MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

L’AMAFAR … en déliquescence …


Par Janus - Publié le Dimanche 10 Mai 2020 à 07:26 | Lu 892 fois

L’AMAFAR … en déliquescence …
L’AMAFAR, Association des Maisons familiales de la Réunion, est une association qui, semble-t-il, est en déliquescence.

La preuve, lors de son conseil d’administration du jeudi 7 mai 2020, 7 de ses 22 administrateurs ont présenté leurs démissions. 
Parmi ces démissionnaires, on y trouve plusieurs administrateurs fondateurs de l’AMAFAR, lorsque Madame Thérèse BAILLIF a eu l’idée de créer cette Association au bénéfice des familles les plus nécessiteuses de Saint-Denis.

Comment en est-on arrivé là ?

Tout d’abord, il faut savoir ce qui s’est dit dans ce conseil d’administration, et j’essaierai de ne pas dénaturé le sens de ce qui a pu m’être rapporté :

-Le commissaire aux comptes a annoncé qu’il lançait une procédure d’alerte, car la situation financière de l’association n’est plus viable, et qu’il préférait ne pas engager sa responsabilité quant à l’avenir de l’AMAFAR.

-L’expert-comptable a annoncé une perte de 54 k€ pour l’année 2019, soit 10 % du budget de l’association. C’est la 1ére fois depuis son existence que l’association se retrouve avec un tel déficit.

-Un courrier d’un collectif des employés de l’AMAFAR, composé de 10 de ses 13 employés, avait été envoyé à tous les administrateurs pour se plaindre de nombreuses souffrances au travail, dues à des actions de la Direction de l’association.

-Une affaire de détournement de fonds a été évoquée, ou l’assistante de direction avait été soupçonnée d’y avoir participé.

-De nombreux administrateurs se sont plaint du manque de transparence du fonctionnement de l‘association, avec une vraie volonté de la Direction de ne pas transmettre des éléments d’information à ces administrateurs.

-Une administratrice s’est mise à distribuer les bons et les mauvais points aux administrateurs présents, considérant que ceux qui contestaient le mode de fonctionnement de la Direction étaient de mauvais administrateurs.

Ce climat délétère au sein d’une Association qui vient en aide aux familles les plus nécessiteuses n’est bénéfique pour personne, ni pour le personnel de l’association, ni pour ses administrateurs et encore moins aux familles soutenues par l’association.

J’ai été sollicité par un administrateur pour avoir l’avis d’un psychologue du travail sur le courrier du collectif des salariés.
Ce courrier montre clairement de réelles souffrances au travail, et j’ai été surpris par ce qui m’a été rapporté lors de ce conseil d’administration, où le président a balayé ce courrier d’un revers de main, prétextant qu’il n’y avait pas de problème.

Curieux de tout, je me suis intéressé à ce qui se passe dans cette association, dirigée aujourd’hui par ce qu’une administratrice appelle avec beaucoup d’humour « le club des 5 ».

Il semble bien qu’il y ait ce que nous pourrions appeler des « anomalies de fonctionnement ».

Je vous en cite quelques-unes, en sachant que l’association ne vit pratiquement que de subventions publiques :

-Le Président se fait verser une indemnité mensuelle de 600 €. Ce qui peut être parfaitement légale dans une association, sauf si elle n’a que des subventions d’argent publiques. Ces subventions ne peuvent servir à payer une indemnité du Président, celle-ci doit venir exclusivement de recettes propres de l’association. Ce qui ne semble pas être le cas aujourd’hui à l’AMAFAR.

-Il semblerait que l’association ait déclaré à la DIECCTE plusieurs de ses employés en activité partielle ou en congés de garde d’enfant, dans le cadre du plan COVID-19. Or les subventions publiques servent déjà à payer les salaires des employés, cela signifierait que l’Etat va payer deux fois les salariés de l’AMAFAR, la 1ère fois avec ses subventions, et la 2nde fois avec les indemnités COVID-19. Si cette situation s’avérait vraie, l’AMAFAR aura à rembourser ce qu’elle aura touché de façon indue.

-Un administrateur s’est étonné qu’il n’y ait pas de représentants du personnel, alors que l’association a plus de 13 employés. La réponse du président a été lapidaire, il n’y a pas à avoir d’élections au sein de l’association.

-Les réponses du Commissaire aux comptes ont été évasives quant à alerte. Il n’a pas eu le temps de s’exprimer sur l’avenir de l’association qu’il a, semble-t-il, été interrompu par le Président qui a lâché un laconique : «  Il n’y a pas de problème d’avenir pour l’association ».

D’après mes informations, 7 des 22 administrateurs de l’AMAFAR ont déjà démissionné.
Il semblerait que d’autres démissions seront présentées dans les jours qui viennent.

Ces démissions sont celles des plus anciens administrateurs, qui ne retrouvent plus au sein de leur association les valeurs qui avaient amené à sa création.

Tous font mention d’un manque de transparence, d’une perte de confiance et de valeurs.

Visiblement cette perte de confiance est aussi perçue chez certains financeurs de l’association, qui ont mis fin à leurs financements.

Nul ne sait ce qu’il va advenir de cette association, et il serait dommageable qu’elle disparaisse, comme beaucoup d’autres associations d’aide à la personne avant elle.

La phrase du Président ne présage rien de bon, « Il n’y a pas de problème d’avenir pour l’association », signifierait-elle que l’association n’a plus d’avenir.


JANUS
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes