MENU ZINFOS
Faits-divers

L’anar SDF n’aime pas les policiers… et squatte la piscine du préfet


Lorsque l'anarchiste passablement alcoolisé s'attaque à la clôture de la préfecture puis aux policiers venus lui passer les menottes, ça donne une scène mémorable de désolation un soir de juin. Récit de l'audience de correctionnelle de ce mardi 27 octobre 2020 au tribunal de Champ fleuri.

Par - Publié le Mardi 27 Octobre 2020 à 20:50 | Lu 5226 fois

Des policiers en faction devant les grilles de la préfecture
Des policiers en faction devant les grilles de la préfecture
Un fourgon de police maraude dans le chef-lieu, une nuit de juin 2020. Le fourgon passe devant ce haut-lieu stratégique qu’est la préfecture de La Réunion et quelle n’est pas la surprise des policiers !

Un individu, accroché comme un carapate aux grilles de l’entrée, les secoue violemment. Ça fait du bruit, un bazar pareil, mais il semble que les vigiles de l’intérieur n’aient rien entendu.

Heureusement que les policiers du quart sont là !
« Je t’emm…, sale flic de m… » (sic !)

Ils viennent aux nouvelles et entendent d’abord les borborygmes et autres onomatopées malséantes proférées à l’encontre de l’autorité de l’État. Ça arrive…

Alors que l’un des patrouilleurs interpelle le secoueur de portail, ce dernier change de victime et, du portail, passe à une cible plus malléable (croit-il), à savoir le policier. Et insultes, et injures, et menaces de pleuvoir comme Mars en Carême : « Sale Chinois ! (sic !) Sale flic aux yeux bridés (re-sic !) »

Eh oui ! Le défaut de notre policier, aux yeux du violent violenteur de portail préfectoral est effectivement d’être d’origine asiatique.

Ce racisme apparent, d’abord, en ferait frémir plus d’un, surtout ici. Mais notre jureur patenté est-il conscient de ses actes ?

C’est que bonhomme n’est pas n’importe qui. A 30 balais à peine, B.R., originaire d’Orléans, est déjà SDF et possède un CV de trois condamnations, dont une pour menaces de mort. Les autres pour violences. Nous avons cru comprendre qu’il avait mis ses derniers sous dans un vol métropole/Réunion car « il paraît que la misère serait moins pénible au soleil ». Tu parles, Charles.

Pour en revenir à notre affaire… B.R. poursuit son chapelet d’invectives : « Je t’emmerde, sale Chinois (sic !), flic de merde (re-s…) » Lorsque son collègue veut intervenir pour soutenir le premier policier, il a droit au même traitement. Verbal et menaçant.

Squatteur de piscine

Les policiers maîtrisent enfin le forcené et le conduisent au 4-étoiles Malartic. S’ils pensaient l’avoir calmé…

Pendant qu’on peine à l’introduire en cellule de dégrisement, B.R. a encore assez de tonus pour tenter… de mordre un des policiers. A qui il lance : « Je vais violer ta femme et tes enfants ».

En déroulant son CV, les fonctionnaires de police constatent que ce drôle de paroissien est ce même homme qui a été surpris, un soir, en train de barboter paisiblement dans la piscine du Préfet. Il est vrai que depuis la suppression des douches et robinets publics, il est très difficile de trouver de l’eau gratuite.

Vu son casier déjà bien entamé et la violence irrépressible de son ego, B.R. a écopé de 7 mois d’emprisonnement, histoire de lui imposer un sevrage, et 500 euros de dommages-intérêts pour le seul policier s’étant constitué partie civile.


P.S. Les gaîtés de la Correctionnelle
Il y a des jours comme ça où, les affaires traitées n’étant pas spécialement bandantes, magistrats, gens du parquet et autres avocats en profitent pour se débonder de leur tension habituelle. Eh ! L’humour et la dérision (je ne sais si je vous l’ai déjà dit ?) sont les meilleurs remèdes contre la désespérance. 

A un prévenu ne se souvenant plus très bien s’il avait déjà été condamné ou pas, le président Molié, très en verve, a lancé : « Vous ne vous souvenez plus ? Votre casier judiciaire, lui, ne souffre pas d’Alzheimer. Je peux même vous dire qu’il a une de ces mémoires… »

A un autre, prétendant avoir tapé sa maîtresse « pour lui inculquer les bonnes manières » : « Vous êtes donc prof à vos heures perdues… Vous êtes pédagogue… Des claques pour lui faire comprendre… »

La procureur, remontée comme une pendule suisse contre un homme qui avait administré « quelques claques » à sa maîtresse, a foncé poignée dans l’coin : « Quelques claques ? Il s’agit en réalité de dix gifles. Et vu vos gabarits respectifs… (NDLR : elle, 1m65, 60 kilos toute mouillée ; lui, 1m90, 90 kilos à vue de nez). Vous n’aviez pas compris le sens de textos en fouillant dans son portable donc vous avez cogné. Vous avez une compagne et une maîtresse mais cette dernière, elle, n’a pas le droit d’en faire autant ».

La compagne « habituelle » et la maîtresse battue étaient toutes les deux présentes à l’audience. « C’est sympa, ça ! »  a juste constaté le Président.

Pour son malheur, le sinistre « claqueur » a entendu son avocate dire : « Oui, il est un peu rustre comme ça… »

Ce qui a valu à l’imbécile un an de prison ferme. Bien fait !


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par bokapola le 28/10/2020 01:25

Sa B.R la, sa in sans' po la Rényon, sa!!!
Et pourtant il n'arrivait pas de Mayotte, n'est-ce pas?

'Ce racisme apparent, d’abord, en ferait frémir plus d’un, surtout ici.' Jules Bénard 27/10/20

Je reprends vos propos Monsieur Bénard et je suis de tout coeur avec vous pourtant,et pourtant...

J'ai eu l'occasion de lire un commentaire sur l'ignoble affaire de l'ambulance qui s'est faite caillassée par des voyous à Saint-Louis il y a quelques jours et quels ne furent pas mon désarroi et mon indignation de lire le commentaire d'un certain papi Jacob qui affirmait, avec l'assurance d'un juge, qu'il ne fallait pas chercher plus loin qu'une bande de jeunes Mayorais/ Comoriens pour trouver des coupables.
Le Sieur Jacob (papi/Rabbi Jacob comme je m'étais amusé à le nommer en référence au personnage comique et surtout pas très futé, merveilleusement incarné par Louis de Funès) avait trouvé la cible toute faite et voulait indéniablement économiser l'argent du contribuable en offrant sa science et son sens de la déduction en nommant les coupables!
Les policiers ont bien mieux à faire, n'est-ce pas?
Surtout si l'on a déjà tous les boucs émissaires (c'est ainsi que beaucoup de français de confession juive se sont faits exterminés par l'ignominie naziste)
Ne voulant pas laisser passer de tels propos et surtout cherchant à faire réfléchir les habitants de l'Ile de la Réunion sur ces vils propos racistes (particulièrement sur l'incitation à la haine raciale qui, soit dit en passant, est, et j'espère le restera, un crime) j'ai récolté une liste de commentaires me traitant d'anti Zoreils ou de personne qui ne connaissait pas bien la situation à la Réunion.
J'ai même été invité à aller voir la situation sur place, à Saint-Louis.
Etant né et ayant vécu à la Réunion durant toute ma vie, je ne pouvais que m'insurger contre de tels propos attisant la haine, l'injustice et la stigmatisation car comme tous les Réunionnais, je l'espère du moins, je suis fier que notre petite société puisse être nommée en exemple comme modèle de métissage et de vivre ensemble dans le respect de toutes les personnes, indépendamment de la couleur de leur peau ou de leur confession religieuse.
J'ai pour ainsi dire 'mal' à ma Réunion, celle pour laquelle je continuerais à me battre pour que l'église et la mosquée se trouve cote à cote, pour que tous les enfants puissent encore s'asseoir sur le même banc de la même école comme nous, mon pote Ibrahim (avec qui je jouais au foot dans la cour de la Madrasah), mon pote Frédéric, tout juste arrivé de Saint- Brieuc, de mon pote Suna qui arrivé de sa Chine natale a appris le créole réunionnais bien avant le français,de mon pote Jean Claude dont le grand-père avait une très belle chapelle à Saint-André (un homme d'une bonté incommensurable tout comme son épouse pour qui nos étions tous ses tamnbis) sur les bancs de Lékol Lé Frèr (aujourd'hui Collège Saint Michel), dans les classes des défunts Frères Pascal, Frère François ou encore Frère Pau (pas tous nés à La Réunion, mais tous venus avec le coeur sur la main et l'envie d'éclairer et d'émanciper), tous disciples du Saint Homme Frère Scubillion, qui nous ont appris que nous n'étions pas moins et surtout pas plus que les autres et que même si nous étions au sein d'une école catholique il n'y aurait jamais d'obligation pour que nous apprenions la prière chrétienne pourvu que nous fassions preuve de respect envers toute notre fratrie et toutes les religions.
Ils nous ont enseigné l'histoire de France en même temps que 'histoire du peuplement de La Réunio. Nous avions de cours de géographie française ( départemens. régions, villes, montagnes et cotes) en alternance avec des cours de géologie sur les spécificités de notre terre volcanique.
Ils n'interdisaient jamais le créole comme mode d'expression et nous enseignait aussi le latin. J'aimerais tellement pouvoir les remercier de m'avoir donné ainsi un avantage dans mes études de linguistique et de langues indo-européennes.

Moi qui ne suis ni Musulman, ni Chretien, ni Shintoiste, ni Tamoul, j'aime à faire partie des moments de receuillements lors du Ramadan, à Noel, au jour de l'an Chinois ainsi qu'à 'in mars' dann' fé lo dé zanvié'.
J'aimais, et c'est toujours le cas, tout autant déguster un 'bonbon kalou', une galette de bretonne de la mère de Frédéric (c'était marrant, d'ailleurs, de voir la poitrine opulente de cette très douée dame bretonne, tourner dans le sens inverse de la cuillère dans le bol de pate à crèpes. Peut-être que si j'avais entrepris l'étude de la physique des fluides j'aurais eu une réponse à ce mystère. J'ai préréré me consacrer à l'étude de langues indo-européennes et surtout d'Européennes !)

Moi qui suis si fier de parler de notre héritage Multi-cultuel autant que Multi-culturel à mes amis Européens, je me retrouve à lire des propos intolérants envers toute une partie de la population qui colore notre ile.
J'ai peur.
Oui, j'ai peur que ce relent de racisme, de discrimination et de stigmatisation donne du grain à moudre à des jeunes qui se sentiraient constamment accusés à tort, villifiés et ost-racisés.
Il ne suffirait que d'un prédicateur du diable pour les endoctriner, malheusement.
Le concept de race n'existe pas.
Si l'on ne fait que rejeter une part entière qui compose notre paysage ethnique (je n'aime pas beaucoup la formule), celle-ci n'aura d'autre choix que de se séparer et de nous renvoyer notre haine à la figure.
Alors j'ose espérer que comme B.R, le Sieur Jacob souffrait de troubles psychologiques ou d'alcoolisation avancée au moment de l'écriture des son commentaire car si ce n'est le cas (pour lui comme pour ceux qui le confortent dans l'incurie, la bêtise et l'intolérance) je dois sérieusement me demander si je peux encore être fier de La Rényon, Mon Nasyion.

Bonsoir

2.Posté par Savate le 28/10/2020 06:22

A bien regarder, le collectif des zazalés a fait pire !!!!! pour des peiness bien bien moindres.... comme de quoi, faut bien médiatiser les choses !!!! pauvre BR !!!

3.Posté par Veridik le 28/10/2020 07:13

C'est la piscine de la préfecture et non celle du préfet

4.Posté par PEC-PEC le 28/10/2020 10:51

Qu'il est loin le bon temps ou il fallait un billet de retour ou un contrat de travail pour mettre un pied à la Réunion.
Depuis ce jour cette faune bigarrée qui a importé les drogues dures et augmenté la délinquance, celle des rues et celle des affaires.....Il y avait suffisamment de crétins inutile d'en importer.

5.Posté par Fred B le 28/10/2020 16:14

FredB
Article agréablement rédigé:
" accroché comme un carapate" , " 4 étoiles Malartic " ...
Chapeau ! On en lirait tous les jours .
Mériterait de paraître en sketch ou en téléfilm.

Sinon, ce jeune anar SDF se fait passer pour un robin des bois, essayant de ridiculiser l'ordre établi : mordre les policiers, faire trempette dans la piscine de la Préfecture.
Toutefois , il faudra qu'il m'explique en quoi " violer sa femme et ses enfants " est un acte humaniste digne de Robin des Bois.
Il traite un policier de "sale chinois " comme il aurait pu traiter un autre de" sale juif" , tout simplement parce qu'il déteste ce qu'ils représentent à ses yeux et que lui n'est pas: la réussite et le mérite.
En réalité,  à défaut d'égalitarisme,  il est surtout pourri jusqu'à la moelle par la jalousie.
Allez, jeune ingrat,  petit stage de citoyenneté en Afrique du Sud où tu verras c'est quoi un vrai pays inégalitaire.

6.Posté par Royal Bourbon le 28/10/2020 18:34

D accord avec post 4.

7.Posté par Fred B le 28/10/2020 18:45

FredB
Réponse au post 1.

Belle évocation de tranches de vie de la Réunion longtemps.
Passage de la "mécanique des fluides"  succulent comme les crêpes de la cuisinière bretonne.
Beau message aussi de recherche de respect des communautés,  la Réunion étant une expérimentation réussie qui demande à ne pas se diviser comme on le voit presque partout dans le monde et presque toujours pour la religion: Ouïghours en Chine, Rohinghas en Birmanie,  nationalisme indi- pakistanais,  ségrégation policière aux USA, gens de couleur en Tunisie ( tombes séparées pour les descendants d'anciens esclaves)...

8.Posté par Bokapola le 29/10/2020 12:42

@post 7 Fred B
Merci pour votre appréciation d’une prose un peu plus réfléchie.
Ces souvenirs ne datent que de la fin des années 70, années 80... Pas si longtemps que ça, à mon avis!
Chercherait-on a changer aussi rapidement à la Réunion qu’on serait près à reprendre des propos et des façons de penser ignobles rien que pour se sentir à la mode?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes