MENU ZINFOS
Santé

L'ARS confirme le manque de place dans les services psychiatriques à La Réunion


La psychiatrie à La Réunion subit des critiques. Il y aurait un manque de psychiatres, de lits et de services pour soigner nos malades. L'ARS reconnaît une certaine déficience, qu'elle tente de combler, notamment avec la nouvelle clinique privée Les Flamboyants Sud, ouverte à Saint-Pierre en 2012.

Par SH - Publié le Mercredi 23 Octobre 2013 à 17:32 | Lu 1770 fois

L'ARS confirme le manque de place dans les services psychiatriques à La Réunion
Hier, nous vous relations le cas d'une personne, avec une déficience mentale, qui terrorisait une résidence de Saint-Denis (lire ici). L'occasion d'interroger l'ARS sur la capacité des services à prendre ces personnes en charge à la Réunion.

"Nous sommes inférieurs à la moyenne nationale, avoue Etienne Billot, responsable du pôle "Offre de soins" à l'ARS OI (Agence de santé de l'Océan Indien). Avec 115 psychiatres à La Réunion, il nous faudrait un tiers de plus pour atteindre la moyenne".

Quatre services existent sur l'île: le CHU de Bellepierre et de Saint-Paul ainsi que les cliniques Les Flamboyants au Port et à Saint-Pierre. "Le manque de médecins est surtout constaté en libéral, explique Etienne Billot, il y a davantage de psychiatres en milieu hospitalier, ce qui signifie que certains patients qui ne sont pas hospitalisés sont suivis par les médecins généralistes".

Selon le responsable, les postes de psychiatres sont plus attractifs à La Réunion que dans l'hexagone, mais le budget ne permet pas plus d'embauches. Les dépenses en psychiatrie s'élèvent néanmoins à 110 millions d'euros en moyenne. L'année dernière, la somme a augmenté de 6 millions d'euros et cette années nous sommes déjà à 3 millions de plus.

Un trop petit budget, peu de médecins mais aussi peu de lits: 68 lits pour 100.000 habitants à La Réunion contre 90 en métropole. Conscient du problème, l'ARS compte avoir 108 lits de plus à la fin de l'année (comparé aux chiffres en 2012). "La nouvelle clinique Les Flamboyants Sud à Saint-Pierre, qui a été ouverte en 2012, contient 57 lits. On examine la possibilité d'augmenter le nombre à 83. À cela nous voulons ajouter un pavillon de 25 lits avant la fin de l'année".

Une nuit à l'hôpital coûte plus de 600 euros

Mais pour le moment la situation n'est pas idéale. La moyenne de la durée d'hospitalisation, de 15 jours, est également inférieure à celle de la métropole. Mais Etienne Billot assure que la cause n'est pas la manque de place: "C'est une équipe médicale spécialisée qui détermine si le patient peut sortir de l'établissement." Selon lui, les améliorations dans le secteur n'entraîneraient pas une augmentation de la durée du séjour mais plutôt de la capacité des hôpitaux de jour et des services à domicile.

"L'hospitalisation est le dernier recours et la priorité reste l'augmentation de l'offre de toutes sortes de soins pour l'année 2012-2013", conclut-il.

Une nuit à l'hôpital coûte après tout plus de 600 euros.




1.Posté par noe le 23/10/2013 17:49

On voit que de plus en plus de fous sont lâchés à la Réunion (cités, rues, posteurs, administrations ....)
Ils sont libres et sèment le bordel partout !

2.Posté par Bouftango le 23/10/2013 18:06

Faux . Les partis politiques regorgent de places....notamment le parti biodiversité (vous voyez de qui je veux parler), y accueille les bras ouverts...et vous offre même un rhum (phonétique?) pour défouler..

3.Posté par polo974 le 23/10/2013 20:25

il manque en effet 799999 places.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes