Société

Jean-Luc Romero à la Réunion pour débattre de l'euthanasie

Mardi 2 Novembre 2010 - 17:40

Jean-Luc Romero à la Réunion pour débattre de l'euthanasie
Jean-Luc Romero, homme politique engagé au niveau associatif dans la lutte contre le Sida et en faveur de l’euthanasie, sera présent du 10 au 12 novembre dans l’île. Il animera une conférence le 10 à partir de 17h30 à l’espace culturel Leconte Delisle de Saint-Paul sur le thème : "Ne nous laissons pas voler notre ultime liberté". Le 12, il organise une séance de dédicace pour son dernier ouvrage, "Voleurs de liberté"  à la librairie des Roches Noires dès 17h00.

Un homme engagé dans la lutte contre le Sida

Jean-Luc Romero est connu pour être le premier et le seul homme politique français à avoir révélé, en 2002, sa séropositivité. Depuis, il mène un combat pour inciter les élus français à s’investir dans la lutte contre le Sida et la réduction des risques de toxicomanie. Dans ce but, il a créé en 1995 l’association des Élus locaux contre le Sida (ELCS) qui compte à ce jour 14.000 élus de toutes tendances politiques et une centaine de parlementaires.
 
Il a été nommé par le Premier ministre membre du Conseil National du Sida, agence gouvernementale qui donne son avis sur l’ensemble des problèmes posés à la société par le Sida et chargé de faire au gouvernement des propositions d’actions.

Le droit de mourir dignement

Jean-Luc Romero est également engagé dans la lutte pour l’euthanasie. Il est en effet président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Elle été créée en 1980, compte environ 48.000 membres et mène diverses actions pour que chacun ait le droit de décider de sa propre mort à partir du moment où sa dignité est remise en cause. L’ADMD a participé à de nombreuses avancées dans le domaine de l’euthanasie.

Un livre : une revendication

Dans le cadre de ce combat, Jean-Luc Romero a sorti un livre, "Voleurs de liberté", qui traite de ce thème. Atteint du Sida, il explique dans ce livre qu’il voit chaque jour son corps se modifier depuis 20 ans sous l’effet de la maladie et qu’il en arrive même à se détester.

S’il fallait choisir entre mourir seul dans une chambre d’hôpital ou mourir entouré de ses proches, il ne se poserait même pas la question. Au nom ce choix, il souhaite qu’une loi de liberté soit votée afin que chaque français puisse décider de la fin de sa vie.

"Je me battrai sans relâche pour une loi républicaine pour une loi qui assure enfin à chacun d’entre nous, en fin de vie, la liberté, l’égalité, la fraternité. Les voleurs de liberté ne gagneront pas. Ils ne vous voleront pas votre liberté", explique-t-il dans l’ouvrage.
Ingrid Benoît
Lu 1731 fois




1.Posté par TONYO le 02/11/2010 19:24

Bravo Jean Luc pour ce combat que tu mènes. Tu fais preuve d'un courage immense. Grâce à toi les mentalités évolueront, surtout dans ton parti UMP, où bcp de gens sont borné

2.Posté par berael le 02/11/2010 21:44

Nous n'avons pas besoin d'un autre décideur de la manière dont l'on veut disparaître. Il est séropositif, que lui dire: erreur de la vie ou fatalité;qu'il prend son mal en patience, s'il veut se flinguer tout seul qu'il le fasse, mais il n'a pas le droit de venir nous demander à nous réunionnais, pauvres, contents et heureux de vivre et exister sur ce petit bout de terre de l'océan indien, d'être pour l'euthanasie. Que celui qui veut sauter, qu'il saute seul, il n'a pas besoin que l'Etat ou la population lui en donne autorisation. D'un mot, de quelque parti politique qu'il soit, que ce genre de personnage ne vienne pas nous embêter ici à la Réunion, je pense que l'on a assez de voir arriver les gens qui ne peuvent pas en découdre sur le continent ou ailleurs dans d'autres départements outre-mer et ils débarquent ici pour se donner bonne conscience, et l'on tardera pas à voir débarquer les zozos pour 2012.

3.Posté par gren le 03/11/2010 07:53

C'est sur qu'on peut se flinguer tout seul lorsqu'on est atteint d'une maladie grave et qu'on est cloué dans un lit d'hopital sous perfusion sans pouvoir soulager la douleur pour le restant de sa vie...ou lorsqu'on est grabataire avec syndrome de "débilité mentale" en loque dans une maison de retraite.

4.Posté par tiptop le 03/11/2010 21:08

berael , parle en ton nom et non pas au non des Réunions.
Réunionais, 40 ans en excellente santé, 4 enfants, marié depuis 20 ans,chef d'entreprise, je parle en mon nom et je suis pour l'euthanasie. Merci de respecter mon choix.

5.Posté par tiptop le 03/11/2010 21:08

je voulais dire des Reunionnais

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie