MENU ZINFOS
Société

"J'ai choisi le Liban, ce n'est pas parce qu'il est malade que je vais le quitter"


De nouvelles manifestations ont eu lieu ce dimanche au Liban. De nouveaux heurts ont éclaté dans le centre de Beyrouth et opposaient des manifestants aux forces de l'ordre pour la seconde journée consécutive, quelques jours après l'explosion meurtrière au port de la capitale libanaise. Franco-libanaise, Sabah Mallat nous commente les événements malheureux que traverse son pays depuis mardi dernier.

Par Ludovic Grondin - Publié le Lundi 10 Août 2020 à 10:15 | Lu 11332 fois

Sabah et Marcel vivent au Liban, pays d'adoption du père de Marcel et ils ne comptent pas quitter ce pays malgré les remous
Sabah et Marcel vivent au Liban, pays d'adoption du père de Marcel et ils ne comptent pas quitter ce pays malgré les remous
Bonjour Sabah, quelle est votre histoire avec le Liban ? Depuis combien d’années y vivez-vous ? Quels sont vos liens avec la France ? 

Je suis Sabah Mallat, libanaise mariée à Marcel Fournier et donc également française. Mon mari est né au Liban, de mère libanaise et de père français. Ce dernier est venu au Liban effectuer son service militaire à l’époque du mandat. Il s’y est tellement attaché qu’il n’a jamais voulu le quitter même aux heures les plus sombres de la guerre civile (1975-1990). Après quelques années d’expatriation en Arabie Saoudite et de séjour en France, je suis rentrée au Liban avec les enfants en 1993 pour la poursuite de leurs études. Aujourd’hui, mon mari, comme moi à la retraite, m’a rejoint et nous vivons, lui avec un titre de séjour, dans ce pays que nous aimons et où je continue à prendre soin de ma vieille mère. En conséquence, si je suis libanaise de naissance, je suis également française par mariage et surtout par attachement et par une passion indéfectible pour la France, passion née avec mon éducation, mes études et mes lectures.

Dans quel secteur de la ville habitez-vous ? 

Nous habitons à Baabda, banlieue surplombant Beyrouth. 

Racontez-nous, où étiez-vous lorsque l’explosion est survenue ? Quelle a été votre première réaction ? 

Mardi vers 18h nous étions chez nous lorsque la terre a tremblé. Nous avons pensé tout de suite à un séisme. Mais immédiatement une déflagration énorme, inouïe nous a précipités au balcon, craignant le pire. À l’instant même, l’aviation israélienne qui sillonne sans vergogne notre espace aérien a crevé le mur du son. Je tremblais croyant à un bombardement de Beyrouth et donc à la guerre !

Est-ce que c’est la crainte d’un attentat qui a aussi été évoquée ? 

Tout de suite les chaînes de télévision nous ont détrompés : une explosion énorme au port de Beyrouth. Ce sont des scènes d’horreur qui défilent avec leurs lots de morts horribles (sous les décombres, projetés dans la mer, pulvérisés avec leur voiture ou dans leur appartement..), de blessés hagards, éperdus, de parents cherchant leurs enfants, de biens éventrés, effondrés, d’hôpitaux dévastés, d’autres suppliant la Croix-Rouge de ne plus leur adresser de blessés, étant saturés. Visions apocalyptiques !

Décrivez-nous la situation

Une grande partie de la façade maritime de Beyrouth ainsi que la colline d’Achrafieh sont méconnaissables. C’est le chaos. Cependant, au cours d’une visite faite le lendemain mercredi 5, une lueur d’espoir est née en voyant tous ces jeunes venus immédiatement de tous les coins du Liban aider à dégager les rues des gravats, à mettre un semblant d’ordre dans les appartements sinistrés, à distribuer l’eau et la nourriture à ceux qui venaient de tout perdre. 

Quelle est votre impression vis-à-vis de la gestion de l’événement par les autorités ?

Le gouvernement jeune de quelques mois et sans véritable expérience politique est aux abois. Depuis la fin de la guerre civile (1990), le Liban a été dirigé par les seigneurs de la guerre. Une descente aux enfers qui, doublée d’une crise économique monstrueuse et une honteuse dévaluation de la livre libanaise, s’est accélérée récemment et a appauvri la classe moyenne et jeté les pauvres dans la misère. À la veille du 4 août, le Liban était au bord du gouffre et cette tragédie l’y a précipité. S’en relèvera-t-il ? Nous le croyons grâce à l’aide internationale et surtout à celle de la France du Président Macron.

Justement, quelle impression le président Emmanuel Macron a-t-il laissée auprès des Libanais ? Comment est perçu le rôle de la France par la population ? 

La visite du président Macron a été un bol d'air frais dans l'atmosphère irrespirable de Beyrouth. Son initiative de plonger dans le coeur de la ville meurtrie pour constater de visu l'immensité des dégâts et son immersion parmi les jeunes libanais qui s'y trouvaient afin de déblayer les routes et apporter leur aide aux sinistrés, a soulevé l'enthousiasme. Il a écouté avec bonté, compassion et grande compréhension leurs doléances, leurs cris de détresse, et a essayé avec le sourire de calmer l'agressivité de leur révolte contre une classe dirigeante corrompue qui, depuis trente ans, a pillé le pays et appauvri ses citoyens. Une jeune qui hurlait son désarroi en anglais a fini sanglotante sur son épaule. C'était bouleversant. M. Macron a pris les choses en main, a eu une réunion avec les différents représentants du pouvoir et promis une conférence internationale pour le Liban. La France joue le rôle de la "tendre mère" comme elle l'a souvent fait. 

Quelle est votre plus grande crainte pour les jours et semaines à venir ?

Les secours affluent, mais la tâche est immense et le Liban est exsangue. Les États-Unis vont-ils arrêter leur politique cynique et cruelle à notre encontre ? Rien n'est moins sûr ! Israël qui a versé des larmes de crocodile va-t-il nous laisser en paix, va-t-elle nous restituer nos territoires occupés et arrêter de convoiter notre part de la Méditerranée afin de ne plus donner de prétexte au Hezbollah de garder son arsenal ?

L’aggravation de la situation pourrait-elle vous inciter à quitter le Liban ? 

Quoi qu'il en soit, nous restons au Liban et reprenons à notre compte la déclaration du regretté papa de mon mari : "j'ai choisi le Liban quand il était en bonne santé, ce n'est pas parce qu'il est malade que je vais le quitter".




1.Posté par Lulu le 10/08/2020 10:28

Comme quoi il n'y a que ceux qui vivent l'événement qui peuvent donner leur ressenti sur l'intervention du président Macron qu'on notera au passage apprécié, et non pas ces journaleux et internautes baveux au quotidien sur toutes les actions du gouvernement français sans aucune objectivité mais cultivant le mépris sauf bien sûr sur le fric que la FRANCE déverse sur notre chère île!

2.Posté par Fidol Castre le 10/08/2020 10:49

La visite du président Macron a été un bol d'air frais dans l'atmosphère irrespirable de Beyrouth.


On l'offre volontiers aux libanais.

3.Posté par Zarin le 10/08/2020 10:54

Israël détruit Beyrouth-Est avec une arme nouvelle (à suivre)

par Thierry Meyssan

------

"On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement."

Citation, Abraham Lincoln

valable AUSSI pour le covid-19 !!!

4.Posté par y.féry le 10/08/2020 12:00

à post 1 Lulu
Je vous rejoins totalement. Laissons les baveux, les fielleux, les "ceux qui veulent faire leur intéressant" avec leurs "analyses" foireuses, pour ne pas dire stupides...

5.Posté par Zarin le 10/08/2020 14:27

Parle à chacun en tenant compte de son niveau de compréhension

Contes derviches de Idries Shah

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes