Courrier des lecteurs

"Je quitte Mayotte, cette île magnifique"

Samedi 7 Avril 2018 - 01:29

Voilà presque 4 ans que je vis à Mayotte. Je m'apprête à en partir et je ressens aujourd'hui le besoin de dresser le bilan. Non pas pour la postérité ni pour donner une leçon de morale, ce serait bien trop prétentieux et malvenu. Mais peut-être plutôt pour retrouver mon honnêteté intellectuelle. Pour dépasser un cas de conscience. Le fait de partir m'a enfin permis d'ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe ici. La grève générale qui paralyse l'île actuellement y est aussi certainement pour quelque chose, il faut bien le dire.

Sur "l'île aux parfums" ça sent encore la merde. Les poubelles dégueulent, ça grouille de rats, les étals des supermarchés sont encore vides et il n'y a toujours pas d'essence dans les stations. Et puis surtout la chasse aux étrangers continue dans l'indifférence générale. Des affiches mentionnant le nom des "traîtres mahorais" qui aident les clandestins sont toujours placardées sur les murs en face de chez moi et des maisons d'Anjouanais (1) brûlent encore au nord et au sud de l'ile... On étouffe littéralement. On reste calfeutrés chez nous à compter nos dernières boîtes de conserve. Mais la sortie de crise est peut être pour bientôt car les négociations ont enfin repris depuis trois jours.

Certains sont tellement excédés qu'ils s'organisent en ce moment même pour aller se confronter aux grévistes qui tiennent les barrages routiers, parce qu'ils n'en peuvent plus de ne pas pouvoir circuler. J'apprends à l'instant qu'un homme vient de foncer sur des "barragistes" avec sa voiture. Malgré tout, l'intersyndicale et le collectif de Mayotte tiennent bon. Ils ne veulent rien lâcher car ils n'ont toujours pas obtenu ce qu'ils réclament. Ce qui est sûr, c'est que la population de Mayotte est à bout de nerfs et complètement divisée.

Il y a 4 ans, comme beaucoup de jeunes profs, deux possibilités s'offraient à moi : la grisaille de la banlieue parisienne ou l'exotisme des DOM (Mayotte ou la Guyane). Avec ma conjointe on n'a pas hésité et on s'est laissé tenter par les tropiques. On a choisi Mayotte, le nouveau département français. Cette petite île méconnue - qu'on avait nous-mêmes du mal à placer sur une carte - d'un peu plus de 200.000 habitants, entre Madagascar et le Mozambique. Très vite, avant notre départ, on se renseigne un peu et on se rend vite compte que cet endroit n'est pas le paradis. Je me souviens de ce titre lu dans la presse et qui m'avait alors interloqué : "Mayotte, un département au rabais" (2)... Mais on se dit qu'après tout, ce sera toujours mieux que la banlieue parisienne.

Une fois sur place, on découvre un endroit fantastique ! Pourquoi ce discours aussi sombre sur Mayotte ?! C'est est un grand terrain de jeu ! ... Les rencontres sont faciles, on se fait plein d'amis, on s'éclate à faire la fête à Mamoudzou et le lagon tient ses promesses, il est vraiment d'une beauté exceptionnelle. Les élèves sont d'une gentillesse incroyable et mon salaire à 4.000 euros est inespéré !
 
Sans parler des voyages à "Mada" en perspective... Bref, la vie est belle, on a tous les jours l'impression d'être en vacances ou de vivre une aventure. Que demander de plus ? ...Ah oui, on voit bien qu'il y a beaucoup de pauvreté, des bidonvilles, des enfants en loques qui trainent par-ci par-là. Mais bon, on se dit qu'on est en Afrique, que ce n'est pas vraiment la France ici et puis de toute manière qu'est-ce qu'on y peut nous, hein ?

Puis ensuite, au fil des mois, surviennent les premiers tracas de la vie quotidienne qui sont propres à cette île française : ça commence par un cambriolage, puis deux... Pour l'un d'entre eux, les voleurs se sont même attaqués au mur pour rentrer. Balèse. Et ça devient vite fatigant de vivre dans des maisons avec des barreaux partout et des doubles-portes dignes de cellules de prison. Des amis se font agresser. On a peur de sortir le soir ou de faire des randonnées.

On se rend également compte qu'il ne faut pas avoir de pépins de santé ici vu l'état de siège autour de l'hôpital... Que les missions de l'Education nationale ne sont pas pleinement remplies vu le nombre d'élèves analphabètes dans nos classes. Que c'est glauque de croiser ces camions de l'armée où s'entassent comme des animaux les clandestins qui viennent de se faire attraper.

Certains se laissent aller à des réflexions aux relents racistes sans même s'en rendre compte. Entre mzungus (3), on entend dire que les gens d'ici doivent "se bouger pour leur île", que "leurs élus sont tous des incapables", que "les bouénis" (4) sont d'une lenteur exaspérante", ou encore que "les Mahorais sont vraiment stupides de rejeter les Comoriens car ils sont comme "eux" et qu'ils profitent de leur misère pour les exploiter sur leurs chantiers ou dans leurs champs"... Au final, on se mélange peu avec la population locale, mis à part au travail et avec les quelques amis d'exception (ceux qui sont bien "métropolisés" de surcroît!).

Quelques mois après notre installation, la vie n'est plus aussi rose malheureusement. Le turnover des métropolitains est très rapide. Quelques-uns s'installent vraiment mais la majorité admet que ce n'est pas envisageable de faire sa vie ici.

"Mayotte est un sac de noeuds" : c'est un sujet de conversation récurrent chez les mzungus qui s'intéressent un peu à l'avenir de cetteî. Mais soyons honnêtes, dans l'ensemble, ça ne nous intéresse pas beaucoup l'avenir de cette île. Ce qui est important, c'est la découverte du lagon, les ptits punchs coco sur les ilots, les pépettes bien sûr et éventuellement les soirées piscine.

Quand on se décide à en parler, on fait systématiquement le constat que les services publics sont terriblement défaillants et que l'immigration clandestine ne fait que démultiplier les problèmes, d'autant plus "qu'ils font plein d'enfants ces gens-là" comme disent certains !

Que faire du coup ? Il faut arrêter toujours plus de clandestins ? ... "Non parce qu'ils reviendront toujours." Il faut construire toujours plus d'écoles et d'hôpitaux ? ..."Non parce que l'île est trop exigüe pour accueillir tout le monde". Il faut  donner des subventions au gouvernement comorien pour construire des hôpitaux et des écoles sur son territoire ? ... "Non parce que leurs hommes politiques sont trop corrompus pour qu'on puisse leur faire confiance". Il faut abandonner Mayotte aux Comores comme ces derniers le réclament ? ..."Non parce que ce serait vécu comme une trahison dégueulasse par les Mahorais qui ont un vrai désir d'être Français.

Bref, on est encore souvent d'accord pour conclure que l'île est foutue et qu'il n'y a rien à faire. De toute manière, tant pis, on a pas l'intention de faire notre trou ici. Dédramatisons et profitons-en pendant qu'il en est encore temps.

Quand on regarde l'histoire récente de Mayotte, les hauts et les bas s'enchaînent à toute allure. Enfin, il y a surtout des bas. On remarque que la plupart des Mahorais sont toujours plus exaspérés d'avoir des services publics saturés. Ils sont de plus en plus en colère contre les clandestins qui, pour eux, sont les principaux responsables des maux de l'île. Toujours dans l'indifférence générale, on en voit s'organiser en milice pour les chasser de leurs habitations de bric et de broc. Ici, on appelle ça "les décasages"... bel euphémisme à la sonorité tropicale. En représailles, on subit, comme en Somalie, "des coupeurs de route", ces bandits de grand chemin qui terrorisent les automobilistes en faisant tomber des troncs d'arbres sur la route pour mieux les dépouiller.

Viennent ensuite les problèmes liés à la pénurie d'eau... Les pluies de la saison humide 2017 ne sont pas suffisamment abondantes pour remplir les deux retenues collinaires. Résultat, il n'y a pas d'eau dans nos robinets quatre à cinq jours par semaine, et ce, pendant des mois ! Encore la faute "aux étrangers" diront certains, qui "gaspilleraient" ou "voleraient" l'eau des Mahorais ! Pendant des semaines, on attend, comme des assoiffés, un tanker promis par le gouvernement, pour pallier à cette sécheresse. On ne le verra jamais débarquer, bien évidemment. On a attendu la pluie. Pour éviter de nouvelles pénuries dans les années à venir, on nous promet aussi la construction d'une nouvelle retenue artificielle. Un chantier indispensable au vu de la croissance démographique. Une saison sèche et une saison des pluies plus tard, le chantier n'a toujours pas commencé. On s'en remet au ciel.

La vie continue tant bien que mal. On s'enferme dans nos petites bulles, entre amis, en famille. On profite tout de même des merveilles que nous offre cette petite île et on a suffisamment d'argent pour s'oxygéner en voyageant dans la région ou en retournant en métropole de temps en temps.

L'année 2018 commence, comme les autres, dans un grand bordel. Des collègues ne donnent plus cours depuis le mois de novembre au lycée de Kahani, dans le centre de l'île, car ils exercent leur droit de retrait suite à des incidents graves entre élèves. Plusieurs affrontements armés ont eu lieu dans, ou aux abords de l'établissement. Le Vice-rectorat ne fait rien pour désamorcer les tensions car aucune mesure sérieuse n'a été proposée jusqu'à présent pour véritablement sécuriser les lieux. Les élèves n'ont pas cours depuis des mois. Une génération de sacrifiés, toujours dans l'indifférence générale...Ceci-dit en passant, pendant ce temps là, M. le ministre de l'Education nationale accourrait au lycée Galliéni de Toulouse car le personnel exerçait ce même droit de retrait. A Mayotte, on l'attend encore.

Les violences scolaires se multiplient tout au long de l'année. Elles font tâche d'huile au lycée du Nord, puis au lycée de Tsararano... Les chauffeurs de bus se font caillasser à plusieurs reprises. Personne ne bouge. Aujourd'hui, on se demande ce que vont devenir ces lycéens qui n'ont pas eu cours les 3/4 de l'année. Le Vice-rectorat va-t-il avoir le culot de les faire passer dans le niveau supérieur comme s'il ne s'agissait que d'un vulgaire flux ?... Il faut bien qu'ils laissent la place aux nouveaux arrivants, les établissements scolaires débordent déjà et parmi les enseignants il y aura bientôt plus de contractuels que de titulaires.

Ras-le-bol. La grève générale actuelle se met doucement en place avec comme mot d'ordre : l'Etat doit lutter contre l'insécurité ! Les leaders arrivent à mobiliser rapidement. Tout le monde en a marre. Tout le monde se sent concerné. Des barrages s'érigent sur les 4 coins de l'île, sport officiel à Mayotte quand on grève (oui oui il existe le verbe "gréver" ici). La ministre de l'Outre-mer débarque avec ses gros souliers et propose d'envoyer des gendarmes et policiers supplémentaires pour augmenter la cadence des expulsions. Une décision qui ne fait que cautionner l'idée ETRANGER = PARASITE. Elle ne convainc pas. Heureusement, certains ont encore la présence d'esprit de ne pas se laisser aller à cet amalgame malsain.

Mais le plan de rattrapage de 1,8 milliards d'euros proposé par l'ensemble des élus de l'île pour lutter contre la pauvreté - véritable cause de l'insécurité - est encore à ce jour totalement mis de côté par le gouvernement... Pourtant, il aurait permis sans aucun doute de mettre un terme à cette crise. Au lieu de cela, le gouvernement s'est obstiné à laisser pourrir la situation. A laisser les haines s'enraciner encore plus profondément entre les communautés. A laisser la crise sanitaire s'amplifier. A laisser les entreprises faire faillite. A laisser les élèves trainer dans les rues. Et bien sûr, toujours dans l'indifférence générale. Mayotte n'en vaut décidemment pas la peine. ... Comble du cynisme, on entend la Ministre annoncer, au loin, dans les médias parisiens, qu'elle "craint les affrontements entre communautés à Mayotte [...] que c'est inadmissible, qu'on est dans un Etat de droit" (7)... Sans blague ?
 
Le seul destin de ce territoire, 20 fois plus petit que l'Isère, doit-il être de s'embraser tous les 3 ans afin de gratter 3 francs 6 sous à "la France" ? Rappelons que 85% de la population vit ici sous le seuil de pauvreté, que plus d'un adulte sur trois est illettré, que le taux de chômage est déjà 3 fois plus élevé qu'en métropole, que le niveau de délinquance fait craindre un "cataclysme" - dixit le procureur de la République – sans oublier la bombe démographique en cours : la population de l'île va très probablement doubler d'ici 2050...

Quelles sombres projections et quel triste constat d'échec. Mayotte aurait pu rester un véritable petit jardin d'Eden si les gouvernements successifs n'avaient pas fait preuve d'une aussi grande irresponsabilité politique et d'un aussi grand mépris. S'ils n'avaient pas, par paresse ou par souci d'économie, mené systématiquement leur lamentable politique de l'autruche. Mais leurs beaux discours creux plein d'optimisme sur l'avenir de Mayotte ne suffisent plus. Il est grand temps de réagir parce qu'il est déjà trop tard. Il faudrait commencer par renouer le dialogue avec les Comores et régler une fois pour toutes les dysfonctionnements liés à la pression migratoire. Qu'on soit malthusien ou pas, de droite ou de gauche, arrêtons de nous voiler la face, l'île n'est pas extensible. Il est aussi grand temps que l'Etat investisse dans les services publics parce que, il faut bien le dire, Mayotte n'est plus une colonie.

"La France fait ce qu'elle peut, Mayotte n'est un département français que depuis peu" entend-t-on ça et là de la bouche de ceux qui se sentent constamment obligés de justifier l'injustifiable. Un peu comme si couvrir les manquements de la France constituait une sorte de devoir moral, pour certains métropolitains qui veulent se racheter une conscience. Mais c'est faux, l'Etat ne fait pas ce qu'il peut. Tout est question de priorité et de volonté politique. L'Etat a les moyens de faire venir du personnel soignant et des enseignants compétents. Il a les moyens de construire des écoles plus rapidement. Cela fait des décennies qu'on promet "plus de France" à la population mahoraise et c'est la France qui a fait de Mayotte un département. Disons-le, quitte à en crisper certains, il est grand temps d'assumer ses responsabilités et de sortir le chéquier ! Tolèrerait-on que dans le Jura, il existe des établissements scolaires avec des effectifs d'élèves deux fois supérieurs à leur capacité d'accueil ? Et aussi dénués de cantine et toujours non conformes aux normes de sécurité ? ... Et encore, ces exemples font figure de gouttes d'eau dans un océan. Alors non, arrêtons de rabâcher que "la France fait ce qu'elle peut".

Je quitte Mayotte, cette île magnifique et si attachante malgré tout. Je la quitte, comme tant d'autres, avec un goût amer. Avec un goût d'inachevé. Triste d'en conclure que c'est bel et bien un département au rabais. Certains me diront que c'est facile d'écrire ces lignes vu mon statut et quand on est sur le départ... et ils auront sans aucun doute raison.
 

​1. Les Anjouanais sont originaires de l'île des Comores d'Anjouan, qui se trouve à 70km de Mayotte. Ils sont souvent pris pour cible par une partie de la population mahoraise car considérés comme responsables de tous les maux de l'ile, avec les autres migrants.
2. https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20120701.RUE0990/je-quitte-mayottedepartement- francais-au-rabais.html
​3. Mzungu : Européen ou personne à la peau blanche et d'une manière générale tous ceux qui viennent "d'ailleurs" et qui sont de passage à Mayotte
4. Bouéni : femme
5.https://la1ere.francetvinfo.fr/annick-girardin-annonce-renforts-securite-mayotte-encadre-568281.html
6.http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/03/06/cinq-questions-sur-la-situation-amayotte_5266598_823448.html
7.http://www.lepoint.fr/politique/mayotte-situation-bloquee-craintes-d-affrontements-entre-communautes-19-03-2018- 2203832_20.php
8.https://www.lci.fr/societe/journee-ile-morte-a-mayotte-des-milliers-de-personnes-defilent-contre-la-violence-et- linsecurite-1508597.html
Jean-Louis Grasso
Lu 19702 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

70.Posté par FAUGERAS maurice le 17/04/2018 22:34

A t-on demandé aux Français leur avis sur la création de ce nouveau département aux moeurs divers
et variés???
Un référendum national réglerait le probléme de sa légitimité .

69.Posté par MICHOU le 13/04/2018 02:59

Pour une fois qu'un "nanti" fait un constat en acceptant de pointer du doigt le statut des privilégiés qui se contentent d'encaisser leurs chèques à la fin du mois en se moquant parfaitement des inégalités criantes.
Qu'il a le courage de partir malgré la perte de la prime de vie chère et surtout qu'il prend la peine de parler de ce qu'il a constaté au lieu de s'en laver les mains, je dis bravo.
C'est courageux et dit par quelqu'un qui n'est pas originaire du pays , ça aura , espérons le , plus de poids.
C'est effectivement une honte de laisser des départements en souffrance, car il y en a aussi hélas en Métropole comme la Creuse et autres.

68.Posté par Junely le 09/04/2018 23:16 (depuis mobile)

Quelle est la pertinence de ce témoignage ? Le constat, honnête mais plutôt convenu, de 4 ans de vie privilégiée ça ne fait pas tellement avancer la réflexion.. Quand est-ce qu'on pourra lire celui des mahorais ou mahoraises ?

67.Posté par Nivet Alain le 09/04/2018 22:33

65, je ne comprends pas l'objet de votre billet puisque vous avez tout compris.Le prof a cru , il a vu, il a aimé, mais il a été déçu.
Ne critiquez pas l'Ardéchoise. Elle est comme vous et moi. Entrant dans l'âge, elle ne retient que le meilleur.

Nostalgiquement,
A.N.

66.Posté par betimmonde le 09/04/2018 21:29

Plus Mayotte s'enrichira de dotations accordées par la bienveillante maman France plus l'immigration se fera envahissante . C'est vers un oasis que vont les caravanes ..

65.Posté par Nostalgique le 09/04/2018 19:00

Monsieur NIvet (post 61), vu la teneur du courrier de ce lecteur, on ne peut pas vraiment comprendre que ce prof se soit investi dans le Département de Mayotte. Ce qu'il déplore, c'est qu'il n'ait pas pu profiter pleinement de la belle vie à Mayotte pendant les quatre ans de son contrat. Comme d'habitude vous ne lisez que ce que vous avez envie d'entendre (je n'entre pas dans le débat de Mayotte département ou pas, Comorien ou pas). Et ensuite vous allez me faire la leçon et essayez de discréditer mes écrits. Votre conclusion ne fait aucun doute et on va sans doute apprendre que vous avez été chef de service ou directeur de quelque chose à Mayotte au cours de votre longue carrière où vous avez tout vu, tout fait alors que les autres, évidemment, parlent de ce qu'ils ne connaissent pas... Mais la réalité, c'est que ce Monsieur, que je respecte, est déçu car il s'est trompé (et là nous sommes d'accord). Heureusement, dans quelques années, il fera comme l'Ardéchoise et se rappellera (uniquement) du bon temps qu'il a passé dans les colonies sur sa terrasse construite avec ses primes coloniales. Et ça lui permettra de venir s'épancher avec nostalgie sur Zinfos comme beaucoup d'autres de la Sakay, de La Réunion des années 60 ou de Mayotte département français. Donc, rien de bien grave ni surtout de nouveau sous les cocotiers.

64.Posté par Nivet Alain le 09/04/2018 14:14

Il est impossible ni imaginable de rétrocéder Mayotte aux Comores. Vous même, commentateurs bien souvent syndiqués, vous refuseriez vos acquis sociaux et financiers pour un retour en arrière. ? Eh bien pour les mahorais, qui auront alors le droit de se prononcer par référendum (car le retour aux Comores par le simple fait du roi Macron, est anticonstitutionnel), il sera hors de question d'un retour au moyen âge,
Un peu de retenue SVP. Quant au prof déçu, tout comme beaucoup de profs, notamment de la Réunion, il y a cru. Surtout s'il est plongeur sous-marin.Il a été séduit, Il a tenté, il a vu, il a compris. Mais il est allé s'investir à Mayotte pendant que certains ici, déblatères sur des choses qu'ils ne connaissent pas.

A.N.

63.Posté par Mehdi BOUACHRA le 09/04/2018 03:58

@61.Posté par citoyen

Tout a fait d'accord pour l'histoire

un Kaf a ses racines profonde du temps de Charlemagne, de meme qu'un chinois remonte a Christophe colomb, et on parle même pas d'un malbar qui remonte à louix VI......mdr

62.Posté par citoyen le 09/04/2018 00:07

Post 17 Paul Hoarau : en 1946, le Réunionnais était déjà Français depuis les origines, en 1665, date du premier peuplement de cette île alors déserte, quand les Mahorais, eux, faisaient partie de l'archipel des "Sultans Batailleurs". Pas d'amalgame qui vous arrange.

61.Posté par citoyen le 08/04/2018 23:51

Post 25 vous parlez de solidarité? Envers qui? Envers une population qui nous a été imposée par quelques politiciens complètement à côté de la plaque en détachant une petite île surpeuplée de son archipel et en la transformant d'un coup de plume en département français? Ces généreux politiciens, ont-ils pensé un seul instant à la chienlit qui en découle?
Non, le Réunionnais n'a pas à être solidaire de ces cohortes de Comoriens mahorais qui débarquent par dizaines de milliers sur son sol déjà exigu pour lui, sous le prétexte fallacieux que ce sont nos frères de nationalité française. D'ailleurs, que font-elles, ces milliers de mahoraises pour s'intégrer et se fondre dans la société réunionnaise? Rien. On est Français par un sentiment d'appartenance à un ensemble de marqueurs et de codes, indépendamment de la couleur de peau, mais pas par la seule carte d'identité.
Et surtout qu'on ne nous dise pas qu'on a le même destin. L'histoire de la Réunion puise ses racines profondes dans l'histoire de France. En est-il de même pour Mayotte?

60.Posté par OMO le 08/04/2018 23:45

Je voudrai rajouter ceci comme dernier commentaire sur ce présent article , mais non pas sur la question deMayotte , hélas , parce que je crois acquis qu' elle va continuer à s' inviter dans l' actualité.

Ce qui se passe à Mayotte n'est ni supportable longtemps ni continuable longtemps .


Les élus mahorais qui n' ont qu' à la bouche département au rabais( faute donc au Gouvernement) et Immigration clandestine(: faute donc aux étrangers comoriens) ont-ils mesuré que ce système ne peut perdurer?
La population mahoraise ,( qui en passant a voté pour ces élus) a-t-elle mesuré également que ce système ne peut perdurer ?
Quant à nous ici je pense que nous devons nous aussi prendre la mesure de cette non-mesure qu' ont les élus mahorais et la population mahoraise de leur situation. Ce serait je crois une décision utile.

59.Posté par Mehdi BOUACHRA le 08/04/2018 22:35

Mayotte indépendante c'est 200 000 Mahorais de plus a la réunion......Mdr......BIENVENUE

58.Posté par Jlecteur le 08/04/2018 21:09

@ORNERO : ce que vous préconisez est complètement irréaliste et absurde et cela ne s'est jamais déroulé nulle part de cette façon. Car dans toutes les anciennes possessions françaises (ou autres européennes) qui sont devenues indépendantes, les originaires de ces possessions qui s'étaient installés en France ou pouvaient justifier d'attaches en France ont conservé de plein droit la nationalité française. Ainsi, imaginons même que Mayotte devenait indépendante, les mahorais déjà installés à la Réunion ou ailleurs en France ou les mahorais qui décident à ce moment là de venir s'installer à la Réunion ou ailleurs en France conserveraient la nationalité française. Documentez vous un peu sur l'histoire de la décolonisation. La France a de plus une constitution et des engagements internationaux qui ne peuvent pas permettre ce que vous imaginez.

57.Posté par ORNERO le 08/04/2018 18:35

Voila un témoignage révélateur du profond malaise qui régne à Mayotte
Sans revenir dessus et avoir des discussions sans fin sur la cause principale des problèmes qu'il y
à Mayotte à savoir son indépendance et son retour dans le giron des Comores il y a beaucoup plus
important à régler dans l'immédiat car il faut voir beaucoup plus loin au-delà de Mayotte.
En effet la Réunion qui est finalement qu'une petite ile avec sa population d'environ 850.000 habitants et
ses problèmes de chômage et de logement et de délinquance grandissante, déjà tout ceci se passe entre
eux Réunionnais alors je pose la question comment faire pour réguler le problème avec l'arrivée massive
de Mahorais qui sont Français qui fuient pour ainsi dire leur pays qui est Mayotte donc Française et par la même arrivent clandestinement des Comoriens comme tout le monde le sait il est impossible d'empêcher
cette immigration clandestine, pour revenir à la Réunion car c'est la Réunion qui nous intéresse comment
vont ils faire face à cette invasion de Mahorais aujourd'hui ils sont 850.000 habitants combien seront ils
dans quelques années avec les problèmes que l'on connait le chômage, le logement, la délinquance ces problèmes seront donc multipliés car cette ile n'est pas extensible à l'infini comment va t on faire la question
est là et elle se pose , les Réunionnais ne comptent pas se laisser envahir quand bien même ce sont des " Français " qui les envahissent il faut les comprendre ou alors les Réunionnais devront fuir de leur pays car ils
ne seront plus chez eux. La seule solution possible et que les Mahorais rentrent chez eux qui leur soit donné
l'indépendance et soient rattachés aux Comores. C'est à ce prix là que la Réunion sera préservée car se profile
à l'horizon un soulèvement non seulement social mais une chasse aux Mahorais et ceci dans peu de temps.
Ca a été une grave erreur d'avoir fait de Mayotte Française à l'époque ils auraient dû penser à ces problèmes que l'on connait aujourd'hui. C'est un non sens , tout simplement une erreur historique...

56.Posté par ORNERO le 08/04/2018 16:21

Voila un témoignage révélateur du profond malaise qui régne à Mayotte
Sans revenir dessus et avoir des discussions sans fin sur la cause principale des problèmes qu'il y
à Mayotte à savoir son indépendance et son retour dans le giron des Comores il y a beaucoup plus
important à régler dans l'immédiat car il faut voir beaucoup plus loin au-delà de Mayotte.
En effet la Réunion qui est finalement qu'une petite ile avec sa population d'environ 850.000 habitants et
ses problèmes de chômage et de logement et de délinquance grandissante, déjà tout ceci se passe entre
eux Réunionnais alors je pose la question comment faire pour réguler le problème avec l'arrivée massive
de Mahorais qui sont Français qui fuient pour ainsi dire leur pays qui est Mayotte donc Française et par la même arrivent clandestinement des Comoriens comme tout le monde le sait il est impossible d'empêcher
cette immigration clandestine, pour revenir à la Réunion car c'est la Réunion qui nous intéresse comment
vont ils faire face à cette invasion de Mahorais aujourd'hui ils sont 850.000 habitants combien seront ils
dans quelques années avec les problèmes que l'on connait le chômage, le logement, la délinquance ces problèmes seront donc multipliés car cette ile n'est pas extensible à l'infini comment va t on faire la question
est là et elle se pose , les Réunionnais ne comptent pas se laisser envahir quand bien même ce sont des " Français " qui les envahissent il faut les comprendre ou alors les Réunionnais devront fuir de leur pays car ils
ne seront plus chez eux. La seule solution possible et que les Mahorais rentrent chez eux qui leur soit donné
l'indépendance et soient rattachés aux Comores. C'est à ce prix là que la Réunion sera préservée car se profile
à l'horizon un soulèvement non seulement social mais une chasse aux Mahorais et ceci dans peu de temps.
Ca a été une grave erreur d'avoir fait de Mayotte Française à l'époque ils auraient dû penser à ces problèmes que l'on connait aujourd'hui. C'est un non sens , tout simplement une erreur historique.

55.Posté par Grandimoune le 08/04/2018 15:13 (depuis mobile)

vous parlez de mayotte les mahorais etc etc oui ils sont nombreux sur la reunion mais qu on le veut ou non ils sont français ,et les malgaches qui été français et on demandé leur indépendance c est eux et les mauriciens qui coulent la reunion non.

54.Posté par OMO le 08/04/2018 14:38

Ne souhaitant pas reprendre ce que j' ai déjà écrit sur le sujet lors d' un article précédent je me contenterai de rappeler et préciser deux ou trois choses :
- L ' État Français ne pourra pas faire autrement que de se soumettre au droit international .
-Les dirigeants comoriens ont trouvé la démarche pour faire plier La France, avec de surcroit des retombées financières très juteuses , en attendant le pactole.
- Les au Rapport de la Cour des Comptes sur le Conseil Départemental de Mayotte , relaté hier dans le JIR, est édifiant .
Au cynisme et au machiavélisme des dirigeants comoriens viennent s' ajouter le cynisme , la gabegie et les turpitudes des élus Mahorais .
L' État a du souci à se faire.

Aussi il serait me semble - t-il urgent pour La Réunion , qui est déjà concernée, de se préoccuper de la situation à Mayotte qui ne pourra aller qu'en s' aggravant .à partir de notre situation actuelle à La Réunion:
Comment éviter les ghettos ici?
Comment éduquer et encadrer les jeunes mineurs présents ici avec des tutelles parentales fictives ?
Comment les former et pour quelle insertion dans une île où le chômage est ce que nous connaissons?

Les quatre ou cinq élus ou ex-élus réunionnais irresponsables ne seront pas me semble - t-il d' une grande aide dans cette réflexion et dans l' organisation à trouver .
Les déclarations humanistes , sur le co- développement Réunion - Mayotte - Comores, développées ici et ailleurs dans d' autres médias me semblent totalement illusoires ..

53.Posté par Eve le 08/04/2018 14:24

4 ans ??? Pas si mal ...... pouviez vous rester davantage ???

52.Posté par Choupette le 08/04/2018 13:37

27.Posté par Mehdi BOUACHRA

Vous êtes dans les comptes du Ministère des Finances pour sortir une telle affirmation ?

Ici, on cotise ou avons cotisé pour le pays.

La Réunion a un passé de bâtisseurs, pas d'attentisme; que cela tombe tout cuit dans le bec.

Pas non plus du genre quand on envoie une mère de famille travailler dans une cantine, qu'elle s'assied sur une chaise à regarder les autres collègues s'affairer; et quand on lui demande d'aider, cette personne de répondre "je ne peux pas travailler sans ma fille".
C'est sûr que la compagnie de la famille ça fait avancer le (petit) travail.

C'est ce genre d'attitude qui plombe l'économie.

A un moment, faut arrêter les c.onneries, aussi.

Que Sarko assume son délire.

51.Posté par Choupette le 08/04/2018 13:25

40.Posté par Mehdi BOUACHRA


Oui, et bizarrement, on n'a pas à se plaindre d'eux.

Tout ce petit monde que vous citez s'est bien intégré et a participé à la construction de l'île.

Vous avez une explication ?

50.Posté par Fourrier Jean-Claude le 08/04/2018 11:52

Si je puis me permettre un conseil, lire Mayotte, l'illusion de la France. Propositions pour une décolonisation. Cet ouvrage prémonitoire d'Yves Salesse, écrit en 1995, explique les dangers d'une telle politique. Maintenant que le département existe - départementalisation en catimini sans que la population française soit consultée comme l'exige la constitution - l'avenir est sombre et explosif.

49.Posté par Jlecteur le 08/04/2018 11:50

Je propose la solution suivante :
rétrocédér Mayotte aux Comores (c'est la seule et unique solution, comme d'ailleurs le recommande l'ONU qui a condamné fermement la séparation de Mayotte des Comores lors de l'accession à l'independance des Comores) dans le cadre d'un plan de rétrocession s'étalant entre 10 et 20 ans , ce qui permettra de préparer cette rétrocession par étape (comme cela est le cas pour l'accession à l'indépendance en Nouvelle-Calédonie) et en permettant par exemple aux mahorais qui souhaitent rester français de s'installer en France et plus particulièrement à La Réunion. Je le répète : c'est la seule et unique solution.

48.Posté par Philip le 08/04/2018 11:09

Comme dirait Sarko, " casse toi pauv c..."

47.Posté par justeduonsens le 08/04/2018 10:17

Une fois de plus il est regrettable qu'un témoignage serve d'empoignade à ses commentateurs ! On constate que de plus en plus de témoignages sur cette "île aux parfums" indiquent la situation catastrophique que connaît Mayotte. L'intelligence et je ne doute pas qu'il y en a chez la plupart des gens qui interviennent ici serait non pas d'affirmer catégoriquement ce qu'il faudrait faire ou pas pour le devenir de Mayotte mais porter une reflexion et un ECHANGE courtois sur les solutions possibles. Je pense que comme l'on dit certains ici, ce qui se passe à Mayotte rejaillira à terme et même sans doute à court terme sur La Réunion car il est bien évident que les Mahorais, donc les Français ne rejoindront pas les Comores si par un impossible hasard cette île était "restituée" à la République Islamique des Comores. Ce seraient donc des centaines de milliers de Mahorais qui viendraient peupler La Réunion incapable d'absorber tous cers nouveaux arrivants. Je crois donc qu'il est urgent d'anticper et que nos élus pèsent de tout leur poids pour que le goouvernement prenne le problème à bras le corps. Et comme je l'ai déjà dit la première mesure devrait être la suppression de la nationalité française par le droit du sol qui est un aspirateur à migration.

46.Posté par Jean le 08/04/2018 10:16

@ Post 38 :

Tous ceux que vous citez se sont plutôt bien intégrés, par contre pour les derniers, venez constater par vous même sur le terrain, ils ne parlent pas notre langue, pratiquent le communautarisme, et ne s'intègrent pas, même ceux arrivés ici depuis des décennies !
Mais aussi, comment séparer les Comoriens des Mahorais, qui sont ethniquement, culturellement, cultuellement religieusement semblables, et appartenant au seul et même archipel, soit celui des Comores ?
Il n'y a que la France et ses politicards irresponsables pour commettre de telles gabegies !
Tiens, et pourquoi ont-ils abandonnés à une fin atroce les fidèles combattants Harki après la guerre d'Algérie ?
Aucune utilité économique sans doute.

45.Posté par pipo le 08/04/2018 09:45

Vous parlez d'aventure c'est justement ça l'aventure non?
A mon avis vous n'aviez surement pas choisi la Guyane en vous disant "pas la Guyane car la bas ça craint"
Mauvaise pioche de votre part...
Sympa d'écrire sur le départ une si longue lettre! mais vous êtes-vous véritablement investi sur place pour justement aider (avec vos idées) les gens de ce pauvre département?
Je ne juge pas vos choix... Mais je m'interroge sur le réel intérêt de publié ce genre de constat!

44.Posté par klod le 08/04/2018 09:26

bravo post 33 !! un peu de sagesse dans ses commentaires affligeants pour la plupart.

43.Posté par Rugby le 08/04/2018 09:20 (depuis mobile)

Vive les colonies libres

42.Posté par Batofou974 le 08/04/2018 09:04

@post 37 - vous moquez des gens qui écrivent, en insultant leur intelligence ou absence d'intelligence, mais vous même en tant que grand redresseur de tort , regardez ce que vous écrivez dans votre dernière phrase : le mot "écris" comme vous le notez ici s'écrit comme suit " écrit" , avec un "t" à la fin ....alors revoyez vos essentiels en conjugaison au lieu de faire de la morale aux gens qui s'expriment librement .....

41.Posté par Batofou974 le 08/04/2018 08:53

La personne qui a écrit cet article relate parfaitement la réalité et je comprends qu'elle veuille partir ; rien ne peut retenir des gens "civilisés" sur cette île où le bordel prend de l'ampleur de jour en jour et que l'indifférence des administrations publiques ne font rien ou se bandent les yeux. Je connais le décor et la situation pour y a voir vécu un léger moment, et je confirme sans ambiguité que c'est la triste vérité. On est content d'y aller, mais à un moment on est content de partir (ou repartir). Vols, violences, xénophobie, racket, insécurité font bon ménage et des fois on regrette presque d'y avoir mis les pieds. Faut que l'état prenne une décision et la bonne surtout, car son immobilisme peut engendrer d'autres actes ou actions qu'il aura à charge. Rendez Mayotte à la RFIC et qu'on en parle plus et bravo pour les politiciens incultes et incapables de gérer un état de crise, ou bien que l'état bouge son cul mais pas que pour aller voir sur place , mais aussi trouver et mettre en place des moyens afin d'enrayer ce problème qui est devenu gluant !

40.Posté par digaz le 08/04/2018 08:28

Daccord avec post 36, plus besoin de partir à mayottte on y est déjà. Réunionnais n'existe plus. vous attendez l'explossion sociale ? tout cela est voulu

39.Posté par ARISTO le 08/04/2018 07:54

IL EST TEMPS QUE L ETAT FRANCAIS REND LA CLEF DE MAYOTTE A CES FRERES COMMORIENS

38.Posté par Mehdi BOUACHRA le 08/04/2018 02:47

@post 36

A la réunion il y a des Kaf originaire d’Afrique, des chinois, des malbar de la cote tamoul en inde, des zarabes du pakistan, des zoreille de métropole......il y aura des francais de Mayotte en plus, ou est le probleme?

37.Posté par Mehdi BOUACHRA le 08/04/2018 01:18

le post 35 est une bonne illustration de la maîtrise du francais à la réunion.....Mdr

Faut pas s’étonner ensuite du niveau intellectuel de celui qui écris.

36.Posté par p.mass le 08/04/2018 00:13 (depuis mobile)

40.000 Mahorais en 1958 plus de 200.000 aujourd''''''''''''''''hui 10.000 naissance par an ! On fait quoi ?
Il y a déjà transfert de population sur La Réunion ! Ça va exploser aussi ici !
La Réunion devient la sixième Île des Comores juste après Marseille !

35.Posté par Grangaga le 08/04/2018 00:10

Nana in z'afèrr' ........l'éssansyièl'......mi trouvv' pa dan outt' tèzz'.....a mwin k'mwin la ratt' in paz'.......
Y fé di a mwin,..........y mank' in z'afèrr' la tééééé !!!!!!!!!

Sé zot' défo, é lo défo La Franss' zordi.........kacyiètt' dér'yièrr' zot' ti dwa....
La rézon po lakèl' ou la pa vouli travay' an banlié Fransèz'.....la trapp' a ou Mayott'.........kouyion.......
La rélizièz'té.....................

"Mayotte à la République fédérale islamique des comores"....Mèr'si Post' 1.
Pars'ké lé in état......Fédérale Islamique.........
Zot' y atann' koué po di........l'arivé de Boko Haram.......
Ou la........ siprécyion de la vi sèrr'.........

34.Posté par Nobread le 08/04/2018 00:04 (depuis mobile)

Et vous croyez que la réunion est mieux que Mayotte .
C est aussi gangrené que Mayotte sale cher et invivable

33.Posté par Paul Hoarau le 07/04/2018 23:53

A Gresly merci pour votre réponse, , je vous souhaite de continuer votre belle vie de nanti sous la protection et la générosité de notre belle et douce France, et continuer de propager vos arguments,pour le retour des Mahorais dans ce que vous croyez être le meilleur pour eux ! Pour finir, je vous adresse un petit proverbe Amérindien "Avant de dire ce qui est bon pour quelqu'un, marche pendant trois lunes dans ses mocassins"

32.Posté par Immobile le 07/04/2018 23:07 (depuis mobile)

Je ne comprends pas cette histoire de mobile dont parle le post 22. C’est interdit d’utiliser un mobile ?

31.Posté par Comprenne qui pourra le 07/04/2018 23:03 (depuis mobile)

Post 26 pourquoi elle s’enerve L’ardechoise ?

30.Posté par babar run le 07/04/2018 22:00

post@8....."..........ils ne parlent même pas le Français.....".....la vous confondez avec le créole qui lui a honte de parler français..............

et Monsieur.....ne venez pas a la Réunion s'il vous plait....il y a suffisamment de gens comme vous ici..........merci.....

29.Posté par Ti tangue stressé le 07/04/2018 22:00

@ 27.Posté par Jean le 07/04/2018 21:04

Bien dit ....seulement mi aimerait que Sarko y vient vive avec nous

28.Posté par GRESLY le 07/04/2018 21:31

A Paul Hoarau
Pour tout l'or du monde je n'irai l'installer à Mayotte que voudriez que j'y fasse
à part me faire agresser, dépouiller, attaquer, cambrioler voire même tuer
Enfin soyons sérieux deux minutes vous savez au fond de vous même que Mayotte n'est pas Française et
qu'elle ne le sera jamais seulement vous ne voulez pas le reconnaitre, bref ceci n'a pas d'importance
Quant à ce couple bien entendu qu'ils vont et viennent où ils veulent mais je noterai quand même de leur
triste constat de la situation à Mayotte et qui les a décidés à quitter le territoire c'est trés parlant et cela
reflète de la réalité. Alors oui Mayotte doit avoir son indépendance et revenir aux Comores c'est l'évidence
même un enfant de dix ans comprendrait aisément la situation. Il faut parfois voir la vérité en face.

27.Posté par SNOEK le 07/04/2018 21:19

Très beau témoignage sincère et soucieux d'exposer la situation avec un maximum d' honnêteté et beaucoup d'intelligence. La qualité de ce texte me rassure sur la qualité de nos jeunes eneseignants.

26.Posté par Jean le 07/04/2018 21:04

Regardez le communautarisme ancré dans les gènes de tous les Marorais-Comoriens Réunionnais, il n'y a rien à faire, ils ne s'intègrent pas, et ils sont pour certains ici depuis plus de 40 ans.
Aucune solution n'est envisageable, sauf à nous de vivre selon leur langue, rites, coutumes et religion.

25.Posté par Mehdi BOUACHRA le 07/04/2018 20:14

Il y a beaucoup d'oiseau de mauvaise augure sur ce post et beaucoup qui rêve d'abandonner un département francais. Elle est ou la solidarité entre concitoyen car que vous le vouliez ou non les Mahorais sont francais.

La culture de la réunion est elle aussi propre a cette belle île, à son peuple, ce qui fait leur richesse et leur identité et on parle pas de "larguer" la réunion qui coûte un bras a la France.

Les Mahorais, comme tous les francais, sont libre de se déplacer en France, ils sont donc libre de venir à la réunion ou il sont "chez eux" même si les nombreux raciste locaux ne leur souhaite pas bien souvent la bienvenue.

24.Posté par Reré le 07/04/2018 19:17 (depuis mobile)

Eh oui...Les primes, ça se mérite mon kaf!

23.Posté par momo le 07/04/2018 19:16

il n y a pas que le fric dans la vie

22.Posté par L''''Ardéchoise le 07/04/2018 18:19

19 - Depuis votre mobile, vous êtes incapable de prendre un pseudo qui vous ressemble, mais jouez avec celui des autres que vous vous attribuez avec une, deux lettres de différence, pensant sans doute que vous attribuez en même temps la pensée de l'autre, l'idée de l'autre, la personnalité de l'autre !
Vous n'êtes pas capable, d'un post et de celui qui suit, de remettre la pareille, et vous êtes donc ni croyable, ni honorable, quels que soient vos propos, d'être crédible, tant vous avez usé de ce subterfuge pour vous faire passer pour qui vous n'êtes pas !!!
Parano, moi parano ?
Et vous alors ? Cas d'espèce en psychiatrie...
Pitoyable.

21.Posté par PRT le 07/04/2018 18:04

A mon sens la situation ne peut que s'empirer, on ne peut pas décider qu'une ile devienne tout d'un coup Européenne et adopte les cultures occidentales en claquant des doigts.
La culture de Mayotte est propre a cette belle ile, à son peuple, ce qui fait leur richesse et leur identité. Si on avait voulu en faire une ile Européenne (et j'entends là pas que sur le papier) il aurait fallu eduquer et accompagner...
Il semble impossible d’empêcher ce qui va se passer... Les Mahorais vont fuir en masse vers la Réunion...La Réunion n'est hélas pas extensible.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?