Culture

Jean-Pierre La Selve, un des fondateurs des Compères Grat'Fils, est décédé

Lundi 16 Janvier 2017 - 18:39

La musique réunionnaise est en deuil. Jean-Pierre La Selve, connu pour avoir fondé les Compères Grat’Fils avec Jean-Max Labonté, est décédé hier en métropole à l'âge de 70 ans. Jules Bénard lui rend hommage à travers un billet :


Photos : la 1è avec le chapeau est tirée de son livre. Celle en noir et blanc il est avec "La Soufflette". La 3è avec son grand ami André-Maurice.
Photos : la 1è avec le chapeau est tirée de son livre. Celle en noir et blanc il est avec "La Soufflette". La 3è avec son grand ami André-Maurice.
"Je ne vais pas annoncer à l’avance que je m’en vais. Quand ça arrivera… "

C’était aux Editions Azalées, il n’y a guère. Nous étions peu nombreux à le savoir gravement malade et à être plusieurs fois passé sur le billard pour "le palpitant que lé pas gaillard mon Caf". Jean-Pierre a tenu parole et s’en est allé, loin d’ici, à Cannes. 70 balais, c’est rien.

Jean-Pierre me rappelait invariablement une opinion qu’avaient de Joe Dassin ses amis : "Il est attachiant !"

Jean-Pierre était le plus gentil des compagnons, le plus drôle en société, un des hommes les plus cultivés que j’ai connus mais jamais de façon ostensible. Et il pouvait se révéler emmerdant comme pas permis en studio.

Vally Sullimann, qui l’a beaucoup pratiqué à Oasis, avait le plus grand mal à lui faire comprendre que s’énerver parce qu’un canard volait était le plus mauvais moyen d’obtenir du résultat. Parce que notre vieux pote était un perfectionniste aussi.

Jean-Pierre était le plus Créole des Zoréoles, et "lycée de Versailles", disait-il en parodiant Bérurier. Il n’en perdait jamais une, pas même la plus mauvaise des à-peu-près.

Arrivé chez nous en 1970, il n’en est jamais reparti sinon pour quelque excursion au fin fond de la Patagonie. S’étant pris d’une furieuse passion pour l’île et sa musique, il s’est totalement immergé dans la civilisation créole, langue, accent, musique, cuisine, histoire, tout. Comme l’autre Zoréole célèbre, Vaxelaire, il connaissait nos moindres sentiers sur le bout des doigts-de-pieds et discutait le bout-de-gras avec natifs avec l’accent de Grand-Bassin au besoin, mieux que Vabois.

Etendant sa passion aux rivages de l’océan Indien, il avait connu Maurice, Rodrigues, les Seychelles, Madagascar, Mayotte, les Comores…

Un jour que je végétais en pleine brousse, à M’Rwalé (Mayotte), je le vis débarquer avec son complice Roger Serre, juste à point nommé pour remettre du baume à un moral meurtri. Il me laissa, en s’en allant, son banjo ("Bande-Joseph"), pour combler le vide laissé par ma J-200 Ibanez, vendue pour bouffer. Un vieux banjo 8-cordes qui sonnait juste. Si juste qu’on me l’a volé. Ces choses-là ne s’oublient pas.

Professeur de Lettres, ethnomusicologue, chercheur infatigable, voyageur sans frontières, Jean-Pierre a publié un premier ouvrage en 1970, "Musiques traditionnelles de La Réunion et de l’océan Indien". Ouvrage fortement enrichi et réédité en 1995 : "Musiques traditionnelles de La Réunion". Ouvrages ? Plutôt des sommes qui font autorité.

Passionné dès le départ par notre séga, il a rencontré à peu près tout ce qui chantait, jouait, grattait, accordéonisait ou tapait sur quelque chose. Et pour aller plus loin, il s’est mis à jouer notre musique avec un rare bonheur, à travers des groupes qu’il a fondés, "Compères Grat’Fils", "Compères Créoles" et "Vavangue".

Devenu habile exécutant par la force des choses, cet inépuisable touche-à-tout pratiquait la guitare, le banjo, la flûte, l’accordéon, le bandonéon "râlé poussé"… Chez lui, c’était comme un petit musée où les instruments connus en côtoyaient d’autres, surprenants, rapportés de ses lointains voyages. Je suis resté longtemps en catalepsie devant une énorme basse mexicaine (on ne voit qu’elle dans les orchestres de mariachis), qui était quasiment plus pièce d’orfèvrerie qu’instrument de musique. Il en jouait, évidemment !

Jean-Pierre, souvent intransigeant sur l’authenticité, n’était pas pour l’opposition séga/maloya : "A un titre ou un autre, les deux sont notre patrimoine commun. Certains auront le séga pour racine, d’autres le maloya, mais les deux appartiennent au patrimoine de tous les Réunionnais".

"C’est le son et l’esprit de la musique qui comptent ; pas le physique de la chanteuse", ajoutait-il avec son fin petit sourire, en référence à une tendance trop actuelle au tape-à-l’œil érotique. Ils sont de plus en plus nombreux, là-haut, à se taper un boeuf d’enfer (oups ! pardon…) Si vous entendez des boum-boum la nuit, c’est la basse mexicaine ajoutant son tempo au violon de Luc ou à l’accordéon de Claude et Julot.

J’te dis pas adieu, l’artiste. Tu nous laisse tes écrits, tes enregistrements, la chaude amitié de ton rire tonitruant, celle de ta main ouverte vers le haut.

Que te demander de plus ?

Jules Bénard
Jules Bénard
Lu 10348 fois



1.Posté par Armand le 16/01/2017 19:14

Un musicien vraiment complet ! R.I.P. !

2.Posté par Pyrrhus1980 le 16/01/2017 20:26

Au collège, avec nos petits dons de musiciens amateurs, il nous faisait répéter des après-midi entiers dans la joie et la bonne humeur (mais avec de la rigueur quand même). Au revoir Monsieur.

3.Posté par Gilles le 16/01/2017 21:51 (depuis mobile)

Merci pour cette passion des lettres et de la musique que vous saviez si bien transmettre à vos élèves, dont j''ai eu la chance de faire partie.. Et pour ces pépites de la chanson créole que vous nous laissez !

4.Posté par MUSSARD Fred le 16/01/2017 21:54

Jean-Pierre La Selve : un homme de coeur, un érudit, un passionné de musique et de littérature, qui avait bien d'autres qualités.

Tu avais vendu ta maison de Sainte-Marie pour t'installer en métropole. Tu disais que tu serais plus proche de ta famille, de tes médecins... Je ne comprenais pas que tu coupais les ponts avec La Réunion dans laquelle tu t'étais si bien intégrée. Mais je savais qu'en partant tu laissais une bonne partie de toi-même sur place. Tu n'as pas hésité, malgré la maladie et tes forces déclinantes, à revenir quelques mois après pour donner une ultime conférence. Ce n'était qu'un prétexte : La Réunion te manquait.

Tu manqueras à tes amis musiciens, tu manqueras à tes amis académiciens, tu manqueras à La Réunion. On t'aime Jean-Pierre

Au revoir l'English.

5.Posté par TRAN QUANG HAI le 16/01/2017 22:14

Triste nouvelle sur le départ de Jean Pierre au paradis céleste ! Je l'ai connu à la Réunion il y a une dizaine d'années . Il m'a offert son bouquin sur la musique traditionnelle de la réunion . Et aussi j'ai pu jouer avec lui sur la scène à la Réunion .
Il était un chercheur passionné pour le SAGA. En tant qu'ethnomusicologue au CNRS, j'apprécie son travail et sa qualité de musicien .
Il s'enva et ses oeuvres resteront à jamais au trésor de la musique traditionnelle du monde . Avec mes tendres et affectueuses pensées à Jean Pierre. Sincères condoléances à sa famille .
Prof. TRAN QUANG HAI
ethnomusicologue au CNRS

6.Posté par PEDRO le 17/01/2017 10:16

ADIEU L'ARTISTE
Jean-Pierre et moi, nous nous tutoyions et nous appelions"amis", comme nous l'étions, d'ailleurs. Nous nous étions connus dans les années 70 au Lycée du Tampon. Il avait un amour fou de la musique créole et moi de la langue. J'ai toujours pensé qu'il méritait une meilleure reconnaissance y compris de son administration. Ses immenses qualités de musicien n'ont pas été assez mises en valeur.
AU REVOIR L'ARTISTE ET A BIENTÖT.

7.Posté par Gérard le 17/01/2017 10:38

J'ai grandi avec lui à Cannes, ce qui ne me rajeunit pas !
Dès que j'ai appris sa disparition, je lui ai téléphoné... Et il m'a répondu depuis là où il est qu'il est heureux d'être débarrassé de son foutu diabète, de son cœur fatigué, et qu'il peut enfin se consacrer à la musique, aux femmes et à l'amitié. Je ne sais plus dans quel ordre il a mis ses trois trucs-là. C'était sa vie.
Au revoir Jean-Pierre. Sincères condoléances à tes enfants et une pensée pour les musiciens du groupe Vavangue qui doivent se sentir bien seuls.

8.Posté par Damour le 17/01/2017 19:12 (depuis mobile)

RiP Mr LA SELVE.Souvenir d"un prof de français très gentil et surtout fin connaisseur de notre i!e.condoléances à sa famille.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >