Océan Indien

Jour J pour le scrutin présidentiel aux Comores

Dimanche 26 Décembre 2010 - 10:14

Aux Comores, ce 26 décembre est synonyme de deuxième tour des élections présidentielles dans les trois îles, Anjouan, Mohéli et Grande Comore. Ce sont près de 380.000 électeurs qui vont se déplacer dans les urnes pour élire le successeur du président Sambi.


Jour J pour le scrutin présidentiel aux Comores
Au premier tour, le 7 novembre dernier, c'est le candidat de la majorité présidentielle, Ikililou Dhoinine, vice-président de Sambi (actuel président des Comores) qui est arrivé en tête. Il sera opposé à deux candidats, Mohamed Said Fazul, ancien chef de l'exécutif de Mohéli, et Abdou Djabir, repêchés après le premier tour après l'élimination de Bianrifi Tarmidi par la Cour constitutionnelle.

Ce 26 décembre, ce sont près de 384.000 électeurs qui vont se rendre aux urnes pour élire le futur président des Comores et succédera à Sambi. Le premier tour a eu lieu à Mohéli, pour la première fois, où 21.000 électeurs ont du choisir parmi 10 candidats originaires de cette île. La raison de ce premier tour des élections à Mohéli, la mise en place d'un système de présidence tournante instauré par la Constitution de 2001 avec les autres îles que sont Anjouan et la Grande Comore.

Les principaux enjeux de ce scrutin présidentiel sont la poursuite du processus de réconciliation nationale et l'arrêt de la crise politique qui secoue l'archipel des Comores après la décision de Sambi de prolonger son mandat au-delà du 26 mai dernier, une décision qui a été vivement critiquée par la population et l'opposition à Mohéli.

Au même moment, se tient l'élection des gouverneurs dans les trois îles qui composent l'archipel des Comores, selon la même configuration, un candidat du pouvoir et un candidat de l'opposition, sauf pour Anjouan où les deux candidats qui s'affrontent sont du camp présidentiel.

La date d'investiture du prochain président n'est pas encore connue, mais elle devra intervenir avant le 26 mai 2011.
Julien Delarue
Lu 1455 fois



1.Posté par berael le 26/12/2010 22:59

dans une semaine, au début de 2011 on lira dans les quotidiens et on entendra un peu partout, l'avocat à double nationalité, Said Larifou demandera à son pays d'adoption la France de le sortir des griffes de son pays de naissance, les Comores. Et encore une!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues