Société

Janvier 2017, des retombées de pluie insuffisante

Vendredi 10 Février 2017 - 17:35

Janvier 2017, des retombées de pluie insuffisante
Selon la dernière chronique de l’Office de l’eau de la Réunion parue ce vendredi, le mois de janvier a été marqué par une forte dégradation de l’état des ressources en eau. Il y est mentionné un fort déficit des précipitations qui viendrait s’ajouter aux déficits accumulés depuis l’année 2011.

Trois cours d’eau sont très touchés et affichent des débits inférieurs à leurs minimums connus pour le même mois au cours années précédentes. Il s’agit de la Rivière des Marsouins, la Rivière des Roches et de la Rivière du Mât.

Selon le rapport, les six autres stations hydrométriques de l’île enregistrent de forts déficits :
  • -96% sur la Rivière Sainte-Suzanne ;
  • -91% sur le Bras Noir à la plaine des Palmistes ;
  • -89% sur le Bras des Lianes à Bellevue les hauts ;
  • -79% sur la Rivière Saint-Jean à Saint-André et sur le Bras Panon ;
  • -71% sur la Source Dussac aux Avirons ;
  • -52% sur la Rivière Langevin à Saint-Joseph.
Ce déficit des précipitations contribuent à la baisse du niveau moyen des ressources en eau souterraine sur huit des vingt stations entre décembre 2016 et janvier 2017, et sont donc responsables de l’état des aquifères des différentes régions de la Réunion.

Le secteur Nord est la zone la plus marquée par un déficit culminant à -168% pour Saint-Denis. Le secteur Est est marqué par un déficit maximal de -90% à la Plaine de Palmistes et un minimum de -46% dans les hauts de Saint-André. Quant au secteur Sud, les déficits enregistrés se trouveraient entre -42% et -76%. Finalement le secteur Ouest serait dans une situation totalement différente des autres secteurs puisque celui-ci présenterait des zones en excès à La Saline (+40%) et à Saint-Paul (+36%).

Cependant bonne nouvelle, le récent passage du cyclone Carlos en ce mois de février aurait permis de réapprovisionner partiellement les nappes phréatiques et de pallier les déficits pluviométriques de 2017. Néanmoins cela ne semble pas suffisant pour rattraper les déficits accumulés depuis l’année 2011. Des débits importants ont été enregistrés dans le secteur Est, à la Rivière des Roches à Abondance (900 m3/s), ainsi qu’à la Rivière des Marsouins à Béthléem (800 m3/s).
Sébastien Hoarau
Lu 624 fois



1.Posté par renée le 10/02/2017 19:50

un pays qui se permet de rejeter autant d"eau a la mer est un pays riche . alors arrete emmerde a nous avec zot restriction svp

2.Posté par A. HOAREAU le 11/02/2017 13:50

Qu'il y ait un déficit en matière de pluies, c'est probable !
Mais le plus à craindre, c'est l'éternel déficit en matière d'idée qui affecte l'ensemble de nos "gestionnaires de l'eau" !
Tous les technocrates et élus qui pompent les finances publiques (salaires, indemnités …) pour, soit disant gérer l'eau, ne nous ont JAMAIS proposé des solutions pour ne serait-ce, passer le cap difficile des périodes sèches !
Personne ne parle de stockage, pas de récupération (réseaux pourris : 50% de perte !) ; ils misent TOUS, encore et toujours sur le TOUT à la Source et sur les nappes !
Ils se taisent sur le gaspillage opéré à Ste ROSE (+ de 200 millions de M3/an !) ; plus un mot sur la fameuse réserve découverte sous la plaine des palmistes ( 30 millions de M3 !)
Absolument RIEN sur la possibilité de construire une usine pour déssaler l'eau de mer !!
Ils sont tous au service des multinationales (marchands d'eau), donc, il faut que l'eau soit une denrée RARE … qu'il convient de payer chère pour en disposer !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >