Justice

[Jules Bénard] Drame de la solitude et de la mandoze

Dimanche 24 Septembre 2017 - 12:52

​Correctionnelle Sud – Jeudi 21/09/2017


Drame de la solitude et de la mandoze. Il devient picoleur, raciste, stupide, et apprenti terroriste total paumé !

Le grand Chambardement approche à grands pas.

C’est du moins ce que pensait sérieusement le patron d’un bar-PMU de l’Entre-Deux en prévenant la gendarmerie toute proche : un fidèle client, habitué du coup d’sec copieux (des GROS coups d’sec multi-quotidiens, mettons), passait son temps à faire l’apologie de ben Laden, lequel « avait eu raison de poser des bombes » (sic !) et que lui-même « savait faire péter des bombes » (re-sic !) et que l’on allait voir ce qu’on allait voir lorsqu’il se serait occupé de « tous ces sales Zoreils » (re-re-sic !) qu’il semble détester avec une obstination de mulet. D’ailleurs, l’attentat se produira le 7 décembre prochain (2016).

Ouf ! à la lumière des événements passés mais récents, nous constatons que nous avons échappé à l’holocauste, preuve que la tragédie de Sodome et Gomorrhe n’était pas pour ce coup-ci.

Grand Duduche timide et stupide

Diable ! diable ! Le 11 septembre à l’Entre-Deux ? Quelle cible d’importance recèle donc la capitale de la savate choka  et de la capeline la paille chouchoute ? Toutefois, le parquet anti-terroriste de Paris n’a pas été alerté parce que prudents, nos pandores du Trou-de-Pilon zalaniens ont effectué une enquête de fins limiers avant d’alpaguer eux-mêmes le redoutable chrétien adepte de l’Etat islamique.

Et quand on voit à la barre ce soi-disant fanatique de la Guerre Sainte non barbu, plutôt rasé de frais d’ailleurs, mal à l’aise, hésitant, sorte de Grand Duduche en moins ascétique, timide, bien propre sur lui, on a du mal à croire à un farouche adepte de Daesh au couteau entre les dents.

Fred (ce n’est pas son vrai prénom), 43 berges aux bilimbis, en paraît à peine 30. Pour l’heure, outre ses propos résolument inacceptables, il lui est surtout reproché de cultiver du zamal : chez lui, on en a retrouvé 38 pieds, excusez du peu, hauts de 1m50 quand même et, voyez comme bon Dieu lé farceur, disait ma grand-mère, « juste destinés à sa consommation personnelle » (re-re-re-re-machin…)

Il apparaît vite aux limiers anti-terroristes de la capitale de la fricassée brèdes chouchou, que Fred vit dans la vieille maison que lui a laissée son père. Il sait sans doute travailler mais n’aime pas trop ça, préférant l’univers autrement passionnant des petits boulots au noir po ajoute la graisse dan’ brèdes lastron, outre un RSA qui semble lui convenir.

Guiness of Records de la bêtise

Ce qui est patent, surtout, c’est que Fred vit seul, ne fait rien, ne s’intéresse à rien et, essentiellement, a le vif sentiment de n’intéresser personne. Pour noyer cette immense chape d’ennui et d’anonymat affectif qui semble sur le point de l’engloutir chaque matin… ben il picole. Surtout du rhum charrette, c’est ce qui est le moins cher par les temps qui courent et est le consolateur privilégié des âmes en errance amoureuse ou seulement humaine.

Le problème, c’est que Fred a de fortes tendances racistes et, une fois pété comme les grenades (les fruits, tas d’péquenots !) de l’Entre-Deux à maturité, il se laisse aller à déblatérer mieux qu’un chameau assoiffé.

« J’ai dit tout ça sans réfléchir, Madame », pour répondre à la présidente Valérie Dinot qui aimerait bien en savoir un peu plus sur ce curieux paroissien… pardon, il ne va pas à l’église (c’était peut-être ça, son objectif stratégique, va savoir ?) Ajoutant quand même : « Ben moin la boir aussi ».

Contre ses affirmations, il y a le fait que ces dires anti Zoreils et pro-Daesh sont obsessionnels : c’est chaque fois qu’il a picolé comme un sauvage qu’il y va de ses couplets furibards, Zorro dan’ caro patates. Chaque fois c’est-à-dire chaque matin.

Son penchant anti-métro ? Il va si loin qu’il s’est fâché à mort avec son frère, qui a convolé en justes noces avec une petite femme gentille mais qui, à ses yeux, a le grave défaut d’être née en Hexagone. Une telle bêtise, à mon humble avis, mérite une inscription sans tarder dans le Guiness of Records !

Je bois rarement… tu parles, Charles !

Tous les Zoreils, tous, sont mis dans le même sac, ceux qu’il aimerait bien jeter à la Pointe-du-Gouffre. Et que l’affreux barbu des Twin Towers « avait bien raison de tuer tous ces chiens de Zoreils, avec femmes et enfants, comme il faudrait faire avec ceux de ces p… de gendarmes ! »

NDLR : Attention les enfants, on est toujours dans les 1.000 fois re-re-re-sic !!! Que l’on ne vienne pas reprocher à Zinfos 974 ou à l’auteur de ce brûlot de se faire les complices de cette monstrueuse connerie ! Nous ne faisons que faire la chronique de la stupidité ordinaire. Il n’y a pas que Fred, d’ailleurs.

On doit lui reconnaître une qualité, à l’amateur de 49°, une seule, il a de la suite dans les idées. Dommage que cette rage ne soit pas mieux canalisée.

Pourquoi le 7 décembre pour SON grand chambardement ? Une idée comme ça… « Ah oui ! C’est le lendemain de mon anniversaire » se souvient-il d’un coup.

Ceci dit, il admet boire « mais rarement ». D’ailleurs, pour ses vantardises à propos de la bombe qu’il se faisait fort de faire péter quelque part avant que nos braves GIGN de Dimitile-sur-Seine n’y mettent le holà (c’est resté flou… aussi flou que ses esprits) « moin lété à jeun ». Ce qui est farouchement contredit par le tenancier du Bar-PMU dont notre le va-t-en guerre est la clé de voûte du chiffre d’affaires.

Le procureur a bien tenté de faire comprendre à Géronimo que « les Zoreils, monsieur, eux, n’ont rien contre vous. Ils paient des impôts, grâce auxquels vous percevez votre allocation. Vous détestez ceux qui vous font vivre ».

Cause toujours tu m’intéresses, semble avoir été l’opinion de Fred qui ne moufte pas.

« Intéresser les autres pour une fois dans sa vie »

Il revint à Me Ahmed de faire la part des choses qui, si elle n’excuse en rien les propos révoltants, inamissibles, replace l’affaire dans son véritable contexte : la solitude, l’ennui, qui conduit à l’alcool, et surtout « l’envie d’être remarqué, lui qui croit n’intéresser personne. Le désir forcené que l’on parle de lui pour une fois, d’être quelqu’un. Bref, il a dit toutes ces choses inadmissibles pour faire son intéressant ».

L’avocat a fait remarquer que si l’affaire avait pris une telle ampleur, c’est qu’elle avait pris naissance au moment où les attentats de Paris et de Nice étaient encore dans tous les esprits. Et que Fred était bien incapable de mitonner une bombe quelle qu’elle fût. Mais ça on l’avait compris.

Toutefois, parce qu’il y a de propos qui sont inacceptables, des menaces qu’il vaut mieux taire, le tribunal a condamné Fred à 6 mois avec sursis, un TIG à venir, interdiction de fréquenter les débits de boisson plus des soins contre son addiction éthylique.

Le patron du bar-PMU ira sans doute de sa larme, son chiffre d’affaires s’effondre ; une grosse partie de ses revenus tombaient avec une régularité de métronome des poches de Tarzan brèdes cresson.
Jules Bénard
Lu 4405 fois



1.Posté par Gerard le 24/09/2017 15:00 (depuis mobile)

Il serait temps de fermer tous bar plu, boutik chinois qui n ont aucune licence ... et qui font beaucoup de torts à leurs voisin, m. Le préfet!!!!

2.Posté par fifille le 24/09/2017 15:13 (depuis mobile)

Jules, j''''étais tellement plongée dans votre article que mon carri poulet a failli passer par le grand brûlé. Ou ça ou tire la couillonisse comme ça? D''''une situation affligeante , vous en tirez un récit inénarrable. Et toutes ces expressions!!!

3.Posté par li le 24/09/2017 16:08

"Le procureur a bien tenté de faire comprendre à Géronimo que « les Zoreils, monsieur, eux, n’ont rien contre vous. Ils paient des impôts, grâce auxquels vous percevez votre allocation. Vous détestez ceux qui vous font vivre ». "

Alors là, le procureur aurait mieux fait de se taire!

4.Posté par Jules Bénard le 24/09/2017 17:04

à posté 2 "fifille" :

Désolé pour votre cari poulet, madame. Un tel plat mérite respect et savoir-faire, ce que vous possédez apparemment.
La prochaine fois, vérifiez que je n'écris rien AVANT, et plutôt que de lire mes inepties, soignez donc votre volatile dominical : vous me lirez APRES !

Merci pour vos compliments : je cherche précisément à faire plaisir à mes lecteurs.
On n'écrit pas pour soi seulement, mais avant tout pou le plaisir des lecteurs. Avec vous, j'ai gagné, merci de me le dire.

Les expressions ? le fait de "tirer à la ligne" à partir d'une situation banale ? Juste le fruit de l'expérience, chère madame. Et une bonne connaissance des arcanes de notre langue française derrière quoi il faut voir la "patte" de mes vieux enseignants, Jacques Lougnon en tête.
Merci pour lui et ses collègues.
Très cordialement, JULOT.

5.Posté par Mars le 24/09/2017 17:26

@ li "Alors là, le procureur aurait mieux fait de se taire!" >> Pourquoi ?

6.Posté par Marie le 24/09/2017 18:17 (depuis mobile)

Tout , ca pour dire quoi
Qu'' un zozimet , en mal de coeur a cru voir Cléopâtre au fond de la bouteille
Et que a force de vouloir la faire sortir
Il s est souvenu que c autres plus beau que lui i arrive et cela sans picole

7.Posté par Gratel le 24/09/2017 18:36

"..les Zoreils, monsieur, eux, n’ont rien contre vous."

Moi aussi j'ai trouvé bizarre cette assertion. Comme si le procureur se faisait le porte parole des zoreils. Il a en principe l'obligation de neutralité et ne doit pas se rabaisser au niveau du prévenu en lui retournant ce genre d'argument que je trouve un peu malsain aussi.

"Ils paient des impôts, grâce auxquels vous percevez votre allocation. Vous détestez ceux qui vous font vivre…"

Bin, ils ne paient pas tous des impôts parce qu'il y a quelques allocataires zoreils aussi. Faut pas exagérer dans le cliché non plus.

Enfin, concernant le style narratif de Jules Bénard, ça pourrait être pas mal si ça n'était pas que pour tirer sur ce genre de pilier de comptoir, ces pauvres paumés qui font plus pitié qu'autre chose.

Le mépris de classe, c'est pas trop la classe.

8.Posté par li le 24/09/2017 19:38

Mars,

Si celui qui paie des impôts est celui qui permet à celui qui n en paie pas de vivre alors nous ne sommes pas sur l île de la Réunion.

9.Posté par Dazibao le 24/09/2017 20:50

Fred (ce n’est pas son vrai prénom), 43 berges aux bilimbis, en paraît à peine 30.
.........................................

Le "casse-pattes" ou "coup de sec" aurait des propriétés conservatrices, de même que le zerbe péï ?

10.Posté par Dazibao le 24/09/2017 20:51

Le procureur a bien tenté de faire comprendre à Géronimo que « les Zoreils, monsieur, eux, n’ont rien contre vous. Ils paient des impôts, grâce auxquels vous percevez votre allocation. Vous détestez ceux qui vous font vivre ».
........................

Ce procureur a une piètre idée des réunionnais.....

11.Posté par Nono le 24/09/2017 22:35

interdiction de fréquenter les débits de boisson

C'est pas bien grave ce monsieur a un avenir sur les réseaux sociaux.

12.Posté par ali le kafhir le 25/09/2017 08:34

a force il doit plus avoir beaucoup de sang dans son alcool

13.Posté par Caramba !! le 25/09/2017 11:12

Super récit M.Benard ! Humour dans la dérision.
En passant, le procureur n'a rien contre LES Réunionnais. Il s'adresse AU prévenu! Pas d'extrapolation inutile.

14.Posté par Jules Bénard le 25/09/2017 11:56

à 13 "caramba" :
ah ! vous me rassurez, monsieur. J'avais l'impression d'être le seul à avoir saisi ce que vous précisez. Merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >