Education

Jean Joly, en haut du tableau des lycées de La Réunion en 2017

Mercredi 21 Mars 2018 - 10:03

Comme chaque année le ministère de l'éducation dévoile les résultats des meilleurs lycée. A la Réunion en 2017, c'est le lycée Jean Joly, à Saint-Louis, qui a obtenu les résultats les plus positifs et un taux de réussite au baccalauréat en progression entre 2016 et 2017.


Jean Joly, en haut du tableau des lycées de La Réunion en 2017
Le ministère de l’Éducation nationale publie chaque année des indicateurs de résultats des lycées, afin de rendre compte des résultats du service public national d’éducation et de donner aux responsables de ces établissements et aux enseignants, des outils pour les aider à améliorer l’efficacité de leurs actions. En 2017 dans l’académie, 12 lycées publics et 2 lycées privés sous contrat se sont montrés particulièrement efficaces.

Comme il n’y a pas de critère unique pour juger des résultats et de la qualité de l’enseignement d’un lycée, ces analyses sont fondées sur trois indicateurs établis à partir des résultats des élèves à la session 2017 du baccalauréat et des données relatives au déroulement de leur scolarité :
  • le taux de réussite au baccalauréat: nombre d’élèves du lycée reçus au bac rapporté au nombre d’élèves présents à l’examen.
     
  • le taux d’accès au baccalauréat : c’est-à-dire la probabilité pour un élève d’obtenir son examen à l’issue d’une scolarité entièrement effectuée dans le lycée. Ce taux d’accès au baccalauréat, évalué pour un élève de seconde, est un indicateur pertinent pour l’enseignement professionnel où le choix de la formation se fait en fin de collège avant l’entrée en seconde. Le même taux d’accès, calculé pour un élève de première, est un indicateur pertinent pour l’enseignement général et technologique, car les élèves peuvent quitter un lycée en fin de seconde s’ils souhaitent s’orienter vers une série de baccalauréat présente dans un autre lycée.
     
  • le taux de mentions au baccalauréat : diffusé pour la première fois cette année, il vient enrichir l’analyse sur la performance des établissements, notamment pour ceux ayant des taux élevés de réussite attendus au baccalauréat et dont les valeurs ajoutées sont, par construction, limités.

Pour chacun de ces indicateurs, les résultats du lycée sont exprimés en "valeur ajoutée" (écart entre le taux réalisé par le lycée et le taux attendu par rapport aux caractéristiques du lycée et de ses élèves). Si l’écart entre le taux réalisé et le taux attendu est positif, le lycée apporte un "plus" aux élèves.

Cette approche permet de tenir compte du fait que les lycées accueillent des élèves dont les niveaux de départ sont différents ou encore que les offres de formation des établissements sont différentes. Cette "valeur ajoutée", représente l’apport de l’action pédagogique et éducative propre du lycée, en neutralisant l’incidence des facteurs de réussite extérieurs.
Seule l’analyse combinée de l’ensemble de ces indicateurs est à même de donner une image de la réalité complexe que constituent les résultats d’un établissement.

Parmi les 31 lycées d’enseignement général et technologique de l’académie retenus pour l’analyse:
  • Le lycée Jean Joly à Saint-Louis réalise les meilleures valeurs ajoutées cumulées au taux de réussite au baccalauréat (+7), au taux d’accès de la classe de 1ère au baccalauréat (+5), ainsi qu’au taux de mentions (+14). Ce lycée se démarque également comme étant celui dont le taux de réussite a le plus progressé entre 2016 et 2017.
     
D’autres établissements obtiennent des résultats positifs qui méritent d’être soulignés:
  • Le lycée Paul Moreau (Bras-Panon) et le lycée catholique Levavasseur (Saint- Denis) en particulier, qui affichent des valeurs ajoutées du taux de réussite (respectivement +4 et +2), du taux d’accès de la classe de 1ère à l’examen (+3 et +4), ainsi qu’un taux important de mentions (+8 et +5).
     
  • Les lycées Bel Air (Sainte-Suzanne), Pierre Lagourgue (Le Tampon) et Amiral Bouvet (Saint-Benoît) affichent des valeurs ajoutées importantes du taux de réussite, mais des taux d’accès de la 1ère au baccalauréat plus proches des taux attendus.
     
  • Le lycée Louis Payen (Saint-Paul) se distingue également, notamment par des valeurs ajoutées élevées du taux de réussite et du taux d’accès de la 1ère au baccalauréat, le taux de mentions étant néanmoins plus proche du taux attendu.

Parmi les lycées professionnels et les sections d’enseignement en lycée polyvalents ayant un effectif suffisant de candidats pour établir des statistiques robustes, plusieurs établissements se distinguent:
  • Le lycée de Trois Bassins affiche depuis 2015 des valeurs ajoutées largement positives pour le taux de réussite au baccalauréat (+15) et le taux d’accès de la 2nde au baccalauréat (+32). S’y ajoute cette année une valeur ajoutée importante du taux de mentions (+7).
     
  • Le lycée Antoine de Saint-Exupéry (Les Avirons) affiche une valeur ajoutée largement positive pour le taux de réussite (+11) et pour le taux de mentions (+23) et le lycée catholique La Salle Saint-Charles (Saint-Pierre) se distingue par des valeurs ajoutées élevées pour le taux d’accès de la 2nde au baccalauréat (+18) et pour le taux de mentions (+20).
     
  • Le lycée professionnel Julien de Rontaunay (Saint-Denis) affiche une progression notable de 14 points du taux de réussite au baccalauréat.
     
  • Pour les formations professionnelles relevant de la production, ce sont les lycées de Trois Bassins, Bel Air (Sainte-Suzanne) et François de Mahy (Saint-Pierre) qui affichent les valeurs ajoutées les plus importantes du taux de réussite au baccalauréat.
     
  • Pour les formations professionnelles relevant des services, ce sont les sections d’enseignement professionnel des lycées Antoine de Saint-Exupéry (Les Avirons), Moulin Joli (La Possession) et Nelson Mandela (Saint-Benoît) qui affichent les valeurs ajoutées les plus importantes pour la réussite au baccalauréat.
Académie de la Réunion
Lu 9909 fois



1.Posté par Theliberator le 21/03/2018 10:22

Le lycee Jean Joly est à la Rivière saint Louis pas à kaniarland merci de réviser votre géographie locale messieurs...

2.Posté par pipo le 21/03/2018 10:30

Merci de mettre une vrais photo du lycée Jean Joly.....Si possible!

3.Posté par Samwinsa le 21/03/2018 10:47 (depuis mobile)

In ti rapèl: en 2000, licé là té 3ème méyeur licé de l''île (en terme résultats au BAC), just dérière Levavasseur ek Saint-Charles.
Alor mi diré pluto le nivo la bien bésé.
Mi anprofite po salué la générasion 82 de La Rivière.

4.Posté par Joly le 21/03/2018 10:59 (depuis mobile)

Une photo du lycée aurait été peut être mieux non ?

5.Posté par Grangaga le 21/03/2018 11:48

Si zot' nana in ossi .....bonn' mémwarr' marmay' Sin-Lwi, y arètt' zot' toutt' a alé .....voté o toutt' prossènn' z'élèk'syion. Po mètt' zot' vil' ossi an l'èrr'.
Sinonsa.......zot' va alé saroy'll' do l'o fon La Rivirr' èk' zot'......bakk'.

Sin-Pol'........oussa y lé, marmay' y agardd' fimm' la fèss'.........non, non.....pardon momon,tapp' pa mwin........
mi voulé dirr' ......médiatèkk'..........
Lé vré mon langu' la........mayié..........la bèz' an massikrok', kitt' sa mouètt' là.............

6.Posté par LaStLouisiennneVyde le 21/03/2018 12:13 (depuis mobile)

Et oui une photo du lycée en elle même aurait été mieux. Au lieu du clg jean lafoss. Rien à voir!

C''est vrai que le Lycée J-Joly est en net progression depuis ces derniers années.

Et que cela ce poursuit !!!! 😄😄😄

7.Posté par ah bon? le 21/03/2018 12:15

post 1

Jusqu'à preuve du contraire et pour l'éternité ( les crétins qui vous ont fait rêver de séparation sont étrangement muets depuis quelques temps sur le sujet , bon , dès qu'ils voudront se repartager le gâteau et les miettes , juste avant les élections , ils vous reprendront pour des imbéciles ...et pour cause) il y a la commune de Saint Louis et ses "écarts : les Makes, La Rivière , Le Tapage...
Donc Jean Joly est bien à St Louis !!!

8.Posté par SITARANE le 21/03/2018 13:07

Et quel est le lycée le plus nuisible : nuisances sonores, nuisances visuelles, embouteillages, incivilités et dégradations ???????????

9.Posté par DIMITRIUSRUMUSSUMY le 21/03/2018 23:07

On ne sait pas si The Liberator, évoque lequartier de Roches maigres, le quartier du Gol ou les autres quartiers de Saint-Louis parce qu'il est dit dans le texte le lycée Jean Joly de Saint-Louis que cela permet au ce libérateur, de traiter de KaniardLand, les gens des bas. Mais bon, laissons le ou les déverser cette haine des Saint-Louisiens qui remontent depuis la nuit des temps. Mais, parait-t-il que les quartiers de la Rivière est plus propice à accueillir les Métros depuis plusieurs années. Voilà, en fait ce qui relève le niveau sachant aussi que nombreux sont les lycéens qui viennent d'autres villes. N’empêche que vous avez mes encouragements mes mesdemoiselles et messieurs les lycées... Dans La Rivière, j'ai toujours connu qu'il y a des cailloux et de l'eau mais pas de lumière.

10.Posté par Babeuf le 22/03/2018 13:02

Pour mieux situer la valeur des lycées à LA Réunion

Non le meilleur lycée de France ne se trouve pas dans les beaux quartiers de Paris. Il est situé Occitanie à Bagnères-de-Luchon. Le lycée public Edmont-Rostand arrive en tête du classement établi par le magazine l'Etudiant, parmi 2293 établissements classés.




100 % de réussite au bac et un taux de mentions de 71 %

18,8 sur 20, c’est la note obtenue par le lycée Edmond Rostand. Une note assortie d’un un taux de réussite de 100% aux épreuves du bac mais surtout, un taux de mention de 71%. Ce qui installe le lycée luchonnais en première place de ce classement national, établissements publics et privés confondus.

« C’est un moment d’émotion et une source de satisfaction extrêmement émouvante pour l’ensemble de la communauté éducative, confie Laurent Rigaud, le proviseur de la cité scolaire. Nous avons là le résultat d’un travail de longue haleine, construit pas à pas dans les dernières années. Arriver à ces niveaux là, est source pour nous tous de fierté. »

Une réussite que le proviseur de la cité scolaire explique par plusieurs facteurs. « Le premier réside dans le suivi des élèves et notre capacité à nous situer dans la bienveillance mais aussi dans l’exigence, explique Laurent Rigaud. Avec notre dispositif de tutorat, les élèves fixent des objectifs avec leurs professeurs dans le but de progresser. De plus, nous proposons des dispositifs pédagogiques qui font la part belle au sport. Les élèves peuvent ainsi concilier leur passion et leurs études. L’entraînement sportif, c’est la régularité, appliqué aux études, c’est bénéfique. Quant au Bachi Bac, ce diplôme valable tant en France qu’en Espagne, nous sommes là au cœur de l’exigence. Cette section est à l’origine de nombreuses mentions ».



Un lycée situé dans un environnement privilégié, des classes aux effectifs réduits et une relation quasi familiale avec le corps enseignant : le trio est gagnant. « Tous les dispositifs mis en place ne seraient rien sans des professeurs d’expérience, poursuit Laurent Rigaud. Le lien avec les élèves est très fort, au quotidien. Les enseignants les aident à travailler et à s’en sortir. Aucun élève n’est abandonné parce qu’il est juste en niveau. Au contraire, il est encadré, soutenu pour arriver jusqu’au Bac et tout est fait pour que l’examen soit passé avec succès. » Un classement obtenu alors que le lycée a présenté 35 candidats à l’épreuve du Bac 2017. En juin prochain, ils seront 46 à passer l’examen et 73 l’année qui suit.

« Ce classement ne nous met aucune pression pour l’avenir, c’est le jeu, conclut Laurent Rigaud. Nous ne refusons pas un élève sous prétexte qu’il peut faire tomber nos statistiques ! Nous avons de petits effectifs. Si un ou deux de nos élèves échouent, la logique mathématique est implacable. Cette année, nous avons re scolarisé une jeune fille qui avait échoué au Bac il y a deux ans. Après un an de réflexion, elle a choisi de se représenter à l’examen et elle a repris les cours en janvier. Nous l’appuyons du mieux que nous pouvons et notre plus grande réussite sera de la voir diplômée ! ».

11.Posté par La vérité vraie... le 22/03/2018 14:25

Très intéressant la disparition des établissements privés...

1. Par qui sont-ils dirigés ? Une petite enquête s'impose pour comprendre le management "spécial" (pour ne pas dire autre chose) de ces établissements.
2. Quelles sont les politiques éducatives menées ? Je veux parler des petits fils à papa bien protégés et qui ne sont jamais sanctionnés, au détriment des braves petits qui bossent comme des malades mais qui sont emmerdés pour un rien...
3. Que pense le directeur diocésain ?

Bref, une institution à la dérive : non à cause des profs ou du contrat d'association, mais bien par la volonté d'une institution plus intéressée à "driver" les cotisations mensuelles lucratives des parents que du bien-être de ses éléments...

BRAVO AUX ETABLISSEMENTS PUBLICS ! Je suis très content pour mes petits-enfants...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter