[Alt-Text] [Alt-Text]
Alertes infos :

L'abandon des chiens pendant les vacances, "c'est de pire en pire"



Les réseaux sociaux en sont remplis... Des photos de chiens maigres, malades, blessés, souffrants, mourants ou morts. La maltraitrance ou l'abandon des chiens est une réalité à La Réunion, réalité qui prend une ampleur encore plus importante en période de vacances scolaires.

"Cette année est encore plus dramatique, affirme Denise Sula, présidente de la SPA à La Réunion, il y en a de plus en plus, ça n'arrête pas". Bon nombre d'abandons se font selon elle sur les routes: "La route des Tamarins est devenu un véritable cimetière".

Une photo de chiots abandonnés, précisément sur cette route, circule d'ailleurs sur les réseaux sociaux depuis hier. Les bénévoles tentent de trouver une solution pour ces petits apparus faibles et maigres, mais redoutent de les retrouver très prochainement écrasés au bord de la route.

Ces deux chiots sont loin d'être les seuls dans la panade. Des amis des bêtes postent de nombreuses photos, chaque jour sur des plateformes communautaires, de chiens retrouvés sans maître, souvent dans un état lamentable. Une petite chienne de type coton d'environ 6 ans a été retrouvée au Tampon, hier, avec un oeil crevé. Elle se trouve actuellement chez le vétérinaire grâce à l'association Sauvade qui a proposé de prendre en charge les soins nécessaires.

Un chiot de six mois a quant à lui été retrouvé dans le quartier de Bois d'Olive à Saint-Pierre. Maigre et apeuré, il s'était réfugié à côté d'une poubelle après avoir été renversé par une voiture. Recouvert de plâtre et de bandages, "Carlito" se remet tout doucement de ses blessures.

Tous n'ont malheureusement pas cette chance. C'est le cas d'un mâle retrouvé lundi à Saint-Paul sous un camion bar. Agonisant, il ne pouvait se déplacer. "J'ai passé trois heures à essayer de le faire venir en envoyant de la nourriture mais il ne pouvait plus bouger. J'ai donc fini par ramper sous le camion, lui tendre la main attendre un peu qu'il prenne confiance qu'il sente que je ne lui voulais pas de mal, puis j'ai passé une laisse façon lasso et j'ai tiré doucement pour le sortir de là, explique Betty. Le plus surprenant, selon elle: "C'est un lieu public pourtant très fréquenté par les locaux et les touristes mais apparemment ça n'a choqué personne".

Les yeux remplis de pus, deux fractures ouvertes infectées et nourrissant allègrement des fourmis, des puces, des vers et des tiques, plus aucune dent et une insuffisance rénale... C'est le constat dressé par le vétérinaire qui a finalement préféré l'euthanasier.

Les solutions: Interdire le commerce illégal des chiens et obliger le stérilisation

"Et avec tous ces chiens errants dans nos rues, on incite les gens à acheter des chiens au Salon du chiot. C'est scandaleux", ajoute Denise Sula qui fait référence au salon du chiot qui se tient actuellement dans l'Ouest de l'île. Elle prédit déjà la suite: "Des chiots qui coûtent si chers qu'il est possible de payer en 10 chèques, ça veut dire que les gens vont ensuite faire des portées pour récupérer leur argent et trop souvent ils en font un commerce non déclaré", explique-t-elle.

La surveillance des petites annonces, des propriétaires de chiens taxés, une identification et stérilisation obligatoires... C'est selon elle le seul moyen de combattre ce fléau qui coûte la vie a des milliers de chiens chaque année, malgré les efforts de ceux qui ne peuvent pas détourner le regard.


Court-métrage touchant contre l'abandon:


Mercredi 22 Juillet 2015
SH