MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

L’Évangile du lavement des pieds


Par Reynolds MICHEL - Publié le Mercredi 8 Avril 2020 à 14:59 | Lu 624 fois

Le Jeudi Saint, le premier jour de ce que la liturgie chrétienne nomme le triduum pascal, les trois jours saints, commence le jeudi soir. Cette année, pour cause de pandémie de coronavirus, la cérémonie se déroulera sans fidèles. C’est du jamais vu. Le soir du Jeudi Saint, les chrétiens célèbrent la Cène, c’est-à-dire le dernier repas que Jésus a pris avec ses disciples. Ce même soir, Jésus lave les pieds de ses disciples. Sa mission de prédicateur itinérant vient de s’achever. Elle prend fin par une montée en puissance de ceux qui veulent attenter à sa vie. Il sait qu’il ne s’échappera pas à la mort. Il se tourne alors vers les siens, ceux et celles qui croient toujours en sa mission, et leur confie ses dernières volontés, par le biais d’un discours d’adieu introduit par un acte symbolique : le lavement des pieds. C’est ce geste symbolique qui nous occupe ici.
 
La scène se déroule la veille de la Pâque, la grande fête juive de la liberté, commémorant la sortie d’Égypte, au cours de laquelle était immolé l’agneau pascal. Elle débute par une introduction solennelle donnant le ton et le sens de ce qui va suivre : le sens de la Pâque célébrée par Jésus, la Pâque de Jésus, comme consommation de son œuvre dans l’amour des siens poussé jusqu’à l’extrême et son passage de ce monde à son Père :
 
« Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde-ci au Père, ayant aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu'à l’extrême… » (Jean 1, 1).
 
Suit alors le récit de l’action prophétique de Jésus, du maître qui prend la fonction du serviteur ou de l’esclave :
 
« Au cours du repas (…) Jésus se lève de table, dépose son vêtement et, prenant un linge, il se ceignit. Il verse ensuite de l'eau dans un bassin et se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint » (Jean 13,4-5).
 
Une attitude de service sans réserve
 
Le geste de Jésus s’agenouillant pour lui laver les pieds est considéré par Pierre comme une humiliation inacceptable. Il proteste. Il refuse de se laisser laver ses pieds : « Seigneur, toi, me laver les pieds, à moi… Non ! tu ne me laveras pas les pieds, jamais de la vie » (Jean 13, 6 et 8). Pierre a le sens de la hiérarchie. Il y a celles et ceux qui sont en haut et celles et ceux qui sont en bas. Les premiers ne servent pas les seconds. Le maître ne lave pas les pieds de ses disciples. Ce n’est pas dans l’ordre des choses. Ce geste est un geste d’esclave.
 
Un maître à genoux ! Cela dépasse l’entendement ! Pourtant Jésus est bien là, le maître à genoux lavant les pieds de ses disciples. En faisant à leur égard ce geste de serviteur, Jésus ne cherche nullement à s’humilier devant ses disciples, mais plutôt à traduire une attitude de service sans réserve, un geste symbolique qui brise la loi de la violence dans les relations humaines et nos idées de hiérarchies et des places toutes faites. Et pour les Chrétiens, ce geste ‒ Dieu à genoux devant les hommes ‒ implique une révolution de leur idée de Dieu : renoncer à voir Dieu comme le tout-puissant, mais plutôt comme un Dieu avec nous, engagé dans l’humanité, un  Dieu de tendresse au service de l’humain.
 
Ce geste qu’il vient de faire, Jésus le déclare indispensable pour celles et ceux qui veulent être ses disciples, pour participer à sa vie et recevoir en héritage le Royaume : « Si je ne te lave pas, tu n’auras point de part avec moi ! » (verset8b), dit Jésus à Pierre. Devant ces paroles très fortes, Pierre panique : « Alors Seigneur, pas seulement les pieds mais aussi les mains et la tête » (v.10). Voyant que Pierre n’a toujours pas compris, Jésus, ayant repris son vêtement et revenu à sa place parmi les convives attablés, s’adresse au groupe : « Comprenez ce que je vous ai fait. Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien : je le suis en effet. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez vous aussi vous lavez les pieds les uns aux autres » (v, 12-14). 
 
L’amour se vit dans l’exigence du service
 
Dans son explication, Jésus passe de la relation Maître/disciples à celle des disciples entre eux, les exhortant à être au service les uns des autres dans un agir effectif comme il l’attend d’eux : « C’est un exemple que je vous ai donné pour que, en vertu de ce que j’ai fait pour vous, vous fassiez vous aussi » (v. 15). Une exhortation à passer aux actes qui prend la forme d’une béatitude : « Sachant cela, vous êtes bienheureux si vous venez à le faire » (v. 17). La consigne, vous l’avez remarqué sans doute, n’est pas d’aimer Dieu, mais d’aimer ses frères. Autrement dit, pour les croyants, il ne s’agit pas d’aimer Dieu dans l’abstrait, mais de l’aimer dans la personne des frères et des sœurs que nous n’avons pas choisis, particulièrement dans les plus petits. « Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait », dit Jésus par ailleurs (Matthieu 25, 40). Jean, l’évangéliste, va même plus loin en disant : «  Si quelqu’un dit : j’aime Dieu, et qu’il déteste son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère qu’il voit ne peut aimer Dieu, qu’il ne voit pas » (1 Jean 4, 20). Autrement dit, l’amour et le service résument l’Évangile du lavement des pieds.
 
Mais comment s’exerce cet amour du prochain ? L’humain est un être fait pour : pour la tendresse, pour la relation, pour le service… Il est capable d’aimer jusqu’à l’extrême comme le montrent, entre autres, les soignants en cette période de pandémie de Covid-19. Il s’agit d’abord d’un amour de personne à personne qui se vit dans l’amitié, la bienveillance, la sollicitude, la solidarité, l’hospitalité, le partage, la gratuité et la réciprocité. Mais aimer le prochain ne passe pas seulement par les relations courtes, proches, du face à face mais également par les relations longues, anonymes, qui traversent les institutions et les structures de la société, comme le souligne Paul Ricœur. Aimer le prochain, c’est donc travailler pour des institutions justes, pour une société juste. C’est promouvoir le bien commun, qui est le bien de tous. C’est mener le combat pour la justice. Et à l’aune de l‘amour du prochain, la justice n’est jamais assez vaste, assez universelle (Paul Ricœur).
 
Cette idée d’amour du prochain ou de fraternité universelle n’est pas seulement la pièce maîtresse de l’Évangile, elle fait également partie de la triade républicaine : Liberté, égalité, fraternité. Comme principe d’action sociale et politique, elle s’est incarnée, sous le vocable de solidarité, dans les droits sociaux. Et ce dans quelques régions du monde seulement. Si elle n’est malheureusement pas assez universelle et agissante de par le monde, c’est sans doute parce que ce nous ne nous sentons pas assez  proches et solidaires les uns des autres. Parler et travailler pour un monde plus solidaire et fraternel implique la reconnaissance d’un bien social commun, la reconnaissance que nous appartenons tous et toutes à la même famille humaine, à la même communauté de destin terrestre, à la même Maison-Commune, à la même Terre-Patrie, la même Terre-Mère. C’est sur ce fondement qu’il nous faut ensemble avancer pour construire un monde plus humain. C’est ce que nous rappelle la pandémie du coronavirus. Soyons proches les uns des autres. Ensemble soyons solidaires.




1.Posté par Lesseps le 08/04/2020 15:56

Et ce message de solidarité prend tout son sens quand on constate la richesse du Vatican ... de biens beaux messages délivrés par les pires menteurs que la terre est connue... pour montrer le partage, rappelons nous qu’en France le COVID s’est répandu dans l’Est de la France suite à un rassemblement évangélique à Mulhouse , où 3000 personnes se sont foutus allègrement de tous les mesures barrières se croyant sûrement protégés par leur entité barbue ... toujours dans les bons coups la religion ...

2.Posté par L'Ardéchoise le 08/04/2020 19:47

L'heure n'est pas au lavement des pieds, mais à celui des mains !!!
D'accord avec Ferdinand.
Et je rajoute que dans d'autres pays le virus s'est répandu à cause de fêtes religieuses, et peu importe quelles religions, elles profitent toutes de la naïveté des populations ...

3.Posté par Modeste le 09/04/2020 07:57

....aux posts 1 et 2, en clair la punition du très haut probablement........!

4.Posté par Gérard Jeanneau le 09/04/2020 10:56

Le brave Lesseps (1) s'imagine que le pape et les cardinaux du Vatican festoient dans leur restaurant à la manière du préfet qui a son restaurant avec un maître cuisinier recruté sur concours. Qu'il pense plutôt que l'on y mange comme dans un monastère. Et l'on ne se partage pas les richesses du Vatican. Les richesses du Vatican profitent surtout à la ville de Rome : les pèlerins, lors de leur séjour, laissent beaucoup d'euros dans les hôtels et restaurants. Les richesses véritables du Vatican restent … à la chrétienté. Pape et cardinaux ne laissent aucun héritage à leur famille respective.

Quant au préfet et ses collaborateurs, ils sont logés et nourris gracieusement, grâce aux impôts des gilets jaunes. Voilà les vrais rapaces de notre République … qui rapinent en toute légalité ! Vive la République bananière !

5.Posté par Nivet le 09/04/2020 12:23

Votre avis sur le déplacement dernier d'Emmanuelle Macron en Seine Saint -Denis ?
Ses conseillers lui avaient demandé de rentrer immédiatement dans sa voiture pour appliquer les consignes de sécurité , de distance avec quiconque .
Son égo l'a emporté . Il a tenu à s'approcher très près sans masque, de l'attroupement des quelques admirateurs qu'il a encore ........Il est vrai qu'il y avait des caméras !
Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais !

A.N.

6.Posté par Modeste le 09/04/2020 16:56

post 5 nivet....en parlant d'égo.....clair aussi que le votre viens de se manifester, vous êtes hors sujet mais il fallait que vous la rameniez bien sur! contentez vous de face de bouc cela nous fera des vacances!

7.Posté par Lesseps le 09/04/2020 19:00

@4: mdr .... notre niais Jeanneau pensez que vos bons cardinaux et votre pape mangent du pain perdu et du brouet ? Votre aveuglement béat catholique vous fait prendre des vessies pour des lanternes .. lisez le livre de Gianluigi NUZZI « le jugement dernier » et vous comprendrez que la piété et le dénuement sont loin d’être les valeurs cardinales du Vatican ... et que les dépenses somptuaires sont légions ... et que les banquets du préfet ne seront jamais aussi clinquants que ceux du Vatican ... autre livre pour vous JEANNEAU « SODOMA » de Frédéric MARTEL... et vous comprendrez qu’en plus de dépenser sans compter le péché de luxure est bien consommé dans votre VATICAN vénéré... ahhhhh les moutons catholiques ....

8.Posté par Gérard Jeanneau le 10/04/2020 07:35

La niaiserie de Lesseps consiste, d'une part, à croire qu'il n'y a que des brebis galeuses au Vatican et, d'autre part, à endosser le costume du Franc-maçon. Ce que ne fait pas NUZZI.

Et, à cause de ces brebis galeuses - et il y en a - faut-il en arriver à mettre dans son credo personnel que l'on festoie régulièrement au Vatican ? Il ne faut pas avaler niaisement le credo des Francs-maçons.

Je le laisse lire ce que j'ai publié à ce sujet. Il faut savoir sortir de sa cave du Vatican ! Bonne lecture !

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes