Outremer

Jego rentre à Paris "rendre compte à François Fillon"

Lundi 9 Février 2009 - 09:42

Yves Jego aimerait-il les surprises? Après avoir annoncé qu'il resterait en Guadeloupe tant qu'il n'aurait pas résolu la crise que traverse l'ile, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer a pris l'avion hier soir pour Paris, un départ "précipité" dit-on sur place…


Jego rentre à Paris "rendre compte à François Fillon"
Au 20ème jour de grève contre la vie chère, et au moment où la mobilisation s’intensifie en Martinique,  un pré-accord pour une augmentation des bas salaires a été trouvé par le patronat et le LKP.
C’est dans ce contexte que le secrétariat d’Etat a envoyé un communiqué estimant que "l’état d’avancement des négociations en Guadeloupe permet désormais d’envisager sérieusement une porte de sortie", admettant toutefois qu’un "blocage subsiste sur les modalités techniques et juridiques ainsi que sur le montant financier de mise en œuvre d’un accord salarial interprofessionnel".
Il a donc pris l'avion pour aller "rendre compte à François Fillon". Son départ a également été mal perçu en Martinique où la mobilisation s'est intensifiée, avec des fermetures d’une dizaine de grandes surfaces forcées par les manifestants.
De nouvelles négociations devraient s’ouvrir aujourd’hui à Fort-de-France entre les autorités, le patronat et l’intersyndicale. Mais certains porte-paroles appellent dores et déjà à la mobilisation "tous azimuts, à barrer les routes et les ponts".
Melanie Roddier
Lu 795 fois



1.Posté par Ulysse le 09/02/2009 10:25

Devait surement avoir une envie pressante.
C'est Bobonne qui va être contente !

2.Posté par phyllie le 09/02/2009 10:53

Fin négociateur notre Yves Yégo.
Seuls les niais n’ont pas compris la démarche très tactique du Secrétaire d’Etat.
Je donnerais un 8 sur 10 à notre Yves en attendant le dessert.

3.Posté par André974 le 09/02/2009 14:24

phyllie
merci de nous expliquer votre point de vue ,à nous les niais,car en dehors d'un sentiment d'improvisation totale que l'on peut appeler pragmatisme ou navigation à vue ,la lisibilité de l'action de ce gouvernement est plus que floue.
Ma théorie c'est qu'ils veulent que les gens en arrivent à la violence pour avoir ensuite un motif de les museler mais ce n'est que mon avis

4.Posté par condor le 09/02/2009 15:26

c'est le début de la fin pour JEGO et un de plus a l'Outre Mer
jego est kramé
SARKO 1er doit trouver un petit OBAMA pour les DOM TOM

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/02/2009 15:54

faut écouter les propos de christiane taubira, sur france info ...

6.Posté par bertel le 09/02/2009 18:17

Tout cela est normal !

Il n'y a pas de téléphone ni d'ordinateurs munis de caméras là-bas.. Mdr !... jaune !

7.Posté par phyllie le 09/02/2009 20:32

André,

Pour comprendre l’action du secrétaire d’état dans cette négociation, il nous faut nous instruire un peu sur la NEGOCIATION.
Sans faire un cours de négociation car cela serait bien trop long, je vous invite à suivre brièvement la démarche d’Yves Jégo aux vues des éléments dont nous disposons.
Le Secrétaire d’Etat s’assoit à la table des négociations en clamant que personne ne sortira du « round » tant qu’un accord ne sera pas trouvé, (et formalisé en langage de négociateur).
Malheureusement, il ne s’installe pas dans le temps, son ministère est à Paris…
La partie adverse le sait et va en tirer parti à un moment donné.
N’étant pas à la table des négociations il est difficile de savoir ce qui s’est réellement passé, cependant ne doutons pas que l’équipe de négociateurs, dans la phase de création de valeurs aura souhaité tirer un bénéfice de la « différence de préférence temporelle » entre les parties en présence.
Cependant je ne peux pas imaginer un instant que l’équipe de négociateurs n’ait point travaillé à la formulation des engagements avant de se séparer.
Sur un plan purement tactique, il est probable que la situation imposait au secrétaire d’Etat de quitter la table des négociations sous prétexte bien entendu de valider auprès de son mandant des résultats de la négociation et prendre de nouvelles directives. Il est important de bien comprendre l’intérêt de cette « diplomatie de navette ». Ces retours renouvellent la boucle et établie un nouveau mandat.
L’autre avantage de ces allers-retours de consultation réside dans la réduction du risque de « Gap » entre le mandant (Y.Jégo)et son mandat, d’une part et le mandataire (Le 1er Ministre) et le produit de la négociation d’autre part.

Cependant, nous assistons à des comportements de provocations chez les « négociateurs agresseurs » de certains représentants de syndicats.

Mais c’est un autre dossier.

Le niais, par définition , faucon qui sort du nid et par extension qui n'entend rien à la Négociation. Le terme était destiné plutôt à la partie adverse, les syndicats en Guadeloupe, qui ne jouent pas le jeu et ne respectent pas les rêgles de la négociation.



8.Posté par franck974 le 09/02/2009 21:00

désolé pour nicolas encore une fois mais prendre exemple sur taubira est triste.
je l'ai écoutée et heureusement que nous ne l'avons pas ici.

concernant andré974 : quel gouvernement était bon avec la Réunion ?? juste pour savoir ?

suis d'accord avec phyllie bien sûr
jego laisse les grévistes mariner un peu et effectivement il vient resservir ensuite un plat de résistance.

il faut arrêter de donner des cadeaux dans tous les coins
la crise est là

et je ne comprends rien au post 4

jego semble etre un homme respectable et qui travaille
pendant ce temps là : vous êtes vous penchés sur ce que les gens en métropole pensent de l'outre mer ? : eh bien rien du tout ! le cadet des soucis dans la période actuelle.

et aussi : sans la métropole : que fait on ??

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/02/2009 00:10

franck974, tu sais c'est quoi le "passe temps" de taubira..? economiste.. as tu lu son rapport sur les APE (http://www.bilaterals.org/article.php3?id_article=12626) mais bon, 204 pages, je comprends que cela soit difficile pour toi... peut être existe t il une synthèse sur wikipédia ??

Allez mon grand, arrête de faire du commentaire pro sarko et pro ump... demasques toi que nous sachions ici à qui nous avons à faire... ;-)

10.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 10/02/2009 07:38

post 7: vous pouvez nous faire le même genre d'analyse sur Pierre Vergès quittant la table des négociations avec les transporteurs il y a quelques mois pour aller consulter son mandant ?

11.Posté par phyllie le 10/02/2009 09:54

Pierre Frédéric,
Nous pourrions faire la même analyse dans tous les cas où nous sommes en présence d’une relation mandant / mandataire, encore faut il que les règles soit claires dés le début de la négociation comme faisant partie du processus de négociation. Cependant, lors de la négociation dont vous faites état, je ne suis pas persuadé que P. Verges avait l’intention de faire prospérer la phase de « création de valeur » qui allait conduire inéluctablement à une issue au conflit. La région n’avait pas la volonté de revoir son mode de financement sur le FIRT.
P.Verges devait tactiquement quitter la table des négociations sans formaliser les points d’accords et de désaccords mais surtout sans respecter les règles d’ajournements et de pauses dans le processus de la négociation que le Préfet avait certainement dicté et que tous avaient certainement acceptés…
Cela s’apparente à ce que nous appelons en négociation « l’effet Colombo » : Le négociateur se rappelle a un moment donné que « sa femme lui a dit que…. ».
Puis notre Pilou régional rentre chez lui en plantant tout le monde au mépris des règles d’élégance (le terme est spécialement choisi pour vous) et de politesse, laissant le Préfet médusé.

Ne sous estimons pas le « coté obscure » certains négociateurs tombent facilement dans les écueils de la négociation et se sont fait les experts d’un certain type de négociation qui ne devrait plus avoir cours aujourd’hui mais qui perdure encore dans notre pays.

Ais je répondu à votre question Pierre Frédéric ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Juin 2018 - 17:23 Madagascar: Le massacre de tortues continue