Société

L’Etat veut exproprier au Cap La Houssaye. Un collectif de propriétaires voit le jour

La machine administrative est de nouveau en marche. Après 18 années de silence concernant la sanctuarisation du Cap La Houssaye, l’Etat est déterminé à mettre la main sur l’ensemble des parcelles non maîtrisées.

Mardi 1 Octobre 2019 - 17:09

La préfecture, via le Conservatoire de l’espace littoral, lance ce 1er octobre deux enquêtes : l’une préalable à la déclaration d’utilité publique, l’autre parcellaire en vue de l’acquisition de terrains appartenant à des particuliers. Des terrains qui, pour avoir une idée de leur localisation, sont situés côté montagne de la route des Tamarins. 

Les deux enquêtes sont menées tambour battant à compter de ce jour et pour seulement 17 jours. 

Ils étaient déjà nombreux ce matin en mairie de Saint-Paul, dès 8H30, à venir consulter le registre présenté par le commissaire-enquêteur. Et ce n’est qu’à 12H30, autrement dit à la toute fin de la permanence tenue par ce dernier, qu’ils en sont ressortis avec toujours autant de doutes qu’avant. 

Autour de la table, les cas sont protéiformes. Des récits de vie en somme. Ici un bout de terrain transmis de génération en génération, là une parcelle acquise plus récemment dans l’optique d’un hypothétique déclassement. Mais toutes ces projections sont aujourd’hui barrées par la mainmise de la puissance publique.

"Je suis concernée par l’expropriation tout simplement parce que c’est un terrain que j’ai acquis avant l’année 2000, nous raconte Thérèse. C’était un terrain agricole puis il a été classé en 2012 en zone N, donc non constructible pour 'préservation du littoral'", ajoute-t-elle. "Moi je me bats pour conserver ce terrain pour, quel que soit le projet qu’il y aura dessus, faire partie de ce projet. Ce qui est déplorable, c’est que cette enquête, on en a pris connaissance par hasard", déplore cette propriétaire.

Le 3 septembre 2001, la mairie de Saint-Paul réceptionne un courrier signé de plusieurs représentants du monde socio-économique. Déjà à l’époque, ils émettent des doutes entourant la volonté du Conservatoire du littoral d'aller vite et sans concertation. C'est ainsi que les signataires regrettent de n'avoir appris le projet d'acquisition au Cap La Houssaye que "par voie de presse". Entre 2001 et aujourd'hui, la promesse d'une concertation n'a donc pas eu lieu, rappelle le collectif
Le 3 septembre 2001, la mairie de Saint-Paul réceptionne un courrier signé de plusieurs représentants du monde socio-économique. Déjà à l’époque, ils émettent des doutes entourant la volonté du Conservatoire du littoral d'aller vite et sans concertation. C'est ainsi que les signataires regrettent de n'avoir appris le projet d'acquisition au Cap La Houssaye que "par voie de presse". Entre 2001 et aujourd'hui, la promesse d'une concertation n'a donc pas eu lieu, rappelle le collectif
Pourquoi la concertation prévue en 2001 n'a jamais eu lieu

À ses côtés, Marie-Claire est venue s’informer en lieu et place de sa fille habitant la métropole. Le terrain en question lui a été légué, explique la maman qui habite à proximité du chemin Summer, celui-là qui dessert notamment la compagnie Helilagon.

Tous ces propriétaires ont sollicité l’association Action Ouest d’Eric Gence. Autre visage connu, celui de Michelle Graja,  persévérante sur la thématique de la "spoliation des terres appartenant aux Réunionnais", par manque de connaissance juridique le plus souvent.

Le collectif qui a été créé ce matin prend d’ailleurs la même allure d'un futur combat de David contre Goliath : il a été baptisé "Collectif contre le pillage patrimonial créole".   

Les propriétaires présents ce matin regrettent tous la marche forcée qui leur est imposée. Les deux enquêtes sont ouvertes jusqu’au 17 octobre, après 18 ans de statu quo, hormis quelques démolitions manu militari, comme en 2012 lorsque la case d’un certain Jean-Claude Otto-Bruc, président du FN974 à l'époque, avait été rasée "en son absence", rappelle-t-il aujourd'hui. Il fait partie aujourd’hui des personnes qui prennent connaissance de la volonté du Conservatoire de l'espace littoral. 

"Que fait-on dans une enquête publique ? Eh bien on a besoin de l’avis de toutes les personnes publiques associées ! Que pensent la Région, le Département, les chambres consulaires, la mairie de Saint-Paul, la population, les associations environnementales?", questionne Eric Gence. "Or, dans le 'Vu' de l’arrêté, il n’est même pas fait référence au délibéré du conseil municipal de septembre 2001. Autrement dit, on n'a peut-être demandé l’avis de personne… Donc on s’aperçoit que ce débat qui était exigé (il y a 17 ans donc) et qui avait été promis, est passé à la trappe. Et on en arrive là à une version simplifiée d’enquête publique 'pliée-emballée' en deux semaines ! Ce ne sont même pas les propriétaires qui disent 'on n’est pas d’accord', ce sont les socio-professionnels de l’époque qui avaient dit : 'il y a un problème'. Le conservatoire du littoral (au niveau national) s’était engagé à faire un débat, tranquillement, sur le périmètre du Cap La Houssaye. Mais ce débat n’a jamais eu lieu ! Peut-on faire une enquête ultra rapide quand, dans le dossier, il est indiqué que 150.000 personnes (le bassin de population) sont concernées et sur pas moins de 315 hectares", rappelle-t-il l’enjeu.

"Nous ne pouvons accepter que ces perspectives (…) soient battues en brèche par des procédures administratives coercitives et sans concertation", contestaient déjà en 2011 les différents présidents d'institutions telles que le CESER et des chambres consulaires
"Nous ne pouvons accepter que ces perspectives (…) soient battues en brèche par des procédures administratives coercitives et sans concertation", contestaient déjà en 2011 les différents présidents d'institutions telles que le CESER et des chambres consulaires
De l'utilité de l’utilité publique...

Le collectif a en effet exhumé une délibération du conseil municipal de Saint-Paul datant de septembre 2001 au cours de laquelle avait été portée à la connaissance des élus un courrier signé des présidents du CESER, de la chambre d’agriculture, d’industrie, de métiers, de la CGPER, de la FDSEA etc.. Ils avaient tous marqué leur inquiétude, déjà, quant au manque de concertation sur le devenir de cet espace du Cap La Houssaye. Cette délibération n'étant pas référencée dans l'actuelle enquête de 2019, s’agit-il d’un simple oubli administratif - il est vrai que le directeur du conservatoire du littoral vient d’être nommé il n’y a que trois mois - ou est-ce une véritable volonté de mener une enquête publique express, comme le craignent les propriétaires, le doute persiste.  

L’autre aspect que compte faire valoir le collectif de riverains concerne les possibilités offertes par le PLU de Saint-Paul lors de son adoption en 2012. "Il y a des espaces qui ont été zonés en espace naturel sous trois formes. Certains propriétaires ont déjà le droit de faire de l’éco-tourisme ou de l’agriculture. Ces zones ne sont donc pas constructibles. Quelle est donc l’utilité publique de les exproprier puisque de toute façon l’objectif est de ne pas urbaniser la zone... ironise Eric Gence. La question est donc de savoir pourquoi certains propriétaires ne sont pas associés à la valorisation de ces sites", défendent-ils leur point de vue avant même de parler argent.

Si le calendrier expéditif en vient à être confirmé, arrivera en effet la question du niveau d’indemnisation accordée aux différents propriétaires expropriés. Le collectif promet de se revoir dès jeudi 8H30, et peut-être encore plus nombreux, à la mairie annexe de Plateau caillou cette fois.

ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 8623 fois




1.Posté par lol le 01/10/2019 17:21

le maire aussi na son avis la dans ! l'année prochaine ces les municipales bin grand 6h zot toute a cour allez votez mdr!!!!!!

2.Posté par Pamphlétaire le 01/10/2019 17:27

Expropriation pour prendre des roches pour la NRL-digue que cela ne m'étonnerait point, n'est-ce-pas?

3.Posté par Choupette le 01/10/2019 18:49

Wopé ! Vue imprenable pour des certains, comme dirait le Klod ... ?

4.Posté par Kaflabutte le 01/10/2019 19:34

Eh oui comme vous dites: "David contre Goliath" ! Mais ce Goliath là ne respecte pas les règles. Pourtant il devrait être sûr de sa force, de son bon droit, alors pourquoi biaiser comme si il y avait anguille(s) sous roche(s). Le journaliste apporte des éléments factuels sur la procédure, non le procédé dirai-je, c'est le terme qui convient le mieux quand c'est vicié, vicieux voulais-je dire.
Ce qui n'est pas dit dans cet article, c'est que CBO a négocié ses environ 200 ha pour récupérer ses billes dans la nouvelle ZAC Renaissance 3 qu va se faire où selon vous : Dans cette si belle SAVANE qu'il faut préserver mais du côté Plateau Caillou avec une emprise jusque la route des Tamarins. Pourquoi vont-ils si vite en besogne ? Parce qu'il y a beaucoup trop d'incohérences dans leur package à rosette verte.
Une rosette verte couleur ocre salie par la méconnaissance et le déni de l'histoire de ce lieu par certains rimailleurs. Parce que pour eux l'histoire de leur savane c'est de la poésie. Non messieurs, l'histoire de la savane revêt une grandeur ancestrale pour ces petits propriétaires que vous spoliez.

5.Posté par Zandet le 01/10/2019 20:59

Toute propriété est inaliénable! A quoi sert cet article de loi si pour des projets farfelus quelques élus, sans toucher aux intérêts des gros s'attaquent aux plus petits? Je soutiens les propriétaires qui refusent de céder leurs parcelles: que l'on me montre l'intérêt de ce projet! Pourquoi n'exproprie-t-on pas les gros blancs en haut de la route en corniche?

6.Posté par Eric le 01/10/2019 21:19

Pour construire le boulevard sud à St Denis on a exproprié de nombreuses personnes en les indemnisant très très faiblement.
Il y a aucune raison de faire autrement pour la savane de St Paul. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures.

7.Posté par GIRONDIN le 01/10/2019 21:33

C'est devenu une mode de mettre des propriétaires en rogne ?????

8.Posté par Fred974 le 01/10/2019 21:40 (depuis mobile)

T le gars sa la terre bondie comment zot y peut être propriétaire le moune la vend sa en premier c un voleur et un baiser paquet demandé à Li son acte que bondie la signer lol

9.Posté par je devrais peut-être pas le dire pour que les curieux n'y viennent pas par centaines le 01/10/2019 22:24 (depuis mobile)

Le plus bel endroit de La Réunion ressemble même au jardin d'Eden avec plantations arbres fruitiers etc. C'est un crime s'ils construisent là-dessus.

10.Posté par Kiki le 01/10/2019 22:54 (depuis mobile)

J''espère qu''ils vont pas s'' laisser faire ! Sur une île, loin du monde que peut il arriver de pire ? Franchement. Pst 5 pas rienk en haut la corniche, dan'' cap partout. Na aine i vise sa. Pou li fait son complexe hôtelier. Na ke des envahisseurs.

11.Posté par Kaflabutte le 02/10/2019 07:18

A poste 9 : C'est bien ce que je dis. Une méconnaissance des lieux avérée pour certains qui voient des arbres fruitiers là où c'était un paysage de broussailles. Le crime c'est plutôt d'exproprier des pauvres gens sans même une concertation préalable. Cela ne vous interpelle pas les constructions de Cap Champagne, le projet de la Renaissance 3 en pleine savane de Plateau Caillou. Pourquoi deux poids deux mesures.Un héliport en pleine zone naturelle qui survole un couloir de ravine passage de paille en queues qui se font de plus en plus rares. S'il fallait énumérer les incohérences de la situation y' en aurait bien une ou deux pages argumentées. Ignorance quand tu nous tiens.

12.Posté par Pro no stick le 02/10/2019 07:29 (depuis mobile)


13.Posté par Joseph le 02/10/2019 08:27

Dites vous bien que rien n'est acquis en ce monde, nous ne sommes tous sans exception que des locataires.

Si vous étiez réellement chez-vous, vous n'auriez pas à payer ces taxes et divers impôts sur vos "propriétés" !

Quand vous aurez bien compris ça, la pilule sera moins amère.

14.Posté par nawak le 02/10/2019 09:31

En ce moment la mairie ratisse le moindre mètre carré sur la commune de St Paul. Regardez ce qu'est devenu l’Éperon, c’était un petit village bucolique. Ils ont laissé pousser cet énorme bâtiment tout en bas de l’Éperon visible depuis St Gilles. Ce bâtiment dévisage notre village.
Je les ai surpris en train de renifler des parcelles qui ne leur appartiennent pas. Nous les avons virés de notre chemin "privé". Ils n'étaient même pas informés du cadastre, c'est lamentable venant de la mairie. Ne vous laissez pas faire ! JE VOUS SOUTIENS !

15.Posté par Rene GRIMAUD le 02/10/2019 10:13

Expropriation pour prendre des roches pour la NRL-digue que cela ne m'étonnerait point, n'est-ce-pas?
mais aussi la mairie de Saint-Paul na t'il pas son mots a dire, si la mairie veux empêche cela elle a le moyen puisque ça se passe sur ça commune si elle n'ait pas possible ce n'ait que des incompétent , comment peut-ont décide d'exproprier des famille qui habite à cette endroit depuis des génération en génération pour pour faire plaisir une l'idée d'un exploiteur qui cherche a faire ou a tiré profile, on na plus un coin naturel et tranquille, je suis un racine de ces endroit, je suis contre cette idée quand on touche la terre de nos "zen7" la ou on na commencer a semer la premier graine lors de l'occupation en 1665, au nom de Regnault et touchard laisse ces famille en paix, a vous les exploiteur sens pensé et sens imaginations et sens réflexions qui cherche qu'a favorise les capitaliste. la mairie elle na qu'a dire nom au projet, un poins c'est tout si elle ne fait pas elle est le premier responsable§

16.Posté par Meredith le 02/10/2019 14:48

Plus tu es lourd, plus tu es difficile à attraper.
Protège-toi.
Mange du gâteau.

17.Posté par Kiki le 02/10/2019 15:43 (depuis mobile)

Pst 16 : on voudrait bien une part du gâteau mais même les miettes "ils" ne nous en laisse pas. On engraisse pas avec des miettes ! Lol ! Kréole avant té dit : guette ça comment lé gras comme un volère ! Bun té pas pou rien ! 😂

18.Posté par Question bete le 02/10/2019 15:44 (depuis mobile)


19.Posté par Siven le 02/10/2019 17:11 (depuis mobile)


20.Posté par Pro no stick le 02/10/2019 18:29 (depuis mobile)


21.Posté par klod le 02/10/2019 18:44

fectivement Choupette , belle vue sur la mer !

22.Posté par Barulo le 02/10/2019 19:08

Tout à fait normal ,pour bien connaître le secteur et y pratiquer la randonné il existe bien des maisons construite illégalement et il est bien que l’état se reaproprie les lieux.sur la photo le monsieur à gauche est l’ancien président du Front National réunion sa case est totalement illégal avec groupe électrogène etc etc...alors rendez la nature à la nature.

23.Posté par EDMOND MANUELLA le 02/10/2019 22:12

Ce ne sont pas les petits propriétaires qui détruisent la nature.
Réfléchissez un peu Monsieur ou Madame !!!!

La planète terre se vide de ses sources pourquoi ? la réunion également (avec toutes les grandes constructions comme la route du littoral .....) ? Et tant d'autres pays ....Pourquoi ?
Pour que les plus riches deviennent encore plus riches (pour atteindre l'univers, lol) et que les pauvres subissent, et deviennent encore plus pauvre en regardant l'extinction de notre planète, de notre espèce !

Je suis propriétaire héritière, et notre combat justement c'est de préserver nos terres car derrière cette expropriation, il y aura construction sûr d'immeubles ou autres ....

Alors, réfléchissez les conséquences de demain, s'il vous plait, ouvrez votre esprit et soutenez-nous !
Toutes personnes physiques ou morales qui nous soutiennent sont les bienvenus.

Merci beaucoup.
Manuella

24.Posté par Bobby974 le 03/10/2019 04:33

La Zac renaissance cela ne gène personne ? 90 hectares de savanne

25.Posté par Thomas GILBERT le 03/10/2019 16:31

@Post 24
Visiblement non et par où va passer tout ce monde ? Dans Plateau caillou. paradoxalement, Hélilagon protège la savane de toute construction dans le haut de la zac renaissance 3…

26.Posté par Lili le 03/10/2019 17:23 (depuis mobile)

Ou galère pour trouve un toit, ou n''a terrain ou gagne pas construit parce que tout simplement l''état n''a projet dessus ! Terrain inconstructible helilagon la gg construit lé pas grave !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie