Océan Indien

Jeff Thomé, un Mauricien au concours du meilleur sommelier du monde

Mercredi 6 Mars 2019 - 10:44

L’île Maurice participe pour la deuxième fois de son histoire au Concours du Meilleur Sommelier du Monde qui se déroulera du 10 au 15 mars à Anvers en Belgique ! Jeff Thomé, meilleur sommelier mauricien, est interviewé par Thierry Kasprowicz.


Jeff Thomé, un Mauricien au concours du meilleur sommelier du monde
Au pays du rhum, Jeff Thomé, meilleur sommelier de l’île Maurice en titre et manager chez le distributeur Scott, a su dans son palais faire une place aux vins et aux nectars loués par Bacchus. Bien davantage puisque cela en est devenu une passion ! Passion qui
amène ce trentenaire à concourir aujourd’hui avec l’élite mondiale de la sommellerie puisque l’ASIM (Association des Sommeliers de l’Ile Maurice) créée en 2008 et présidée par Jérôme Faure, fait partie depuis 2014 de l’Association de la Sommellerie
Internationale (ASI).

Cette 16e édition de ce concours qui se déroule du 10 au 15 mars à Anvers en Belgique, célébrera aussi les 50 ans de l’ASI.
En 2016, Jorald Julie (meilleur sommelier de l’île Maurice 2012) s’était brillamment distingué à Mendoza en Argentine lors du 15e concours du Meilleur Sommelier du Monde en se plaçant devant des nations vinicoles comme l’Italie et l’Espagne.

C’est tout le mal qu’on souhaite à Jeff Thomé pour son baptême du feu à cette compétition qui pourrait bouleverser sa vie. Son expérience au dernier concours du meilleur sommelier d’Europe-Afrique en 2017 en Autriche, devrait l’aider à rivaliser avec les meilleurs sommeliers du monde.

À quelques jours de l’événement, Jeff Thomé a répondu à quelques questions. La confiance et la sérénité sont de mise !

Comment vous sentez-vous à l’approche de ce concours du meilleur sommelier du monde ?

Je me sens bien, je ne peux pas dire être prêt car on n’est jamais assez préparé pour ce genre de compétitions mais je suis en forme, motivé et j’attends les épreuves de pieds fermes.

(T.K) Depuis quand vous préparez-vous pour rivaliser avec les meilleurs sommeliers du monde ?

Je me prépare depuis janvier 2018 et on a accéléré les préparations depuis six mois avec des trainings hebdomadaires. J’ai pu aussi effectuer un voyage en Europe en juin dernier pour m’entraîner.

Vous êtes-vous fixé un objectif pour ce concours ?

L’objectif serait d’atteindre au minimum les demi-finales même si ça peut être ambitieux
pour une première participation. Être dans le top 10 serait quand même bien car le niveau
de cette compétition est très élevé.

Quelle est l’épreuve que vous redoutez le plus ? Et pourquoi ?

Je redoute le questionnaire lié à la théorie et qui est crucial pour la suite de la compétition. J’ai fait beaucoup de lectures théoriques mais le monde du vin reste très vaste et on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre pour ce questionnaire. Au concours du
meilleur sommelier d’Europe-Afrique par exemple, on avait une question où il fallait associer les noms de journalistes à leurs magazines de vins, ou encore, il fallait identifier un domaine à travers une image proposée. Autant dire que si vous n’avez jamais visité ce domaine, c’est très compliqué...

Représenter l’île Maurice, un pays du rhum, parmi 63 pays à ce concours international du vin, est-ce une fierté pour vous ?

Une très grande fierté pour moi et surtout une motivation pour les jeunes Mauriciens de savoir qu’on peut briller dans ce métier pas si commun ici. Pour cela, je remercie l’ASIM et son président pour nous permettre d’accéder à cette compétition internationale, tout cela n’aurait pu être possible sans tout ce travail mené depuis tant d’années.

Thierry Kasprowicz
Thierry Kasprowicz
Lu 1270 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >