Société

Journée mondiale de lutte contre le diabète ce mercredi

Mardi 13 Novembre 2018 - 10:32

A La Réunion, près d’une personne sur dix bénéficie d’un traitement contre le diabète, soit deux fois plus que le niveau national. Aussi, l’ARS Océan Indien et ses partenaires ont fait du diabète une priorité de santé publique sur le territoire, en s’engageant dans une démarche innovante en 2016 : l’installation d’une « Conférence de consensus ».

La journée mondiale du diabète du 14 novembre 2018 est l’occasion de faire le point, sur certaines actions réalisées cette année pour prévenir et lutter contre cette maladie.

Diverses actions sont d’ailleurs organisées ce jour par les partenaires afin de sensibiliser le plus grand nombre, indique l'ARS.


Journée mondiale de lutte contre le diabète ce mercredi
Près d’1 réunionnais sur 10 dispose d’un traitement médicamenteux pour le diabète, soit la prévalence la plus forte de tous les départements français, et le double de la moyenne nationale, avec une plus grande exposition des femmes, contrairement à la France entière. Chaque année, près de 4 600 réunionnais sont admis en Affection Longue Durée (ALD) du fait d’un diabète.

Au travers du diabète se jouent des questions d’équilibre nutritionnel et d’accès à une alimentation de qualité, de lutte contre la sédentarité et d’activité physique, et donc d’habitudes de vie, d’accès aux soins et d’éducation à la santé. De par l’importance de la population atteinte et la gravité de ses conséquences, le diabète constitue donc une priorité de santé publique, mobilisant toute la société, au-delà des seuls professionnels du soin.

Une démarche innovante

Afin d’améliorer la prévention et l’accompagnement des patients diabétiques, l’ARS OI et ses partenaires se sont engagés en avril 2016 dans une démarche innovante de "Conférence de consensus sur le diabète". Cette démarche inédite a réuni une centaine d’acteurs et de patients de La Réunion et de Mayotte pour s’accorder sur des référentiels d’actions efficaces, coordonnées et évaluées.

Cinq référentiels d’intervention ont été élaborés et définissent le cadre dans lequel les acteurs de la lutte contre le diabète devront désormais s’inscrire. Ils portent sur l’observation et le partage des études et connaissances sur le diabète, la prévention primaire et ciblée, le dépistage et l’éducation thérapeutique du patient.

Zoom sur les grandes actions menées à La Réunion

Dans la suite de cette conférence de Consensus, cette journée mondiale du diabète, ce 14 novembre 2018, est l’occasion de présenter les actions conduites à l’échelle du département de La Réunion, pour prévenir et lutter contre la maladie.


Une expérimentation : Dîtes non au diabète

D’une durée de 5 ans, cette expérimentation, pilotée par la CGSS et l’ARS Océan Indien vise à prévenir le diabète chez les personnes, où le risque de développer la maladie est important.

Mise en œuvre par la Mutualité, ce programme repose sur un accompagnement dans les changements comportementaux au niveau de l’alimentation, l’activité physique et d’un soutien motivationnel.

Il comprend 10 séances collectives d’information la première année, et d’une session de maintien des acquis l’année suivante. Cette expérimentation est prise en charge à 100% par l’assurance maladie et se déroule sur l’ensemble du territoire de l’île. Depuis le mois d’avril 2018, une centaine de personnes se sont inscrites dans ce programme.

Des actions de prévention concentrées à l’échelle d’un quartier

Camélias Santé fait partie des trois expérimentations lancées en 2017 sur trois quartiers de la Réunion. Coordonnée par l’association Diabète nutrition 974, cette action de prévention permet de créer des passerelles entre les partenaires et de sensibiliser les habitants du quartier des Camélias.

Ces actions de prévention consistent à :
- Proposer des ateliers théoriques et pratiques de cuisine équilibrée dans le local CITEDI (Cité du diabète).
- Animer des ateliers nutrition en direction des enfants et des parents en partenariat avec la communauté éducative, dans les écoles (éducation nutritionnelle, dégustation de fruits et légumes, journée sport-santé).
- Organiser des séances d’activité physique (Handfit, gym douce, zumba).
- Mettre en place des dépistages sur les points de rassemblement du quartier et sur le marché forain.
- Proposer aux personnes à risques d’être prises en charge par le programme « dîtes non au diabète ».

A ce jour, plus de 2000 personnes ont bénéficié de près ou de loin de ces actions sur le quartier. Ces habitants pourront ainsi contribuer à diffuser les conseils de bonnes pratiques au reste de la population.

Favoriser le recours à une activité physique régulière pour tous

Pour les patients atteints de maladies chroniques comme le diabète, pratiquer une activité physique régulière est un moyen thérapeutique (non médicamenteux) de prévenir la maladie et de préserver son capital santé. Par conséquent il est essentiel de développer sur le territoire réunionnais une offre de sportsanté-bien-être diversifiée, accessible, répondant à des critères de sécurité et de qualité. Dans le cadre du Plan Régional Sport-Santé Bien-Etre, la DJSCS, l’ARS, et leurs partenaires, ont travaillé à un label régional des activités « sport santé bien-être ». Les premières labellisations seront délivrées avant la fin de cette année.

Qu’est que le diabète ? Le diabète est une maladie métabolique caractérisée par une concentration en sucre trop forte dans le sang du fait d’une insuffisante production d’insuline, hormone régulant le glucose dans le corps. Contrairement au diabète de type 1 (maladie auto-immune apparaissant dans l’enfance), le diabète de type 2 survient à l’âge adulte et est principalement causé par le surpoids et l’obésité, ainsi que par le vieillissement, sans exclure l’intervention de facteurs génétiques. Des mesures simples et efficaces existent pour prévenir la maladie et ses complications : maintenir un poids normal, pratiquer régulièrement un exercice physique, adopter une alimentation équilibrée, respecter un suivi médical régulier.

Pour en savoir plus : rendez-vous sur masante.re

Le programme du 14 novembre :

N.P
Lu 1063 fois



1.Posté par Industrie agroalimentaire responsable le 13/11/2018 13:24 (depuis mobile)

Il faut se battre contre l'industrie agroalimentaire qui nous empoisonne.avec la nourriture sucrée.

Seule Ericka Bareigt à critique cet état de fait malheureusement. Les autres élus ? Soit il embauche les proches soit il seulement ses indemnités.

2.Posté par Grondin le 13/11/2018 15:42 (depuis mobile)

Quand est-ce que toutes les industries agroalimentaires respecteront la loi à la Réunion ?
On continue à sur-sucrer certains produits et on laisse faire.
C'est scandaleux !

3.Posté par Antipode le 14/11/2018 07:15

La consommation de sucre n'est pas le facteur principal de cause du diabète, c'est le type de produits consommés et l'environnement qui prédominent !

Vegan Diet Could 'Improve Psychological Health' And Help Manage Diabetes, Says Review https://www.plantbasednews.org/post/vegan-diet-improve-psychological-health-manage-diabetes

https://www.foodinaction.com/davantage-diabete-viande-rouge-volaille/

http://www.journaldemontreal.com/2017/07/17/les-edulcorants-artificiels-lies-au-surpoids-aux-problemes-cardiaques-et-au-diabete

http://www.euractiv.fr/section/sante-modes-de-vie/news/les-gaz-d-echappement-favorisent-le-diabete-chez-les-enfants/

https://nutritionfacts.org/2017/07/20/how-to-treat-the-root-cause-of-diabetes/

https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/13/2741735-diabete-etude-confirme-vertus-regime-vegan-prevenir-risque.html

et évidemment le lait est particulièrement dangereux ! https://www.nouvelobs.com/societe/20140528.OBS8756/le-lait-est-il-bon-ou-mauvais-pour-la-sante-ca-depend-pour-qui.html

4.Posté par Fredo974 le 14/11/2018 11:49

POST 3 ANTIPOTE

Le retour du décérébré qui prouve bien que le véganisme nuit à la santé mentale !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Décembre 2018 - 15:50 Les migrants sri-lankais souhaitent demander l’asile