MENU ZINFOS
Patrimoine

L’Usine de Ravine Glissante


Le site de Ravine Glissante a été un des plus actifs de la période sucrière de1850 à 1950. Période où la commune de Sainte-Rose se trouvait être le Pôle industriel de l’Est, avant d’être détrônée par ses voisines mieux desservies.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 29 Août 2009 à 08:01 | Lu 3778 fois

L’Usine de Ravine Glissante
Le sentier des pêcheurs de Sainte-Rose qui serpente parfois dangereusement vers le Sud entre les pinpins et les vagues à crêtes blanches, conduit le promeneur à la Ravine Glissante. Rien n’est visible de la route mais une fois arrivé à la balance, le chemin de droite mène à une page d’histoire. Sur un espace dégagé, des murs gris et une haute cheminée se dressent fièrement, montrant s’il en était besoin que l’endroit a abrité une activité industrielle intense. Une sucrerie et une distillerie jusqu'au milieu du XXe siècle.

L’Usine de Ravine Glissante
Les premiers propriétaires du domaine ont été Jean-Baptiste et Emmanuel Faulcon-Laborie et Paul Panon Desbassayns qui décident de construire une usine pour la fabrication du sucre et par la suite une distillerie pour celle de l’alcool et du rhum. En 1843, Arthur, Thomy et Henry Lory des Landes, déjà propriétaires du domaine voisin de la Roseraye en font l’acquisition. Ce n’est qu’en 1896, que Jacques et Victor Adam de Villiers achètent le domaine et l’usine qui resteront dans la famille Adam de Villiers jusqu’en 1920.

L’Usine de Ravine Glissante
C’est alors qu’elle est achetée par Joseph Mourouvin. La particularité de ce nouvel acquéreur est d’être le premier descendant d’engagé à accéder à la propriété d’un domaine sucrier et de son usine à La Réunion. Joseph Mourouvin n'est pas un débutant dans les affaires.  Propriétaire de terres agricoles à Bras Panon, il était déjà en relation avec cette usine puisqu’il en était le pricipal fournisseur en bois pour les chaufferies de la plupart des usines de l'Est.


L’Usine de Ravine Glissante
L’énergie Hydraulique et le bois pour les machines à vapeur et par la suite, l’électricité y ont été les utilisés pour la fabrication du sucre de canne. L’eau nécessaire à la bonne marche de l’établissement était amenée par canal depuis une cascade de la Rivière de l’Est à quelques kilomètres de là. S’adaptant à chaque fois aux énergies nouvelles, la forte personnalité de ces différents propriétaires a permis à Ravine Glissante de résister pendant cent ans aux pressions de la centralisation et aux différents aléas économiques, dus aux deux guerres mondiales et aux isolements successifs.

L’Usine de Ravine Glissante
Aujourd’hui, les vestiges de cette époque révolue se dressent face au ciel comme des témoins muets. Cet espace est empreint de mystère. Lorsqu’on s’avance, on peut encore voir des murs en pierres de taille, des allées pavées, des machines  encore sur pied qui ont résisté au temps. Les portes des fours sont encore en place. Il est certain que l’usine utilisait la force de gravité, elle se présentait sur plusieurs niveaux, utilisant la dénivellation du terrain sur lequel elle est implantée. Le bois pour la combustion débité à l’avance en morceaux réguliers arrivait par le haut de l’usine. Les cannes étaient livrées par charrettes à bœufs ou à mulets par le haut également. La plate forme qui les réceptionnait était pavée de blocs de basalte.

L’Usine de Ravine Glissante
Un peu plus bas le jus de cannes brassées glissait et était réceptionné dans des chaudières où cuisait le sirop. Sous les chaudières, les foyers en briques réfractaires sont encore bien visibles. Encore plus en dessous, des couloirs aveugles conduisent sous les installations et débouchent parfois sur des impasses sombres. Les plantes envahissent chaque petit espace entre eux pierres. Cependant lorsqu’on se trouve entre les murs gris une impression de vie s’en dégage. On entendrait presque le bruit des chevaux sur l’asphalte de la route voisine, le crépitement du bois sous les chaudières et les cris des ouvriers pressés par l’urgence de la production. 

L’Usine de Ravine Glissante
Lorsque l’on se retrouve sur la plate forme aujourd’hui gazonnée, de l’autre côté de l’arche, la vie reprend ses droits les jeunes du quartier ont adopté l’endroit et se retrouvent pour discuter et jouer. A la sortie de Ravine Glissante, le grand badamier qui domine la RN2 et fait face à la balance, abrite des jeunes et moins jeunes oisifs qui se retrouvent dans le souvenir d’une activité soutenue l'usine disparue depuis 1954.
La cheminée carrée de la Ravine Glissante est classée Monument historique.

L’Usine de Ravine Glissante
Sources : Famille Adam de Villiers




1.Posté par boyer le 29/08/2009 08:40

on peut rajouter que l'usine de ravine glissante a fermé en 1955 parce que son équipement etait devenu perrimé.

2.Posté par Idriss le 23/03/2015 15:32

Petite précision, l'usine ferme ses portes en 1954 (après la campagne sucrière) puisque les équipements sont effectivement devenus obsolètes. Une autre raison entre en compte, celle de son rachat impossible car beaucoup trop coûteux (matériel obsolète, proximité avec l'usine de beaufond,...).

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes