Courrier des lecteurs

L'appropriation du corps féminin

Lundi 19 Février 2018 - 18:28

L'appropriation du corps féminin
Ne t’est-il jamais venu à l’esprit que le corps de la femme ne lui appartenait pas totalement ? 

Si tu t’intéresses au sujet, tu as dû certainement t’informer au sujet des luttes que les femmes ont mené pour avoir accès à la contraception et à l’avortement. 

Obtenir ces deux « privilèges » veut-il dire que la femme s’accapare pleinement de son corps? Cela n’est pas si sûr. 

En effet, si nous prenons le cas de la « stérilisation à visée contraceptive », la démarche montre bien que ce n’est pas totalement le cas. Le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports avait même publié un petit document informatif à ce sujet. Prenons donc connaissance de ces quelques pages. 


Résumé du document 

Première ligne de la partie au sujet des « conditions et des démarches »: « Seules les personnes majeures peuvent demander une stérilisation à visée contraceptive ». 
Jusque là, pas de problème, cela parait normal. Cependant, à la fin de cette première page, une petite mention en italique apparaît comme si de rien n’était: « Si le médecin ne souhaite pas pratiquer cet acte à visée contraceptive, l’intéressé(e) est informé(e) de son refus au cours de cette première consultation ». 

A la lecture de cette information, deux idées me viennent en tête: 
Bien sûr, si l’individu n’est, médicalement, pas apte à subir l’opération, il est normal de s’y opposer. 
Mais si la personne est sûre de son choix, qu’elle ne présente pas de risque quant à cette opération, pourquoi pourrait-on lui interdire l’opération? 

La réponse à mes questions ne tarde pas. Dès la seconde page, nous est expliquée la démarche à suivre. 

Cependant, une toute petite note de bas de page indique « Une première consultation médicale préalable ne peut constituer le point de départ du délai de réflexion de 4 mois, que si le médecin a exprimé à ce stade initial de la démarche, son intention de ne pas opposer un refus à l’intervention demandée ». Rien ne te surprend dans cette formulation? Nous y reviendrons. Continuons donc avec les pages 4 à 6 qui expliquent « les méthodes et conséquences de la ligature des trompes et de la vasectomie ».

Concernant la ligature des trompes, il est mentionné « la ligature des trompes n’a pas d’effet sur l’équilibre hormonal, le désir et le plaisir sexuels » tandis que pour la vasectomie, il est précisé: « La vasectomie n’a pas d’effet sur l’apparence physique, ne modifie pas la qualité de l’érection et de l’éjaculation. Elle n’affecte pas le désir sexuel, le comportement psychologique et affectif ». Nous reviendrons sur ce point plus tard. 

Vient enfin le moment fatidique: « Les méthodes contraceptives autres que la stérilisation ». 

Sont donc cités: le stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU), l’anneau contraceptif, la pilule -contraception orale, l’implant contraceptif, le dispositif transdermique hormonal (timbre), les préservatifs (féminin et masculin), le diaphragme – la cape cervicale, les spermicides (dont on mentionne bien qu’il s’agit de « substances chimiques (gelées, crèmes, mousses, ovules, éponges, tampons…) à introduire dans le vagin » et enfin la contraception d’urgence – la pilule du lendemain. 

Le document se termine – brutalement – sur cette énumération en passant directement aux différentes annexes. 
Si tu n’as pas trouvé de choses étranges dans ce que je viens de t’annoncer, je vais t’expliquer ce qui me gêne avec ce document. 


Analyse du document 

Premièrement, le fait que la décision appartienne au médecin. De nombreuses femmes se plaignent sur internet du fait que les professionnels de santé n’acceptent pas leur décision au vue de leur jeune âge et qu’elles n’aient jamais eu d’enfants, même si elles sont majeures. D’autres se demandaient s’il fallait l’autorisation de leur conjoint avant l’opération. Beaucoup de témoignages se rejoignent « si ce n’était pas possible, mon compagnon lui-même aurait demandé une vasectomie, ce qui est plus facile à obtenir dans notre société », d’autres disent qu’on leur a expliqué qu’en cas de décès du compagnon, la femme pourrait refaire sa vie avec un homme n’ayant pas eu d’enfants et qui ne respecterait pas sa décision. Nous sommes en plein dans le sujet: le corps de la femme ne lui appartient pas totalement. 

Les femmes doivent passer par différentes consultations, trouver le médecin qui serait d’accord pour procéder à l’opération, doivent parfois prendre rendez-vous avec un psychologue. Mais pour les hommes « c’est plus facile ». Facile dans le sens où les hommes n’auraient pas besoin d’accompagnement? Plus simple parce-que s’ils demandent une vasectomie, c’est qu’ils y ont pleinement réfléchi mais ce ne serait pas le cas d’une femme?

D’autres témoignages montrent bien que certaines femmes ont dû montrer aux médecins qu’elles connaissaient le sujet (comment se passe l’opération, quelles sont les étapes à suivre etc) afin qu’ils acceptent. 

Deuxièmement, comparons la façon de présenter la stérilisation. Pour les femmes, on leur indique en page 4 que « la ligature des trompes n’a pas d’effet sur l’équilibre hormonal, le désir et le plaisir sexuels ». Pour les hommes, en page 6: « la vasectomie n’a pas d’effet sur l’apparence physique, ne modifie pas la qualité de l’érection et de l’éjaculation. Elle n’affecte pas le désir sexuel, le comportement psychologique et affectif » . 

Suis-je la seule à sentir encore le fait que l’on rassure les hommes sur leur virilité, leur puissance et leur domination? On n’évoque que trois points pour les femmes – équilibre hormonal, désir, plaisir – tandis que l’on évoque six points pour les hommes – apparence physique, qualité de l’érection, de l’éjaculation, désir, comportement psychologique et affectif.

Une femme a peut-être également envie d’avoir plus d’informations sur ce qu’adviendrait son corps après l’opération, mais peut-être que cela reste un mystère jusqu’au rendez-vous afin que le médecin puisse vous accuser de ne pas connaître votre sujet? 

Enfin, le dernier point qui me semble important de souligner se trouve dans la liste des « méthodes contraceptives autres que la stérilisation » qui est posée là, comme si de rien n’était. Elle aurait très bien pu figurer parmi les annexes. Rappelons bien que ce document du Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports a synthétisé les informations pour la vasectomie ET la ligature des trompes. Mais parmi ces neuf méthodes contraceptives une seule concerne la gente masculine.

Cet aspect du document me laisse perplexe d’une part pour les hommes – qui n’ont d’autre choix que le préservatif – et d’autre part pour les femmes que l’on peut accuser de vouloir effectuer l’opération malgré le large panel de méthodes contraceptives qui lui sont destinées.

Est-ce la raison pour laquelle les femmes obtiennent moins facilement l’autorisation pour la ligature des trompes? Pourtant, en introduction de cette partie sur les autres méthodes contraceptives est mentionné « Les principales méthodes contraceptives, autres que la stérilisation évitent de façon réversible la grossesse. Elles concernent les hommes et les femmes ». N’y a-t-il pas un manque de cohérence à ce niveau?

Que penses-tu de la « stérilisation à visée contraceptive »? 
Penses-tu que la femme est aujourd’hui maîtresse de son corps?


Morgane Andry (Absinium)
  
Sources: 
https://lacollective34.files.wordpress.com/2014/01/texte.pdf 
http://www.feministes-radicales.org/wp-content/uploads/2010/11/Colette-Guillaumin-Pratique-du-pouvoir-et-id%C3%A9e-de-Nature-1-Lappropriation-des-femmes.pdf 
http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/livret_sterilisation_a_visee_contraceptive.pdf 
Morgane Andry
Lu 1371 fois



1.Posté par Rich Sanckez le 19/02/2018 22:21

lol
le tutoiement, les phrases qui veulent rien dire,
"de nombreuses femmes se plaignent sur internet..."
les first world problems décrits avec le style d'un cm2.
comment décrédibiliser sa propre cause en mettant à profit son incompétence, son narcissisme et sa prétention.

excellent.

2.Posté par A mon avis le 20/02/2018 19:18

Belle analyse à soumettre à Marlène Schiappa !
Il n'y a pas si longtemps que le femme devait avoir l'autorisation de son mari pour ouvrir un compte en banque. Les choses ont progressé.
Mais il reste encore du chemin à parcourir pour que la femme devienne un Homme (=humain) à part entière.

3.Posté par A mon avis le 20/02/2018 19:20

@ 1 Rich Sancke : votre commentaire est incompréhensible !

4.Posté par Rich Sanckez le 20/02/2018 20:32

@3 : OK ben le lis pas.
je vais pas tmentir, j'en ai rien à foutre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie