Justice

Jean Janus Potaya devant les Assises pour avoir tué son dalon

Mardi 20 Février 2018 - 11:42

La veillée funéraire s'était transformée en bain de sang. Jean Janus Potaya se retrouve sur le banc des accusés aux Assises ce mardi. Il est accusé d'avoir tué Roméo Payet, son dalon, de plusieurs coups de couteau. Le jeune homme de 28 ans est poursuivi pour homicide volontaire avec préméditation.

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2016, à la Ravine des Cabris, chemin Moulin à Café, Jean Janus Potaya et Roméo Payet sont tous les deux venus rendre hommage à leur ami, Jean-Doris Balon. Le Réunionnais a été emporté par les eaux de la Moselle en métropole un mois plus tôt. 

Pour des raisons encore floues, une dispute éclate entre Jean Janus Potaya et Roméo Payet. Jean Janus Potaya a bu, beaucoup trop bu, avant de se rendre à la veillée. Le jeune homme se rend alors chez sa mère chez qui il vit, cité Pasteur, s'empare d'un couteau de cuisine et revient en découdre avec la victime.

17 coups de couteau, par derrière, sont portés par Jean Janus Potaya. Roméo Payet s'effondre sur le trottoir. L'accusé se dénoncera un peu plus tard et sera interpellé. 2,5 grammes d'alcool par litre de sang seront relevés lors de son arrestation. 

"Ce n'est pas anecdotique de perdre la vie lors d'une veillée funéraire"

Pendant sa première audition, l'homme a reconnu avoir frappé sa victime par derrière et avoir prémédité son geste. Il changera de version au cours d'une nouvelle audition en janvier 2017 et niera l'intention de tuer.

La famille veut aujourd'hui "comprendre pourquoi un tel acharnement". "Ce n'est pas anecdotique de perdre la vie lors d'une veillée funéraire", a commenté ce mardi matin Me Omarjee, avocat de la partie civile. Le bâtonnier Georges André Hoarau, avocat de Jean Janus Potaya plaidera des coups ayant entraîné la mort, sans intention de la donner. "Même si on reproche à mon client d'avoir occasionné 17 plaies, une seule est mortelle", indique-t-il, avançant par ailleurs que Jean Janus Potaya était "le souffre-douleur" de Roméo Payet pour expliquer son geste.

Si l'homicide volontaire avec préméditation est retenu, Jean Janus Potaya encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Le procès aux Assises est prévu sur deux jours.  Le verdict est attendu mercredi en fin de journée. 
A.D - P.R - D.S
Lu 2636 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >