes du pays pour avoir des infos en temps et en heure et non pas travaillé sur des racollages et ladi lafé kome trop souvent tu en a l'habitude !!!

4.Posté par mwa la pa di le 21/01/2012 15:48

Il est libre d'entrer (même s'il ira en prison) , mais son avion est détourné...... Drôle de république bananière !

5.Posté par Fauxx le 21/01/2012 16:15

Merci d'avoir rectifié l'article complètement erroné annonçant l'arrivée à Mada de Ra8 !!!

6.Posté par jean jouhis le 21/01/2012 19:06

en fait aux dernieres nouvelles
c est ravalo luyi meme HIMSELF
qui a demandé a aller o mozambique

le bur ? faire croire que c est la faute a DJ !
LA MEN TA BLE

7.Posté par vipère le 21/01/2012 20:43

vers le Mozambique en plein dans le cyclone ?

8.Posté par Gajik le 21/01/2012 22:49

N'oublions pas que Ravalomanana est conseillé par une escouade d'officines, avocats et journalistes au service des Américains avant tout. Le FJKM et les églises américaines ont des liens très étroits aussi.

Lorsqu'on suit de très près les informations venues de toutes les sources, on comprend vite que tout cela est CONCERTE, planifié et mis en scène par l'Ambassade Américaine qui a installé à Antananarivo sous Ravalomanana un bunker truffé de technologie pour surveiller la Région. Avec les grandes oreilles de la France à Mayotte, on assiste à un partage du contrôle entre ces deux puissances hégémoniques en expansion perpétuelle. La France laisse le mauvais rôle à Wong qui, comme par hasard a lancé hier une offensive grave d'ingérence contre le gouvernement consensuel et a clairement indiqué qu'il fait partie du plan de sabotage de la feuille de route Sud-Africaine, main dans la main avec le clan Ravalomanana.

Tout ceci est une triste comédie jouée à la perfection par ce clown criminel Ravalomanana, afin de bloquer le processus en cours de démocratisation appuyé par l'Afrique du Sud.

Vous trouverez, une fois de plus, la vérité sur cette affaire sur l'article de Madagate avec les copies des notices sur les aéroports fermés afin de procéder à un accueil sécurisé de celui qui espérait provoquer une guerre civile entre des gens payés et chauffés à blanc par ses complices qui préparent le terrain depuis 3 ans pour une reprise du pouvoir absolu : voici la vérité des faits :

le ministre de la Communication, Harry L. Rahajason, a expliqué qu’il avait été demandé au pilote de se diriger vers un aéroport de dégagement (Arivonimamo, à 45km d’Antananarivo, sans doute) où il sera plus facile de mettre à exécution le mandat d’arrêt pesant sur la tête de l’ancien président, depuis 2009, à la suite de la tuerie du 17 février de cette même année. Ce pilote, par la suite, après avoir débarqué Ravalomanana, pourra atterrir à Ivato, y déposer les autres passagers, avant de retourner à Johannesburg. source MADAGATE (ce soir).

Ravalomanana le milliardaire couard, (comme tous les milliardaires qui ne survit que par la force de l'argent), informé de ce comité d'accueil qui l'attendait à ARIVONIMAMO tout à fait différent de celui qu'il avait prévu à Ivato, a préféré éviter la prison et fuir ses responsabilités de criminel en fuite et a organisé sa deuxième fuite, tout en communiquant de façon mensongère comme à son habitude par l'entremise de son porte parole Sud Africain Peter Mann.

Qui a prêché cette maxime de Saint Marc pendant des années Aza Matahotra, Minoha fotsiny Ihany ? (N'ayez pas peur, croyez seulement) et qui fait dans sa culotte au moindre coup de vent contraire à ses plans diaboliques ? Il montre sa couardise comme tous les dictateurs nus qui ont perdu l'armure du soutien des armées. Que ce type aille en enfer, pour tout le mal qu'il fait subir au Peuple Malgache depuis 2002, lui et ses alliés de l'ambassade américaine d'Antananarivo !

9.Posté par Gajik le 22/01/2012 01:30

dernières nouvelles sur cette péripétie du dictateur déchu :

RAVALOMANANA 22h30 : Selon la Communication de la Présidence de la Transition, "les autorités malgaches souhaitent envoyer un avion spécial à Johannesburg pour ramener Monsieur Marc RAVALOMANANA à Madagascar afin qu’il soit présenté devant la Justice malgache. Les démarches afférentes vont ainsi immédiatement être entamées auprès du Gouvernement sud - africain." Fin de citation. - 22/01/12 source : fil ORANGE

PS :
j'ai fait une faute dans la citation prise à Saint-Marc par le Malsain Marc : lire minoa et non minoha.

10.Posté par Gajik le 22/01/2012 02:00

Marc Ravalomanana : à qui profite son retour ? article de la Gazette (journal farouchement anti corruption, et pas systématiquement favorable à Rajoelina)

Samedi, 21 Janvier 2012 07:30
Des groupuscules, à vrai dire des voyous à la solde du TIM, se seraient réunis, hier toute la journée, sous la direction de Mamy Rakotoarivelo, de deux ministres et de cinq membres du CT et CST proches de Ravalomanana. Le but de la rencontre, selon un des participants, est de créer le maximum de dégâts à l’aéroport d’Ivato, et ensuite de jeter des cocktails Molotov à Antaninarenina, Tsaralalana, à Analakely. Les sites visés seraient les intérêts français : établissements hôteliers, entreprises, villas, etc.
Par ailleurs, comment ne pas saluer l’intervention télévisée, hier soir sur TVM, de Didier Ratsiraka, demandant à Marc Ravalomanana de repousser son arrivée à Antananarivo. On voit là que c’est un homme d’Etat. En réalité, les Côtiers, représentés peut-être hier par l’amiral, ont en marre du comportement de Ravalo : quelqu’un immature, ambitieux, voleur et dangereux à la fois, selon eux. M. Ratsiraka sera-t-il entendu ? A ce sujet, inutile d’attendre quoi que ce soit d’un autre illustre Côtier, Zafy Albert. Un homme instable, faible, fatigué intellectuellement… Ne l’accablons pas trop. Pitié pour lui.
Quant à Mamy Rakotoarivelo, l’ancien chef d’Etat lui aurait assez payé depuis : environ 600 000 dollars, versés dans un compte bancaire à Paris et à l’île Maurice, paraît-il. Il est ainsi condamné à suivre à la lettre toutes les recommandations de son patron. Là également, ne pas condamner ce nouveau président du CT, puisque c’est un homme plutôt léger, sinon un « dérangé », au grand dam, semble-t-il, de sa belle famille…

G. T.

Je rajoute qu'un mercenaire Sud Africain, Joseph Akiva a été arrêté, venu sans doute en éclaireur du dictateur :

Depuis lundi, les services de renseignements malgaches étaient sur le qui-vive suite aux rumeurs selon lesquelles Marc Ravalomanana aurait envoyé des éclaireurs sur place. C’est ainsi qu’après l’épluchement des fiches d’arrivées à Ivato, ils ont remarqué le nom de Joseph Akiva.
Il n’est pas inconnu des services de police malgache. En 2009, il était à la tête d’un groupe d’hommes que les policiers eux-mêmes mais aussi et surtout le public qualifiaient de mercenaires. Ils encadraient les policiers sur la place du 13 mai et certains étaient aperçus à Ambohitsorohitra, lors du carnage du 7 février.
Hier, la brigade criminelle d’Antananarivo a donc procédé à son interpellation dans le cadre des évènements de 2009. Mais très certainement, sa garde à vue sera mise à profit pour déterminer si sa présence confirme les rumeurs selon lesquels Marc Ravalomanana a requis comme à son départ, les services des mercenaires pour son retour.
La préférence de M. Ravalomanana aux étrangers explique, en tout cas, le peu d’estime et de confiance qu’il accorde pour ses compatriotes. Et il se dit patriote.

11.Posté par ontre information le 22/01/2012 10:32

Ne croyez pas ce Gajik, désinformateur numéro 1 à la solde du DJ froussard, et admirateur invétéré des journalistes menteurs dont il boit les articles ci-dessus tous les jours, sans jamais aller voir sur place ce qui se passe vraiment !!!

Lisez plutôt ceci et faites-vous votre propre idée, après !!!

http://fijery.wordpress.com/2012/01/21/natahotra-ny-masony/


« Rehefa te hividy ny lohany, aza matahotra ny masony » avait dit avec (im)pertinence Mamy Rakotoarivelo il y a deux semaines lors des cérémonies de vœux à Iavoloha (1). Expression bien malgache qui signifie que quand on prend une décision importante, on ne doit pas avoir peur d’en assumer les conséquences. C’était une façon intelligente de faire allusion aux atermoiements du régime hâtif au sujet de l’application de la feuille de route, avec ses deux pas en avant et ses trois pas en arrière. Les événements du week-end en donnent un exemple concret de contradictions au sein du régime. Comme si le pays était dirigé par des gens instables…

La première contradiction concerne l’interprétation du fameux article 20 de la Feuille de route. Certains y voient un appel à l’apaisement, d’autres y lisent une autorisation de procéder à l’arrestation. Il est donc très étonnant que certains esprits obtus interprètent un document censé être de réconciliation comme étant un encouragement à jeter de l’huile sur le feu. Pour ceux qui auraient envie de braire sur l’affaire du 7 février et la condamnation de Marc Ravalomanana, merci de relire Attention à l’électionnisme mora. Et s’il ne fallait donc retenir qu’une seule chose des événements de samedi, c’est que le régime hâtif a paniqué malgré ses grandes gueules et ses gros bras. A force de faire les fanfarons, il ne faut pas s’étonner de la nécessité de procéder à des évacuations sanitaires régulières de certain fanfaron pour cause de problème cardiaque.

La deuxième contradiction semble avoir lieu au sein des autorités de transition, et a fait apparaître au grand jour des lignes de fractures et d’incohérences entre modérés et faucons. Les modérés, à l’image du Premier ministre, ont semblé vouloir adopter un comportement conciliant, à l’image de la réconciliation, du consensus et de l’union nationale dont son gouvernement est censé porter le nom. Les faucons, du premier cercle du Président de la transition (PT), se sont quant à eux répandus en explications foireuses pour jouer dans le registre de l’intimidation et parler d’arrestation. Comme on l’a toujours dit sur ces colonnes, un faucon est toujours le jumeau d’un vrai.

La troisième contradiction a été illustrée par l’apparente mauvaise information de certains membres du Gouvernement hâtif. Alors que le Ministre de la communication se répandait en interviews sur les médias pour déclarer qu’il n’y avait pas eu de NOTAM, les copies des cinq NOTAM étaient affichées sur le site internet de l’ASECNA, et partagées sur Twitter et Facebook. Grotesque ! Le Ministre de la communication semblait donc ne pas être au courant de ce qui se passait : incohérence, incompétence ou stalinisme chronique ? Petite question : le Monsieur a-t-il au moins recoupé ses informations par rapport à la déontologie et à l’éthique de la communication dont il se veut être le porte-flambeau ? Ou bien a-t-il voulu traiter l’information à la mode habituelle de la pravda, et faire passer des vessies pour des lanternes ? Mba ampianaro ihany ‘oa ny ankizy..........


12.Posté par contre information le 22/01/2012 10:36

Récit d'un journaliste à bord, dont Gajik dira qu'il est payé cher par le Président Ravalomanana pour dire des mensonges, n'est-ce pas ? ?????? !!!!

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/01/21/a-bord-de-l-avion-detourne-de-l-ex-president-malgache-ravalomanana_1632905_3212.html#xtor=AL-32280258

13.Posté par Kalachnikov le 22/01/2012 11:21

Ravalomanana voulait rentrer à Madagascar, quitte à se faire arrêter.
Des journaux, comme "la Gazette" avaient annoncé que Ravalomanana n'aurait pas le courage de revenir. Cela n'a pas été le cas.
Par ailleurs, le ministre de la HAT chargé de la communication a été pris en flagrant délit de diffusion de fausses nouvelles en affirmant qu'aucun NOTAM ou aucune mesure d'interdiction d'atterrir à Tana avait été prise à l'encontre de Ravalomanana.
Ratage pour la HAT en tous cas, son piège n'a pas fonctionné, celui de faire atterrir l'avion à Morondava pour procéder à l'arrestation de Ravalomanana.
Déception bien sûr pour Ravalomanana, mais victoire supplémentaire à son avantage : terrible démonstration des sympathisants de Ravalomanana, et dans toute cette histoire la HAT perd la face, et se couvre surtout de ridicule et de couardise avérée.

14.Posté par Gajik le 22/01/2012 12:28

Kalachnikov est pris en flagrant délit de mensonge. La Transition a publié un communiqué disant que 5 aéroports seulement sont fermés. Il n'y a pas eu de notam, il y a eu fermeture d'aéroport. Premier mensonge.

Le plan était de détourner l'atterrissage sur un aéroport calme, le seul possible pour arrêter Ravalomanana sans effusion de sang, car les services de renseignements malgaches sont mieux placés que ce "Kalachnikov" (on apprécie toujours les choix des pseudos de ces activistes du Net, ce qui parle mieux que mille discours !) pour savoir que Rakotoarivelo est ses sbires avait organisé des pillages et des émeutes afin de provoquer des conditions favorables à un coup d'Etat, avec même l'assassinat de Rajoelina qui a été évoqué par un Général bien informé.

Tous ces trois posteurs ci dessus sont en totale collusion avec cette opération médiatique avant tout.
Peu importe ce qu'ils disent, on peut juger la valeur de leurs dires au fait qu'ils servent la soupe à un délinquant doublé d'un criminel, et reprennent bien entendu les articles et arguments tronqués de leurs militants du Collectif, du GTT and C°.

Sans le soutien des Américains et de Zuma qui sont liés à Ravalomanana par des contrats mafieux, ce dernier serait déjà ans les poubelles de l'Histoire, comme son alter-égo Ben Ali et les autres.

Le journaliste du Monde ne donne que sa version d'observateur dans l'avion. Il est malhonnête car il ne donne pas d'autres infos sur les véritables tractations qui se sont passées. Il pouvait enquêter à son arrivée, il a préféré envoyer son article minable que n'importe quel passager aurait pu envoyer, sans aucun recul. ce n'est pas du journalisme c'est un acte de collusion.
On connaît la propension des journalistes à accepter les invitations des "grands" de ce monde et par exemple d' aller diner à la Mamounia et ensuite d'encenser le Roi du Maroc. On est dans le même cas de figure. Honte à ce genre de "journalistes".
La seule info intéressante est qu'il dit avoir vu Ravalomanana se frotter les mains avec un large sourire. On voit qu'il est heureux d'avoir échappé à Tsiafahy et pu faire une belle opération médiatique de sabotage du processus de démocratisation en cours, avec l'aide de ses amis. Ce sale type va encore prolonger le calvaire des malgaches et pour cela il risque la mort s'il remet le pied à Madagascar avant que les familles de ses victimes ne soient elles-mêmes disparues. Ou rode, ou va gagner ! la Justice passera tôt ou tard et il payera ses crimes.

15.Posté par Gajik le 22/01/2012 12:51

Voilà une autre version du voyage vue de l'intérieur de l'avion , diffusée par Jeannot Ramambazafy, la bête noire des mafieux qui soutiennent l'ex dictateur . On y voit, ce que le journaliste du Monde Sébastien Hervieux ignorait (l'ignorait-il ou participait-il à l'opération médiatique, le saura-t-on un jour ?) dans son article minable, que Ravalomanana avait été approché le vendredi soir par la Compagnie Air Link SA afin de lui demander de ne pas prendre cet avion qui serait contraint d'atterrir ailleurs ou de faire demi-tour :

"Voilà Madagascar !", s’exclama Marc Ravalomanana, pointant de son hublot les côtes de la Grande île où il n’a pas mis les pieds depuis ses trois ans d'exil en Afrique du Sud.

Sous l’avion, le sable fin ocré et le littoral verdoyant de la Grande ’île de l'océan Indien. Ou bien était-ce le Mozambique ? Rien n’était plus certain sur ce vol 8252 d’Air Link SA, en ce matin du samedi 21 janvier 2012, en route pour l’aéroport d’Ivato Antananarivo.

Aux alentours de midi, Ravalomanana est informé par le dénommé Heinrich, chef de la sécurité de la compagnie aérienne, qui était à bord, que l'avion avait fait un demi-cercle pour retourner vers Johannesburg. L’information n’était pas claire et le dépit se lisait sur le visage de Ravalomanana et ceux de son entourage, dans cet avion en plein vol.

La tentative de Ravalomanana de fouler le sol malgache avait été contrariée une heure avant même l’atterrissage à Madagascar. Selon le chef de sécurité, le pilote avait été informé par la tour de contrôle de l’aéroport international d’Ivato que celui-ci avait été fermé pour des raisons de « mesures de sécurité ».

Les nouvelles parvenues dans l’avion parlaient d’une foule -estimée entre 20.000 et 30.000 personnes- qui était venue pour accueillir l’ancien président à Ivato. Personne ne savait encore qui avait donné l'ordre de fermer l'aéroport. Mais dans l’entourage de Ravalomanana, on pensait que cela devait être venu de quelqu’un de la présidence de la transition d’Andry Rajoelina.

La fermeture d’Ivato durerait « entre cinq à six heures », selon les dernières informations recueillies. A la suggestion formulée au pilote d’aller atterrir sur un autre aéroport du pays, celui-ci affirma que tous les principaux aéroports de Madagascar étaient fermés à la circulation aérienne.

Interrogé par Ravalomanana et son entourage sur la possibilité d’aller atterrir à l’île Maurice ou au Mozambique, le pilote ne donna aucune réponse satisfaisante. Et Ravalomanana soupçonna une collusion entre la compagnie aérienne sud-africaine et le pouvoir de transition malgache.

Un proche de Ravalomanana a même confié qu’ils avaient été approchés par la compagnie Air Link SA, tard dans la soirée du vendredi, pour tenter de convaincre Ravalomanana de ne pas prendre ce vol. Ainsi quand Ravalomanana et son entourage ont embarqués, le pilote savait qu'il allait devoir rebrousser chemin.

Visiblement déçu, Ravalomanana a refusé de quitter l’avion, après son atterrissage à Johannesburg. Dans l’espoir d’un nouvel envol vers Madagascar. Mais il n’eut pas lieu. L’ancien président est bien resté près de deux heures dans l’avion, avant de le quitter à regret. Il a alors déclaré à la presse qui l’attendait dans l’aéroport Oliver Tambo, avant de passer la soirée à Pretoria : "Voilà la preuve que le gouvernement Rajoelina ne respecte pas la feuille de route. Il est temps maintenant pour l'Union africaine et la Troïka de la SADC prennent des mesures… ».

16.Posté par ragasy le 23/01/2012 10:37

Il ya des journalistes, les vrais, qui essaient de dire la vérité au risque de perdre leur vie. Et ceux qui perdurent dans la profession sont des journaleux- ie- qui écrivent pour ne rien dire, et enfin les valets qui ne disent que ce que veulent leurs maîtres!
Concernant le retour de Ravalomanana vers son point de départ, les interprétations dépendent du maître que le 'journaliste" sert. S'il sert son ancien colonisateur, il est clair qu'il dira tout ce qui discréditera Ravalomanana. S'il veut être le serviteur du Peuple malgache, il dira la vérité. Une vérité qui fâchera son colonisateur: miettes de pain, quand tu nous tiens! cf- le loup et le chien de La Fontaine.

17.Posté par Gajik le 23/01/2012 14:03

Il est vérifié aujourd'hui qu'en fait le pilote d'Air-Link n'a pas voulu aller se poser à Morondava et a préféré ignorer la proposition du Gvt Malgache de s'y poser afin que Ravalomanana puisse être arrêté sans effusion de sang, puis d'aller déposer ses passager à Ivato comme prévu.
Il a dû bien entendu prendre ses ordres auprès de son patron qui, lui est sans doute en lien avec le Gvt Sud-Africain qui ne veut pas d'un Ravalo en prison, mais d'un Ravalo qui provoque une guerre civile, ce qui est le but ultime de la SADEC afin de pouvoir intervenir militairement au secours de leur protégé et agent. Nul ne peut savoir ce qui s'est dit dans le cockpitt. Morondava était prêt à accueillir l'avion, et -bien entendu- le secret absolu de l'opération devait imposer au Gvt Malgache de n'informer Air-Link qu'au dernier moment afin d'éviter le déplacement des gros bras de Ravalo à Morondava.

Cependant, Air-Link a bien été avertie le vendredi que s'il n'y avait plus de notam individuel contre Ravalomanana, il risquait malgré tout d'y avoir des problèmes à l'arrivée. La mobilisation des fervents frustrés par près de 3 ans de surchauffe au Magro, par Mamy Rakotoarivelo à Ivato comportait des éléments violents et les services de renseignements malgaches avaient été informés d'un plan de déstabilisation avec risque de tentative de coup d'Etat et atteinte à la vie de Rajoelina. Le Ranjeva et autres ne se croisent pas les bras, d'autant plus que les supporters du PDG de Tiko ont été gonflés de ceux de Ratsi et de Zafy, des "Kung-Fu" et autres groupes mafieux ultra-violents.

Rajoelina a donc tenté de faire arrêter, comme il se doit, le repris de justice qui a confondu les caisses de l'Etat et les caisses de ses sociétés et continue à défier la Justice malgache en actionnant ses puissantes et richissimes relations du monde des affaires internationales dont il est un membre coopté.

Air-Link, sur ordres évidemment, n'a pas accepté de livrer le colis. Le plan Sud Africain était le retour triomphal de Ravalo accompagné des violences propices à un coup d'Etat avec assassinat de Rajoelina probablement et non pas de l'envoyer à Tsiafahy.

Une fois de plus, Ravalo a sous-estimé le gouvernement Malgache et s'est cassé les dents. Son plan a foiré et il a aussitôt actionné le plan B, la partie médiatique avec journalistes patentés et organismes de communication, invités pour l'occasion. L'objectif étant de saboter le processus de démocratisation et de vote cette années. Gageons que l'Af du Sud et l'Europe vont désormais bramer d'une seule voix avec Ravalo pour dénoncer la violation de l'article 20 de la feuille de route. Ils oublieront bien entendu de parler de l'article 45 et annexes qui reconnaissent à la Justice de Madagascar la souveraineté totale en ce qui concerne les décisions de justice. L'impunité et l'amnistie sont deux choses différentes.

La phase d'exploitation politique du coup médiatique de Ravalo est lancée. Les intérêts des multinationales et les intérêts stratégiques priment sur toute considération prenant en compte l'intérêt des Peuples.


18.Posté par Besoa le 23/01/2012 18:22

Gros défaut des forums : des (...) comme "gajik" peuvent cracher leur vénin à volonté.
Seul remède : ne pas lire ses propos mensongers et orduriers. (...) laissez-le aboyer. Routssk...

CHERS MALGACHES, , JUSQU'A QUAND ALLEZ-VOUS ENCORE BOIRE LE VENIN DU TRIBALISME UTILISE PAR LE VAZAHA-MODY-MISEHO HO GASY TOY GAJIK POUR METTRE LES MALGACHES LES UNS CONTRE LES AUTRES ET METTRE VOTRE PAYS SOUS COUPE REGLEE ?

19.Posté par Gajik le 23/01/2012 18:57

si vous voulez participer à des discussions de bonne tenue sur Madagascar (et non assister à un concert d'insultes et de menaces comme sur Sobika ou Mad-Tribune), il y a le site facebook d'un candidat à la présidentielle de Madagascar, Patrick Raharimanana. Vous y trouverez des discussions sur Ravalomanana,ou des sujets plus intéressants (raz le bol de Ravalo l'absent omni présent !) des vidéos passionnantes (interview Zoma par Onitiana Realy, par exemple celle du général Fidy (Randrianafidisoa) :

http://www.facebook.com/patrick.raharimanana

20.Posté par Gajik le 23/01/2012 22:28

Le journal la Gazette de la Grande Ile, non inféodé à Rajoelina mais farouchement opposé à Ravalomanana, vient de publier cet article qui résume les méfaits de l'ex président qui ont commencé en fait en 1996 et non en 2002 et se continuent aujourd'hui. EDIFIANT :


http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=19036:-empire-economique-de-ravalomanana-les-spoliations-de-letat-ont-commence-en-1996&catid=45:newsflash&Itemid=58

Ce lien est à copier et à entrer dans votre browser car je n'ai pas accès aux liens actifs sur ce forum Zinfos974. J'aurais pu copier-coller l'article entier, mais comme peu de gens s'intéressent à Madagascar et peu écrivent ici, je ne veux pas avoir l'air d'occuper tout l'espace.

Avez vous vu comment le "Besoa" intime l'ordre aux Gasy de ne pas me lire ? On voit clairement le terrorisme propre aux agents de Ravalo qui regrettent la liberté d'expression, alors que nous sommes en France et non à Madagascar. Il n'y a donc aucune ingérence de notre part d'un étranger dans leurs salades internes, puisque je vis sur le territoire français. Dans la même veine, je ne résiste pas à vous faire part des menaces envoyées par le président du CT Mamy Rakotoarivelo du clan Ravalo, Franck RAHARISON, envers un journaliste de la même Gazette . C'est ce même Rakotoarivelo qui a organisé les émeutes qui devaient avoir lieu pour le retour de Ravalo.

extrait (article de ce jour) :

" ... le patron virtuel de " Midi Madagasikara ", Mamy Rakotoarivelo devait menacer, en des termes à peine voilés, l'auteur de cet article. En effet, ce président du CT, depuis des années (depuis " Madagascar Tribune "), ne l'a jamais apprécié, et voilà qu'il le menace encore aujourd'hui (" Midi " du 20 janvier).
Ecoute mec, tu peux me descendre, quand et où tu veux. Tu as, en face de toi, un pauvre journaliste qui ne vit que de sa plume. Monsieur Rakotoarivelo, tirez le premier !
... "

Cette réaction montre bien dans quelle violence vivent les journalistes qui osent s'opposer à Ravalomanana, mais surtout leur courage à résister malgré le danger. Lors du coup d'Etat manqué FIGN, la Gazette avait déjà été attaquée sur ordre des agents de Ravalomanana et les journalistes n'ont dû leur survie qu'à l'intervention rapide des militaires qui étaient en opération contre les mutins, non loin du siège de la Gazette. Et ces pro-Ravalo osent accuser la HAT de mettre en prison les journalistes ? Seuls les employés de la radio clandestine Fahazavana du pasteur politicien activiste Lala Rasendrahasina sont poursuivis pour des délits, non de "presse", mais de droit commun, pour appels au crime contre des personnalités et émissions clandestines avec diffusion de recettes de coktails molotov et de listes de personnes à viser . Drôle d'Eglise protestante Malgache, liée aux Norvégiens (Eva Joly en son temps a dû être de ce réseau?) et surtout aux églises américaines Presbytériennes, qui commandite des actes terroristes en faveur d'un homme d'affaires. Il est vrai que même aux USA ce genre d'église est prête à brûler des Coran sur la place publique ou à pendre les enseignants évolutionnistes, eux qui sont créationnistes ... Le FJKM s'est durablement fourvoyé avec l'Etat TIM-TIKO entre 2002 et 2009. je ne vois pas comment ces gens pourraient encore jouer un rôle de médiateurs neutres comme l'a suggéré hier ce pauvre Premier Ministre de "consensus" Omer Beriziki !

21.Posté par Gajik le 24/01/2012 21:53

correction au post 10 sur le mercenaire Sud Africain Akiva arrêté.

Il s'agit en fait d'un mercenaire Israélien, ce qui en dit long sur les intérêts en jeu dans le soutien à Ravalomanana :

précisons de la Gazette :

"Les éléments de la Dire­c­tion de la sécurité du territoire (DST) ont débarqué en pleine nuit à l'hôtel Carlton, à Anosy. Vendredi vers minuit, un ressortissant israélien, Joseph Akiva, s'est fait cueillir. Selon la DST, il a été repéré près de l'avenue de l'Indé­­pen­dance aux côtés des forces de l'ordre, lors des affrontements entre l'Etat major mixte opérationnel régional et les manifestants, conduits par le maire de la capitale de l’époque, Andry Rajoe­lina, au début de la crise en 2009.
Joseph Akiva serait arrivé à Madagascar le 15 janvier et devait repartir dimanche, au lendemain du retour annoncé de l'ancien Président, Marc Ravalomana. Du coup, il est montré du doigt comme étant un mercenaire.
Du matériel d'espionnage tel qu'un dictaphone aurait été retrouvé sur lui. Ex-com­missaire de police et ancien directeur de la sécurité du territoire en Israël, il serait fort d'expériences en matière de sécurisation d'aéroport.
Aux dernières nouvelles, Joseph Akiva aurait de puissantes relations un peu partout, notamment en France. Quatre autres étrangers, venus avec lui à Madagascar en 2009, ont quitté le pays depuis trois ans pour rejoindre la France, la Norvège et l’Israël.
"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues