MENU ZINFOS
International

L'Espagne à nouveau au coeur d'une tourmente financière


En marge des manifestations contre les mesures d'austérité, les marchés de la dette espagnol ont connu une "spirale infernale" suite aux demandes d'aides publiques de deux régions autonomes incapables de faire face à leurs engagements financiers.

Par Samuel Bertil - Publié le Lundi 23 Juillet 2012 à 11:33

L'Espagne à nouveau au coeur d'une tourmente financière
Après Valence ce vendredi, c'était ce dimanche au tour de la région de Murcie d'annoncer son intention de demander entre 200 et 300 millions d'euros d'aide à l'Etat espagnol. Et ce pourrait n'être qu'un début: incapables de se financer sur les marchés obligataires après que leurs taux y aient explosé, les régions espagnoles ont été responsables des deux tiers du déficit public espanol, pointé à 8,9% du PIB en 2011 contre 6% promis et 3% imposés par le traité de Maastricht. 

Alors même que la zone euro validait vendredi un plan de sauvetage des banques espagnoles de 100 milliards d'euros, les marchés financiers ont entamé une dégringolade, marquant ainsi leur défiance vis à vis des perspectives économiques du pays. La Bourse de Madrid a perdu près de 6% tandis que les taux d'intérêts sur la dette espagnole ont approché leurs plus hauts niveaux historiques à plus de 7%. Le spread entre les primes de risques espagnoles et allemandes a, lui, dépassé les 600 points de base, un record.

Les marchés internationaux ont ensuite pris le relais: les marchés asiatiques ont réagi en reculant de 0,97% à la Bourse de Shangaï, de 1,86% pour le Nikkeï et de 2,39% pour le Hang Seng de Hong Kong. L'euro se stabilisait sur le marché des changes à 94,94 yens, son plus bas niveau en 11 ans, et à 1,2112 dollars. Les marchés pétroliers ont également reculé, cédant 1,13 dollars pour le "light sweet crude" à échéance septembre et 86 cents pour le baril de Brent de la mer du Nord à échéance septembre. 

L'Espagne a également annoncé qu'elle connaîtrait à nouveau une récession l'an prochain. Un sauvetage de l'Espagne par la zone euro coûterait 500 milliards d'euros, sans même prendre en compte les risques de contagion à l'Italie. Il s'agit de la quatrième économie de la zone euro dont elle représente 12% du PIB, soit le double des 6% que pèsent ensemble la Grèce, le Portugal et l'Irlande, soit les pays déjà aidés par la zone euro. Il est probable qu'une opération de cette envergure ne puisse se faire sans une intervention directe de la Banque Centrale Européenne. 




1.Posté par mi marche ec melenchon le 23/07/2012 12:15

à nouveau au coeur d'une tourmente financière?

a moins que ca ne soit toujours la meme crise non resolue qui ressurgit illustrant l’inefficacité des mesures d'austerité de zapatero (le socialiste social democrate qui a pour seul bilan les reformes societale:homo et euthanasie) et du neocons rajoy

2.Posté par Caremba le 23/07/2012 13:36

L'éditorialiste du Telegraph commence son article sur la situation en Espagne par : "The financial credibility of Spain is close to zero. Fiscal credibility is zero. Political credibility is zero".
Pas besoin de traduire.

3.Posté par noe le 23/07/2012 15:40

Il me semble que c'est de la faute du gouvernement "socialiste" d'avant qui a fait toutes ces dettes qu'il faut maintenant rembourser ..

Donc par ce constat , il faut bien surveiller notre gouvernement actuel ...pour qu'il ne distribue pas trop facilement du fric qu'on n'a pas à l'aveuglette !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes