MENU ZINFOS
Faits-divers

"Je ne mets pas de préservatif car je veux que quelqu'un ait le Sida comme moi"


"Je n'ai jamais voulu lui transmettre" sont les premiers mots d'Eric M. à l'ouverture de son procès aux assises pour administration d’une substance nuisible avec préméditation ou guet-apens suivi de mutilation ou d’infirmité permanente. En clair, il lui est reproché d'avoir contaminé sa petite amie par le VIH en connaissance de cause et de l'avoir fait sciemment.

Par - Publié le Jeudi 12 Mai 2022 à 19:10

Pour des raisons évidentes de protection de la victime compte tenu de la particularité des faits, il ne sera pas fait mention de son identité, ni d'un quelconque moyen qui permettrait de l'identifier. La victime a d'ailleurs souhaité un huis clos que la présidente a refusé car le cadre légal ne le permettait pas. 

Déjà, il ne s'était pas protégé alors qu'il savait qu'il était contaminé

Les faits datent de 2002 lorsque l'accusé rencontre la victime. Ils ont une relation de quelques semaines et il repart pour la métropole aux alentours du mois d'octobre. Début 2003, alors qu'elle ne se sent pas au mieux, des examens médicaux lui sont prescrits et le couperet tombe : elle est porteuse du VIH.

C'était la deuxième fois qu'elle avait une relation avec lui. La première fois, en 1994, il n'y avait eu qu'un rapport. Déjà, il ne s'était pas protégé alors qu'il savait qu'il était contaminé. Elle n'aura rien cette fois-là.

L'accusé apprend sa contamination en 1993 alors qu'il effectue ses classes au service militaire. Il y reste quelques jours puis il est réformé pour raison médicale. Il apprend par le médecin militaire qu'il est atteint du VIH. 

"Je lui ai demandé s'il avait un préservatif mais il m'a répondu qu'il était allergique et qu'il n'était pas malade, que je n'avais rien à craindre", explique la victime à la cour ce jeudi matin concernant leur premier rapport en 2002.

Ensuite, un long chemin de croix débute pour elle. Malgré tout, elle reste bienveillante à son égard et se demande s'il sait qu'il est contaminé. En 2006, elle fait des recherches pour le retrouver et tombe sur des articles en rapport avec le viol dont il est accusé puis condamné en 2009 à 12 ans de prison.

Elle explique à la cour le calvaire qu'elle vit

Elle y trouve les passages où l'accusé explique sa soif de vengeance. Elle décide de déposer plainte seule puis ensuite, contacte l'avocate qui a défendu sa victime de viol. Une procédure se met en place.

Eric M. sera mis en examen et renvoyé devant la cour d'assises en novembre 2021. Reporté dans un premier temps, le procès s'est ouvert ce jeudi 12 mai 2022. Elle explique à la cour le calvaire qu'elle vit depuis, tant dans sa vie sentimentale que dans son quotidien. 

L'experte médico-légal confirme qu'il ne fait aucun doute que la transmission est du fait de l'accusé. Le séquençage est identique à 99%.

D'ailleurs, la victime est claire : ses deux relations avant et après Eric M. sont négatives, ça ne peut venir que de lui. "Je ne peux pas dater, mais elle a été contaminée avant 2003", indique l'experte.

Le professeur en charge de la comparaison des deux souches est également unanime : "il est hautement probable à 99% qu'il y en a un qui a contaminé l'autre".

"Il m'a dit qu'il voulait se venger d'une fille qui l'a contaminé"

Les témoignages des ex-petites amies de la victime mettent en exergue les mêmes éléments : l'accusé ne leur avait pas dit qu'il était contaminé et pire encore, il ne voulait pas mettre de préservatif. La plupart du temps, elle apprenaient "ça" par sa famille.

Un témoignage s'est pour autant démarqué ce jeudi matin : la jeune femme qui a été la victime de viol de l'accusé. Elle était mineure au moment des faits et cette fois encore, il ne s'était pas protégé. "J'ai été violée par le frère d'une copine. Il a dit qu'il voulait se venger d'une fille qui l'a contaminé et le transmettre à toutes les filles", explique-t-elle avec courage à la barre. Les même propos qu'il avait tenus en garde à vue après le viol. 

L'accusé a pu s'exprimer en début d'après-midi, interrogé par la présidente. Il en ressort qu'il a eu de multiples relations et qu'il ne se protégeait pas à moins d'y être forcé. Selon lui, il savait qu'il était porteur mais il ignorait qu'il pouvait le transmettre, en atteste sa compagne avec qui il était lors de la contamination de la victime mais qui a eu beaucoup plus de chance de rester négative. "Vous savez comment ça se transmet car vous dites que vous l'avez attrapé par une femme", tance la présidente. Le drame, c'est que la mère de ses enfants est décédée en 2001, du SIDA, c'est lui qui l'a contaminée.

"Je ne mets pas de préservatif car je veux que quelqu'un ait le Sida comme moi"                

"J'ai la haine, sa mort a encore plus accentué ma rage. J'ai encore plus envie de vengeance. Je ne mets pas de préservatif car je veux que quelqu'un ait le Sida comme moi. C'est une femme qui me l'a filé, c'est pour ça que c'est une femme à qui je dois le donner", tels sont les propos tenus par l'accusé lors de l'instruction du premier procès que l'avocate de la partie civile lui rappelle froidement ce jeudi.

L'avocate d'Eric M. va ensuite axer ses questions sur les regrets exprimés par son client mais surtout sur l'absence d'intentionnalité. Elle met en exergue le fait que si son client se savait contaminé, à aucun moment il n'y avait d'intentionnalité : "je regrette ce que j'ai fait, surtout à la victime, car si je lui ai transmis, je ne voulais pas le faire sciemment", explique son client. 

Une seule chose à faire : "se protéger pour protéger les autres"

Il apparait clairement, après cette première journée de procès, que ce sont ses propos tenus en garde à vue pour viol qui l'on conduit une deuxième fois devant la cour d'assises. Il est clair que l'accusé en voulait à toutes les jeunes femmes car il n'avait jamais accepté que ce soit tombé sur lui. La présidente lui expliquera qu'elle comprend qu'il ai eu un mal-être, que sa vie avait dû être un calvaire et qu'il se soit senti rejeté au moment où il a apprit sa séropositivité. Elle insistera pour lui faire dire tout au long des débats qu'il n'avait qu'une seule chose à faire : "se protéger pour protéger les autres". 

Tout l'enjeu de ce procès s'articule autour de la préméditation de la transmission du VIH par l'accusé à la victime. La transmission ne faisant aucun doute, la peine prononcée dans la journée de vendredi par la cour d'assises va dépendre de cette notion de préméditation.

Eric M., qui est arrivé libre au tribunal sous contrôle judiciaire, pourrait repartir demain une nouvelle fois en détention. Alors qu'il avait écopé de 12 ans de réclusion pour viol en 2009, il risque cette fois une peine de 15 ans de réclusion criminelle. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Royal Bourbon le 13/05/2022 04:41

Avec toute la propagande sur les risques des rapports sexuels non protégés, j'ai du mal à comprendre qu'une femme fasse ça sans préservatif surtout la 1ere fois, d'autant plus qu'on ne connaît pas son partenaire. Idem pour l'homme !! Comment ces femmes ne disposent pas de préservatif dans leur sac ??!? Et les IST (Infections Sexuellement Transmissibles anciennement MST) ne concernent pas que le SIDA mais il y a aussi les Chlamidiae, la blennorragie, la syphilis, les cancers du col de l'utérus dus aux Papillomavirus (HPV) et j'en passe !
Et quand bien même on désire avoir un enfant pour les nouveaux couples, on débarque au Service Immunologie du CHU (0262905560) niveau 4 et on se fait dépister sur toutes les sérologies et c'est gratuit !!! Ou faire les tests à l'ARPS juste en bas de l'église Saint Jacques !!! Je rappelle aussi qu'une femme doit obligatoirement avoir un Gynécologue jusqu'à la fin de sa vie et faire un frottis au moins tous les 2 ans pour justement rechercher un éventuel cancer de l'utérus à HPV dès lors qu'elle a des rapports sexuels ! Zot y rappelle pu le slogan sur les panneaux publicitaires : "Mett un kpote sinon oute vie sera en tapok !"

2.Posté par Lulu le 13/05/2022 05:54

pauvre mec, mais quel déchet ce type!

3.Posté par roulelec le 13/05/2022 09:02

Faut le mettre en quarantaine, pour quarante an!

4.Posté par MDR. le 15/05/2022 11:00

C'est pas la premier que j'entends ce genre de fait.
Pour aider à stopper ça, il devrait donner l'obligation de tatoué ces personnes dans une zone discrète pour que les personnes qui on une relation le sache et puisse ce protégé. Oui ça mettra une difficulté afin d'avoir des rapports.
C'est du grand n'importe quoi. En même temps il avait qu'à ce protégé, les autres y était pour rien de ces choix de ne pas ce protégé et tout ceux qui suivent. L'erreur est humaine mais quand on le sait on protège les autres.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes