Education

L'ESIROI veut devenir l'une des références de l'ingéniérie française en milieu tropical

Jeudi 10 Mars 2016 - 19:35

Pour ses dix années d’existence, l’École supérieure d’ingénieurs Réunion Océan Indien (ESIROI) organise ce samedi 12 mars une journée portes ouvertes dans ses locaux du Parc technologique universitaire. L’occasion pour son directeur, le professeur Khalid Addi, de dresser un bilan sur son établissement, qui souhaite à terme devenir "la" référence de l’ingénierie française en milieu tropical.

Depuis la création de l’ESIROI en 2006, plus de 220 jeunes ingénieurs sont sortis diplômés de l’école, spécialisée dans trois des quatre secteurs clés de l’île, à savoir l’agroalimentaire, l’informatique et télécommunications, sans oublier le bâtiment/énergie.

L’ESIROI est également la première école ultramarine a avoir été accréditée par la Commission des titres d’ingénieurs (CTI), une importante agence française indépendante qui peut conférer à une école le label européen EUR-ACE Master.

Comme l’explique Khalid Addi, "la mission de l’ESIROI est avant tout de préparer les jeunes à des métiers en phase avec les besoins actuels, mais aussi et surtout futurs, des entreprises. Les formations sont ancrées dans une vision stratégique à long terme appuyée par une démarche d’amélioration continue. La nouvelle spécialité Informatique et Télécommunications répondra au cahier des charges particulièrement exigeant de la CTI pour une meilleure insertion des jeunes à La Réunion et à l’international", précise-t-il.

Des choix stratégiques salués

Outre sa reconnaissance par la CTI, l’ESIROI a également intégré en 2015 le réseau GEIPI Polytech, qui regroupe une trentaine d’écoles, toutes accréditées par la CTI, lui permettant de renforcer sa crédibilité, notamment sur l’extérieur.

En dix années, plus de 220 jeunes ingénieurs sont sortis diplômés
En dix années, plus de 220 jeunes ingénieurs sont sortis diplômés
Afin d’asseoir son positionnement, l’ESIROI multiplie les partenariats avec plusieurs entreprises et institutions locales, qui n’hésitent pas à travailler avec les élèves et l’équipe pédagogique sur des projets d’innovation ou une problématique spécifique.

Preuve pour l’ESIROI de ce partenariat gagnant-gagnant, la récente distinction de six de ses élèves au concours national Ecotrophélia, qui ont remporté le prix Bernard Loiseau grâce au projet Mangapulpe, un goûter pour enfants 100% réunionnais à base de mangue et de patate douce.

Les étudiants-ingénieurs poussés à "s'internationaliser"

D’autres partenariats sont également noués par l’école d’ingénieurs en métropole et à l’étranger, permettant à ses étudiants de se fondre rapidement dans de nouveaux univers de travail.

Ainsi, chaque futur ingénieur effectue au cours de son cursus à l’ESIROI au moins un stage obligatoire à l’étranger, et un autre, dans l’entreprise de son choix. "Cette mobilité permet aux futurs ingénieurs d’appréhender davantage un aspect important de leur métier : l’adaptation, aujourd’hui quasi-constante avec l’internationalisation des économies, la forte empreinte socio-culturelle dans le management des entreprises et les évolutions rapides des technologies et des modes de consommation", explique l’ESIROI.

Pour 2016, l’école d’ingénieurs souhaite toujours préparer ses étudiants à travailler à l’international, et tout particulièrement dans sa zone de prédilection, à savoir les territoires en milieu tropical. Pour cela, l’enseignement d’une deuxième langue après l’anglais viendra compléter le cursus des futurs ingénieurs.

Des conférences seront aussi animées par des dirigeants étrangers  "afin de former ses élèves ingénieurs aux spécificités culturelles et aux réalités quotidiennes du management dans les pays de la zone intertropicale".



Lu 2526 fois



1.Posté par delta le 10/03/2016 21:08

Avec un tel personnage ?
Plus c'est gros plus ça passe mais qui croit Avril en Mars ?

2.Posté par momo le 10/03/2016 22:32

je pense qu'il y anguille sous roche soit ils ont besoin de budget soir çà part en vrille soit ils arrivent plus à placer les jeunes il faut bien le dire tout le monde avec un doctorat se déclare professeur à deux balles. Je le dis et je le répète on ne devient pas professeur ou formateur c'est un métier qu'on doit faire avec le coeur et pas n'importe quoi là on sent que c'est pas clair à quand une belle enquête pour voir véritablement le fonctionnement de cette école je crains le pire encore copinage et malversations la vie est belle profitez de notre cocotier si doux l'heure du décrassage arrive
qu'apporte il réellement à la réunion ? aucune idée une chose est sûre mieux faire du pain ou ramasser les poubelles là il y a de l'avenir là on délire on est pas spécialisé là dedans laissons faire les pros américains en tête a+
là çà part en vrille çà se sent bon courage

3.Posté par Eno2016 le 11/03/2016 07:04

Une bonne chose !
J'adhère !

4.Posté par Doux rêves le 11/03/2016 07:36

Le budget de l''''ESIROI a fondu comme neige au soleil ces dernières années... un signe... d'abandon !

5.Posté par Marx le 11/03/2016 09:15

C'est une plaisanterie? L'Esiroi est un champ de bataille ou Rochdi est en train de preparer la retraite de son armée personnelle, c'est un secret pour personne sauf pour zinfo vsiblement...

6.Posté par pierre le 11/03/2016 09:21

220 jeunes en 10 ans, cela fait 22 jeunes par an!! Ce sont des conditions exceptionnelles...

7.Posté par Cécile CHAN YUEN le 11/03/2016 11:17

Mon fils veut être ingénieur, mais j'ai très peur qu'il parte en métropole. Je connais trop de jeunes qui ont tout abandonné avec le froid et l'éloignement. Et puis, les finances ne me le permettent pas. Je préférerais qu'il reste ici, qu'il aille à l'université. Mais maintenant que je sais q'une école existe, ça change tout… Je me suis renseignée, elle a l'air bien.

8.Posté par Krishna RAMAPOULLÉ le 11/03/2016 11:24

C'est clair, ce sont des conditions exceptionnelles ! Aucun autre étudiant en formation ingénieur doit avoir ce privilège. Profitons-en ! Moi, j'ai eu cette chance moi en Terminales. ☺ On était que 5 en cours, une préparation aux petits oignons pour le Bac….

9.Posté par Hem ! le 11/03/2016 12:24

Lorsque les entreprises les contactent pour des recrutements ou partenariats, ils ne prennent même pas la peine de répondre... ! Ça ne donne vraiment pas envie de bosser avec eux !

Quel gâchis !

10.Posté par koué le 11/03/2016 13:04

mi dmd cmt zot la fait po tenir 10ans

11.Posté par Omega le 11/03/2016 15:37

Ils se moquent du monde? "l'une des références de l'ingéniérie française en milieu tropical"?
Avec une spécialité informatique qui FERME et des difficultés aussi bien financières qu'au niveau du management vous pensez vraiment que ça va marcher?
Comme ils parlent bien ces professeurs des universités... j'aimerai bien vivre en théorie comme eux. En théorie tout va bien n'est-ce pas?

12.Posté par lolo le 11/03/2016 16:39

Plus c'est gros plus ça passe lol !
Cet organisme n'a aucune logique économique il travail sans penser au retour sur investissement !!!
attitude de la fonction public lol!

13.Posté par Indiana le 11/03/2016 19:12 (depuis mobile)

Bonjour je tien compte des commentaires précédents mais si vous voulez que notre île se développe il faut commencé quelque part, ça n''arrivera pas tout seul! L''Ésiroi aide les jeunes à réussir et ainsi aide la Réunion car l''avenir de l''île c''est eux!

14.Posté par Jean le 11/03/2016 21:58 (depuis mobile)

Venez faire la prepa on verra si c'est une école de merde et on en reparlera merci au revoir

15.Posté par ahoui le 11/03/2016 23:21

lavenir de lile c eux, ben mi croit pas zot y garde ce qui spasse vmt dan le monde po dit, ouvre un zieu dabor

16.Posté par Ancienne Eleve le 12/03/2016 02:52

Je m'indigne face aux commentaires non constructifs précédents... à la base, si cette école a été créée, c'est bien parce qu'il y a une demande de la Zone Océan Indien en Ingénieurs (agroalimentaire / informatique / bâtiment). Les élèves qui sortent de cette école sont très bien formés, voire même peut être mieux que dans certaines autres universités ou écoles d'ingénieurs de métropole. Ayant eu une expérience à l'étranger, je peux dire aux personnes qui ne croient pas en notre école d'ingénieurs réunionnaise qu'à l'international, nous avons une notoriété grandissante. Lorsque nous allons aux Etats Unis, en Nouvelle Zélande, en Irlande ou ailleurs, les scientifiques savent que les élèves de l'ESIROI sont rigoureux, professionnels et humains. Nombre de nos anciens camarades travaillent aujourd'hui en Chine, en Angleterre, au Brésil, en Allemagne ou ailleurs et font rayonner la Réunion à travers leurs savoir-faire et savoir-être. Alors, oui, cette école forme une partie de l'élite Réunionnaise. Oui, ses Ingénieurs sont performants. A ceux qui parlent sans savoir réellement de quoi il s'agit et surtout sans argumentation, passez d'abord votre diplôme d'ingénieur avant de critiquer gratuitement. Ou au moins, soyez constructif : proposez des solutions ou des pistes de réflexion aux interrogations que vous soulevez, ou taisez-vous car votre intervention aura autant de valeur qu'un ventilateur défectueux par 40°C : elle sera INUTILE.

17.Posté par Ancienne Eleve le 12/03/2016 02:54

Peut-être qu'il y a des soucis au niveau du management et financier, etc, je ne sais pas. Mais il faut aussi garder en tête qu'il s'agit d'une école jeune, fonctionnelle depuis 2006 si je ne m'abuse. Alors il me semble normal qu'il y ait quelques réajustements à faire.

18.Posté par momo le 12/03/2016 08:43

réajustement quelle plaisanterie
dites çà à un chef d'entreprise qui galère comment on peut tolérer ce genre de gestion à deux balles je le dis et je le redis mieux vaut faire du pain, ramasser les poubelles ou devenir électricien ou encore mieux aidez nos anciens de l'avenir oui pour une bande de petits mignons chouchoutés et les autres alors ce n'est pas public mais privé réservé alors NON NON et encore une fois aucun débouché à la réunion allez peut être un ou deux postes et encore on ne favorise pas le local ici à la réunion on a besoin d'opérationnels et non d'ingénieurs laissons faire les US ou autres et ne parlons pas des intervenants je les remets en cause on ne peut pas se faire payer à un taux extrême alors qu'on a aucune expérience de l'entreprise sauf un doctorat...là on apprend les maths 1+1 on a pas besoin de maths ici à la réunion on veut du monde qui travaille et fait avancer la réunion chaque jour
bref il faut bien une école d'ingénieurs alors on aura celle là tanpis et quel gâchis

19.Posté par Omega le 12/03/2016 18:44

En tant qu'ancien élève moi aussi, ayant vécu puis suivi les derniers déboirs de l'école, les dernières querelles intestinales totalement stupides, je peux vous assurer que ce n'est pas un réajustement qu'il faut, c'est un changement complet.
Je suis dégoûté, en tant que réunionnais, de voir que nous ne pouvons pas avoir mieux que ça. Oui c'est vrai, c'est mieux que rien, et oui c'est vrai les élèves sont bien formés et leur réputation n'est pas à refaire. Les élèves de l'ESIROI sont compétants, mais l'école ne mène vraiment pas large. Les troupes sont démotivées, dépriment, l'ambiance empire de jour en jour, les mutations et démissions s'enchaînent, les PROFESSIONNELS fuient, et la mauvaise réputation arrive même jusqu'à la France ou l'île Maurice. Impossible de communiquer avec la direction qui va vous embobiner avec des phrases vides de sens pour vous saouler, et n'en faire qu'à sa tête. Sûrement sont-ils de bons (voire très bon) chercheurs, mais ne nous voilons pas la face, c'est tout ce qu'ils sont.
Je me réjouis quand même quand j'entends que certains s'en vont.
Qui sait, peut-être que plus tard j'aurai plaisir à revenir en tant qu'intervenant, former mes futurs collègues. En attendant, les informaticiens payent le prix fort en voyant leur filière fermer. Les voici diplômés d'une spécialité fantôme. Et si vous voulez mon avis, l'agroalimentaire est la prochaine sur la liste.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter