Société

"Je suis Savannah", le combat d'une mère pour la garde de sa fille

Samedi 27 Avril 2019 - 15:31

Diana Yan Yuen Chuen, épouse E. est la maman de deux fillettes Samantha et Savannah, âgées respectivement de sept et douze ans. Depuis le 25 juin 2015, ses enfants vivent avec leur père, Dev E., à l'Île Maurice.

Avocat de profession, Dev E. a obtenu la garde provisoire de leurs deux filles suite à un arrêt de la Cour d'Appel qui ordonne le retour immédiat des enfants suite à un déplacement illicite international en 2015.

La Family Court de Maurice a accordé la garde provisoire des enfants, alors âgées de 8 ans et demi, et de 3 ans et demi à leur père, en parfaite illégalité avec les dispositions de l’article 242 du Code civil mauricien qui stipulent que : "la garde de l’enfant de moins de cinq ans est attribuée automatiquement à la mère sauf circonstances exceptionnelles".
 
La mère n'a pu obtenir qu'un ridicule droit de visite dans le centre commercial de Shoprithe quelques heures lors de ses séjours à l'Île Maurice. Le père a lui, pu obtenir de la Family Court la mainlevée de cette interdiction malgré l'opposition de leur mère pour se rendre à Londres à Noël en 2016 aux fins de rendre visite à son frère, et très récemment en juillet et en août 2018 à Disney World en Floride, privant la mère de voir ses filles durant les vacances scolaires.
 
Aujourd’hui, le seul souhait de Diana est de pouvoir obtenir la garde de sa plus jeune fille Savannah, âgée de 7 ans, qui lui est très attachée et qui a été privée de sa maman depuis l'âge de trois ans et demi. La fille aînée de Diana, Samantha, souhaite vivre avec son père à l'Île Maurice et sa mère accepte sa décision.
 
Depuis quatre années, cette maman se rend chaque mois à l’Ile Maurice pour rencontrer sa fille Savannah dans un centre commercial durant des horaires imposées par la Family Court mauricienne sans aucune possibilité d’aménagement. C'est une situation inique et cruelle. Afin qu'elle puisse se faire entendre, une marche est organisée dimanche 28 avril sur le Barachois. Le départ se fera face au restaurant Roland Garros jusqu'à la Cité des Arts.
Regis Labrousse
Lu 3320 fois



1.Posté par Jp POPAUL54 le 27/04/2019 16:05

Tout part de ce déplacement illicite international en 2015.
Circonstances exeptionnelles que la mère doit regretter amèrement.

2.Posté par Kifkif le 27/04/2019 16:26 (depuis mobile)

Égalité homme/femme fièrement revendiquée. Et inégalité père/mère avec des mères qui ont tous les droits et les pères très peu, si ce n’est payer la pension. Cette dame est traitée à l’égal de la très grande majorité des pères.

3.Posté par Alex le 27/04/2019 18:22 (depuis mobile)

Quoi? Elle se croit au dessus des lois ? Demandez aux avocats combien ont laissé tomber cette affaire? Madame votre histoire ne tient plus la route.

4.Posté par Targie le 27/04/2019 20:52 (depuis mobile)

Post 2 mais pourquoi cette acharnement ? Et pourquoi la mère plutôt que le père et vice et versa, ces enfants ont le droit d''avoir leur 2 parents, sauf cas de maltraitance, je ne comprends pas votre raisonnement ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >