Société

L'Université lutte contre le phénomène de "genrisation" des métiers scientifiques

Samedi 11 Février 2017 - 15:01

L'Université lutte contre le phénomène de "genrisation" des métiers scientifiques
Un exposé-débat menée par l'Université de La Réunion (en collaboration avec l'Académie) s'est déroulé ce samedi matin, dans le cadre de la Journée internationale des femmes et filles de Sciences crée par les Nations-Unies, au collège Les Alizés.

L'objectif : déconstruire les stéréotypes, échanger, discuter et prendre le temps de voir que les femmes aussi, peuvent réussir dans les carrières scientifiques. Si à La Réunion, 51 % des élèves de Terminale S sont des filles et que le taux de réussite au bac en 2016 est quasiment le même que chez les garçons (86 % versus 85 %), les données sur les inscriptions post-bac montrent une orientation fortement stéréotypée.

En Faculté des Sciences et Technologies de l’Université de La Réunion, les femmes ne représentent ainsi que 38% des étudiants inscrits en licence et master. Dans les filières d’études comme la licence informatique-énergie-automatique, le chiffre tombe même à 4 % de femmes. Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi : en 1987 au niveau national, les femmes représentaient 50 % des effectifs. En 2011, elles ne représentent plus que 16 %.

Pour l'Université, "cela démontre qu’un phénomène de “genrisation” des métiers scientifiques s'est produit au sein de notre société. Au delà des métiers de la science, et bien qu’elles soient en moyenne plus diplômées que les hommes, les femmes occupent une moindre diversité de postes et sont sous-représentées dans les postes à haute responsabilité".

 La sensibilisation des jeunes femmes au choix d'une carrière scientifique

"Les inégalités professionnelles entre les femmes et des hommes (qui se traduisent notamment par des différences de salaires, les femmes touchant en moyenne 30% de moins que les hommes) sont avant tout la conséquence d’une discrimination au moment de l’orientation. L’école et l’Université doivent donc s’organiser et agir pour lutter contre les orientations stéréotypées".

Pour lutter contre cela, l'idée est de transmettre une culture de l’égalité entre les sexes, en favorisant l’éducation au respect mutuel et le renforcement des actions pour une véritable mixité des filières de formation et à tous les niveaux d’études.

L’Université de La Réunion s’est engagée sur cette voie en élisant, 1er décembre 2016, une Vice-présidente en charge de l'égalité femmes-hommes et de la prévention des discriminations. Il s'agit de Mme Ludivine Royer. Parmi ses objectifs figure la sensibilisation des jeunes femmes au choix d'une carrière scientifique.

Alors que les femmes restent, en raison de ces stéréotypes, une minorité parmi les chercheurs et les décideurs du domaine scientifique, l’ONU rappelle qu'"aujourd'hui, plus que jamais, le monde a besoin de science et la science a besoin des femmes".
Lu 3279 fois



1.Posté par L'Ardéchoise le 11/02/2017 20:33

Billet prétentieux de par son vocabulaire pas toujours bien maîtrisé et de nombreuses fautes d'orthographe, de grammaire, d'expression, des redites...

Et bien sûr non signé !
Alors ? Fille ou garçon ?
Ou simplement "stéréotype" du journaleux anonyme nouvelle formule ?

2.Posté par Vache à Lait le 12/02/2017 13:21

Et pourquoi n'y a t il pas plus de sage femme homme?

3.Posté par polo974 le 12/02/2017 20:05

ouais, ben c'est qu'en fac qu'il faut agir, c'est depuis la maternelle, sauf qu'il y a des intégristes qui y voient une pseudo théorie du genre...

genre de connerie qu'on retrouve dans trop de religions qui sont taillées sur mesure par les hommes pour les hommes pour réduire à la femme à un statut de sous-homme.

4.Posté par Ray_au_Port le 13/02/2017 09:16

"... genre de connerie qu'on retrouve dans trop de religions..."

Dans TOUTES les religions ! ! !

5.Posté par Myriam le 20/02/2017 17:57

@l'Ardéchoise : je vous trouve dur avec l'auteur-e (mais connaître le genre de la personne qui a écrit l'article est-il si pertinent?) de cet article.
a mon sens, les chiffres choisis expliquent bien cette notion de "genrisation". Le sujet et complexe, et dans un article aussi court il est difficile de traiter toutes les questions que le débat du genre peut soulever, notamment les causes de cette genrisation, résumée ici par "l'orientation stéréotypée".
L'information transmise par le rédacteur est que l'université considère que c'est un problème et qu'elle souhaite fortement inverser cette tendance, avec la création d'une poste de Vice-Présidente dont ce sera le travail, et avec l'organisation de cet exposé-débat. Alors tout n'est pas dit, mais pour un format court, c'est déjà bien. Merci au journaliste pour son travail.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 12:05 L'épidémie de dengue circule encore à Saint-Paul