Courrier des lecteurs

L'avant-deux et le maloya

Vendredi 16 Octobre 2009 - 23:12

Au XVIIe siècle, monsieur le curé n'aimait pas les comédiens : ces gens-là étaient des démons habillés de chair; et son cimetière n'était pas pour eux. Molière avait tout de même fait des pieds et des mains, si j'ose dire, pour avoir droit à être enterré en terre sacrée, et il le fut, grâce à l'intervention du roi, mais tard le soir et sans cérémonie religieuse!

Au XXe siècle, c'est la danse qui était dans le collimateur de monsieur le curé. L'avant-deux de Vendée et de toute la région était la danse de ceux qui pactisaient avec le diable. Impossible de danser sous les fenêtres d'un presbytère. Les brebis dansantes et forcément galeuses étaient comme vouées aux gémonies. Lors du sermon, on pouvait être durement sermonné. Pour ne pas contrarier le bon pasteur et pour le laisser paisiblement à ses convictions mal partagées, on dansait l'avant-deux dans des fermes perdues, dans des granges, en cachette, tout comme on dansait le maloya, loin des maîtres qu'on aurait pu effaroucher!

Deux danses victimes à peu près des mêmes tribulations! Un soir, dans mon village natal de la Courtinière, village de cinq ou six feux, à Saint-Amand-sur-Sèvre, on avait organisé un petit bal avec, au menu, l'inévitable avant-deux. J'avais six ou sept ans. L'ambiance était admirable! Pas de diable qui trottait dans mon esprit, pas non plus chez les danseurs, tout à la joie de nous trouver tous dans la grange de récréation! Mais voilà qu'entre subitement, une vieille dame d'un village voisin, armée d'un bâton. Silence de mort! L'avant-deux brisé tout net! Et de sa grosse voix, elle oblige ses deux grands marmailles d'une trentaine d'années à la suivre et à rentrer au bercail! Sitôt dit, sitôt fait! Et chacun retourna chez soi, tout triste, tout pitoyable. Depuis ce soir-là, la brave dame a gagné un petit nom gâté : Chasse-bal.

Malgré toutes sortes de péripéties, l'avant-deux a continué à faire son bonhomme de chemin. Bien sûr, les jeunes, habitués des salles de danse, n'ont d'yeux et d'oreilles que pour les danses modernes. Mais des Associations veillent au grain : l'avant-deux est dansé ici et là avec la même ambiance que j'ai connue dans mon enfance. Cette danse est en particulier bel et bien ressuscitée dans une pauvre grange, dépendance du Puy du Fou. Aucun problème : elle fait partie définitivement du patrimoine immatériel de la Vendée. C'est suffisant. Inutile de l'inscrire à l'Unesco! Démarches, après tout, possibles si vraiment on tient à contempler son nombril et à le caresser affectueusement, encore et encore. Et pas de MCUR pour l'avant-deux! Les ruines du Puy du Fou sont les gardiennes farouches de mon passé vendéen!

Petite conclusion qui va de soi! On peut faire du bon culturel à peu de frais! On peut en faire sans le clamer sur tous les toits, comme on le ferait si on voulait se donner une importance démesurée! Qu'en pense la princesse de la MCUR virtuelle, Françoise Vergès qui, avec son bon papa, veille à la dépense autrement qu'on ne le fait au Puy du Fou?

Gérard Jeanneau, qui a fréquenté l'école primaire en sabots de bois sous l'occupation allemande
gerard.jeanneau@laposte.net
Lu 1343 fois




1.Posté par Gérard Jeanneau le 17/10/2009 06:13

Et je donne volontiers de bons liens vers l'avant-deux!

2.Posté par Zénon le 17/10/2009 08:12

Pourquoi une femme avec une belle paire de seins n'assurerait-elle que le sein gauche et pas les deux ?
En faisant inscrire à l'Unesco le maloya sans le séga, Françoise Vergès démontre sa volonté de mettre la zizanie dans le peuple de La Réunion.
Cela démontre également le petit niveau de l'Unesco qui n'a pas daigné se pencher objectivement un tantinet sur notre culture.
Tout cela vole bien bas !

3.Posté par William le 17/10/2009 10:30


N'y a-t-il pas suffisamment de ruines d'usine sucrière sur notre ile pour monter un projet culturel digne de ce nom ? Bien sûr, égaler le Puy du Fou en terme de rendu artistique et qualité technique serait présomptueux, mais il y a bien au moins un site qui mériterait mieux que de devenir un ensemble de bureau !!!

Raconter l'histoire riche de la Réunion en la mettant scène avec des réunionnais serait plus valorisant qu'un boite multimédia perchée sur une falaise !

4.Posté par Caton2 le 17/10/2009 12:26

Merci Monsieur Jeanneau de rappeler que le patrimoine immatériel ne se décore pas, qu'il se vit. Merci aussi de rappeler qu'il n'a pas besoin de temple ou de MCUR (Modeste Case d'Ubu Roi) pour se perpétuer. Une grange, un pré suffisent. La base de l'avant-deux est c'est le "branle" (danse populaire du moyen age). Au fil des siècles le branle s'est transformé et est devenu l'"avant-deux" en bas poitou (il a pris d'autres formes dans d'autres régions) en s'inspirant des danses de salon dont la polka ou le quadrille, comme le shéga (ou séga). Ce sont ces multiples formes qui font la richesse du patrimoine. Le maloya n'est qu'une forme de sega (comme le rappelle Bernadette Ladauge. Le maloya est lui même multiforme. À Maurice, on n'emploie pas le mot maloya, mais le mot séga pour une musique similaire au maloya: "la tradition bien sûr qu'elle bouge, qu'elle évolue! Et depuis le début! Nou gagne pas dire faut faire comme si ou comme ça! Notre musique est riche de noirs d'Afrique, de noirs de Madagascar, de noirs d'Inde, de noirs et de blancs... Moi-même je bouge! Moi lé pas traditionnel dans ma façon de faire la musique. J'ai introduit le tambour par exemple, c'est ça qui m'intéresse, c'est d'étonner!" (Danyel Waro, interviewé par Influences974)


5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/10/2009 16:05

mais qu'attends gérard jeanneau pour dénoncer la gabégie des musées de France et de Navarre, dont certains ont été construits pour laisser une trace dans l'Histoire...que ce soit pompidou, mitterand ou chirac, chacun de ceux là a voulu et a pu... pourquoi ne dénoncez vous pas la gabégie de leurs musées ...? deux poids deux mesures?

6.Posté par Caton2 le 24/10/2009 18:09

Monsieur nicolas de launay de la perriere, il vaut mieux dénoncer avant que l'argent du contribuable ne soit dépensé. Après, c'est trop tard.

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/10/2009 19:37

mais cher caton2, avant que l'argent ne soit dépensé, encore faut il qu'il soit déclaré et collecté... non ? faut il dès lors critiquer le niveau d'imposition en France?

8.Posté par Caton2 le 25/10/2009 12:18

(À nicolas de launay de la perriere). Votre dernier post n'est-il pas une citation tirée de l'œuvre d'Alfred Jarry: Ubu roi? Ça ne serait pas surprenant puisque vous semblez favorable à la construction de la MCUR (Mirifique Case d'Ubu Roi).

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 25/10/2009 19:47

il vous semble mal , caton2.. ma position est d'utiliser l'argent prévu pour la MCUR à la restauration des lieux de mémoire ou vestiges encore existant dans chaque commune, bref, de partager plutôt que de concentrer..

10.Posté par Caton2 le 25/10/2009 20:43

Mea culpa n.d.l.d.l.p., j'adhère pleinement à votre idée.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Octobre 2019 - 15:33 Zemmour "Le Magnifique" !

Jeudi 17 Octobre 2019 - 10:54 Un peu d'humanité