Société

L’Aurar dans la tourmente, Marie-Rose Won-Fah-Hin donne sa version

Jeudi 5 Octobre 2017 - 20:01

Marie-Rose Won Fah Hin a donné une conférence de presse ce jeudi pour donner la version de l'Aurar
Marie-Rose Won Fah Hin a donné une conférence de presse ce jeudi pour donner la version de l'Aurar
"Nous sommes victimes d’un acharnement malveillant". Alors que l’Aurar (association spécialisée dans l’hémodialyse, en collaboration avec les établissements publics hospitaliers) est la cible d’éditoriaux publiés dans le Journal de l’Ile depuis plusieurs semaines, la présidente de la structure, Marie-Rose Won-Fah-Hin, a tenu à donner la version de l’établissement ce jeudi.

Un point presse qui intervient alors que l'association de patients Renaloo (de niveau national) a interpellé la ministre de la santé - en visite sur notre île récemment - au sujet "des irrégularités" dont serait à l’origine l'Aurar. Ce qui aurait en outre contribué à amener l'ARS à saisir la Chambre régionale des comptes sur le sujet, selon les informations du JIR.
 
"On s’interroge sur les raisons de l'interpellation en urgence de Renaloo. Nous les avons appelés pour leur proposer de venir à La Réunion se rendre compte de la réalité du terrain", fait savoir Marie-Rose Won-Fah-Hin dont la structure prend en charge 774 patients.
 
"De la trésorerie pour faire face à six mois de fonctionnement"

Présentée par le journal local comme à la tête d'une machine à sous tirant ses revenus de l'argent public, Marie-Rose Won-Fah-Hin rétorque : "On ne gaspille pas l’argent public. Nous avons de la trésorerie qui nous permet de faire face à six mois de fonctionnement". Elle poursuit : "Personne parmi les administrateurs et au sein de la direction ne perçoit de dividendes ou de jetons de présence. De mon côté, je suis salariée. Nos bénéfices sont réinvestis pour les patients et pour la qualité de soins. Et la moitié de cet argent sert comme garantie aux emprunts"
 
Sur les 22 millions d'euros dont il est question, Maitre Lionel Devic, le conseil de l'Aurar, estime que "ce n’est pas démentiel comme niveau de trésorerie, et c’est plutôt rassurant pour l’ARS". "C’est un gage de bonne santé financière. Ça donne une marge de manœuvres pour développer de nouveaux projets", argue-t-il.
 
Si l'Aurar exerce des activités lucratives tout en étant une association, l'établissement vante une transparence complète de ses comptes et fait valoir : "Dans le respect des recommandations de l’administration fiscale, l’Aurar a choisi de loger ses activités de formation professionnelle et de coaching nutritionnel - par nature lucratives - au sein de filiales commerciales dont elle possède la totalité du capital. Deux SCI, détenues entièrement par l’Aurar, portent une partie de ses actifs immobiliers."

Autre élément mis en avant : une certification délivrée par la Haute autorité de la santé cette année. Une "certification A" octroyée "sans réserve ni recommandation" pour les thématiques "management", "prise en charge" et "fonctions supports". Preuve, pour l'Aurar, de son irréprochabilité. 
  
"Du tort causé aux patients et salariés"

Concernant la problématique de la greffe rénale, dont le taux est faible à la Réunion, Amar Amaouche, le président de la commission médicale d'établissement de l'Aurar, tient à souligner que l’association n’est pas responsable des greffes, lesquelles demeurent de la compétence d’un service spécialisé du CHU. "Et nous faisons de la dialyse à domicile alors même que c'est déficitaire", poursuit-il pour démontrer que l'Aurar, seule structure à proposer toutes les modalités de soins, cherche avant tout à "répondre aux attentes des patients"

Pour Marie-Rose Won-Fah-Hin, les différents éditos de Jacques Tillier, directeur général du JIR, ont fait "beaucoup de mal" et causent du tort "aux patients et aux salariés". "Je suis choqué que l’Aurar soit jeté en pâture. Au final c’est nous, patients, qui allons en pâtir", s’insurge d’ailleurs Jean-Louis Seigneur, représentant des usagers, regrettant que Renaloo n'ait pas d'abord interpellé les représentants des patients et mené une enquête avant d'interpeller la ministre.
 
"On se pose la question du "pourquoi" de toutes ces attaques", conclut Marie Rose Won-Fah-Hin. Reste à savoir ce que pensera la Chambre régionale des comptes de la gestion de la structure. 
MA - marine.abat@zinfos974.com
Lu 6365 fois



1.Posté par ray le 05/10/2017 20:16

la point fumee sans feu

2.Posté par Mais biensur ! le 05/10/2017 20:38

Comme d habitude, elle est encore une victime, la pauvre, combien de sociétés satellite de l aurai gère cette dame ? C est du privee, elle fais ce Qu elle veux, combien de salaires avez vous madame ? Et votre ancien DRH licencié pour faute grave (harcèlement sexuel sur DES secrétaires), parti avec 100 000 euros de primes et reclasser par vos soins comme directeur de Communication auprès de Mme Dindar !, je pense que la cour des comptes et les patients doivent ouvrir leurs yeux. Mais vous êtes assez maline pour vous sauver votre peau et vos comptes en banque.

3.Posté par Estudiantine le 05/10/2017 20:48 (depuis mobile)

Ce n''est pas une surprise quand on connaît Marie Rose. Cette fois, à force de trop abuser, je pense qu''elle va tout perdre.

4.Posté par Lol kaf le 05/10/2017 20:55 (depuis mobile)

Toutes les associations comme celle la abusé de la faiblesse des patients pour pouvoir remplir leur poche avc leur blague au but non lucratif mais salaire avantage bien gratiné après déficit et réouverture d autre association avc lo pactole.

5.Posté par GIRONDIN le 05/10/2017 21:14

Vrai pas vrai mi connait pas!!!

Pour 2 000 000 l'autre veut bien........dezinguer la concurrence de son copain....
Quand çà lu écrit sur les SPL de son copain avec l'argent public à 100%?

6.Posté par DOGOUNET le 05/10/2017 21:46

... sans doute un effet collatéral de la prose d'un certain rédacteur en chef... Qu'on se le dise, et que nos journalistes, dont certains de grand talent, n'hésitent pas à jouer de l'investigation documentée. Il y va de la crédibilité de la presse écrite (et payante) à l'heure du buzz et des fakes en tous genres !

7.Posté par lucratif ou non ? le 05/10/2017 21:47

si c'est lucratif, pourquoi un service public ne s'occupe pas ? parce que si le chu réunion peut en retirer bénéfice, alors pourquoi ces malades sont traités par une structure extérieure, ce n'est pas logique et pas intéressant pour les hopitaux qui survivent difficilement avec des fonds publics

8.Posté par zozimé le 05/10/2017 22:04

Si lé pas vrai, poukoué Madame y porte pas plainte pou diffamation? Koça li attend'?

9.Posté par JeanJean le 06/10/2017 02:06

Et les pistons ?

10.Posté par Legayar le 06/10/2017 06:29 (depuis mobile)

Bravo Tillier continue. Il faut coincer cette affairiste qui ruine la Sécu à son profit et exploite les dialysés.

11.Posté par Lecteur indigné le 06/10/2017 08:00

Alors que des grosses sommes d'argent liquide circule à flots, sans que les banques s'en émeuvent outre mesure, va-t-elle pouvoir compter sur les soutiens:

1) de son ancienne mentor, la dépitée de la circonscription dont elle était adjointe à la mairie de Saint-Paul ?

2) de son collègue, homme "d'affaires" saint-paulois bien connu, lui-même ancien élu à l'époque en charge du conseil de surveillance de l'Hôpital Gabriel Martin, et promu depuis , président du Conseil d'administration de l'EPSMR et président de la Fédération Hospitalière de France Océan Indien ?

3) de son ex (?) mari, haut fonctionnaire hospitalier ancien directeur de l'EPSMR qui avait travaillé avec l'ancienne maire pour faire aboutir le projet du nouvel hôpital actuellement en construction, qui avait quitté le Département après le départ de l'ancienne équipe municipale citée précédemment, et qui est revenu dans notre île pour intégrer la direction générale du CHU de la Réunion en qualité de DGA, ainsi que l'a largement relaté Zinfos974 dans ses colonnes en Juin 2017 ?

4) de son actuel mentor, l'excité dépité de Saint-Leu, millionnaire auto-déclaré sans le sou, bâtisseur de châteaux de sable à La Réunion, prêt à s'exiler à Maurice, accessoirement passionné de camping sauvage surtout dans le jardin du préfet, adepte convaincu des grèves de la faim qui ne dure pas plus d'une heure ?

Réponses à toutes ces nombreuses interrogations légitimes, qu'attendent les réunionnaises et réunionnais indignés, dans les prochains jours dans le JIR et peut-être dans Zinfos974 ...

12.Posté par Louloute le 06/10/2017 08:08

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vêprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.
Las ! Voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ! Ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !
Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

13.Posté par lollll le 06/10/2017 08:33

Association: statut qui permet d'éviter tous les contrôles (fiscaux et/ou administratifs). De plus, si ces mêmes associations sont acoquinées à un élu, cela permet de caser des ami(e)s bien payés avec de l'argent publique grâce aux subventions et tout cela SANS AUCUN CONTROL. En fait à la Réunion, une association c'est une SEM (Société d'Economie Mixte) ou une SPL (Société Publique Locale) qui échappe à toute fiscalisation et obligation. Je parle bien évidemment de toutes les associations politisées et pas des rares associations qui essayent de faire avancer les choses avec peu de moyens.

14.Posté par JANUS le 06/10/2017 09:14

Je ne porte as de jugement sur la gestion de l'AURAR ... Ne connaissant rien au fonctionnement de cette structure ...

Mais je m'interroge sur la myriade de société gravitant autour de l'AURAR, dont la principale actionnaire est toujours la Directrice de l'AURAR ...

Cela mérite des éclaircissements de sa part, car il s'agit quand même d'argent public ...

15.Posté par mi le 06/10/2017 11:34

Après des coups d'épée dans l'eau, rare est le résultat espéré malgré l'énergie dépensée.

16.Posté par Le Jacobin le 06/10/2017 11:54

Enfin elle sort de sa cage, la faute c'est les autres, bravo à l'dito du JIR le samedi qui depuis des lustres dénoncent les magouilles de Madame la directrice, mais plus important le procureur ne pipe pas mot, va t-il mettre le nez dans ce dossier ou l'argent public lave la vaisselle coule à flot dans les tuyaux. Il ne s'agit pas de petite coupure, d'après le Tillier du JIR, dans la famille des millions 22 0000€ auraient trouvés refuge dans une impasse 50 0000€ seraient en difficultés sur un parking dans une impasse Méxicaine ne sachant pas qu'elle direction prendre. Madame la directrice nous sommes à votre écoute.

17.Posté par wouahhhhhhh le 06/10/2017 12:24

et comme TILLER ne sort jamais son fusil...sans de bonnes munitions....elle est mal barrée la dame!

18.Posté par dandy le 06/10/2017 11:30

@post 11 : est-ce que vous êtes une lobbyiste et tentez vous d influencer les journalistes e les lectures façon gros tres gros doigts ?

19.Posté par zargonaute le 06/10/2017 13:41

Je souhaiterai qu'elle communique l'organigramme des différentes sociétés.

20.Posté par moi aussi le 06/10/2017 13:54

@ 14.Posté par JANUS

Suis du même avis, je n'ai pas d'a priori négatif sur cette association, mais j'ai du mal à comprendre cette soif de pouvoirs (et de prébendes associés ?) au sein d'autant de structures autour

Quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup ? Merci à la presse d'éclaircir ce sujet, c'est de l'argent public

21.Posté par SPARTACUS974 le 06/10/2017 15:30

Les diabétiques et donc les dialysés sont une mine d'or pour certaines structures qui ont tendance à prendre la Sécu pour une vache à lait intarissable.Il est inadmissible de voir toutes ces sociétés douteuses graviter autour de l'AURAR.Il est facile de crier au complot mais les éléments présentés sont accablants.Encore une qui va nous faire penser printemps alors que ses carottes ont l'air d'etre très cuites ....Encore une adepte de Macron qui est prise les doigts dans le pot de confiture......En marche vers la case "prison" semble le slogan commun chez beaucoup d'adaptes du micron président.

22.Posté par fredo974 le 06/10/2017 16:38

Admirez l'ai dépité et accablé du Président Kichenin sur la photo.
Tout le monde sait que le pauvre est Président pour la forme mais que c'est Marie Rose qui s'arroge tous les pouvoirs.
Ce n'est bien sur pas normal dans une association , qui plus est censée aider les dialysés!
Comme le disent les salariés de l'AURAR : "Le Président , on ne le connait pas , les autres élus non plus , ils ne passent que pour signer".
Le pauvre , encore un qui s'est fait rouler par la petite dame qui sait y faire en matière de relations publiques avec son air de mijorée!

23.Posté par La plaine le 06/10/2017 17:06 (depuis mobile)

Allons allons Mr tillier dénonce tous ça.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter